Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quand sort la recluse...en poche | Page d'accueil | Les testaments »

11/11/2019

Chroniques du hasard

"La parole écrite peut engendrer des versions cinématographiques très variées, mais une version cinématographique de haut niveau s'impose avec une telle force  et une telle précision, que, une fois produite, elle barre la route à toute autre œuvre de qualité."

Finesse, précision, intelligence sont au rendez-vous de ces chroniques hebdomadaires qu'Elena Ferrante a tenu dans The Guardian en 2018 et qui sont ici élégamment traduites par Elsa Damien.
Qu'elle évoque son rapport à la maternité, à sa propre mère, aux autres femmes,  l'écriture, le cinéma, la politique italienne, les plantes, l'auteure de l'Amie prodigieuse, est toujours enthousiasmante.
On devine chez elle une belle énergie, qu'elle a su maîtriser, et ce qu'elle peut révéler de personnel, elle si jalouse de son identité, a ici toujours valeur d'universel.elena ferrante,andrea ucini,elsa damien
La chronique intitulée Nationalité linguistique ravira les amoureux des mots et en particulier les traducteurs et traductrices qui pour elle sont "des héros".
Qu'elle fustige les points d'exclamation car "Dans l'écriture au moins, il faudrait éviter de faire comme ces fous qui gouvernent le monde  et qui menacent, trafiquent, traitent et, quand ils gagnent, exultent, en truffant leurs discours de ces minuscules missiles à tête nucléaire qui concluent chacune de leurs misérables phrases." ou évoquent plus trivialement Les Odieuses (les connasses, quoi ), elle suscite toujours l'intérêt et la réflexion.
J'ai parfois pensé à Virginia Woolf ou à Doris Lessing, dont elle partage le féminisme et j'ai été ravie de découvrir cette auteure (dont je n’avais pas réussi à lire le roman précédemment cité ) car elle a suscité chez moi l'"apprentissage voluptueux, [l']apprentissage qui nous modifie de façon intime et même dramatique, sous le choc de paroles aussi lucides que passionnées."
Le tout est présenté de manière raffinée et illustré de manière à la fois élégante et suggestive par Andrea Ucini, ce qui fait de cet objet un cadeau idéal à glisser sous le sapin. mais,en attendant, il file sur l'étagère des indispensables.

Gallimard 2019,

 

Commentaires

Fichtre! Lire ses romans ne m'attire pas, mais là, ces chroniques, tu les as trop bien vendues...^_^

Écrit par : keisha | 11/11/2019

Merci Keisha ! dans la foulée j'ai acheté 2 romans d'occasion et j'ai commencé la série télé !

Écrit par : cathulu | 11/11/2019

Assez intriguée par ces chroniques... J'avais lu un article qui émettait l'hypothèse que Ferrante soit un homme. Tu y crois après ta lecture?
Et autrement, perso, je n'ai pas trop accroché à la série, c'était trop éloigné des images que j'avais suite à ma lecture. Curieuse de connaître ton avis.

Écrit par : zarline | 11/11/2019

Zarline, je ne me prononcerai pas sur le genre de l'auteur.
La série télé (j'ai vu les deux premiers épisodes) me paraît un peu hachée, on sent qu'on en a enlevé beaucoup de matière romanesque.

Écrit par : cathulu | 12/11/2019

C'est drôle, je l'ai acheté la semaine passée chez mon libraire, tout simplement parce que j'ai lu les quatre tomes de "L'amie prodigieuse" l'été dernier (bien après tout le monde, donc) et que j'ai eu un énorme coup de foudre. C'est bien toi qui avais aussi aimé "Frantumaglia", n'est-ce pas ?

Écrit par : Melanie B | 14/11/2019

Melanie, je ne crois ps que je lirai "l'amie prodigieuse". Non, ce n'est pas moi qui ai lu le recueil de textes sur l'écriture , mais je pense le lire.

Écrit par : cathulu | 17/11/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.