Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2014

La grâce des brigands...en poche

"Cette dernière passion, ça ne faisait pas un pli, l'entraînerait loin de Lapérouse, puisque les livres servent, comme on le sait, à s'émanciper des familles asphyxiantes."

 Maria Christina Väätonen, qui s'est auto-attribué le titre de vilaine sœur, a quitté son grand Nord et sa famille étouffante dès seize ans pour s'installer à Santa Monica . Quand le roman commence,  le 12 juin 1989, elle reçoit un coup de fil de sa mère qui va la faire revenir sur son passé et sur la manière dont, dans les années 70, elle est devenue une très jeune écrivaine à succès.veronique ovaldé
Quel bonheur que ce livre ! Un je ne sais quoi m'avait toujours retenue dans mon appréciation des précédents romans de Véronique Ovaldé mais ici toutes les restrictions ont été balayées !
Le premier chapitre qui explique l'inclination de l’héroïne pour ce quartier de Los Angeles où elle habite est une pure merveille ! Nous sommes avec elle en train de siroter des sangrias, de sentir le vent frais qui vient des jardins... et ce sera comme cela tout le long du texte car Ovaldé a un don visuel certain. Cet éloge sensuel fonctionne d'ailleurs en contrepoint de la liste sèche et  pleine de rigueur de "La vulgarité selon Marguerite Richaumont", la mère de l'héroïne. Les titres des chapitres , "L'encombrant désespoir des fillettes", " Mettre le bras entier dans un trou d'alligator", le style, plein de cette Grâce des brigands vantée dans le texte, font de  ce roman d'émancipation féminine une pure merveille, jamais pesante, où les épreuves sont racontées avec justesse, sans auto-apitoiement et avec toujours une pointe d'humour. Une écrivaine qui a atteint une aisance dans l'écriture que nombre de ses confrères lui envieront !

Un grand coup de cœur, constellé de marque-pages, et qui file d'un seul coup d'un seul sur l'étagère des indispensables !

26/08/2013

La grâce des brigands

"Cette dernière passion, ça ne faisait pas un pli, l'entraînerait loin de Lapérouse, puisque les livres servent, comme on le sait, à s'émanciper des familles asphyxiantes."

 Maria Christina Väätonen, qui s'est auto-attribué le titre de vilaine sœur, a quitté son grand Nord et sa famille étouffante dès seize ans pour s'installer à Santa Monica . Quand le roman commence,  le 12 juin 1989, elle reçoit un coup de fil de sa mère qui va la faire revenir sur son passé et sur la manière dont, dans les années 70, elle est devenue une très jeune écrivaine à succès.véronique ovaldé
Quel bonheur que ce livre ! Un je ne sais quoi m'avait toujours retenue dans mon appréciation des précédents romans de Véronique Ovaldé mais ici toutes les restrictions ont été balayées !
Le premier chapitre qui explique l'inclination de l’héroïne pour ce quartier de Los Angeles où elle habite est une pure merveille ! Nous sommes avec elle en train de siroter des sangrias, de sentir le vent frais qui vient des jardins... et ce sera comme cela tout le long du texte car Ovaldé a un don visuel certain. Cet éloge sensuel fonctionne d'ailleurs en contrepoint de la liste sèche et  pleine de rigueur de "La vulgarité selon Marguerite Richaumont", la mère de l'héroïne. Les titres des chapitres , "L'encombrant désespoir des fillettes", " Mettre le bras entier dans un trou d'alligator", le style, plein de cette Grâce des brigands vantée dans le texte, font de  ce roman d'émancipation féminine une pure merveille, jamais pesante, où les épreuves sont racontées avec justesse, sans auto-apitoiement et avec toujours une pointe d'humour. Une écrivaine qui a atteint une aisance dans l'écriture que nombre de ses confrères lui envieront !

Un grand coup de cœur, constellé de marque-pages, et qui file d'un seul coup d'un seul sur l'étagère des indispensables !

La grâce des brigands, Véronique Ovaldé , l'olivier 2013, 284 pages de bonheur !

 

Ps: ne pas lire la 4 ème de couv' qui en dit beaucoup trop !

08/03/2012

Réjouissez-vous !

véronique ovaldé

 Avec Réjouissez-vous !, titre  au format gigantesque sur fond rose schoking et évident clin d'oeil à l'opuscule phénomène de Stéphane Hessel, les éditions Albin Michel nous proposent le premier ouvrage d'une nouvelle collection thématique sur des sujets de notre quotidien (vaste programme).Une anthologie de citations accompagnée d'une carte blanche donnée à des écrivains de talent (je cite la quatrième de couv').
Ici, après une série de citations sur l'optimisme et la joie de vivre( sans grande originalité mais ça ne mange pas de pain et ça fait toujours plaisir) , c'est Véronique Ovaldé qui s'y colle avec une nouvelle offerte précédemment dans un magazine féminin et qui avait suscité la polémique sur la blogosphère car, comme le rappelle très discrétement la décidément prolixe quatrième de couv  : "en partenariat avec Renault en clin d'oeil au lancement de Nouvelle Tw*ngo" (sic). On se demande bien pourquoi ils n'ont pas fait appel, au hasard, à Dany Boon.
Etant de nature curieuse et n'ayant pu mettre la main sur le magazine en question, j'ai donc dû débourser 5 euros pour m'enquérir de l'objet du délit.
Verdict : non, Véronique Ovaldé ,qui fait pourtant preuve de beaucoup de créativité , n'a réussi à rédiger ici une apologie de la voiture précédemment citée (n'étant moi même pas sponsorisée j'ai pris le parti de ne pas citer in extenso le produit mis en cause).
Son héroïne, une sorte d'Amélie Poulain devenue gourou à l'échelle mondiale, l'a choisie rose et arrive à caser à l'intérieur de l'habitacle tout un bric à brac des plus sympathiques pour la transformer en "terrier", preuve que finalement si, l'auteure possède une imagination fertile. La marque doit être mentionnée deux ou trois fois et Ovaldé s'amuse même de la contrainte en évoquant en bas de page les solutions envisagées pour se tirer d'affaire. Les notes valent d'ailleurs à elles seules le détour et confèrent une dimension pleine d'humour à cette fable gaie, pleine d'allant et de clins d'yeux à des auteurs évoqués de manière allusive.
De quoi donner envie de relire le texte  ! Allez hop , je m'y colle !

Un produit hybride donc qui ne me satisfait pas totalement.

24/01/2012

Des vies d'oiseaux

"Les raisons pour lesquelles on reste ne sont pas toujours faciles à expliquer , a fait remarquer rêveusement Taïbo."

Deux femmes, Vida , la mère "la reine du déni", Paloma , sa fille, moins policée ,vont par des voies différentes prendre leur envol, se séparer mais se croiser, faisant fi de la sécurité matérielle: "Si tu voulais des garanties, ma douce, il fallait acheter un toaster."véronique ovaldé
Véronique Ovaldé plante l'action dans un pays d'Amérique latine moins touffu que celui de Vera Candida, aère également ses chapitres, parfois fort courts, en profite pour leur attribuer des titres imagés , comme autant de clins d'oeil à des films ("Attache-moi" ou à des romans "Le K").
Tout ceci confère beaucoup de luminosité à un récit enjoué, une écriture fluide, où les métaphores et les comparaisons s'épanouissent en toute liberté, où tout reste léger, subtil, jouant sur des tonalités différentes. On ne peut qu'être fasciné par ce roman chatoyant.

Tout le monde ou presque l'a lu !

Clara,

Cuné

Theoma

Brize

...

 

Déniché à la médiathèque.


27/08/2011

Ce que je sais de Vera Candida...en poche

"Ne te prends pas pour un tremblement de terre."

Est-il  besoin encore de résumer l'histoire  de ces trois générations de femmes, chacune d'elles enfantant sans pouvoir révéler le  nom du père ? Si ces personnages sont hauts en couleurs,  le lieu dans lequel se déroule l'action est tout autant remarquable: une île, Vatapuna, où se dresse un rêve inachevé de véroniqNe  te prends pas pour un tremblement de terre."  Est-il  besoin encore de résumer l'histoire  de ces trois générations de femmes, chacune d'elles enfantant sans pouvoir révéler le  nom du père ? Si ces personnages sont hauts en couleurs,  le lieu dans lequel se déroule l'action est tout autant remarquable: une île, Vatapuna, où se dresse un rêve inachevé de marbre,  au sommet d'un immense escalier,  comme une  pyramide maya  menant à un autel sacrificiel...51tR27Kpz-L._SL500_AA240_.jpg Seule  Vera Candida brisera la fatalité et osera rejoindre le continent,quelque part en Amérique du Sud, devinons-nous. Là, elle rencontrera une sorte de chevalier blanc qui tentera  d'apprivoiser celle qui se donne  des allures d'amazone.On craint le pire en commençant ce  roman:  l'exotisme de pacotille, les grosses  coutures du conte annoncé,  mais  Véronique Ovaldé s'empare  avec jubilation de son décor  tropical et de sa faune pour mieux explorer "les  territoires du secret et de la dissimulation dont elle  [connaît] bien les contours et les lois.", à l'instar de son héroïne.Ses personnages ne sont jamais caricaturaux et on s'immerge avec bonheur dans ce récit qui  brasse à la fois le réalisme (la condition faite aux femmes) et le  fantastique qui se vit  ici d'une manière tout à fait anodine. On s'attache à ces heroïnes tour à tour victimes et rebelles  et on ne peut plus les lâcher. un enchantement au sens fort du terme.ue ovaldémarbre,  au sommet d'un immense escalier,  comme une  pyramide maya  menant à un autel sacrificiel...
Seule  Vera Candida brisera la fatalité et osera rejoindre le continent,quelque part en Amérique du Sud, devinons-nous. Là, elle rencontrera une sorte de chevalier blanc qui tentera  d'apprivoiser celle qui se donne  des allures d'amazone.On craint le pire en commençant ce  roman:  l'exotisme de pacotille, les grosses  coutures du conte annoncé,  mais  Véronique Ovaldé s'empare  avec jubilation de son décor  tropical et de sa faune pour mieux explorer "les  territoires du secret et de la dissimulation dont elle  [connaît] bien les contours et les lois.", à l'instar de son héroïne.Ses personnages ne sont jamais caricaturaux et on s'immerge avec bonheur dans ce récit qui  brasse à la fois le réalisme (la condition faite aux femmes) et le  fantastique qui se vit  ici d'une manière tout à fait anodine. On s'attache à ces heroïnes tour à tour victimes et rebelles  et on ne peut plus les lâcher. un enchantement au sens fort du terme.