Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2014

Promenade hivernale

Il fait froid. Tu chausses tes tennis. Tu enfiles ta doudoune. Tu t'entortilles dans ton snood en manquant t'étrangler. Tu coiffes le tout d'un bonnet . Ah, ne pas oublier les mitaines à capuches et le gilet fluo. Tu équipes le chien qui en douze ans d'âge n'a toujours pas appris à mettre sa laisse et son collier.
Vous sortez. Il se soulage à trois mètres de la maison, refuse d'avancer plus avant. Vous rentrez.
Durée de la promenade : 3 minutes chrono.

06/08/2011

Que diable allait-elle faire dans cette galère...1/ ?

Ploc, ploc, la cantinière verse de généreuses louches sur les articulations, referme prestement les pans de la papillote et repart , chariot brinquebalant et marmite glougloutant, dispenser ailleurs la noirâtre manne. Cloué à la table, on est, façon papillon.Cuisson: une demi-heure.
Quand la sueur commence à couler sous les fesses, on se jure in petto de ne plus jamais regarder une feuille de brick de la même façon.
On aimerait arborer le sourire extatique que l'on voit sur les brochures des thalasso mais ici pas de musique zen , de chants d'oiseaux , juste les caquètements des curistes ,quasi centenaires, égrotants et valétudinaires ,dont la langue seule semble être agile.
L'ouverture de la papillote est plus rude : il faut se débarasser de l'emplâtre et là on manque se noyer  sous le jet puissant de la douche que l'on a pourtant soi même mise en marche. On ne regrette pas l'investissement du bonnet de compet'.
A peine le temps de s'essuyer avec la minuscule serviette fournie, vite, il faut s'empaqueter dans le peignoir et rejoindre l'étape suivante...

C'est pas le tout  mais comment je fais pour lire, les bras collés au corps et à la boue, hein ? !

à suivre...ou pas.

15/05/2011

Prises de rendez-vous, prises de tête.

"Bonjour, le numéro de téléphone du Docteur Léni Fiante a changé. Veuillez appeler le ...(suit le nouveau numéro débité à toute allure)."images.jpg
Dûment munie d'un papier et d'un stylo extraits de votre sac glouton, vous recomposez le numéro du répondeur pour noter à la volée les dix chiffres salvateurs.
"Bonjour, vous êtes sur la messagerie du Docteur Lénifiante. Pour prendre un rendez-vous, vous pouvez appeler le lundi de 13 h 12 à 15 h 37  les jours pairs, de 14 h 28 à 16 h 32 les jours impairs. Le mardi de 10 h 12 à 12 h00 ... " Et les nuits de pleine lune , ça compte ou pas ?
Vous cessez de griffonner à toute allure et guettez le vendredi, jour qui vous intéresse. "...le vendredi de 9 h 00 à 11h 47 . "
Super, c'est noté et il est 9 heures. Vous préparez votre agenda. Prête? Appel . Répondeur. Bon la secrétaire n'est peut être pas du genre ponctuel ou alors elle prend un café. 9 H10, elle a eu le temps d'aller faire pipi. Appel. Répondeur. Bon vous rappellerez dans une heure.
Appel. Répondeur. Votre téléphone annonce déjà six appels avant que la lumière ne se fasse : faute de pont le dimanche 8 mai, le docteur Léni Fiante et sa zélée secrétaire se sont bâti un pont perso et anticipé...
Vous perdez entre temps votre patience et le nouveau numéro de téléphone. C'est reparti pour un tour de manège...

11/04/2010

De l'influence des polars suédois

9h 55: après avoir expédié les courses à toute allure et dans les placards, vous vous présentez à l'accueil de l'ophtalmo.

10 h: la secrétaire, qui a terminé sa conversation avec une patiente que visiblement elle connaît bien, daigne s'intéresser à vous  et vous signifie sans ménagement que non, vous  n'avez pas rendez-vous aujourd'hui à 10 h. Vous argumentez. Personne ne lâche prise. Elle finit par vous mettre en surnombre. Vous vous en fichez,  parée vous êtes : 558 pages d'un polar suédois.

12 h: la secrétaire s'enfuit à toutes jambes, prétextant un rendez-vous (chez son psy ?),devant les yeux éberlués d'un patient à l'accueil.

12h01 : l'ophtalmo et vous constatez de conserve que la peste a sciemment omis de signaler votre arrivée à 10 h à son patron. Il est furax, vous bizarrement très zen. Les effets du polar suédois sont surprenants. Comme vous n'êtes plus à une heure près, l'ophtalmo décide de vous faire non pas un fond d'oeil mais deux. Ne pouvant plus lire, vous avez un peu plus de mal à supporter les premières mesure du lac des cygnes du répondeur qui fonctionne en permanence car la Peste ne décroche jamais le téléphone, elle l'avoue sans aucun scrupule. Au bout d'un heure de ce régime, vous avez juste envie de voir si les cous des cygnes feraient de jolis noeuds mais tout va bien.

13 h: vous sortez et bizarrement la lumière se réfléchissant sur les jolis murs blancs du parking vous fait soudain éprouver un bref élan de sympathie pour les vampires surpris par les rayons du soleil levant. Votre voiture est facile à trouver,il n'ya plus qu'elle.

14h : la tête couverte de papillotes argentées, vous allez pouvoir vous détendre et retrouver figure humaine chez votre coiffeur préféré, votre fidèle polar suédois à vos côtés. Vous vous réjouissez d'avoir retrouvé l'usage de mes deux yeux.

14h 15 : entrée d'une nouvelle cliente dans le salon de coiffure : votre Pire Ennemie. Les jolis papiers argentés empêchent vos cheveux de se hérisser. Vous maudissez le sort in petto et envoiez des SMS  de détresse.Vous replongez dans votre polar dont  vous estimez le poids.

15 h 30 : vous devez passer au bac à shampooing. Là où croupit justement votre Pire Ennemie, les cheveux dégoulinant d'une substance verte et visqueuse. Vous vous levez, arrachez vos lunettes, adressez un superbe sourire à l'apprentie qui vous attend et vous dirigez, feignant une myopie grave ,  vers la seule place libre. Evidemment, juste à côté d'Elle. Vous vous ignorez royalement.

17 h:  vous arrivez juste à temps pour accueillir Monsieur votre fils qui vous assène sans ménagement :  "Pourquoi t'as une coiffure de vieille ? " .

Dernier recours: vous plonger dans votre polar suédois. Son titre ? "Comme dans un rêve".

Ceci est ma contribution au défi de Lou.

 

13/12/2008

Marathon de Noël

Cette année, foi de Cathulu, je serai au point.
Pour une fois, j'ai  pensé à prendre rendez-vous pour aller chez le coiffeur le 23 décembre à 14 h pour qu'il taille ma  tignasse, la  détende, la brushe , la lisse avant de l'asperger d'une demi-bombe de laque (pardon la  couche d'ozone !)pour mater mes cheveux qui, en temps ordinaire, n'en font qu'à leur tête (en l'occurence la mienne) et semblent doués d'un fort esprit de rebellion... Ainsi dotée d'une apparence civilisée, j'affronterai la neige, le vent et/ou la pluie qui  se tiennent  en embuscade à la  porte du salon de coiffure, prêts à m'assaillir ,et ce en toutes saisons. Je n'aurai plus qu' à dénicher sur internet le petit repose-nuque sur lequel les pharaonnes dormaient pour ne pas défaire leur coiffure et tout ira bien. Pourquoi ne pas  aller chez le coiffeur le 24 ? parce que je me prépare psychologiquement  et ne sort pas de chez moi, sauf urgence.
J'ai déjà trouvé les deux tenues (un bas, deux  hauts) qui me permettront d'enchaîner avec charme  et élégance (je pouffe !)le  réveillon dans la famille de l'Homme et le jour de Noël chez mes parents, illustrant ainsi  le proverbe kathulien* " Qui mangera du foie gras, sera gavé comme une oie."
Les cadeaux sont presque tous trouvés et j'ai programmé avec ma belle-soeur numéro 1 le jour où nous partirons en quête du cadeau de belle-maman. Ayant lamentablement échoué lors d'une précédente épreuve, pourtant facile ( je n'avais juste pas prévu  que pour belle-maman un vase rond signifiait : un vase dont l'embouchure est ronde , illustrant  ainsi un deuxième proverbe Kathulien :  "Ne compte  pas sur la  télépathie, ce  que tu veux, tu le dis .") j'ai eu zéro pointé et mes belle-soeurs 2,4 et 5 ont tenu pour acquis que cette mission m'incombait. Depuis quelques temps, ma belle-soeur numéro 1 ,qui de temps en temps prenait gentiment  le relais, et moi  avons  décidé d'aller traquer ensemble le tableau- pas -cher- et- qui- s'harmonise- avec -les - couleurs- du salon, le sac -pas- trop- grand- mais- pas-  trop- petit quand -même...Nous sommes donc  fin prêtes, le rendez-vous est arrêté, tout est bien organisé... mais  que  veut belle-maman cette année? On a juste oublié de lui  demander  ...

*Kathulien (ou cathulien) : adj. de Kathulu, plumitive grecque (-196?- -20??). Elle enseigna la rhétorique et traumatisa des centaines d'élèves. Elle a laissé une série d'aphorismes  et de proverbes parfois énigmatiques: "J'adore les vaches, mais dans les prés." sur lesquels les plus grands chercheurs se cassent encore les dents. Elle périt, illustrant ainsi sa propre théorie, étouffée sous les piles de livres qui entouraient son lit. Sur sa tombe on a gravé ces mots : "D'abord, Ensuite, Enfin."

22/03/2008

Ma vendeuse préférée...

Pour faire mentir le temps , qui n'a rien de printanier, j'ai envie de renouveler , un peu, ma garde-robe et donc d'aller dans les boutiques affronter  rencontrer ma vendeuse préférée...

Ma vendeuse préféré n'essaie pas à toutes forces de me vendre la ceinture en serpent qui-va-si-bien-avec-le-jean  et ne me répond pas , en outre, que le serpent n'a pas été tué (Il s'est sans doute suicidé rien que pour le bonheur d'entourer ma taille).
Ma vendeuse préférée ne prétend pas que les chaussures "vont se faire",  c'est faux et mes pieds ne se feront jamais à la torture infligée par ces croquenots.
Ma vendeuse préférée ne pose pas avec autorité sur la comptoir les DEUX boîtes des chaussures que j'ai essayées. Atteinte de surdité sélective, elle a bien entendu que la première paire me plaisait mais pas qu'elle me faisait mal.
Ma vendeuse préférée ne glisse pas d'échantillons de crème anti-rides dès que j'ai dépassé le cap fatidique des 20 ans.
Ma vendeuse préférée ne me donne pas comme argument "D'ailleurs, j'ai le même."Il faut me laisser l'illusion que je ne suis pas habillée comme tout le monde.
Ma vendeuse préférée ne s'arrache pas aux forceps un "Bonjour" et ne persifle pas "C'est du Machinchose , bien sûr" sous-entendant clairement que je ne suis pas assez bien vêtue, cultivée ou riche pour apprécier,  pauvre vermicelle* que je suis.  La même s'empressera  autour de moi comme un papillon autour d'un buddléïa, avec force sourires ,si je me pointe vêtue d'une pelure que ses yeux exercés auront identifié comme digne de son standing.
Bref ma vendeuse préférée ne me prend pas pour une poire(ou une vache à lait) et en échange

-je ne lui ferai pas déballer tout son stock même si je  sais pertinemment que je n'ai envie de rien,

-je serai aimable et souriante (autant qu'elle !)

- mes deux pieds seront propres et mes bas pas troués

-je reviendrai la voir !


*  vermicelle,  féminin de vermisseau.

08/03/2008

Illettrée

Battues
Violées
Humiliées

Voilées
Lapidées
Excisées

Niées
Insultées
Sous-payées

Réifiées
Dénudées
Exploitées

Pourquoi, ici, le féminin l'emporte-t-il sur le masculin ?

Cathulu

06:17 Publié dans Croqué sur le vif | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : femmes

01/12/2007

"La chair est triste , hélas, et j'ai lu tous les livres..."

whoIl est terrible le cri silencieux, forcément silencieux ,de la lectrice anonyme compulsive rôdant dans une librairie comme une louve efflanquée à la recherche de bouq-uins pour assouvir sa faim !
Tournée vertueuse au rayon des livres de poche, histoire de se mettre en bouche: déjà lus, trop gros, trop minces, pas appétisssants,faisandés...Bouffée  d'espoir : le dernier livre d'esther Freud devait sortir en poche ce mois-ci. Reporté sine die. La lectrice anonyme compulsive convulse mentalement aux pieds de sa libraire péférée mais fait bonne figure.
Virée en catastrophe aux grands formats. Tiens une nouveauté. Trop cher. Jasper Ffordement que ce livre sortira bientôt en poche car la série s'essouffle et ne vaut pas que mon banquier collapse.
La LAL ne s'avère pas  d'un grand secours: les livres ne sont pas dispos et la Lectrice compulsive n'est pas  en humeur d'attendre, le manque gagne du terrain: elle veut palper, flairer, goûter tout de suite et emmener dare dare sa proie dans sa tanière.
Inutile d'évoquer la hauteur de sa PAL. Inutile de montrer les rayons bourrés de bouquins : c'est définitif:
IL N'Y A RIEN A LIRE !
Fuyez , bonnes gens, ôtez-vous de  son chemin car rien n'est pire qu'une lectrice anonyme compulsive en manque !

06/10/2007

Que fait l'ASE ?

Lundi soir, je récupère Ferdi à la  garderie de l'école et là je suis clouée de stupéfaction: manreau ouvert, gilet ouvert, mon Loulou arbore fièrement un tee-shirt blanc qui bâille largement au cou, forcément parce que  c'est le haut du pyjama de sa soeur (16  ans  cet été).
J'étouffe un hurlement et conserve ma dignité en ne révélant rien à la dame de la  garderie, ne laissant échapper qu'un "Papa t'a laissé sortir comme ça ? ".
Eh oui, le père indigne a bien vu que  le tee-shirt choisi par son fils était grand, alors il l'avait soigneusement rentré dans la pantalon mais n'avait rien vu de  bizarre au niveau du col. Remarquez ça me permettra de faire des économies et du recyclage, voire même de lancer un nouvelle mode :le pyjama porté la  nuit par la cadette sera porté le jour par le benjamin...
Mercredi soir,je rentre du boulot et là  je subodore  un nouveau problème :  la voiture de l'Homme était déjà là . 18 heures n'étant pas une heure décente pour rentrer du boulot (pour l'Homme s'entend), il y avait effectivement eu un problème: l'Homme avait oublié d'aller rechercher Ferdi au foot.

Heureusement,en digne fils de sa mère (hum !), Gerdi avait mémorisé le numéro de téléphone de la maison et du bureau.L'Homme, honteux et confus,jura mais un peu tard qu'il ne recommencerait plus...images

Pas besoin de faire de test pour savoir que j'ai épousé Le Distrait.

Et vous, quelle facétie vestimentaire avez-vous commise par étourderie ?

En tout cas, dans la catégorie "oubli",je me pose là : j'ai oublié de mettre le lien de Cuné qui m'avait pourtant donné envie de lire "La physique des catastrophes" !

17/03/2007

Le vaillant petit élève

Luigi s'est imposé une diète drastique pendant trois mois: pas plus de 8 heures de cours par semaine et surtout pas de cours de Mâme Cathulu: les allergies ça ne se  commande pas.
De retour parmi nous, il  s'avance vers moi et me  glisse en confidence: "J'étais absent car on m'a enlevé une dent  de  sagesse." Je note  mentalement  de penser à renouveler mon stock de mouchoirs en papier.
Luigi pour fêter son retour arbore un jogging  dont le  bas est rentré dans les chaussettes elles-mêmes  glissées dans des baskets. Le tout impeccablement blanc. D'ordinaire, les vêtements de mes  élèves ont été blancs dans une vie antérieure et tirent plutôt sur le gris moyen.
Dans quelques années,  Luigi se fera greffer de la moquette sur le torse et achètera une chaîne en or.  Il roulera en voiture décapotée et son klaxon chantera "La  cucaracha" pour saluer Mâme Cathulu quand il  la  croisera sans l'écraser. Luigi n'est pas  rancunier.
Pour bien plomber l'ambiance , je fais étudier à la classe un texte sur les causes de la vitesse au volant. Luigi relève le défi et s'exclame tout à trac: "Oh, Madame, y a une mouche". Je rappelle à ceux qui auraient un doute  que nous sommes en cours d'une matière qui deviendra bientôt une langue morte ou agonisante :le français, et qu'il  ne sagit pas  d'entomologie.
Je soupire intérieurement et attend tranquillement la suite qui ne manque pas d'arriver."J'aime  bien les mouches . (avec un grand sourire) Je  leur arrache les ailes et..."
"Tu te prépares un lourd karma",  Dis-je l'air sinistre et d'un ton pénétré.
Il n'a  pas dû comprendre  mais au moins ça lui a  coupé  le sifflet.
Une règle plate apparaît miraculeusement dans la main droite de celui qui n'a en général qu'un crayon gris qu'il vient soigneusement tailler au-dessus de la poubelle.  Quelques gesticulations et la mouche est bientôt estourbie.
Triomphalement, il vient déposer son trophée sur le bord du bureau,  je lui montre la poubelle, puis souriant Luigi retourne à sa place. Le cours peut continuer.