Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2017

Un grand merci à tous et toutes...

...pour votre fidélité et vos bons vœux. ça fait chaud au cœur et on en a bien besoin  en ce moment car la canicule est un mot n'appartenant pas à notre vocabulaire  dans le Nooord !

Quelques infos en vrac :

*  Recalée (pour la deuxième fois )au prix des lecteurs du Furet du Nord, mais sélectionnée pour le Grand Prix des Lectrices de Elle (jury d'octobre). je précise que j'avais envoyé la même critique...Je suis en pleine lecture de la sélection et je peux déjà vous dire qu'une des tendances de la rentrée est de s’emparer de la vie de personnages plus ou moins connus, sous forme d’enquête, de fiction et/ou de mélange des deux. c'est les cas notamment pour les textes suivants :

31LqyarNZOL._AC_US218_.jpg

51qkTuKeJ+L._AC_US218_.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31okuLsLPbL._AC_US218_.jpg

41cjP61-lNL._SX338_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d'hab', je ne publierai les billets qu'à la date de sortie des ouvrages  et non pas en avance.

* adoré la série Feud qui met en scène la rivalité (savamment entretenue par les studios) entre Joan Crawford et Bette Davis sur le tournage de “Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?”. Jessica Lange et surtout ma chouchoute Susan Sarandon sont formidables. En plus, des commentaires permettent de bien  resituer le contexte et de comprendre les enjeux pour les actrices en général à cette époque. Les vacheries fusent et c'est génial.p13714600_b_v8_aa.jpg

*Beaucoup ri (à ma grande surprise) en regardant le film Sisters. Le genre: on fait la fête et on détruit une maison. genre qui a priori n'est pas ma tasse de thé mais les deux actrices ont une énergie folle et ces deux sœurs très dissemblables mais qui s'adorent et refusent de tirer un trait sur leur adolescence jusqu'à ce que la réalité les rattrape m ont su me séduire. elles osent tout mais tout! On ne fait pas dans la dentelle et parfois ça fait du bien !images.jpg

07/07/2017

Bon an, mal an...

...ce blog fête ses 11 ans et prend ses quartiers d'été ! à bientôt !

 

11333600_887888861246434_594930876_n.jpg

 

tumblr_ob02aw5bI61ry46hlo1_400.gif

30/11/2016

De tout, un peu...novembre

 

 

Mariées rebelles, Laura Kasischke, inédit, édition bilingue,  poèmes magnifiquement traduits par Céline Leroy,  et préfacés par Marie Desplechin.41JMZhJMERL._AC_US160_.jpg

Enfin, le premier recueil de poèmes de Laura Kasischke, dont on n'entendait parler que dans les articles consacrés à celle que nous ne connaissions que comme romancière ! Et ce dont deux éditeurs lillois qui se sont lancés dans cette folle entreprise ! La préface de Marie Desplechin nous donne une folle envie de dévorer tout à la fois le livre et un baba au rhum (dont acte); quant aux poèmes, je vous laisse le soin de les découvrir. Il y est beaucoup question de femmes, de neige et d'amour.

Mariées rebelles *, Laura Kasischke, Traduction Céline Leroy, Editions Page à Page 2016, 183 pages hérissées de marque-pages

*(rien que le titre donne envie !)

 Les cosmonautes ne font que passer Elitza Gueorguieva41lEK-hQAEL._AC_US160_.jpg

Je vais jouer les trouble-fêtes dans le concert de louanges qui a accompagné ce premier roman écrit par une jeune bulgare, mais le "Tu" a sans cesse corné à mes oreilles et j'ai cherché en vain l'humour.

 

Livre pour adultes, Benoît Duteurtre, Gallimard 2016

Le billet de Cuné m'avait donné envie. Si j'ai admiré l'écriture, la nostalgie qui se dégage de ces pages m'a un peu laissée de marbre.418RM0JYA7L._AC_US160_.jpg

 

 

 

 

 

 

Pour finir, un coup de cœur pour une série que je n'ai pas terminé de déguster , mais rien que ce que j'ai déjà vu, à savoir la moitié, est un pur régal : THIS IS US.

Le destin de trois personnes nées le même jour, avec des rebondissements, des retours en arrière, des détails tirés du quotidien, le passé des États-Unis (années 80), des personnages hyper attachants, des histoires qui donnent le sourire, émeuvent, autour du thème de la fratrie et des différences. Le personnage du père (avec sa moustache !) est à lui seul un concentré d'humanité.p12900254_b_v8_aa.jpg

 

Le seul avantage de novembre est qu'il n'a que 30 jours, c'est déjà ça.

07/07/2016

10 ans ! Incroyable !

2006 fut décidément une bonne année puisque Papillon, Antigone et bien d'autres (dénoncez-vous !:)) se lancèrent dans la blogosphère littéraire, multipliant les tentations, les échanges et ...augmentant les Piles à Lire !

Alors merci à tous pour votre fidélité, votre patience (quand je tarde à répondre) et votre inextinguible soif de lectures et de découvertes !

Bises et rebises

tumblr_natgt1JgZ41ry2uopo1_500.gif

 

 

19/12/2015

Bibliothérapie et plagiat.

 Une polémique qu je découvre maintenant :

Régine Detambel clic

Telerama clic

2497845952.jpg

 

 

30/11/2015

Novembre...en vrac

Parmi les livres, aimés mais non chroniqués:

* Une étonnante retraite, Ted Thompson, un premier roman dont le tout jeune auteur parvient à se glisser parfaitement dans la peau d'un quasi sexagénaire, mais dont la narrationest un peu trop sage à mon goût pour emporter totalement l'adhésion. 416HXcGsbuL._AA160_.jpg
Merci, Cuné !

 

 

 

 

 

*Relire, Laure Murat. comme Cuné et Clara (merci !), plein de marque-pages, mais je suis souvent restée extérieure (trop de références à Proust ? Un auteur auquel je reste indifférente (pas taper :), pas assez de relectures d'écrivaines mentionnées ). Par contre, j'ai bien aimé que Tiphaine Samoyault, professeure d'université et écrivaine assume maintenant pleinement sa relecture deux fois par an des neuf tomes (!) de La petite maison dans la prairie"dans les mêmes volumes qui tombent en miettes. Toute une part de [son] savoir matériel vient de ce livre: comment fabriquer une lampe à huile, certaines recettes de cuisine,etc." car "C'est un des rares effets de continuité avec moi-même. En le relisant, je crée du lien avec moi-même."
Moins chic que Proust mais sincère.

à part ça, j’aurais aimé apprécier le film "A la vie", librement adapté de la vie de la mère du réalisateur mais, comme le souligne la critique de Télérama, les dernières images, extraites d'un document mettant en scène les vraies héroïne de l 'histoire-trois rescapées d'Auschwitz qui se retrouvent à Berck en 1962- sont celles du film qu'on aurait aimé voir.

Les premières images du film, mettant en scène les derniers moments du cap d’extermination, sont sans émotion et tout à fait inutiles car relatées plus tard par les héroïnes. Bien plus efficaces sont ces images d'un appartement mis sous scellés et resté intact, où les vestiges d'un repas non terminé en disent bien plus sur la violence et le rôle de la police française.

J'ai entamé la deuxième saison de "The Affair", série américaine, où les mêmes faits sont présentés successivement par les différents personnages, sans pour autant tomber dans les redites. Saison plus riche car , cette fois, le point de vue de la femme trompée nous est proposé. Elle  gagne ainsi  en profondeur et en nuances. Quant à celle qui était la maîtresse , devenue la fiancée, elle expérimente les "joies" d'être la compagne d'un écrivain à succès, ayant relaté sa vie dans ses aspects les plus intimes...

Sinon, , j'ai testé pour vous "les chaussettes les plus chaudes du monde" vendues chez nature et D. par temps de novembre (pluie, froid et vent). Seul le bout de mes orteils est resté froid. Prévoir des chaussures suffisamment larges (type chaussures de marche ) pour arriver à les caser. à porter telles quelles chez soi, sans rien d'autre aux pieds.

Ma fixette chaussette s'est poursuivie toujours chez le même fournisseur avec les chaussettes de yoga. Prévoir cinq minutes par pied pour les enfiler  (tous les orteils doivent être casés dans leur petit logement).
Très efficace sur le sol de ma salle de bains (effet ventouse), nettement moins lors des posture d'équilibre durant le cours. Succès comique garanti (le prof a trouvé qu'elles ressemblaient à des pis de vache). No comment..

30/09/2015

Bilan de septembre

Pas mal de livres enregistrés sur ma liseuse sont restés non chroniqués, faute de temps et d'envie. les voici en quelques mots:

 

*L'atelier d'écriture de Bruno Tessarech, peu d'originalité. Les seules réflexions vraiment intéressantes 41svWXmSgjL._AA160_.jpgviennent des œuvres citées. L'objectif étant d'écrire pour être publié, je n'étais pas vraiment le public visé.

*Se lever à nouveau de bonne heure, Joshua Ferris, abandonné en cours de route, un pavé indigeste et bavard. Un personnage antipathique (un cas psychiatrique ?) au possible, trop de références à la religion. Pas pour moi.41ECLS8RrTL._AA160_.jpg

*Péchés capitaux. Jim Harrison. Le sexagénaire qui séduit successivement sa fille adoptive (pas de sa faute, ellel'a provoqué), la sœur de sa femme de ménage, (il avait pourtant vaillamment résisté aux charmes de la dite femme de ménage), mais quand on rencontre une folle du cul, comment faire?, m'a très rapidement exaspéré.41PEdfBEikL._AA160_.jpg

 

 

 

 

 

 

*Le bercail, Marie Causse, un récit classique sur une secret de famille remontant à la seconde guerre mondiale. Très vivant et intéressant, mais trop de romans ou témoignages lus sur le même thème en trop eu de temps,  ont émoussé mon intérêt.51WYxkEXqUL._AA160_.jpg

 

*Figurante, Dominique Pascaud. Un rythme un peu languissant, une atmosphère très bien rendue mais un personnage féminin dont le choix final (non pas pas rapport au cinéma) m'a vraiment agacée par sa résignation.61O-Cx6iGfL._AA160_.jpg

 

31/07/2015

Bilan de juillet

 Une seule série marquante en ce de mois de juillet : "The Honourable Woman".
 Une femme, Nessa Stein, tente d'établir, par le biais de sa fondation, des liens matériels (mais pas que) entre Israël et la Palestine. Les services secrets anglais et américains sont aussi de la partie et secrets et  coups fourrés se multiplient à l'envi sans jamais pour autant perdre le spectateur en route.
Le passé de Nessa, ses blessures et ses failles sont dépeints avec sensibilité et la violence n'est jamais exploitée de manière éhontée. Rebondissements, suspense sont habilement ménagés.
Dans cette mini série anglaise, on retrouve avec plaisir des acteurs vu dans Broadchurch ou Utopia et, cerise sur le gâteau, le scénario fait la part belle aux femmes, leur donnant des roches riches, forts et nuancés. index.jpg
Elles ont de l'ambition, jouent des rôles importants dans la société, font face avec courage et intelligence aux situations les plus dramatiques, bref, ça fait un bien fou ! à l'inverse, un personnage masculin, très touchant par ailleurs, reconnaît avoir couché avec sa chef pour obtenir une promotion et avoir, de ce fait, sabordé son mariage...
Une série haletante dont nous attendions les épisodes avec une vraie impatience !

Grosse déception par contre pour Trois cœurs, le film de Benoît Jacquot, pesant avec sa musique  soulignant lourdement l'aspect dramatique au cas où, nous ne l'aurions pas remarqué , ennuyeux, dépourvu d'émotion.On ne comprend même pas l’intérêt d'une intrigue secondaire liée à un contrôle fiscal et encore moins comment Poelvoorde peut tomber amoureux de Charlotte Gainsbourg qui fume, fait la gueule, fume, pleure, s'en va, n'attend pas plus de 5 minutes celui dont elle vient de tomber amoureuse (pas très motivée). Il reste Catherine Deneuve et son chien Jack. C'est maigre pour 1 h 45 languissante.index.jpg

11/07/2015

Blog en pause...

...estivale ! à bientôt !

1183483803.jpg

07/07/2015

Bon sang, déjà neuf ans que je sévis ici !

images.jpgUn sacré coup de vieux quand j'ai vérifié la date ! 2748 notes plus tard, je suis encore là.

L’heure du bilan ? Des hauts, des bas, des envies d'arrêter- comme tout le monde- des coups de cœur, des pannes de lecture, des enthousiasmes, des coups de mou, mais toujours le sentiment que je ne suis pas seule à connaître tout ceci et c’est formidable.Pas souvent contente de ce que j'écris mais tant pis.

Au rayon nouveautés:* les séries télévisées , que j’appelle encore fautivement parfois "feuilletons" ce qui me jette d'emblée dans la fosse des dinosaures ayant connu la télé en noir et blanc, par périodes ;* ma liseuse, qui somnole tranquillement depuis un petit moment mais dont je ne dénie pas les qualités;* les romans graphiques dont je me découvre de plus en plus friande, j'y trouve une variété de thèmes qui satisfait ma curiosité.

Je suis ravie de voir de nouveaux noms apparaître dans les comm' (l'occasion de découvrir des blogs) , tout autant que de voir les fidèles au poste, en particulier les matutinaux, l'occasion d'un petit message juste avant d'aller bosser, petit plaisir du matin, idem pour le soir quand je rentre. Merci à tous  !

 Offert par la maison : un p'tit coup de ventilo pour vous accompagner :

Un-gif-de-chien.gif