Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2010

cueillettes

"Toutes ces cueillettes composent un alphabet vivant, le vivant me parle et je lui réponds."

Peut être attendais-je trop de ces Cueillettes d'Alina Reyes, peut être que la dimensions mystique qui s'y révèle souvent m'a gênée dans ma lecture comme un caillou dans une chaussure...41yzzp-zx3L._SL500_AA300_.jpg
En tout cas je n'y ai trouvé que de trop brefs éclairs de sensualité car ces textes censés dire la facination des miracles de la nature m'ont paru tomber à plat.

Il ne me reste plus qu'à relire Le boucher...

 

20/05/2010

L'amour vache

"L'espoir, c'est une maladie bubonique qui laisse des cloques un peu partout."

ça tire à hue, à dia, ça grince, ça râle, ça ronchonne mais ça rigole aussi l'adolescence. Alors les parents morflent et s'efforcent de tenir bon la barre. C'est L'amour vache, et Rachel Corenblit dans ces huit histoires tour à tour drôles et émouvantes nous en offre des instantanés pleins d'empathie.
Une très belle écriture aussi qui ne tombe pas dans la joliesse ou dans l'effet à tout prix. Un régal !51A1IlCrlDL._SL500_AA300_.jpg

L'amour vache, rachel Corenblit, Editions du Rouergue 2008 , 123 pages à lire par les parents (quand ça tangue un peu trop fort) et les enfants.

22/04/2010

Si on rentrait

"Les bonnes maisons sont celles qui absorbent les joies, les peines, les disputes, les réonciliations, les souvenirs et les objets qu'on n'a pas choisis."

Un homme, jaloux de son voisin, qui ne supporte pas la nouvelle affectation des pièces de sa maison; une femme qui, mine de rien, se fait évincer de chez elle, une autre qui aime les maisons plus que leurs propriétaires et les investit un peu comme un bernard-l'ermite, phagocytant leurs souvenirs, tels sont quelques uns des héros qui peuplent le recueil de nouvelles, Si on rentrait
Tous ces textes ont en commun de mettre en scène, à des degrés divers, une maison, révélatrice des tensions ou des rêveries qui s'y donnent libre-cours.41b8MpFWCzL._SL500_AA300_.jpg
Maisons de famille enjeu de luttes sournoises ou franches, maison témoin de la générosité mal payée de retour, maison vitrine, toutes ont su parler à mon coeur, même si , léger bémol, je regrette l'aspect un peu mécanique de certaines nouvelles à chute.
Véronique M.Le Normand passe avec bonheur d'un univers à un autre, peignant toujours avec délicatesse et subtilité les errements des âmes et des coeurs. On part avec Karine au marché, on frémit à l'idée de rencontrer "l'amie des maisons", on sourit, on se réjouit ou on se reconnaît au passage et à peine a-t-on terminé ce recueil qu'on n'a qu'une envie: prolonger le plaisir en le relisant aussitôt. Ce que j'ai fait !

Si on rentrait, Véronique M. Le Normand, Editions Thierry Magnier 2010 , 107 pages pour les amoureux des maisons, et les autres ! Et hop, sur l'étagère des coups de coeur!

Noté chez Clarabel.

 

20/04/2010

Les pieds dans l'eau

"Vous n'avez jamais vu l'aube . La vraie. Pas celle du premier train de banlieue. Seul le pêcheur sait le goût exact du matin, le goût du pain et celui du café de l'aurore. il a , seul, ces privilèges exorbitants. Né subtil, il n'en parle pas. Il garde tout cela pour lui. C'est un secret entre le poisson et lui, l'herbe et lui, l'eau et lui."41YdajGuChL._SL500_AA300_.jpg

Délicieusement teintés de mélancolie, chauffés au soleil de l'amitié, les textes composant Les pieds dans l'eau réjouissent le coeur des lecteurs qu'ils soient ou non pêcheurs. Mêlant poésie, gouaille et coups de gueule, René Fallet nous livre ici un condensé de bonheur de lecture et de bonheur tout court.

René Fallet, Le cherche midi 2010 , 92 pages à lire Les pieds dans l'eau, ou pas.

L'avis enthousiaste de Cuné

Celui d'Amanda, tout aussi charmée.

12/04/2010

Catalène Rocca suivi de L'homme au manteau de pluie

"Pour quelle raison n'est-elle pas une cliente comme les autres ? "

Des lecteurs, connus ou inconnus, l'amour des livres qui embaume le tout, une ambiance qui donne envie de pousser la porte de cette librairie réelle ou imaginaire...En quelques mots, le ton est donné, l'histoire file , fluide et sereine, et se l'on se retrouve charmé mais juste un peu sur sa faim au bout de ces 44 pages.41fNbWq6twL._SL500_AA300_.jpg

Vite, Jean-François Delapré donnez-nous en d'autres !

Catalène Rocca suivi de L'homme au manteau de pluie, la table ronde 2010, 44 pages , un très bel objet à glisser dans sa poche comme un grigri. 5 euros.

Merci à Dominique d'avoir signalé ce livre délicieux ainsi qu'à Cécile.

17/03/2010

La diagonale du traître

"Un auteur c'est une calamité indispensable."

Douze histoires de traîtrises que Hrevé Hamon décortique avec une précision jubilatoire dans La diagonale du traître.41kvspzIQuL._SL500_AA240_.jpg
Trahisons à bas-bruit, presque involontaires, flamboyantes , tour à tour surprenantes ou quasi obligées, elles se déroulent aussi bien dans la file d'attente des apprentis vedettes que dans les bureaux d'une chaîne de télévision, au sein d'un couple ou d'un parti politique.
Plus inattendues sont celles mettant en scène un malade et "son " professeur de médecine ou bien encore celle de ce jeune homme de milieu modeste qui se rend compte que de toutes façons "l'accès à la culture, aux études, à l'ascenseur social" est toujours une forme de trahison. Du bel ouvrage.

La diagonale du traître, Hervé Hamon, Editions dialogues.fr

Merci ,Cuné !

07/03/2010

Court noir, sans sucre (nouvelle édition, revue et augmentée)

Trop souvent les recueils de nouvelles sont une sorte de fourre-tout sans unité. Tel n'est pas le cas dans Court, noir, sans sucre d'Emmanuelle Urien (un excellent titre et une très jolie couverture , de la belle ouvrage pour cette rédition , revue et augmentée de deux nouveaux textes)
Thèmes récurrents donc dans ces textes sombres mais pas sordides: la souffrance, le deuil; la faille cachée dans chacun des personnages fait résonner en nous des échos tus ou présents.CourtNoirSansSucre.jpg
Traitement différent pourtant car en lisant ces textes les uns après les autres, j'ai trouvé qu'il y avait une montée dans l'intensité de l'expression des émotions. Dans les premières histoires, en effet, l'écriture est presque aseptisée, les narrateurs tiennent leur douleur à distance et ne la révèlent que dans la chute de la nouvelle.Plus on avance dans le recueil et plus l'auteure montre sa compassion , sans mièvrerie aucune (voir le titre !).
"Tristesse limitée" qui met aux prises un employé d'une administration chargé de traiter les dossiers des demandeurs d'emploi m'a particulèrement enthousiasmée par sa double chute jubilatoire ...Quant au texte intitulé "le chemin à l'envers", vous ne pourrez  pas le lire sans avoir le coeur serré...Les deux nouvelles nouvelles s'inscrivent parfaitement dans cette continuité et ne déparent pas l'ensemble.
Même si comme moi vous n'aimez pas le café, vous vous régalerez !

Emmanuelle Urien, Court, noir, sans sucre, Editions Quadrature, 113 pages.(Nouvelle édition, augmentée).

L'avis de Pagesapages

Celui de Sylire qui vous enverra vers d'autres billets...

24/02/2010

Heureuse ou presque

Les héroïnes de Heureuse ou presque se marient- ou pas-, ont souvent une soeur jumelle, jalousent leur fille trop belle, ne ressentent aucun amour pour leur nouveau-né, bref explorent toute la palette-parfois dérangeante- des sentiments de la sphère féminine.  On a parfois l'impression de feuilleter un catalogue ou de regarder tourner un manège sans rien pour retenir notre attention car le style est très plat et,  aussitôt lues ,ces 94 pages ont été aussi vite oubliées. Reste une appétissante couverture.51ArxREGjiL._SL500_AA240_.jpg

17/11/2009

J'écris pour mon chien

"On pardonne aux animaux ce qu'on ne pardonne plus aux hommes."

Parce qu 'ils ont une vie de chien, même s'ils se donnent un mal de chien pour s'en sortir ou juste marquer une pause, les héros de Natacha Andriamirado cherchent auprès des canidés l'amour et l'attention qui leur sont refusés par les humains.
Le chien comme pansement des peines d'amour, mouais...414+3fCgmNL._SL500_AA240_.jpg
L'auteure se montre beaucoup plus convaincante quand elle s'essaie à l'humour grinçant, ainsi la nouvelle "le cadeau", à faire lire d'urgence aux enfants et petits-enfants de veuve pas si éplorée que ça...Quant au "Paufcon", il n'est pas forcément celui qu'on croit...
Rien de follement original donc mais il y a dans ces dix nouvelles très courtes un rythme musical, phrases reprises, rimes qui chantent à nos oreilles, qui font que malgré certaines facilités, qui auraient pu être évitées, on retiendra quelques jolis passages: "Je pourrai manger à ma faim sans paraître gourmande, je pourrai rire à gorge déployée sans craindre des remontrances. Je pourrai me rouler dans la boue sans avoir à me laver, être sale , avoir les ongles noirs, me fermer à l'impeccable."

On aurait aimé écrire que ce recueil avait du chien, à tout le moins, ce n'est pas de la bouillie pour les chats !

J'attends donc avec curiosité et espoir le prochain titre de cette auteure.

J'écris pour mon chien (mais pas que!) Natacha Andriamirado, Editions Maurice Nadeau, 63 pages qui ne nous rendent pas d'une humeur de chien.

 

Merci à Cuné , la sorcière !, pour ce joli moment de lecture:)

13/11/2009

Brèves enfances

"Ma maman est collectionneuse et je n'ai pas de papa, mais j'ai un Basquiat. Na !"

Trente quatre -courtes-nouvelles sur le thème de l'enfance, une enfance souvent privilégiée du point de vue économique (n'a-t-on pas offert un tableau de Basquiat à l'une des jeunes héroïnes ? ) mais au sein de familles souvent disloquées, parents séparés, familles où les frères semblent exercer une oppression constante sur leur jeune soeur. Rien de follichon donc mais la misère des sentiments ne va pas forcément de pair avec la pauvreté économique.41HWLVbRkyL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA240_SH20_OU08_.jpg
Les rapports parents/enfants semblent même inversés, une petite fille déclarant carrément qu'elle est la mère de sa mère et on a bien envie de la croire tant ces parents semblent infantiles, versatiles et tournés uniquement sur leur propre recherche du plaisir. Pourquoi pas? L'embêtant est que ce recueil , commencé sur les chapeaux de roue avec un texte mettant en scène un fils de prêtre, tourne vite court, ressassant situations et personnages, comme une mécanique qui s'emballerait, le tout restant superficiel alors que cela se voudrait probablement grinçant. Même le milieu du cinéma , dans lequel baigne l'auteure puisqu'elle est scénariste, n'est évoqué que de manière stéréotypée, enchaînant les clichés. Quant à la voix des enfants qui se donne ici à entendre, elle est discordante et fausse car jamais un enfant de dix ans ne s'exprimera d'une telle manière.
Il y avait pourtant de quoi faire et jusqu'au bout j'ai espéré que l'auteure ne se contenterait pas d'effleurer ses thèmes mais qu'elle les prendrait enfin à bras le corps...en vain.

 

Brèves enfances, Sylvie Bourgeois, Le diable Vauvert 2009.

Merci  à Amanda qui m'a permis de tenter l'expérience!