Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2009

L'ancien temps / le roi n'embrasse pas

"C'est un pays où l'eau voyage à l'envers. Alors quand on a des larmes elles tombent vers le ciel."

"J'ai menti et des choses se sont produites " annonce d'emblée le narrateur , un vieux loup lubrique sous la peau duquel se cache un enchanteur, grand-père de  la jolie Nadège, jeune femme rousse qui se change à son gré en renard et préfère la liberté à l'amour pépère que lui voue le jeune Cassian. Pourtant celui-ci , prêt à tout pour garder sa bien-aimée va se lancer à sa recherche dans une quête qui lui fera traverser un monde peuplé de chevaliers, de géants et de licornes.611EyFgzbPL._SL500_AA240_.jpg
Sfar brasse ici en un mélange iconoclaste des personnages classiques du récit initiatique mais il les dégage de leur gangue de clichés : Cassian jure comme un charretier, la licorne est rose et non point blanche. Le serpent quant à lui peut aussi bien être vu comme un trait d'union avec le "petit Prince" illustré par Sfar, ainsi d'ailleurs que le renard (écho peut être aussi de"la femme changée en renard"de D. Garnett ?) que comme un personnage symbolique traditionnel . Bref chacun pourra y voir les références qui lui parleront le plus.
Quant aux thèmes évoqués, le monothéisme- représenté sous la forme d'un cyclope-qui veut prendre la place des Dieux anciens, comment concilier liberté et amour, ils sont ici dépoussiérés. La franchise de certains personnages-auxiliaires livrant au lecteur les pensées les plus ambiguës des héros permet aussi au récit de se débarasser de tout faux-semblant. L'histoire avance à grands pas au milieu de paysages sylvestres traversés par des rivières dont il ne faut pas dévier le cours et qui nous rappellent qu'il faut écouter l'eau et accepter d'"avoir l'inconstance (et la joie) d'une rivière." Une traversée pleines de péripéties qu'il faut prendre le temps de relire pour encore plus l'apprécier.

L'ancien temps, le roi n'embrasse pas, Joann Sfar, le prolifique, Gallimard, 142 pages emplies de créatures oniriques.

Merci à Véronique et aux éditions Gallimard .

L'avis, plus réservé,  de Petites madeleines

Belle n'a pas aimé.

29/11/2009

Aya de Yopougon, tome 5

Ouvrir un volume d'Aya de Yopougon, c'est plonger avec délices dans l'univers haut en couleurs de la Côte d'Ivoire, son français imagé, riche en néologismes: "enceinter", en expressions parfois très crues"Ignace, faites des remontrances aux excréments, ils continuent de puer", c'est (re)découvrir, grâce aux dessins précis et plein de vie de Clément Oubrerie le marché africain, ses stands précaires où l'on achète les aliments non pas au kilo mais en petits tas déjà alignés sur l'étal. On sentirait presque l'odeur des épices, des poissons séchés et de tous ces aliments bizarres et colorés qui enchantent les yeux mais pas forcément nos narines européennes !
C'est entrer dans un monde où majoritairement les femmes se montrent à la fois plus courageuses et plus franches que les hommes, même si ceux-ci, au final, se ressaisissent sous leur influence...51znQKHSXFL._SL500_AA240_.jpg
N'ayant pas lu-malgré tous les éloges de la blogosphère-les volumes précédents, je suis néanmoins entrée avec facilité dans le monde d'Aya de Yopougon, un résumé des épisodes précédents, très rapide et efficace, m'ayant facilité la tâche. On passe avec aisance du monde citadin d'Aya avec ses ruelles et ses quartiers labyrinthiques au village de brousse, sans oublier quelques incursions dans le monde des africains de Paris.
Marguerite Abouet aborde cette fois le problème de tous ceux qui "se proclament du jour au lendemain, pasteur, prophète, évangéliste, révérend, apôtre, berger et j'en passe." et qui "prêchent souvent l'évangile de la prospérité", promettant "argent facile et (...) guérisons miraculeuses." Mais tout cela n'est pas pesant et l'humour prévaut toujours , ne serait ce que sous les traits d'un dévot empruntant les traits de James Brown. On sourit aussi devant la tête des futurs beaux-parents découvrant le physique ingrat de la charmante Isidorine et on suit, amusés, le périple du couple ,représenté en couverture, à la recherche de leur fils prodigue...
Des problèmes sérieux sont abordés avec délicatesse et justesse, on sourit beaucoup et on passe un excellent moment avec tous les personnages de cette BD.
J'ai particulièrement été séduite par le format et la clarté de la mise en page.

Aya de Yopougon, Tome 5 Marguerite Abouet, Clément Oubrerie, Gallimard 2009 , 106 pages trop bien même !

Évidemment, j'ai noté les 4 premiers tomes sur le cahier de suggestions de la médiathèque !

Merci à Véronique et aux éditions Gallimard .

 

 

03/07/2009

de Gaulle à la plage

Flanqué de  son fidèle Lebornec, de son dadais de fils, de son chien Wehrmacht"le rejeton du  chien-loup d'Hitler", sous  la surveillance de son infatigable tricoteuse de femme,  le général de Gaulle part se ressourcer en 1956 sur une plage bretonne.
Le short remonté façon Obélix, découvrant les joies  des tongs  qui  flip-floppent joyeusement, Jean-Yves Ferri  l'imagine  dirigeant-impérieux-le ballet des vagues  ou faisant la bringue avec  ce galopin de Churchill.51O7a0U2+OL._SL500_AA240_.jpg
C'est gentiment irrévérencieux, très drôle, décalé et lisant le strip où de Gaulle craint de se faire  taper sur les  doigts par "tante Yvonne"  quand il montre un tant soit peu d'intérêt pour une belle naïade  blonde, on ne peut s'empêcher de penser à un autre ex-président  de la République placé récemment dans la même situation mais cette fois sous l'oeil des caméras de  télévision...
La 4ème de couverture, façon "Martine  "  est elle aussi tout à fait réjouissante et l'on ne peut que regretter que "De Gaulle  passe  à l'Olympia " ou "La revanche de Pompidou" ne restent que des titres fictifs.

L'avis du Génépi et l'argousier qui vous enverra vers plein d'autres lecteurs tout aussi conquis.

10/06/2009

Pico Bogue et colégram

511XwsFVTtL._SL500_AA240_.jpgNouveau venu dans la Bd- mais déjà couvert de prix !-Pico Bogue appelle irrésistiblement la référence au Petit Nicolas dont il a la fraîcheur et l'humour. Mais il existe chez ce personnage une faculté au raisonnement imparable qui laisse cois les adultes de son entourage, instit' comprise ! En saynètes courtes, maximum une page, les auteurs brossent ainsi un univers dans lequel nous nous fondons avec bonheur : le petit Pico Bogue, sa tignasse rousse, ses réflexions philosophiques, sa petite soeur Ana Ana -qui n'a rien à lui envier point de vue malice ou questions existentielles- leurs amis leurs parents et grands-parents constituent une tribu cocasse et douce qui a su séduire toute la famille.51YmcWaiMyL._SL500_AA240_.jpg
Chacun , petit ou grand, pourra faire son miel des situations ou des réflexions-gare à la contagion Picoboguesque !:)- que ce soit pour se débarrasser, en douceur de parents intrusifs ou justifier de mauvaises notes...
Les couleurs sont aussi tendres que les personnages et créent un univers poétique où dominent le sépia et le roux, avec des pointes de bleu,  ce qui change agréablement des couleurs heurtées de certaines Bd, le trait est précis et fluide. Un petit plaisir à lire et relire. Un classique en puissance !

Pico Bogue, deux volumes parus pour notre plus grand bonheur: La vie et moi, Situations critiques.
Une affaire de famille: Dominique Roques, la mère ,au scénario, Alexis Dormal , le fils ,aux pinceaux !

Un GRAND MERCI à Cath pour cette découverte enthousiasmante !

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : pico bogue

22/01/2008

Risque d'addiction

Vanyda est jeune, belle (c'est dit dans la préface) et elle est bourrée de talents, ce qui la rendrait un peu  exaspérante mais bon, on lui pardonne car gràce à ses BD elle  nous fait partager de bons moments.51EbyoI3kjL
Au début, j'avoue, j'étais un peu sceptique: il ne se passait pas grand chose  dans L'immeuble d'en face.J'ai même failli abandonné mais, petit à petit, j'ai été prise par le charme qui se dégage de ses gens ordinaires, les liens qui se créent entre eux, même si l'âge ou la situation sociale les sépare(un couple d'étudiants,un couple  de quadragénaire et leur chien, Gipsy,  une mère célibataire).On s'attache à eux et à l'atmosphère de générosité qui se dégage de cette BD.On rêve preque de setrouver une place dans cet immeuble  en briques du Nord.
Les angles de prise de vue sont originaux et il y a juste assez de texte pour que  nous avancions au rythme de l'histoire. On en redemande et vite car j'ai trouvé proprement insupportable le suspense concernat Gipsy!Abile * le  troisième tome !

Le site de l'auteure

Merci à  Gachucha qui m'a donné envie  de lire ces BD!

*  Vivement

Ps: j'ai enchaîné avec les différents tomes de L'année du dragon que j'ai aussi beaucoup aimés !

06:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (18)