Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2024-01 | Page d'accueil

17/02/2024

A quoi rêvent les étoiles...en poche

"On a tous besoin de se raconter une histoire qu'on trouve cohérente, de s'arranger une vérité à partir de  fragments de fabriquer des liens de cause à effet. Même lorsqu'ils n'existent pas vraiment. Surtout lorsqu'ils n'existent pas vraiment. "

Roman Choral, A quoi rêvent les étoiles met en scène cette fameuse théorie qui veut que nous soyons reliés à n'importe qui dans le monde par une chaîne de six relations individuelles.61lINAweDkL._SL1051_.jpg
Ici, le territoire est plus circonscrit car il se limite à la Bretagne, mais l'ambition n'en est pas moins grande car Manon Fargetton va relier des êtres qu'en apparence tout oppose (par l'âge, la profession, le passé...). Il y aura des surprises (et non des moindres) mais rien de télescopé.
Quel que soit l'âge de ses personnages, elle les  dépeint avec beaucoup de sensibilité et de véracité se glissant aussi bien dans la peau d'un ado refusant de sortir de sa chambre que dans celle d'une veille dame refusant de vivre sans son mari, décédé.  La maladie mentale, l'emprise ou le parent qui refuse de donner son indépendance à sa fille sont aussi évoquées mais les personnages sont aussi animés par leurs passions, aussi différentes soit-elle. Faisant le lien entre eux, un peu à la manière d'un chœur antique à lui tout seul, un marchand ambulant de crêpes haut en couleur commente ce qu'il voit et ce qu'il devine. Un excellent moment de lecture pour ados- mais pas que- car l'écriture est fluide, els personnages complexes et la structure très maîtrisée.

16/02/2024

Le lâche...en poche

"Suivant qui vous êtes, les handicapés vous apparaissent comme des memento mori, la bonne action de la journée à accomplir, un réceptacle pour votre pitié ou un motif de curiosité. "

Qui est le lâche dans ce roman ? Le fils qui  a fugué il y a dix ans sans donner de nouvelles et se retrouve maintenant dans l'obligation d'appeler son père à la rescousse car il est paralysé et sans ressources à la suite d'un accident ; ou le père qui, à la mort de sa femme, a plongé dans l’alcool et la violence ? Peu importe au fond. L'essentiel est que, bon gré, mal gré les deux hommes vont devoir cohabiter , s'adapter l'un à l’autre , et cela n'ira pas sans mal car si le père a su gommer (en partie) ses aspérités, le fils est une boule de colère contre le destin, contre les autres, mais surtout contre lui-même.71npM+bQRDL._SL1500_.jpg
Pas d'autoapitoiement, mais une bonne dose d'humour noir et un regard acéré porté sur le handicap, la manière dont il est vécu de l'intérieur ( le fait que l'auteur soit lui-même en fauteuil n'y est sans doute pas pour rien) et un magnifique portrait , très nuancé, des relations familiales. L'auteur qui signe ici son premier roman fait une belle entrée dans la littérature.

15/02/2024

Permettre aux étoiles

Puisant dans la vie quotidienne, une rencontre, un séjour à l’hôpital, des mots entendus à la télévision ou dans la rue, Stéphane Bataillon en tire des poèmes en prose qui en expriment tout le suc. stéphane bataillon
Il est parfois discrètement politique, mais tranchant quand même . Ainsi dans le texte intitulé "Essayer autre chose", dans un contexte d'élection, il évoque la tentation de beaucoup et conclut ironiquement "[...] essayer autre chose/ comme/ se trancher les doigts/ avec la lame du boucher. "
Le Covid traverse aussi ces poèmes , ainsi que la nature, l'occasion de s'étonner ,d'ouvrir les yeux sur ce qui paraissait acquis, évident. Et c'est bien là la tâche du poète: nous donner à lire d'un œil neuf ce qui semble aller de soin.  On prend beaucoup de plaisir à la lecture de ces poèmes  , jamais mièvres, mais d'une intensité sourde.

Merci à l'éditeur et à Babelio. stéphane bataillon

 

 Éditions Bruno Doucey 2024.

09/02/2024

A prendre ou à laisser...en poche

"Elle refusait d'apparaître aux yeux de son assassin de  mari comme un vieux tacot goulu en carburant dont il faudrait remplacer tant de pièces qu'il se révélerait moins onéreux de l'abandonner à la casse et d'acheter un véhicule neuf. "

Pour des raisons diverses (des antécédents de dégénérescences du cerveau ,le désir  ne pas être un poids pour le National Health Service...) , Cyril et Kay ont passé un pacte: le jour du quatre-vingtième anniversaire de Kay, ils mettront fin à leurs jours.
Arrive le jour fatidique et tout n'est pas si simple. lionel shriver
Un point de départ, douze possibilités et autant de textes aux tonalités diverses qui nous permettent de réfléchir sur la vieillesse et la fin de vie. Le risque était de tomber dans une certaine mécanique, mais Lionel Shriver parvient toujours à nous surprendre, voire à nous effrayer. L'humour est toujours aussi grinçant et l'autrice n'hésite pas à brosser d'elle un portrait au vitriol , un clin d’œil bien venu pour éviter toute position surplombante. Un pur régal.

 

Traduit de l’américain par Catherine Gibert

08/02/2024

Python

"Nos textes quand ils s'affichent sur l'ordinateur s'écrivent sur un millefeuille d'autres textes écrits par d'autres mains. L'idée de palimpseste a toujours enchanté les écrivains, mais de ce palimpseste-là, ils ne parlent pas. "

La narratrice,  romancière d'une cinquantaine d'années, est un jour fascinée par la concentration avec laquelle le fils d'un de ses amis est penché sur son ordinateur, en train de coder. Intéressée par ce nouveau langage, elle se met en tête d'apprendre à coder, tente la "piscine" pour intégrer la fameuse école 42 de Xavier Niel, échoue, évidemment, mais se met à fréquenter , en observatrice tout ce petit monde de geeks. nathalie azoulai
Si on apprend plein d'informations intéressantes sur cet univers qui trop souvent dépasse ceux qui ne sont pas nés avec Internet, très vite, on se demande où va le roman et quel est son réel intérêt. Pourquoi évoquer tout à coup son ami d'enfance qu'elle ne voit plus ? Pourquoi débusquer cet étudiant de l'école 42 jusque chez lui ? Le récit se termine de manière abrupte et peu satisfaisante.

 

 P.O.L 2024.

07/02/2024

La Vie Précieuse

"il y a pourtant des petites choses coupantes dansa doublure de mon cœur. Des choses comme des petits animaux qui traquent mon corps. Des animaux à l'intérieur. "

Roman autobiographique et de formation La Vie Précieuse pulse de l'énergie de son autrice et narratrice. Jouant avec la typographie, la page, usant avec virtuosité des ellipses, sans jamais perdre son lecteur en route, Yrsa Dale-Ward  se livre avec franchise, n'occultant ni le racisme dont elle a été victime dans les années 80 dans le Nord de l’Angleterre, ni les addictions dont elle a souffert , ni la prostitution . 
J'ai particulièrement été marquée par la dissociation dont elle use dans son récit, passant du "je " au "tu" pour mieux relater "unenuitputaindefroide" et par la manière dont elle évoque sa relation à son corps et comment, très tôt, il est envisagé par les hommes. yrsa daley-ward
Sans pathos, elle évoque sa mère qui l'élevée sans père à proximité, se tuant littéralement au travail, ses grands-parents extrêmement religieux, son petit frère aussi, tant aimé. Un texte puissant traduit par Julia Kerninon.

 

Merci à Babelio et à l'éditeur pour cette découverte.yrsa daley-ward

 

06/02/2024

à quoi songent-ils ceux que le sommeil fuit ?

"Je devine les trois rectangles laissés par les cadres décrochés. Nos traces. Je veux m'assurer que nous avons vécu ici, heureux.M'assurer qu'il reste quelques marques, quelques empreintes de notre histoire. Alors, je viens rôder là quand le sommeil m'évite. Les heures profondes de la nuit sont aussi les premières du matin, un matin qui s'ignore et n'a rien à dire au jour, un matin enveloppé de ses ténèbres comme dans un manteau d'hiver. "

En lisant ces micro-fictions, reliées entre elles par des monostiches consacrés à la nuit, j'avais en tête ces vers de Paul Eluard

"Nous vivons dans l'oubli de nos métamorphoses
Le jour est paresseux mais la nuit est active
Un bol d'air à midi la nuit le filtre et l'use
La nuit ne laisse pas de poussière sur nous".

Mais chez Gaëlle Josse, pas de répit pour ces insomniaques que la nuit travaille . Il est souvent question ici de solitude et nos moyens de communication modernes ne font semble-t-il que l'exacerber, qu'on attende une sonnerie ou qu'on ait oublié d'enlever le mode silencieux...gaëlle josse
Vieillard que l'usure du corps rattrape, enfants qui se croient responsables du départ d'un adulte, mais aussi père qui contemple , sans trop y croire , les reliefs d'un anniversaire témoignant de sa rédemption, tous ils nous émeuvent à leur façon.
Il est souvent question de fenêtres dans ces textes, transition vers l'ailleurs ou ouverture vers l'avenir, leur absence n'en devient que plus criante dans le dernier texte, qui, sans pathos, de manière poétique mais efficace,  dit la dureté d'un monde où l'on s'est habitué à la misère.

Notabilia 2024, 217 pages poétiques  et indispensables. 

 

 

05/02/2024

Fantastique histoire d'amour

"-attendre quelqu'un dans un McDo un dimanche soir  de pluie étant une démonstration redoutable de la nullité morale du capitalisme. "

Un homme, fasciné, observe une jeune femme qui, dans un parc de Lyon, nourrit, à la main, des mésanges.
Lui, c'est Bastien, inspecteur du travail . Il ne se remet pas d'avoir été quitté et supporte difficilement de ne pouvoir être efficace que pour une toute petite partie des salariés qui le contactent.
Elle, c'est Maïa, journaliste scientifique, elle assume pleinement ses envies charnelles et son célibat.
Pour que ces deux-là soient réunis-ou pas-, il faudra une tante physicienne au CERN qui vient de faire une expérience (ratée) sur un cristal scintillateur et une compacteuse "responsable" d'un accident de travail (ou serait-ce un homicide? ).
Explorant cette fois le territoire du thriller; Sophie Duvry, nous livre un roman hautement addictif qu'on se réjouit de retrouver le soir tant elle joue avec nos nerfs mais sait aussi nous émouvoir avec ces deux bras-cassés de l'amour.sophie divry
Une pointe de roman social,  une critique du financement privé de la recherche scientifique viennent relever le tout et des personnages secondaires bien campés finissent de parfaire ces 512 pages sans aucune longueur et parsemées d'oiseaux.....  Dès la scène inaugurale, j'ai su  que j'étais cueillie.Une réussite qui file  sur l'étagère des indispensables.

 

Le  Seuil 2024.