Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2014

Pourquoi l'esprit de Noël ne passera pas par moi #3 et c'est tout.

à la demande générale d'Aifelle, voici le dernier volet de ma trilogie noëllesque.

"Qui va s'occuper du cadeau de mamie ?"
Nombre de joueurs: 2x 5 couples. Tu te dis donc, dans ta grande naïveté, quand tu débarques dans la famille que , tous les 5 ans , grand maximum, ce sera ton tour de jouer. Que nenni.
Parce qu’il y a des règles implicites que tu découvriras au fil des ans et de tes déconvenues.

Règle implicite numéro 1 : le premier qui pose la question fatidique (cf supra) a gagné le droit de chercher le saint Graal. Si tu échoues, tu rejoueras l'an prochain. Si tu réussis, aussi.
Règle implicite numéro 2 : Si tu es mère de famille au foyer ou enseignante, ce qui revient quasiment au même non ?, tu es sensée disposer de temps .Faire du shopping dans le vent, la pluie, le froid (ne pas barrer de mentions inutiles) te fera faire,en outre, un peu d'exercice. Tu en as bien besoin.
Règle implicite numéro 3 : les pièces rapportées sont pénalisées d'emblée car les naturels  sont rompus à la règle numéro 1. Depuis des lustres.

 PS :Si tu remplis les conditions numéro 2 et 3 et que tu disposes d'un fond de culpabilité et/ou d'une mentalité de bonne élève, tu vas en prendre pour longtemps.

De toutes façons, baisse la tête, un nouveau tour s'annonce: l'anniversaire de mamie c'est en janvier...

Mais pour oublier tout ça, on se repasse en boucle mon film de Noël préféré de tous les temps, Love actually avec Hugh, jeune et beau (soupir).

Ce soir ,sur nos petits écrans.

hugh-grant-o.gif

 

 

14/12/2014

Pourquoi l'esprit de Noël ne passera pas par moi #2

Qui dit repas de Noël  (25 décembre , 13 heures) dit invitations, imposées ou pas.

Et là entre

- ceux qui confirment la lecture de votre mail ,mais ne vous répondent pas .

- celle qui vous répond ,mais pour vous demander de confirmer la date et l'heure car elle a effacé par erreur votre mail.(Vous avez juste envie de lui répondre qu'en raison du réchauffement climatique Noël aura lieu cette année le 14 juillet et qu'on fera un barbecue mais bon).

-ceux qui organisent en catimini (mais, chut !, vous avez vos informateurs) une table ronde pour décider s'ils vont venir et  envoient un mail lapidaire pour confirmer finalement. (tant d'enthousiasme laisse pantois).

- ceux qui fuient les repas de fêtes depuis toujours (explicitement pour éviter de recevoir chez eux) ,  mais qui ,au vu de leurs dates de location de gîte, vont venir,parce que hein, on ne va pas rester tout seuls.

-ceux qui cumulent plusieurs items (si, si, c'est possible).

On ne sait que choisir.

images.jpg

 

 

Excusez-moi , 
à cause de mon état hystérique
ma grammaire s' est envolée par la fenêtre !
(traduction littérale)

13/12/2014

Pourquoi l'esprit de Noël ne passera pas par moi #1

Pourtant, tout avait bien commencé.
Sur un coup de tête, je m'étais inscrite à un atelier couronne de l'avent, que j'avais bien l'intention, en supprimant les bougies, de transformer en couronne d'accueil. Depuis le temps que j'en cherchais une qui me plaise, j'allais enfin pouvoir frimer.
L'esprit embrumé, j'avais oublié quelques points de détails que la réalité s'est chargée de me renvoyer en pleine face.IMG_0444.JPG
D'abord, cet atelier avait lieu en fin de semaine dans un village voisin, perdu au milieu des champs. Ce qui m'a valu des sueurs froides car se faire doubler sans visibilité sur une route boueuse qui serpente dans la nuit, c'est moyen.
Deuxio, à la campagne, si tu n'as pas torturé la maîtresse de maternelle avec les autochtones, tu es , au mieux, même après 25 ans dans le sus-dit village, un nouveau, au pire un étranger. Je te laisse imaginer quand tu te pointes dans un village voisin. Tu passes aussi inaperçue que la mouche tombée dans le bol de lait.
Ensuite, tout le monde s'est pointé à la même heure. Il allait donc falloir attendre , debout, dans le froid de l'arrière -boutique de la fleuriste-décoratrice-vendeuse de thé. Ce qui laissait le temps d'observer celles qui étaient déjà au boulot.
Et là, mes deux mains gauches ont commencé à envoyer des signaux de détresse. Du genre de ceux qu'on lance quand on t'a dit "Viens, ce sera sympa, on débute tous et on va bien se marrer" et que tu découvres que tout le monde est au top. Sauf toi. Un pistolet à colle, j'en avais déjà entendu parler mais , pour moi,  son existence se situait quelque part, dans les limbes de l'inaccessible.
Ensuite, ce furent mes pieds: "On caille !". Puis mon dos :"Tu dois t'asseoir!". J'ai donc capitulé et apès trois quarts d’heure, j'ai levé le camp.
Qu'on ne me parle plus de couronne de Noël. Merci.

10/12/2014

J'en suis restée comme deux ronds de flan...

Dans le dossier de Muze (janvier-février-mars 2015) j'ai découvert que l'écrivaine Anne Perry fut condamnée à l'âge de 15 ans pour le meurtre de la mère de sa meilleure amie, en compagnie de cette dernière !couv-muze191.jpg
Les deux jeunes filles ont frappé avec une brique dissimulée dans un bas, une quarantaine de fois.

Ce fait-divers a d'ailleurs inspiré le film "Créatures Célestes" de Peter Jackson,en 1994.

30/11/2014

Remède à la mélancolie

Tous les dimanches sur France Inter à 10h et aujourd'hui cette émission accueille Pierre Rabhi.

 

Pierre Rabhi : "Cette douleur en l'accueillant change de nature"

30/09/2014

En septembre...

...j'ai  apprécié l'aspect gentiment foutraque de Neuf mois fermes, autant pour la prestation de Dupontel que pour celle de Sandrine Kiberlain, très à l'aise dans la comédie (le très frais Romaine par moins 30, merci, Cuné !) en avait déjà donné la preuve.21030330_20130823114607709.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Gros coup de cœur pour La vie Domestique (adaptée du roman de Rachel Cusk, Les femmes d'Arlington Park (clic)), qualifié par l'Homme de film subversif !
Commençant par un dîner où un chef d'entreprise se livre à un véritable festival de remarques sexistes et racistes, se clôturant par un autre dîner censé être plus amical mais où un homme ne peut s'empêcher de remarquer en parlant du plat principal "C'est simple mais c'est bon." faisant tiquer l'une des héroïnes incarnées par la parfaite Emmanuelle Devos, tout en nuances.
Isabelle Czajka peint avec finesse cette journée -marathon de plusieurs femmes et confronte deux univers: celui très protégé de la résidence et celui, plus rude que fréquentent les participantes de l'atelier de littérature d'un lycée professionnel. La disparition d'une petite fille, issue du quartier populaire, fonctionne en contrepoint de l'attitude de certaines de ces bourgeoises qui, ne peuvent s'empêcher de critiquer l'origine  sociale de cette fillette, tout en agissant avec une "violence "larvée sur leurs propres enfants. L'une d'elle en effet, oublie de débloquer la portière de sa voiture, ayant déjà oublié la présence de son fils à une heure indue dans son emploi du temps , le "colle" ensuite devant la télé.Une autre , quant à elle, refuse d'entendre les critiques du comportement de son fils, préférant aller faire du shopping avec ses amies dans un centre commercial vantant une forme de liberté calibrée.index.jpg
De très jolis moments de pause dans ce marathon maternel , quand Emmanuelle Devos prépare le fameux dîner tout en discutant avec sa mère, incarnée par la trop rare Marie-Christine Barrault.
Un film féministe ?  Résolument, oui.


20/09/2014

ça devient réel (souvenirs d'un week-end londonien)

L'Anglais est bienveillant : "I like the lady with the red shoes." Je savais que je portais des ballerines couleur ponceau, j'ignorais que j'étais une lady. Je prends.
L’Anglais engage facilement la conversation dans les espaces clos (métro, ascenseur...), là où le français fixe obstinément le vide. C'est agréable.
L’Anglais dispose régulièrement des plans lisibles dans sa capitale. J'apprécie.
L’Anglais ferme des stations de métro le week-end.Mes pieds apprécient moins.
L’anglais est stoïque face à la horde de mères et d 'enfants russes qui déboule dans le hall de son hôtel, grille la queue et monopolise la réception. J'admire en réfrénant un envie bien française: rouspéter.
L’Anglais risque sa vie quand il ne trouve pas tout de suite les deux billets que ma fille a brillamment réussi à dénicher (18 000  billets vendus en dix minutes).  L’Anglais me donne des palpitations. L’Anglais déniche les billets. J'applaudis l’Anglais, qui sourit.
L'Anglaise de quarante ans arbore un sac immense et rond en pur plastique brillant avec une tête de chat féroce, sur fond d'orange et vert fluo en direct from Camdem.
L'Anglaise de cinquante ans se lâche question couleurs: collants rouges, robe bleu canard, blouson rose. Souvent, elle se défoule sur les rideaux du salon qu'elle taille en robe. L'Anglaise est bucolique.
L’Anglais entre dans la salle de concert une pinte de bière à la main. La bière est diurétique. L’Anglais a une petite vessie ou des ennuis de prostate: l’Anglais va régulièrement aux toilettes pendant le concert.
L’Anglais est discipliné. La salle entière se lève pour applaudir Kate Bush mais dès que les premières notes de musique retentissent se rassoit comme un seul homme aussitôt.
Bref,j'aime l'Anglais !

kate-bush-before-the-dawn-live-1-1409129378-article-0.jpg

 

Pour tout savoir du concert, c'est ici.

à noter que deux concerts ont été enregistrés en vue d'un DVD ! séance de rattrapage possible !

19/07/2014

à bientôt !

index.jpg

07/07/2014

Mince, on est déjà le 7 juillet...

...et il y  a 8 ans, sur une impulsion, je lançais ce blog , en apparence stakhanoviste, en réalité fluctuant , mais qui pour l'instant perdure.

8 ans de découvertes, d'enthousiasmes, de coups de cœur, de déceptions aussi parfois, mais reste le plaisir alors, c'est reparti pour un tour !

tumblr_mtf64lfT0m1s066hwo1_400.gif

 

30/06/2014

De tout, un peu, en vrac et pas rangé, ça sent la fin d'année tout ça.

Des livres que j'ai aimés, voire beaucoup aimés 41td6d+2jyL._.jpgmais que j'arrive pas à présenter de manière satisfaisante :

*Comment j'ai appris à Lire d'Agnès Desarthe, où plutôt comment j'ai appris à aimer les livres en éclaircissant mes liens à mon héritage familial. Un parcours singulier. Passionnant. De très belles pages en particulier sur la traduction. Le billet de Cuné la tentatrice.

 

 

 

 

 

 

51lzAUCi8JL._AA160_.jpg*Modèle vivant de Carole Fives. Une adolescente qui exprime par ses dessins tout ce qu'elle n'ose pas dire à ses parents divorcé, lors d'un périple estival rencontre un garçon qui va changer sa vie. Poignant, sensible et lumineux.

 

 

 

 

Des films, pour une atmosphère, des paysages, des seconds rôles  charmants, voire un chat rageur ...

Les beaux jours, de Marion Vernoux pour Marie Rivière, Marc Chapiteau, Fanny Cottençon et les plages du Nord.51l3FEmSQ0L.jpg

Quartet, si délicieusement british, une maison de retraites pour musiciens comme on en rêve tous.

Joséphine, pour Marilou Berry et pour le chat Brad Pitt, tour à tour câlin ou éructant, toutes griffes dehors .Un sérieux manque de rythme pourtant.

 Une chanson pour ma mère. l'autodérision de Dave ne suffit pas à insuffler de la folie dans cet enlèvement à vocation sentimentale.