Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : maggie o farrell

Assez de bleu dans le ciel

"Selon toute vraisemblance, je suis un mari, un père, un citoyen, un enseignant, mais à la lumière je suis un déserteur, un imposteur, un voleur, un tueur. Je possède une certaine apparence en surface, mais je suis sillonné de trous et de galeries en dedans, comme une falaise de calcaire."

Dès la première scène, on est ferrés.Nous sommes dans un coin paumé d'Irlande en 2010. Un homme, Daniel, jauge du regard un intrus potentiel porteur de jumelles et d'un appareil photo. Son épouse sera plus expéditive (et plus efficace): elle tire deux coups en l'air. Exit l'intrus.maggie o'farrell
Qui est cette  recluse  entendant bien garder sa tranquillité ? Cette femme, subtilement folle, aux dires de son époux, nous le découvrirons progressivement est Claudette,  une ancienne star du cinéma , mystérieusement disparue avec son fils des années auparavant. Elle a refait sa vie avec Daniel et tout va pour le mieux mais, son père étant au plus mal, Daniel doit rentrer aux États-Unis. L'occasion pour lui de renouer avec  un passé douloureux qui l'entraînera en grande-Bretagne sur les traces de son premier amour Nicola. Mais l'intransigeante Claudette supportera-t-elle  les omissions de Daniel ?
Assez de bleu dans le ciel bénéficie d'une construction virtuose, alternant les points de vue et les époques, pour mieux brosser par petites touches le portrait de ces personnages qui nous deviennent très vite proches et attachants. Une manière supplémentaire d’entretenir la tension , ou plutôt les tensions, qui font que jusqu'à la dernière ligne nous avons le cœur qui bat , nous demandant si le roman va se terminer comme nous l'espérons. Une analyse subtile des sentiments et une écriture élégante font de ce roman une pure réussite !

Et zou sur l'étagère des indispensables !
 

Assez de bleu dans le ciel de Maggie O'FARRELL ,  traduction de l’anglais (Irlande)par Sarah TARDY , Belfond 2017maggie o'farrell

 

Lire la suite

La salle de bal...en poche

"Quelqu'un dont l'intérieur, elle le savait, se déployait sur des kilomètres, même si son extérieur était aussi fermé et barricadé qu'avant."

Ella, jeune ouvrière , parce qu'elle a brisé une vitre de la filature où elle travaille depuis l'enfance, se retrouve enfermée dans un asile d’aliénés du Yorkshire.Là, elle se liera d'amitié avec Clem, une jeune femme cultivée, qui revendique sa liberté en refusant de se nourrir . Cette dernière aidera Ella à établir un lien avec John Mulligan, un Irlandais farouche et déprimé.anna hope
Nous sommes en 1911 et, en quelques mois, le destin de ces trois personnages va basculer au gré des pratiques pour le moins erratiques d'un jeune médecin, Charles. Ce dernier, dans un premier temps, se lance dans un usage thérapeutique de la musique, n'hésitant pas à organiser un bal hebdomadaire, permettant de réunir les hommes et les femmes de l'établissement, séparés le reste du temps. Mais Charles est aussi fortement intéressé par l'eugénisme, alors fort en vogue à l'époque et , ne pouvant se résoudre à assumer ses pulsions sexuelles, il basculera ensuite dans un comportement qui frôle la folie.
Ella, John et Charles, trois voix qui alternent tout au long de ce roman très maîtrisé du point de vue de la structure narrative. Chacun d'entre eux possède un objectif commun, la liberté, mais ils vont emprunter des chemins très différents pour la conquérir. On se laisse porter par le roman d'Anna Hope, empreint de sensualité et de sensibilité. On assiste, le cœur serré , aux rebondissements parfois un tantinet trop sentimentaux, mais ne boudons pas notre plaisir car Anna Hope a su éviter les écueils du roman historique et nous rendre très actuels ses héros. Un grand plaisir de lecture.
Si je connaissais déjà, via le roman de Maggie O'Farrell L’étrange disparition d'Esme Lennox, la manière dont on bridait les revendications de liberté féminines au début du XXème siècle en Grande-Bretagne, j'ai découvert l'enthousiasme suscité par l'eugénisme en Grande -Bretagne, y compris auprès de Churchill.

Lire la suite

La salle de bal

"Quelqu'un dont l'intérieur, elle le savait, se déployait sur des kilomètres, même si son extérieur était aussi fermé et barricadé qu'avant."

Ella, jeune ouvrière , parce qu'elle a brisé une vitre de la filature où elle travaille depuis l'enfance, se retrouve enfermée dans un asile d’aliénés du Yorkshire.Là, elle se liera d'amitié avec Clem, une jeune femme cultivée, qui revendique sa liberté en refusant de se nourrir . Cette dernière aidera Ella à établir un lien avec John Mulligan, un Irlandais farouche et déprimé.anna hope
Nous sommes en 1911 et, en quelques mois, le destin de ces trois personnages va basculer au gré des pratiques pour le moins erratiques d'un jeune médecin, Charles. Ce dernier, dans un premier temps, se lance dans un usage thérapeutique de la musique, n'hésitant pas à organiser un bal hebdomadaire, permettant de réunir les hommes et les femmes de l'établissement, séparés le reste du temps. Mais Charles est aussi fortement intéressé par l'eugénisme, alors fort en vogue à l'époque et , ne pouvant se résoudre à assumer ses pulsions sexuelles, il basculera ensuite dans un comportement qui frôle la folie.
Ella, John et Charles, trois voix qui alternent tout au long de ce roman très maîtrisé du point de vue de la structure narrative. Chacun d'entre eux possède un objectif commun, la liberté, mais ils vont emprunter des chemins très différents pour la conquérir. On se laisse porter par le roman d'Anna Hope, empreint de sensualité et de sensibilité. On assiste, le cœur serré , aux rebondissements parfois un tantinet trop sentimentaux, mais ne boudons pas notre plaisir car Anna Hope a su éviter les écueils du roman historique et nous rendre très actuels ses héros. Un grand plaisir de lecture.
Si je connaissais déjà, via le roman de Maggie O'Farrell L’étrange disparition d'Esme Lennox, la manière dont on bridait les revendications de liberté féminines au début du XXème siècle en Grande-Bretagne, j'ai découvert l'enthousiasme suscité par l'eugénisme en Grande -Bretagne, y compris auprès de Churchill.

Lire la suite

Index

A la demande générale d'une visiteuse qui se reconnaîtra,  àdéfaut de mettre de l'ordre dans mes piles de livres, j'en mets(un peu)dans mon blog. Il était temps !
Je commence par les livres de 2008et je complèterai au fil  du temps  avec les lecturesantérieures, ce qui me permettra de ne surtout pas compter combien delivres j'ai lus !

Abasiyanik Sait Faik : Une histoire pour deux

anthologie:Mes 66 plus belles poésies

Beauchemin jean-françois:Le jour  des corneilles

Behar Tonie :Coup bas et talons hauts

Beninca Lise :Balayer fermer partir.

Benni stefano :Margherita Dolcevita

Bienvenu Sophie : Lucie le chien

Bonotaux Gilles :Les la délégation norvégienne

Boyer frédéric :  Far-Ouest

Bruen ken:Delirium Tremens

Hackman Blues

Cachin nathalie : Les trophées de Constance

Cayre Hannelore: Toiles de maître

Célarié Clémentine : Mes ailes

Cherer Sophie : ma Dolto

Chosson Martine :  Parlez-vous la langue de bois ?

Clewlow carol :pas de mari, pas d'ennuis

Colwin Laurie : Accidents

Corenblit Rachel : shalom, salam, maintenant

Cusset Catherine:La haine de la famille

Delachair Lou:  Boris Vian et moi

De peretti  : nous sommes cruels

de Vigan delphine : No et moi

Desouches Thierry :Quand les poules auront des dents

Desplechin marie :Pome

Verte

Dessaint Pascal :Cruelles  natures

Diwan Audrey :La fabrication  d'un mensonge

Drabble Margaret :La mer toujours recommencée

El  Ayachi Samira :La vie rêvée de Mademoiselle S.

Extebarria Lucia : Cosmofobia,

Eyre Ward Amanda :A perte de vue

Fougeray karine :  Kerr Violette

Friot Bernard : agenda du (presque) poète

Friot Bernard: Pour  vivre

Gallay Claudie : dans l'or du temps

Gavalda anna : la consolante

Glass Julia :jours de juin

Goby Valentine:le cahier de  Leïla, de l'Algérie à Billancourt.

           Goby :Rêve de Jacek

Indridason Arnaldur :  la voix

Janicot Stéphanie :  le privilège des rêveurs

Jeanney Christine  :Charlémoi

Johnson pete :Croyez-moi, je suis un rebelle

July Miranda :  Un bref instant de romantisme

Kavian Eva: la dernière licorne

Kérilis hélène : la magisorcière et le tamafumoir

Kurayanagami Tetsuko: Totto-Chan

Kuipers alice : Ne t'inquiète pas pour moi

Lackberg  Camilla :La princesse des Glaces

 Lafon Marie-Hélène: maison Santoire

Lesbre Michèle : le canapé rouge

Lewycka marina :Une brève histoire du tracteur en Ukraine

loe Erlend  :Autant en emporte la femme

Malineau,jean-Luc :Proverbes et dictons farfelus

Marietta Agnès :  N'attendez pas  trop longtemps

Mazetti Katarina : entre le chaperon rouge et le loup c'est fini

Montero Rosa :  la fille du cannibale

Moore Christopher: Le lézard lubrique de Melancholy Cove

Nessmann Philippe :Toutes les réponse aux questions que vous ne vous êtes jamais  posées

mainard Doninique : Ma vie en dix-sept pieds

Manto Saadat Hasan  :  Viande froide

Minervudottir Gudrùn Eva :Pendant qu'il te regarde tu es la Vierge Marie



Mopurgo,Michaël :L'histoire de la licorne.

Morton brian : une fenêtre  sur l'Husdson

Morton Kate : Les brumes de Riverton

Neruda Pablo : le livre des questions

O'riordan Kate  :Le garçon dans la lune

O'Farrell Maggie : L'étrange disparition d'Esme Lennox,

Pancol Katherine : la valse lente des tortues

Pélegrin Dominique Louise : Ciel! Ma prairie

Pelot Pierre : La croque buissonnière

Perkins Gilman charlotte : la séquestrée   

PetitJean -Cerf Cypora :le musée  de la sirène

Petitjean-Cerf :le corps de Liane

Pulsatilla :La cellulite, c'est comme la mafia, ça  n'existe pas.

Phillips Marie : Les dieux ne valent pas mieux

Potter Ellen :  Olivia Kidney

                        Olivia Kidney et l'étrange maison de l'au-delà

Pullman :  les royaumes du Nord

Rey Georges-François : Sauter du coq à l'âne

Reyboz cécile : Chanson pour bestioles

Reysset karine :Comme  une mère.

Romer Knud: Cochon d'Allemand

Roza Bruno:Leçons de choses

Rubin Gabrielle : pourquoi on en veut aux gens qui nous font du bien

Saumont Annie  :  Vous descendrez à l'arrêt Roussillon

Schneider Michel :Marilyn dernières séances

Sebbar Leïla : Louisa

Sheridan Peter :  la guerre des légumes

Ternynck catherine: Chambre à part

Thibert Colin :Tirez sur l'ambulance .

Trollope  Joanna : les vendredi d'Eleanor

Vanyda : l'immeuble  d'en face

Varley Jane Elisabeth :les femmes et les amants

Vaude Mary-GérardFous de  vaches

Wharton Edith:  Xingu

Watara Risa :  appel  du pied

Watara Risa: Install

Zalberg Carole : La mère horizontale

Zariâb Spôjmaï :  Dessine-moi un coq

Lire la suite

Miss Alabama et ses petits secrets

"Ethel, quant à elle, lui avait conseillé d'opter pour un chat: "Au moins, c'est toujours propre et ils s'occupent de leurs affaires.""

fannie flagg

Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a conservé sa beauté et son prestige dans la ville de Birmingham où elle officie désormais dans une agence immobilière.Ayant le sentiment d'avoir connu le meilleur de sa vie, elle décide, en toute lucidité, de mettre fin à sa soixantième année de vie.
Méticuleuse et organisée, elle prépare tout dans le moindre détail mais les événements vont conspirer contre elle et sa décision pourtant bien arrêtée, révélant au passage quelques-uns des secrets de Maggie mais aussi d'une des plus somptueuses demeures de la ville.
Ayant gardé un souvenir savoureux du précédent roman de Fannie Flagg (adapté au cinéma ), Beignets de tomates vertes,  sans doute attendais-je un peu trop de celui-ci. D'une lecture agréable, mais un peu trop prévisible, ce livre qui fait du bien remplit parfaitement sa mission , nous distraire, évoquant même au passage les pages les plus sombres de l'histoire de Birmingham. Les personnages sont attachants en diable mais le récit manque un peu de dynamisme. Un bon moment de lecture cependant.

Miss Alabama et ses petits secrets, Fannie Flagg, traduit de l'anglais (E-U) par Jean-Luc Piningre  le cherche midi 2014, 435 pages.

Lire la suite

Maine..en poche

"Elle n'avait rencontré aucune famille aussi éprise de sa mythologie."

Alice,( la matriarche imperméable aux sentiments, une femme comme on n'aimerait pas en rencontrer pour de vrai), Kathleen, la fille, (ancienne alcoolique reconvertie dans l'élevage des vers de terre), Maggie (la petite fille trop accommodante) et Ann Marie , la belle-fille parfaite, sont réunies pour quelques jours dans la maison de vacances du Maine.index.jpg
Si la situation géographique est idéale, la configuration familiale , elle, est pour le moins explosive ! On pouvait craindre le pire, clichés à gogo, situations convenues, mais, roman polyphonique, Maine alterne à chaque chapitre les  points de vue et éclaire sous des angles différents les personnages. Nuancés, ils deviennent tour à tour attachants ou exaspérants , mais diablement humains. Notre opinion varie et nous éloigne de toute forme de caricature.
L'exploration psychologique est passionnante, les révélations se succèdent sans que le rythme fléchisse et l'on ne peut que se demander comment une "gamine" de trente ans peut avoir une telle expérience humaine ! Si ce roman , impossible à lâcher, ne devient pas LE roman de l'été, c'est à n'y rien comprendre !

Lire la suite

Maine...en poche

"Elle n'avait rencontré aucune famille aussi éprise de sa mythologie."

Alice,( la matriarche imperméable aux sentiments, une femme comme on n'aimerait pas en rencontrer pour de vrai), Kathleen, la fille, (ancienne alcoolique reconvertie dans l'élevage des vers de terre), Maggie (la petite fille trop accommodante) et Ann Marie , la belle-fille parfaite, sont réunies pour quelques jours dans la maison de vacances du Maine.courtney sullivan
Si la situation géographique est idéale, la configuration familiale , elle, est pour le moins explosive ! On pouvait craindre le pire, clichés à gogo, situations convenues, mais, roman polyphonique, Maine alterne à chaque chapitre les  points de vue et éclaire sous des angles différents les personnages. Nuancés, ils deviennent tour à tour attachants ou exaspérants , mais diablement humains. Notre opinion varie et nous éloigne de toute forme de caricature.
L'exploration psychologique est passionnante, les révélations se succèdent sans que le rythme fléchisse et l'on ne peut que se demander comment une "gamine" de trente ans peut avoir une telle expérience humaine ! Si ce roman , impossible à lâcher, ne devient pas LE roman de l'été, c'est à n'y rien comprendre !

Lire la suite

Maine

"Elle n'avait rencontré aucune famille aussi éprise de sa mythologie."

Alice,( la matriarche imperméable aux sentiments, une femme comme on n'aimerait pas en rencontrer pour de vrai), Kathleen, la fille, (ancienne alcoolique reconvertie dans l'élevage des vers de terre), Maggie (la petite fille trop accommodante) et Ann Marie , la belle-fille parfaite, sont réunies pour quelques jours dans la maison de vacances du Maine.j.courtney sullivan,le roman de l'été
Si la situation géographique est idéale, la configuration familale , elle, est pour le moins explosive ! On pouvait craindre le pire, clichés à gogo, situations convenues, mais, roman polyphonique, Maine alterne à chaque chapitre les  points de vue et éclaire sous des angles différents les personnages. Nuancés, ils deviennent tour à tour attachants ou exaspérants , mais diablement humains. Notre opinion varie et nous éloigne de toute forme de caricature.
L'exploration psychologique est passionnante, les révélations se succédent sans que le rythme fléchisse et l'on ne peut que se demander comment une "gamine" de trenet ans peut avoir unr telle expérience humaine ! Si ce roman , impossible à lâcher, ne devient pas LE roman de l'été, c'est à n'y rien comprendre !

Maine, J. Courtney Sullivan, traduit de l'anglais (E-U) par Camille Lavacourt, Editions Fromentin 2013, 450 pages addictives.

 

L'avis tout aussi enthousiaste de Cuné !

Absolument génial pour Clara !

Lu et apprécié par Brize.

Du même auteur sortira bientôt en poche ce roman (clic)

Lire la suite

La fille qui cherchait son chien (et trouva l'amour)...en poche

"C'était ça, l'effet que me faisaient les promenades avec Toby- elles gommaient les faux plis de la journée."

Maggie, thérapeute pour" les personnes qui ont perdu leur compagnon à quatre pattes" officie depuis peu à San Francisco. Très vite, nous comprenons que cette psy possède quelques phobies pour le moins handicapantes, faiblesses dont elle saura néanmoins tirer parti pour aider Anya qui sillonne la ville pour retrouver son chien.meg donohue,chiens
En chemin, bien sûr, ces deux jeunes femmes rencontreront l'amuuur, romance oblige.
Bon, je me moque un tout petit peu mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman  chaleureux , bien écrit et qui plaira à tous les amoureux des chiens. Les personnages sont attachants, les chiens croqués à la perfection, et n'était une intrigue secondaire quelque peu tirée par les cheveux, deux métaphore lourdaudes car traduites littéralement, le bonheur serait total. Malgré ces petits bémols, je n'ai pas lésiné à coller de nombreux marque-pages tout au long  de ces 310 pages ,dévorées d'une traite. Une douceur dont il ne faut pas se priver !

La fille qui cherchait son chien (et trouva l'amour), Meg Donohue, traduit  de l'américain par Jeanne Deschamps, Mosaïc poche 2016

Lire la suite

30/08/2016 | Lien permanent

Si tu ne viens pas à....

...Penguin, Penguin viendra à toi !

 

Cadeau (en avance ) de ma fille, I'm happy ! Et je vais pouvoir faire ma poseuse comme dit mon fils !  avec  la couv' de Une chambre à soi De Virginia Woolf en V. O. :)

IMG_0473.JPG

Lire la suite

Page : 1 2 3 4 5 6 7