Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2018

Sous les branches de l'udala #Rentreelitteraire2018 #NetGalleyFrance

Fin des années 60, le Biafra et le Nigeria se déchirent dans une guerre interethnique. La jeune Ijeoma envoyée loin de sa mère (qui se remet du deuil de son mari ) tombe amoureuse d'Amina.
Amours doublement interdites du fait de l'origine de ces très jeunes filles, dont les chemins se sépareront très vite.chinelo okparanta
Ijeoma devra faire face au poids de la religion (sa mère veut la "soigner" à coups de passages de la Bible), de la société ,mais finira par devoir emprunter des chemins de traverse pour pouvoir vivre pleinement.
Roman très didactique, ce texten'a suscité chez moi aucune empathie, par ses longueurs et par sa volonté trop affirmée de dénoncer une situation bien évidemment inadmissible. Dommage.

13/11/2018

Au grand lavoir

 Alors j'irai au grand lavoir là-bas, où la mémoire se récure contre le granit rugueux, où la langue se rince au torrent qui mousse comme un savon d'encre, où la fiction fait Javel. Je regarderai l'eau crasseuse s'écouler dans une grande synovie de mots et je laisserai sécher les éclaboussures au soleil de leur consolation. Grande lessive.

Il a assassiné la mère de celle qu'il voit un jour à la télé, par hasard.
L'étudiante d'alors est devenue  une écrivaine qui va venir pour une signature à Nogent-le-Rotrou Rotrou.
L'assassin a changé d'identité, a été réinséré. Il travaille aux espaces verts de cette commune et mène une vie routinière, totalement perturbée par cette nouvelle. Tous les stratagèmes mis en place vont montrer leurs faiblesses même si, paradoxalement, un point commun unit en pointillés ces deux personnages antagonistes: les plantes.sophie daul
Utilisant un montage en parallèle qui alterne les points de vue, Sophie Daul met ici en scène un parcours à la fois imaginaire même si inspiré de sa propre histoire. Elle a en effet découvert le corps de sa mère assassinée. Face à un tel drame comment réagir ? Vengeance ? Pardon ? Dans une mise en scène troublante où se dit aussi un corps figé à l'instar de celui de la mère dans une taille 34, Sophie Daul définit ici une troisième voie.
A dire vrai, je craignais la lecture de ce texte qui aurait pu être lacrymal, usant de grosses ficelles, mais l'autrice est à la fois cérébrale et sensible et j'ai dévoré ce roman d'une traite.

Philippe Rey 2018

07/11/2018

Le 12ème chapitre

Un auteur à succès et son éditeur , amis d'enfance, reçoivent simultanément un manuscrit évoquant une tragédie ayant marqué leur jeunesse , rappel dont ils auraient bien aimé faire l’économie. Les envois se succèdent, seul le 12 ème chapitre diffèrera.jerome loubry, schtroumpf grognon le retour
La culpabilité est au cœur de ce roman qui n' a pas su me captiver tant l'écriture est dissonante, l'auteur se permettant tantôt des facilités, tantôt  faisant preuve de davantage de rigueur.
Quant à l'intrigue, elle m'a aussitôt évoqué d'autres textes, et pourtant je ne suis pas férue de polars.

Merci à l'éditeur et à Babelio.jerome loubry, schtroumpf grognon le retour

06/11/2018

les chants du large#netgalley

Finn, sa sœur aînée Cora et leurs parents vivent sur une île de terre-Neuve. Las, les morues  et autres poissons ont disparu , l’île se dépeuple.
Finn  et sa sœur dans un premier temps, puis Finn seul, sans jamais se plaindre, mais avec aisance et harmonie vont faire face à cette situation  à leur manière.
Seul le nom de l'auteure, dont j'avais adoré le premier roman, m'a décidée à lire ce texte dont le thème n'avait rien d'emballant.emma hooper
Bien m'en a pris car j'ai retrouvé l'écriture, toujours un ton au-dessous de ce à quoi on pourrait s'attendre, les ellipses tant narratives que stylistiques  qui  freinent juste avant de tomber dans le pathos ou le convenu.
Avec poésie, avec candeur, mais aussi détermination, les personnages d'Emma Hooper luttent contre la solitude, le chômage, sans jamais perdre de vue leurs sentiments.
Ces gens sont faillibles, mais les chansons de Terre-Neuve qu 'ils entonnent drainent à la fois le passé, irriguent le présent  et ouvrent, si ce n'est vers un avenir, du moins vers une solidarité, une union à la fois poétique et fraternelle. Une atmosphère de fable et un grand coup de cœur.

Les Escales 2018.  Poétiquement traduit par Carole Hanna.

emma hooper

05/11/2018

Helena #MRL18

Partie s'entraîner en vue d'un tournoi de golf, Hailey, jeune fille versatile appartenant à une jeunesse dorée tombe en panne de voiture dans un coin paumé du Kansas.
Elle est recueilli par Norma, veuve de 39 ans, sur le point de conduire sa benjamine, Cindy à un concours de Mini Miss.
L'ambition, la volonté de réussir pourraient rassembler ces deux femmes mais Tommy, l'un des fils de Norma va, par sa violence et sa folie, changer la donne et tout faire basculer dans l'horreur.jérémy fel
Alternant les points de vue des principaux personnages, le roman de Jérémy Fel révèle leurs motivations les plus noires. Sous couvert d'être une mère tigresse prête à tout pour défendre ses petits, Norma n'est-elle pas en fait mue par a lâcheté et la peur du qu'en dira-t-on ?
L'intrigue, diabolique, enserre ses personnages dans des situations inextricables qu'ils sont les seuls à voir créées par leur violence et leur désir de se venger.
Un roman d'une noirceur absolue. Ou presque.

 

Éditions Rivages 2018. 732 pages parfois difficilement supportables.

Merci aux marraines , à Rakuten et à l'éditeur.

Leiloona a été conquise: clic.

 

06:00 Publié dans rentrée 2018 | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : jérémy fel

30/10/2018

Bouche cousue

"Qui donc me rendra mon prénom ? "

 En 93 petites pages, d'une efficacité pleine de délicatesse, isabelle Minière relate une rupture amoureuse, ses prémices et ses conséquences.
Elle centre son propos sur le pouvoir des mot, l'homme abandonné passant progressivement de son surnom "Tintin" à ...rien. "Elle ne m'appelait plus du tout. J'avais perdu mon prénom et mon surnom."La versatilité de Flora, l'ex-amoureuse ira même encore plus loin dans la cruauté désinvolte, n'hésitant pas à interchanger des appellation d'un destinataire à un autre.isabelle minière
Du coup, l’abandonné ,qui ne récupérera son prénom qu'à la toute fin du récit, en perd la voix au sens propre du terme. Il lui faudra suivre tout un processus personnel de réappropriation de son identité pour la récupérer; processus qui n'ira pas sans mal car "On veut changer, mais on a toujours un peu peur de se perdre en cours de route." , réalisant peut être la prédiction inscrite dans son prénom.
Un livre raisonnablement optimiste, léger en apparence , mais plein de finesse et dont il faut noter la délicieuse couverture de Vlou.

Un vrai plaisir que de retrouver Isabelle Minière , éditée ici chez Le Verger.

 

Merci à l'éditeur et à Babelio.

29/10/2018

Mon frère

" Sa première pensée, quand le diagnostic [Parkinson] tomba, fut pour l'épouse :

-Elle veut que je me secoue, elle va être servie."

  Dans la fratrie, il ne reste plus que Daniel, le cancre, devenu écrivain qui se pose la question, des années après la disparition du frère préféré de la famille, Bernard : Qui était-il vraiment ?daniel pennac
Daniel Pennac, intercalant des passages de son spectacle consacrè à la nouvel Bartelby, revient  ici sur la personnalité de ce frère dont il estime qu'il était un lointain cousin du héros de Melville.
Plein d'humour, d'amour et d'empathie, on devine, en filigrane que ce frère, sans jamais ce plaindre, n'a pas eu une vie totalement épanouissante, ni d'un point de vue personnel, ni conjugal.
On ne tombe pourtant pas dans le règlement de compte, le temps  sans doute apaisé les esprits, et cela n'en rend que plus palpable l'émotion, contenue, certes, mais infiniment présente.

Merci à Cathy et Laurent pour le prêt.

 

16/10/2018

Valentine ou la belle saison

"Tu en connais beaucoup des familles où tout le monde s'aime, se parle sans hypocrisie ni jalousie, et ne cache rien à personne ? "

A l'aube de la cinquantaine, Valentine et son frère aîné, Frédéric, vont devoir faire face à de nombreux bouleversements.
Sur fond de campagne électorale présidentielle ,chacun d'entre eux va devoir affronter à sa manière et "digérer" des secrets de famille façon poupées russes , secrets d'autant plus violents qu’ils les obligeront à faire le deuil de l'image idéalisée de leurs parents.anne-laure bondoux
Pour ne rien arranger, Fred comme Valentine doivent simultanément faire face à des tourments personnels...
Centré sur le personnage de Valentine, femme qui a bien du mal à accepter et son corps et la réalité, le roman d’Anne-Laure Bondoux se révèle addictif tant il excelle à croquer des personnages pleins de vie, de doutes mais d’énergie aussi.
Interrogeant les liens subtils, et parfois tortueux, qui unissent frères et sœurs, il brosse aussi en arrière plan le désenchantement d'une certaine gauche idéaliste.
Même si la fin me laisse dubitative, j'ai dévoré à belle dents ce roman qui fleure bon la joie de vivre malgré tout.

 

Fleuve éditions 2018, 407 pages.

 

15/10/2018

Asymétrie

"Dites-moi, monsieur, vous voulez bien ralentir un peu ? J'aimerais attendre d'être à l’hôpital pour mourir."

Roman composé de trois parties, Asymétrie commence par le récit d'une relation en apparence improbable entre Alice, trentenaire qui travaille dans le milieu de l'édition et un très vieux monsieur qu'elle reconnaît rapidement. Il s'agit d’Ezra  Blazer, écrivain célèbre et nobélisable. lisa halliday, Philip Roth
Après le badinage commence une relation surprenante, tant dans sa forme que dans sa narration, tout en ellipses, élégance et ponctuée de remarques pleines d'humour.
Le récit central n'a en apparence rien à voir avec les deux autres parties car il y est question d'un jeune irakien, retenu dans un aéroport londonien qui se remémore son enfance.
Il faudra attendre la troisième partie, où l'on retrouve l'écrivain en pleine interview à la radio, pour avoir l'explication de cette apparente incongruité.
Le récit est fluide, souvent surprenant dans sa manière de relater les événements et prend encore plus de sel quand on pose le nom de Philip Roth, récemment disparu à la place d'Ezra Blazer.

Gallimard 2018

 

Déniché à la médiathèque.

 

12/10/2018

#MissJane #NetGalleyFrance

Handicapée mais raisonnablement heureuse, ainsi pourrait-on résumer le roman de Brad Watson. Née en 1915 dans une petite ferme du Mississippi, Jane souffre dune malformation qui handicapera à jamais sa vie sociale, affective et sexuelle, car non opérable à l'époque. brad watson
Sur un sujet aussi scabreux, Brad Watson écrit un roman tout en délicatesse mais qui n'a pas su me séduire, par manque de relief sans doute.

 

Grasset 2018.

 

Keisha a davantage été séduite. clic.