Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2017

Nouvelles définitions de l'amour

"Nous sommes un couple uni dans nos précipices, dit Rudi Thomas après un long silence, et il pose son micro sur la table basse devant lui."

Les histoires d'amour, surtout dix à la suite, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Mais, j'ai dévoré goulument ces textes de Brina Svit, appréciant les changements d'ambiance, de tons, son art de l'ellipse, sa sensibilité et sa volonté de ne pas céder à l'art trop usité de la chute, encore moins à la volonté de porter un jugement sur ses personnages.brina svit
Avec une prose en apparence très simple, la nouvelliste brosse le portrait de personnages en rupture, à des moments charnières de leur existence mais sans jamais forcer le trait, appuyer sur le pathos. Les fins, souvent ouvertes, laissent libre cours à notre imagination et ne débouchent pas forcément sur le happy end de rigueur.
Suivant son âge, ou sa situation personnelle on s'attachera davantage à telle ou telle nouvelle, mais on appréciera dans toutes le choix pertinent de détails qui permettent de donner de la chair aux personnages: l'art de confectionner un repas succulent avec presque rien, une collection de chaussures ou de noms d'oiseaux, le fait de ne pas posséder de table pour prendre ses repas...
Sans avoir l'air d'y toucher, Brina Svit dynamite en douceur les clichés amoureux ( l'usure du temps, la mort qui rôde, la deuxième chance, l'éloignement, la peur de la solitude, l’amitié amoureuse, les  différences de tous ordres...) et nous  quittons son recueil le sourire aux lèvres. à lire et relire !

Nouvelles définitions de l’amour, Brina Svit, Gallimard 2017

 

Kathel et Cuné m'avaient donné envie.

 

De la même autrice:  clic

19/10/2016

Que la fête commence !

"La catastrophe était arrivée. le mot de trop avait fait exploser la Matrice. Tout était à refaire, des années de travail seraient nécessaires. Albert était perdu."

J'accepte rarement des livres envoyés parles auteurs mais là j'ai fait uen exception pour Emmanuelle Cart-Tanneur qui a su trouver les mots pour me convaincre.

emmanuelle cart-tanneur


Les mots, d’ailleurs ,sont au cœur des ces trois nouvelles. Que ce soit Jan, écrivain en mal d'inspiration qui les cherche en vain ; Albert qui les éradique ou les introduit au contraire au sein de la Matrice qui les recense; ou bien encore Fred et Lisa, personnages de papier qui tentent de les inspirer à Jan dans le texte qui clôt cet opus.
La plume d’Emmanuelle Cart-Tanneur file avec aisance et nous transmet cet amour des mots dont on sent qu'il l'anime avec intensité.

Un petit plaisir à (s')offrir !

Que la fête commence !, Emmanuelle Cart-Tanneur 2016, Éditions Zonaires, 44 pages qui peuvent voyager sans problèmes!

Les éditions Zonaires clic

10/10/2016

Comme une respiration

"  Le curé affirme:
"C'était bon, mais le service est  trop long"
-C'est comme moi, réplique Nathalie, quand je vais à la messe, je trouve ça trop long mais je ferma gueule.
-Nathalie, soupire Dominique.
-Oh, ben écoute, de temps en temps, ça fait du bien !"

J'ai un problème avec Jean Teulé: je le trouve infiniment sympathique, son sourire, sa bienveillance et sa voix me font craquer et si je l'entends ou le vois , je craque et achète instantanément ses livres (il n'a pas réussi pourtant à me convertir aux romans historiques, son pouvoir a  donc des limites).jean teulé
C'est donc quasi hypnotisée que j'ai acquis Comme une respiration que La Grande Librairie avait un peu survendu.
Des textes courts,anecdotes croquées,tendres souvent, drôles parfois, une évocation discrète du changement de vocation de son amoureuse Miou-Miou (qui devait devenir tapissière,) l'histoire du prof de dessin qui a changé le destin de l'auteur (qui perd un peu de sa fraîcheur car rebattue dans les médias), tout ceci est agréable mais reste un peu trop léger...

Comme une respiration, Jean Teulé, Julliard 2016, 153 pages .

29/06/2016

Histoires

"Il n'avait pas peur; il se contentait d'être, dans la coulée des jours, entre la maison, la cour, et le jardin."

Les nouvelles qui composent ce livre-Marie-Hélène Lafon préfère ce terme à recueil car"livre bien plus que recueil, rassemble et ramasse, embrasse et noue d'un seul geste textuel, d'un seul élan, les pièces et morceaux qui le constituent."- nous disent un monde fluide et dense, organique.
Un monde où la maison est un lieu essentiel, avec lequel se fonde quasiment la viande des humains. Elle leur survivra, leur assure même parfois la garantie d'une mort rapide, comme dans "La maison Santoire."
Les humains, eux, sont avares de mots et leurs gestes traduisent davantage leurs émotions. Tout est contenu, parfois jusqu'à l'implosion.marie-hélène lafon
Marie-Hélène Lafon nous dit le temps qui passe, un monde quasi disparu , où des rituels infimes, le choix d'un type de tasse est plus révélateur qu'un long monologue. On se laisse captiver par ces textes qui font parfois écho à des romans, l'autrice nous en éclaire la genèse dans un dernier texte où elle nous révèle aussi sa volonté: "En trois pages, en dix ou en trente, il faut, il faudrait tout donner à voir, à voir et à entendre, à entendre et à attendre, à deviner, humer, sentir, flairer, supposer, espérer, redouter. Il faut, il faudrait tout ramasser, tout et tout cracher; il faut que ça fasse monde, ni plus ni moins qu'un roman de 1 332 pages, que les corps y soient, que al douleur y soit, la couleur, et le temps qui passe, ou ne passe pas, et la joie, et les saisons et les gestes, le travail, les silences, les cris, la mort, l'amour, et la jubilation d'être, et tous les vertiges, et les arbres, le ciel et le vent. Il faudrait."

On peut la rassurer: tout y est.

Un grand coup de cœur !

Merci à Clara pour la découverte ! (nos marque-pages sont totalement placés à des endroits différents!)

13/06/2016

La pluie de l'aube

"Je pense souvent à ce vieux dicton: "Un homme se déplace pour rester vivant, un arbre ne se déplace pas pour rester vivant." Et moi, je ne suis qu'un vieil arbre, j'évite de me déplacer."

Comme Guan Jian le rappelle "Depuis la dynastie Tang, les Chinois voyagent. Partir loin de chez eux ne leur fait pas peur, ils savent s'adapter à toutes les situations et trouver leur place à l'étranger. "C'est donc l'histoire d'une famille dont certains membres vont s'installer en France en 1921, avant de retourner au pays natal, en pleine Révolution. Quatre générations du début du XXème siècle à nos jours, dont l'histoire s'articule en neuf nouvelles, pour suivre l'évolution d'un pays qui se réinvente sans cesse.
De Yang Shan Shan, la première femme chinoise à obtenir son diplôme de docteur en médecine à Paris, rentrée en Chine pour aider au développement de son pays mais qui sera broyée par la Révolution culturelle, au grand- -père qui soliloque ou bien encore à Julien , devenu un fantôme  se berçant à longueur de temps, nombreux sont les personnages à avoir souffert. Mais, chacun d'entre eux à sa façon, soit par la poésie, soit par un humour discret, parvient à faire un pas de côté et si la mort est présente, c'est toujours de manière discrète.guan jian,chine
Il y a beaucoup de délicatesse et de pudeur dans ces textes courts mais puissants et chacun des membres de cette famille nous devient vite familier.
Guan Jian ,en 123 pages sensibles, réussit un tour de force: raconter une saga  qu'on n'oubliera pas de sitôt.

La pluie de l'aube, Guan Jian,Zonaires éditions 2016.

J'accepte très rarement les propositions d'auteur mais ce recueil étant sous le double "marrainage" de Françoise Guérin (qui signe la préface) et de Patricia Martin de France Inter (qui avait reçu l'autrice) , clic,  je ne pouvais qu’accepter.

 

05/06/2016

11 nouvelles supplément à "le un"

"Je n'arrive pas à comprendre l'obsession de rattacher un écrivain à son lieu d'origine. Il est de l'endroit où il est né, mais s'il écrit  c'est pour être ailleurs. Comme on lit aussi pour voyager. Les polices du monde voudraient avoir l'adresse où se rendent tous ces écrivains et lecteurs afin de les empêcher de revenir. Éliminer d'un seul coup tous les rêveurs, un vieux rêve du pouvoir. Personne n' a jusqu'à présent pipé mot à propos de ce lieu invisible à ceux qu'un pareil début ne remue de toutes les fibres de leur être: "Il était une fois..." Le seul indice qu'on a de l'existence d'un tel lieu est ce petit dialogue surpris entre un écrivain et un lecteur:

-d'où venez-vous ?

-De nulle part.

-Joli coin."(Dany Laferrière)

Déniché par hasard sur une table de ma librairie préférée, ce petit recueil de nouvelles inédites,  hors-série de Le Un , édité en partenariat avec France 5 et la Grande Librairie est un pur concentré de bonheur !
Placé sous le thème de l'ailleurs, ces textes offrent à des auteurs aussi dissemblables que Nancy Huston, Erri de Lucca, Marie-Hélène Lafon, Leïla Slimani, Irène Frain, Dany Laferrière,  Michel Quint, William  Boyd, Patrick Grainville ou Tahar ben Jelloun l'occasion d'explorer leur géographie, intime ou non, de cet autre part multiforme.nouvelles_1464330543.png
Irène Frain, partant du territoire de l'enfance, est la première à cartographier avec précision les catégories enfantines, hiérarchisées avec finesse"pour appréhender l'espace", plaçant en haut de son hit-parade personnel cet ailleurs longtemps repoussé et qui déclenchera, elle le découvrira a posteriori, son écriture. Une source inépuisable de liberté car "l'ailleurs est en moi."
 L'héroïne de Marie-Hélène Lafon le trouve quant à elle dans  un bois , dans une promenade devenue un rituel qui la ressource et dont elle emporte les bénéfices.: "on n'a pas de mots pour ça, elle n'en a pas, elle sait seulement que le silence du bois lui traverse le corps, c'est une affaire de corps." Un bois comme une source d'énergie, liée aux bêtes, quelque chose qui "vous prend au corps, et ne vous lâche plus, vous cueille et vous arrache, vous caresse et vous broie, vous remue, vous retourne. On n'a plus qu'à se laisser faire, ou à s'en aller."
à l'obscurité du bois s'opposent la lumière éblouissante et flamboyante de la nouvelle de Patrick Grainville évoquant le musée Picasso d'Antibes et les destinées qui se sont croisées en ce lieu. Si William Boyd nous emmène découvrir les Brésiliens et la musique brésilienne, Erri de Luca, quant à lui, parti chercher la tombe de Borges, découvrira sa maison et les traces de toutes une génération massacrée.
Si le héros de Tahar Ben Jelloun vit une expérience hors du commun dans le désert, point n'est besoin d'aller aussi loin pour Leïla Slimani, une simple rêverie suffit. Ou bien comme dans le texte de Michel Quint une microbrasserie en face de la gare de Lille.
Terminons avec Nancy Huston,  qui, forte de ses multiples dépaysements, évoque les dysfonctionnements de nos vies à un vieil Indien imaginaire et brosse un portrait sans concession de nos sociétés. La dernière phrase de son texte offre une parfaite conclusion : "En somme, plus je voyage, moins j'ai de repères , de fierté, de certitudes."Se dépayser" de cette manière-là est une grande leçon philosophique. Pas rassurante pour deux sous, mais édifiante.
Je vous le recommande."

Pour 5,90 euros, on aurait tort de s'en priver !

10/05/2016

Enfant, je me souviens

 "Ils [les souvenirs] murmurent à notre oreille un secret qui nous concerne au plus intime, mais qu'il nous est impossible de cerner et de formuler." Dr Catherine Dolto, haptothérapeuthe qui signe la préface de cet ouvrage.

C'est à un saut dans le passé (au sens propre et au sens figuré pour la narratrice d'Agnès Abécassis) que nous convient ces auteurs francophones rassemblés pour défendre la cause des enfants. Si deux d'entre eux (Isabelle Autissier en tête)soulignent au passage qu'autrefois les enfants  jouissaient d'une plus grande liberté de circulation en France, il n'en reste pas moins comme le remarque aussi Laurent Binet, qu'un simple grillage pouvait déjà matérialiser une séparation sociale et conditionner toute une existence.
Il est aussi question de transmission dans ces nouvelles, que ce soit par un grand-père (celui d'Alain Mabanckou menant une double vie...) ou une enseignante Tatiana de Rosnay) ou de transmission par les mots (Maxime Chattam, Jean-Louis Fournier).9782253069508-001-T.jpeg
Si quelques (rares )nouvelles ont une tonalité un peu convenue, voire pour l'un d’entre d'eux, donne l'impression que l'autrice se regarde écrire,ôtant toute sensibilité au texte, d'autres sont tout simplement jubilatoires et nous emportent dans un univers où règne la loufoquerie, pour mieux contrer la misère. Je n'oublierai pas de sitôt le père Fiscalo de Philippe Claudel !
Nous croiserons aussi quelques célébrités, Yves Montand, Jacques Brel, ce dernier passant en toute simplicité des vacances  sur la plage du vieux Boucau où "régnait "le père du narrateur de la nouvelle de Jacques Expert en sa qualité de maître-nageur sauveteur, l'occasion de créer une complicité père/fils un peu ambiguë...
Bref, un recueil particulièrement réussi pour évoquer les souvenirs d'enfance, réels ou fictifs.
De plus, pour chaque livre acheté, un euro cinquante est reversé à l'UNICEF. De quoi doubler le plaisir.

 Livre de poche 2016.pro_reader.png

 

  Agnès Abécassis, Isabelle Autissier, Laurent Binet, Didier van Cauwelaert, Maxime Chattam, Matthieu Chedid, Philippe Claudel, Jacques Expert, Jean-Louis Fournier, Hélène Grémillon, Philippe Grimbert, Alain Mabanckou, Oxmo Puccino, Romain Puértolas, Tatiana de Rosnay, Eric-Emmanuel Schmitt, Sigolène Vinson.

14/03/2016

J'envisage de te vendre (j y pense de plus en plus)

"Comme elle m'agaçait ! Sa discrétion, son allure éplorée, ses soupirs étouffés, et même son affection, tout me prenait  les nerfs et me détournait d'elle. Elle s'agrippait d'autant plus, essorée du moindre mot, laissant à sa silhouette anxieuse le soin de traduire ses pensées."

D'abord, si comme moi on aime l'humour noir, on sourit à la première nouvelle qui donne son titre au recueil. Bon, on rit un peu jaune aussi car la mère à vendre, ça pourrait être bien nous dans quelques années...frédérique martin
Puis, au fil des nouvelles, le malaise se fait de plus en plus présent. On reconnaît notre société mercantile où la célébrité est devenue une fin en soi, où le jeu prend de plus en plus de place , où la mort se doit d'être discrète. Les mots deviennent plus rudes, les inhibitions disparaissent et le cynisme règne . Frédérique Martin accentue juste un peu les défauts de notre monde et qui sait, demain, les frontières entre notre réel et sa fiction auront été gommées. Et là, ça fera mal.
Aussi mal que dans la dernière nouvelle, la plus terrible de toutes car elle met en scène un génocide qui a déjà commencé.
Quelques lueurs se laissent entrevoir, juste un peu de poésie, des paroles d'une rengaine, quelques mots d'amour  qui tentent de surnager malgré tout. En vain.
Un constat lucide et plein de vigueur, des nouvelles qui commencent à chaque fois par un uppercut et ne se croient pas obligées de nous faire le coup de la chute, du grand art !

Et zou, une petite place sur l'étagère des indispensables !

J'envisage de te vendre (J'y pense de plus en plus), Frédérique Martin, Belfond 2016, 220 pages pleines de punch !

Et Frédérique Martin a aussi réalisé un court-métrage (elle y joue aussi plusieurs rôles) le voici :

Plein de billets m'avaient donné envie ! Vous trouverez les liens chez Clara

 

06/02/2016

Il ne fait jamais noir en ville...en poche

"On a tous quelques angles morts.
Etre fort, c'est savoir accepter ses faiblesses."

Dix nouvelles aux tonalités et aux styles très différents constituent le recueil Il ne fait jamais noir en ville.
Marie-Sabine Roger se glisse avec aisance dans la peau des ses héroïnes  qu'elle soit employée modèle que l'adoption d'un chat va menerla rébellion, celle d'une femme sur qui on peut toujours compter qui glisse entre deux phrases sa propre détresse avant d'aller panser clele d'un vieil oncle abandonné: "Il a vécu sa vie. J'occupe le terrain.Je meuble de mirages une immensité vide. je fais une oasis de trois pauvres pépins.
Si un arbre pousse, je l'arrache."

marie sabine roger


Plus prévisibles"la parenthèse" ,"Tout va bien" " Ce bon Monsieur Mesnard" et "Les mariés" qui sacrifient à la forme de la nouvelle à chute. mais Marie-Sophie Roger n'est jamais aussi à son aise que quand elle se penche sur ceux que Pierre Sansot appelait joliment "les gens de peu". Ainsi le conte de Noël  ,"Ce soir c'est fête" une oasis d'humanité dans une banlieue dévorée par l'urbanisme ou bien encore  la nouvelel qui donne son titre au recueil avec ces vielles dames de la campagne comme "Deux vieilles éléphantes foulant leur chagrin en silence, sous leurs larges plantes de pied."
Une écriture sensible et poétique mais  des textes sonnent parfois faux à trop vouloir surprendre leurs lecteurs.

Marie-Sabine Roger, babel 2016

 

29/06/2015

Comment je me suis débarrassé de ma mère

"Non seulement ma mère est moche et bête.Mais, en plus, elle est pauvre."

Mère intrusive et manipulatrice (les réseaux sociaux n'ont plus de secrets pour elle), mère prête à tout pour que sa fille remporte une compétition sportive, mère qui ne respecte plus les frontières entre son intimité et celle de son fils et "pète les plombs"; mais aussi mères qui subissent la cruauté de leurs enfants parce qu'ils ont honte d’elle ou veulent juste la faire souffrir, c'est tous les jours la fête des mères dans le recueil de nouvelles de Gilles Abier !gilles abier
Le titre est à prendre au sens propre du terme et la manière de se débarrasser de sa génitrice est souvent violente ! Il est vrai que la plupart d'entre elles l'ont bien cherché mais la dernière nouvelle , De concert, qui réunit les principaux protagonistes à la fin du concert d'un groupe mentionné dans chaque texte, remet les choses en perspective et oriente cette catharsis vers une fin à la fois plus ambiguë et plus inquiétante.
Des textes crus,dérangeants, qui expriment toute la violence de l'adolescence, ses excès et sa fougue. Un auteur dont je vais poursuivre la découverte !

Comment je me suis débarrassé de ma mère, Gilles Abier, Actes Sud junior 2015.

L'avis de Jérôme, le tentateur, clic.