Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2014

Bilan printanier

Plein d'envies cinématographiques mais trop peu de temps. Juste quelques séances de rattrapage
 

  dont une seule mérite un coup de cœur :

* Mauvaise fille d'après le roman (non lu) de Justine Lévy, pour la folle énergie d'Izia Higelin (qui a obtenu le très mérité César de meilleur espoir féminin) et sa vraie complicité avec Carole Bouquet. Des liens mère/fille hors du commun.

*La cage dorée , un thème pourtant peu traité au cinéma: les Portugais vivant en France mais mollasson au possible: abandon.

* Et une nouveauté : The Grand Budapest Hôtel de Wes Anderson où un écrivain vieillissant se remémore sa rencontre avec le très romanesque Zero Moustafa propriétaire du Grand Budapest Hôtel quelque peu décati mais qui avait connu des jours meilleurs dans les années 30, sous le "règne "bienveillant  mais exigeant de Monsieur Gustave (incarné par Ralph Fiennes). Mais le héros de ces récits enchâssés  est bien évidemment l'hôtel aux couleurs de pâtisserie, truffé d'escaliers, de couloirs et d'ascenseurs qui permettent au réalisateur des cadrages jouant tour à tour sur la verticalité et l'horizontalité, à voir impérativement sur grand écran. L'atmosphère des années 30 , à la fois confortable et menaçante, dans ce petit pays d'Europe Orientale imaginaire, est parfaitement rendue. Les méchants sont menaçants à souhait mais l'humour est aussi au rendez-vous comme dans cette improbable course -poursuite dans la neige qui n'est pas sans évoquer James Bond ! Un film romanesque et plein de charme, un pur régal !

Pour les séries, la saison deux de House of Cards fait la part belle au personnage interprété par Robin Wright, aussi machiavélique dans un genre différent (tout en douceur) que son mari....Pour l'instant, c'est savoureux de voir certains personnages se jeter tout cru dans la gueule de la belle !

Et enfin :

*20 bonnes raisons de s'arrêter de lire, de Pierre Ménard. Sous les apparences d'un pamphlet, élégant et cultivé, un bel éloge de la lecture !51IY7txsuML._AA160_.jpg

Le Cherche Midi éditeur, 2014.

 

28/02/2014

Février, mois très court...

Févier , mois de l'amouuuur ! En effet, depuis le 13 février ,les oiseaux ont entamé chez moi leur grande campagne de délimitation de territoire et de séduction de leurs belles : ils s'égosillent à tout va ! Pour rester dans l’ambiance, j'ai donc enchaîné  :

* Mariage à l'anglaise : du classique à ceci près qu'on passe très vite sur le coup de foudre et qu'on enchaîne illico sur le mariage d'un couple improbable . Leurs proches ne leur donnent pas un mois. Tiendront-ils un an ? D'autant qu'autour rôdent une ex et un bel homme qui a les traits de Simon 510uiG6AasL.jpgBaker...Pour Rose Byrne, toujours parfaite et pour l'humour british. Le meilleur ami du marié, genre de Gaston Lagaffe qui ne maîtrise rien de ce qu'il dit m'a fait m'esclaffer plus d'une fois.

*Happiness therapy : une romance parfois sombre entre un bipolaire aux yeux bleus (à éclipses) foudroyants et une veuve dépressive à la cuisse légère, qui, entre une discussion animée sur les mérites comparés des médocs et un entraînement de danse vont trouver le chemin de nos cœurs. Bien ficelé, bien joué, enlevé, émouvant et drôle.51rfIjfFBAL._AA160_.jpg

*Amour et turbulences. Le plus improbable pour moi car le personnage interprété par Nicolas Bedos semble très proche de ce que ce jeune homme donne à voir dans les médias : un gros con (c'est dit dans le film), goujat, dragueur invétéré et infidèle chronique. Et pourtant son duo avec la pétillante Ludivine Sagnier fonctionne parfaitement bien, les dialogues sont soignés, c'est rythmé et  Bedos semble se flageller avec le sourire (ou n'est-ce qu'une posture, susurre une eptite voix en moi).

*Lulu femme nue : un grand coup de cœur pour l'Homme et moi qui 529485.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgavions tous deux lu la BD et avons nettement préféré le film, plus optimiste pour le personnage féminin. Les personnages secondaires sont soignés avec une mention particulière pour les deux frères , sorte de Pieds nickelés à la petite semaine des plus sympathiques qui défendent  quasiment en dansant le personnage interprété par Bouli Lanners. Une réussite  ! Un film réconfortant et qui présente de très jolis portraits de femmes à différentes étapes de la vie .

*20 ans d'écart: sujet le plus casse-gueule mais la fraîcheur des interprètes emporte l'adhésion. Mention spéciale au personnage de la photographe odieuse interprétée par Blanche Gardin , à mille lieues de son personnage dans Working Girls (enfin dans la 3 ème saison, après un relooking extrême, ça bouge pour elle !:) )


*Henri : de et avec Yolande Moreau (dans un tout petit rôle). un film extrêmement visuel, qui prend son temps et ne privilégie pas les dialogues. Une approche sensible et juste du monde des handicapés mentaux, sans poésie ni niaiserie.21054873_20131105154123207.jpg Un univers bien particulier qu'il faut laisser le temps d'infuser.

Qui a dit que je n'aimais pas les love stories ? :)

Et enfin, la 4ème et  dernière saison de The big C où Cathy va devoir jeter l'éponge devant le cancer qui gagne du terrain, mais sans jamais se départir de son humour, de sa pugnacité et de sa volonté de tout organiser .Elle va même jusqu'à inscrire son mari sur un site de rencontres destinés aux veufs ! Toujours sur le fil du rasoir, à la fois explicite et délicat, sans jamais tomber dans le pathos et avec des personnages secondaires dont l’évolution est aussi intéressante que celle de l'héroïne.  Lucky me, conclut Cathy. Nous aussi de l'avoir rencontrée.index.jpg

24/12/2013

Au moins, il ne perdra pas ses épines !

Joyeux Noël à tous !

IMG_0444.JPG

15/12/2013

Just for fun

Miss Bambou n'a pas daigné jeté un œil sur cette vidéo...


08/12/2013

ça sent l'sapin !

 Merci  à Cathy et Laurent pour cette découverte d'il y a quelques années!:)




27/11/2013

Choses qui m'agacent dans les films et/ou séries télévisées

1/Les héroïnes trimbalant avec désinvolture des sacs et/ou valises aussi vides que le cerveau de l'accessoiriste.

2/ Les héros/héroïnes buvant sans même déglutir des tasses de thé ou de café. Trop fort.

3/Les héros/héroïnes buvant pour un oui pour un non à tire larigot du vin rouge dans des verres de la taille de petits aquariums. ça remplace la cigarette fumée nerveusement ou c'est le lobby des vignerons ? c'est plus sexy ?

Et vous, qu'est ce qui vous agace dans les fictions au ciné ou à la télé ?

The big Lebowski, en tout cas, j'adore !

annoyed.gif#annoyed%20gif%20400x220

22/11/2013

Les déferlantes...

...à la télévision, ce soir sur Arte !46693563.jpg

Sylvie Testud, Bulle Ogier, le regretté Daniel Duval et les paysages de la Hague bien sûr !

10/11/2013

La bibliothèque idéale d'Anna Gavalda #1

Recension effectuée d'après un article de Elle N°3540 (manque toute la saveur de ses commentaires parfois surprenants ...)

-Margaret Mitchell,Autant en emporte le vent64425_628113737203187_1618699045_n.jpg

-Jane Austen, Orgueil et préjugés

-Karen Blixen, La ferme africaine

-Nick Hornby, Haute fidélité

-Brady Udall, Le destin miraculeux d'Edgar Mint

-David Nicholls, Un jour

( One day,(en VO) )

- Angela Huth, Les filles de Hallows Farm

- Françoise Sagan, Les Faux-Fuyants

- Willa Cather, Mon Antonia

- Laurie Colwin, Franck et Billy, Une vie merveilleuse, Une épouse presque parfaite,  Comment se dire adieu ?

- Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

-Roald Dahl, Matilda

-Jim Harrison, Dalva, mais pas que.

-Alessandro Baricco, Soie

06:00 Publié dans Bric à Brac | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : anna gavalda

La bibliothèque idéale d'Anna Gavalda #2

- Dina Vierny, Histoire de ma vie racontée à Alain Jaubert41C62A9VshL._.jpg

- Tereska Torrès ,Une française libre41R+dIqcGxL._.jpg

- Simon Leys, tout

- Recueil de citations: Les idées des autres

- Une anthologie de poésie

- Anne-Margot Ramstein, Matthias Arégui, Avant, après(jeunesse)

51vXEpNxBsL._.jpg

05:55 Publié dans Bric à Brac | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : anna gavalda

03/11/2013

Quand le maître n'est pas là ...

clic !

Le chat qui vide les vêtements, je connais, très bien même !:)