Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2009

Schtroumph grognon, le retour...#2

Un recueil de nouvelles écrites  par Colas Gutman,Florence Seyvos,Ellen Willer, Xavier-Laurent Petit et Valérie Zénatti, voilà qui était alléchant et dès que je l'ai vu en médiathèque, hop, il était pour moi ! J'espérais déjà  y dénicher un texte susceptible d'intéresser mes élèves mais...rien n'a trouvé grâce  à mes yeux, tout m'a  paru convenu , prévisible et ennuyeux au possible. Mauvaise pioche donc.

L'avis de Bellesahi qui elle avait bien aimé.

41co8nAntGL._SL500_AA240_.jpg

Par contre, chez le même éditeur, je  vous signale la réédition  du livre de Sophie Cherer, Ma Dolto, que je vous recommande  chaudement !  Vous ne croyiez tout de même pas  vous en tirer à si bon compte !:)31ZL0tu6d6L._SL500_AA240_.jpg

Billet ici.

24/02/2009

"Elle se fait des coiffures de rien, des chignons de vent..."

"Dans ce  bureau, ils sont chez eux, les mots.". Ce bureau ? Celui du psychanalyste. Là où se vivent de drôles de saynètes ,oscillant entre drame et comédie, là où certains mots sont inaugurés, "des nuées de mots nichés dans les tentures et qui disent la tristesse, l'effroi...Qui disent  des  choses qu'on ne s'imaginait  pas capable de penser." des mots resurgis du passé et avec lesquels  on se débat, des mots qui griffent ,des mots qui tuent.couv-un-dimanche-au-bord-de-lautre-fraancoise-guerin-1.1235070345.jpg
Passant avec virtuosité de la comédie, avec des échos de Raymond Devos, au roman noir (on retrouve souvent la  "patte" de l'auteur de roman policier qui vous expédie un personnage ad patres sans barguigner ), Françoise Guérin explore avec aisance toutes les facettes de l'âme humaine. On pourrait lui reprocher parfois un peu de facilité dans les thèmes abordés: "Jolis soucis" passé la première surprise de l'interlocuteur de la narratrice s'avère plutôt convenu, mais à côté de cela nous trouvons de véritables moments d'émotion qui tordent le coeur . Ainsi "Ça va bien se passer...", ma nouvelle préférée ,qui ,tant par le style que par la conclusion, réconfortante et chaleureuse, nous emmène au coeur d'un drame trop longtemps étouffé.
L'écrivain donne aussi la parole aux soignants, ces "Garde-fous" harassés qui explosent parfois :  "Mes peurs, mes colères,  la violence de la maladie et celle d'une société qui nous confie les plus fragiles d'entre les siens sans nous donner  les  moyens de les soigner.(...) Pourquoi faudrait-il que la santé soit  rentable ? Est-ce que la schizophrénie est rentable? Est-ce qu'un tremblement  de terre est rentable ? " .Les mots s'avèrent parfois insuffisants et laissent alors la place aux larmes ...

12 nouvelles indépendantes et ,en fil rouge, un personnage, Mireille,qui ,avec verve et sensibilité ,revient entre chaque faire le lien et terminer le recueil sur une pirouette ironique...Un  recueil  où se donne à voir toute la virtuosité de Françoise Guérin.

 

Un dimanche au bord de l'autre. Francçoise Guérin. Atelier du gué. 126pages.

le site de l'auteur.

l'avis de Cuné.

28/10/2008

"je somatise à fond les biscottes !"

Certains ont un poil dans la main, de l'urticaire, les jambes coupées, plus que marre, plein le dos, la  tête comme  une pastèque, une araignée dans le cerveau, ils sont sur les rotules, se font du mauvais sang, voient rouge, doivent échapper à la conspiration des casse-couilles; pour ne pas se retrouver la face perdue il faut garder les yeux en  face des trous et tant pis si le coeur n'y est pas car quand la ville s'écoute , c'est la prise de tête assurée et les profiteroles seront difficiles à avaler ! Les bras m'en tombent pourrait s'exclamer Mauro sang et eau.
Vous l'aurez compris  , dans le recueil de nouvelles Mots pour Maux (préface de Philippe Grimbert) des romanciers français se sont penchés sur les  rapports parfois difficiles mais toujours passionnants qu'entretiennent les mots et les maux du corps.31-AcWxjXRL._SL500_AA240_.jpg
Si certains ont choisi la forme fantastique,assez classique, il faut bien l'avouer mais toujours intéressante, d'autres ont opté pour des formules beaucoup plus innovantes.  Martin Page nous offre ainsi  un entretien d'embauche particulièrement jubilatoire quand on est une femme, Boualem Sansal  un texte engagé, Delphine de  Vigan une nouvelle pleine d'émotion sur la relation mère/fille, tandis que Léonora Miano  se penche sur celles qu'entretiennent une grand-mère africaine  et sa petite fille en France.
Qui dit mots dit écrivain et François Vallejo, Martin Winckler se sont fait le plaisir d'en mettre en scène dans leurs textes. Quant au romancier de la nouvelle de Dominique Sylvain, il devra affronter la  conspiration des casse-couilles, texte très drôle , tout comme celui  de Franz Bartelt où nous retrouvons les habitant d'une ville qui ressemble un peu à  celle du Docteur Knock...
Un échantillon très diversifié de la littérature contemporaine française, une façon de découvrir ou de retrouver des auteurs chouchous.L'occasion aussi de se souvenir  comme nous le  rappelle Marie-Ange Guillaume  dans  sa fable  :  "pour apprécier le cadeau qui leur  était fait, il leur manquait d'avoir connu la poisse, le chagrin, et les  giboulées glaciales d'un printemps  pourri."
Une excellente cuvée où je n'ai été déçue que par un seul texte.

 

Des mots pour les maux. Gallimard.292  pages.

Georges-Olivier Châteaureynaud, Marie-Ange Guillaume, François Vallejo, Mathieu Terence, Delphine de Vigan, Martin Winckler, Diane Meur, Boualem  Sansal, Dominique Sylvain,  Grégoire Polet, Michèle Fitoussi,  Martin Page, Léonora Miano, Franz Bartelt,  Anne Bragance, Vincent Delecroix, Sylvie Germain, Philippe Claudel

 

21/10/2008

Et le bébé était cuit à point

Une mère toxique,exhibant sa sexualité active, une fille trentenaire célibattante malgré elle. Entre les deux ,un chat, Harmonie, qui  change de mains et va aussi transformer la vie de la bussiness woman, Blanche.
Ce félin ne serait-il pas un peu magicien ? Si l'on ajoute un prince charmant qui tombe à point nommé, nous avons ici tous les ingrédients d'un conte de fées mais ce serait compter sans l'humour grinçant de Mary Dollinger qui, dans ce conte ô combien cruel , rajoute soudain un bébé cuit à point qui va changer la donne...img_3183_2_3_3_3_2.jpg
Evoluant avec bonheur dans le monde de l'industrie agro-alimentaire , où les mots ont encore plus d'importance que les produits vendus, où mensonge et nourriture sont inextricablement liés, Mary Dollinger complote une nouvelle fois pour nous faire rater notre bus. Sa plume , trempée  alternativement dans l'aigre et le doux, nous emmène dans un univers où pas un chat digne  de ce nom ne hasarderait les pattes. Un petit bonheur de lecture à s'offrir pour 5 euros ! (61 pages)

Un grand merci à Mary et André  !

L'avis de  Joëlle

06/10/2008

De Anorexie à Zan.

Comment résister à l’appel d’un Abécédaire qui paradoxalement commence à Anorexie et se termine à zan ?

Michèle Gazier ne triche pas et n’omet aucune lettre nous faisant découvrir au passage que le kaki est le fruit du plaqueminier ou que le xangurro est un délicieux crabe farci servi dans un restaurant de San Sebastian.

Elle ne se contente pas de nous donner une folle envie de filer à Béziers goûter à la Biterroise, elle égratigne aussi au passage ses dîners parisiens où l’on se retrouve parfois le ventre vide à la fois de la soirée…51Sb86JkXjL._SL500_AA240_.jpg

Entre Endive et Vins de champagne, nous croisons aussi Manuel Vasquez Montalbàn, « Père gourmet de Peep Carvahlo et as de l’improvisation culinaire » »déversant des flots d’huile, vin blancs et autres bouillons parfumés qui en manquaient jamais d’éclabousser meubles, murs et sols. » et qui « enchaînait avec quelques heures d’écriture dans son bureau. Le passage d’une activité à l’autre était naturel, comme une respiration. Il cuisinait les mots dans le parfum des plats. ».

J’avoue au passage que je me suis trouvé beaucoup de points communs avec Michèle Gazier, autre sœur d’Olive Oyl( la fiancée de Popeye),aux jambes maigres et véloces. Comment ne pas adorer un texte qui commence ainsi : « Trop de lait maternel ,trop de soins grands-maternels, trop de soins tout court .Marre, coupez ! (…) Je n’aime rien, je en veux rien, recrache tout. Je désespère les adultes qui cherchent d’autres nourritures-tortures. »

Mais c’est surtout pour des passages tels que celui-ci que je vais glisser cet abécédaire dans ma bibliothèque de secours anti-grisaille : « L’olive s’accompagne volontiers d’une image d’ascétisme : une poignée d’olives , une tomate, du pain, une larme de cette huile de lumière…Celui qui n’entend pas encore les cigales n’a jamais connu le Sud. » Un vrai rayon de soleil.

27/09/2008

Au pain sec et à l'eau.

Petit fourre-tout Régals  du Japon et d'ailleurs nous promène du Japon à  Singapour en passant par l'Est de la France  d'où est originaire l'auteure, Dominique Sylvain. Las  rien n'y fait , nous ne salivons pas, l'exotisme  nous laisse de marbre , même la nouvelle où nous retrouvons les sympathiques Ingrid  Diesel  et Lola Jost se  révèle digne du Club des cinq...51a6eweMCgL._SL500_AA240_.jpg
De quoi se mettre au régime sec.

22/09/2008

Y pas d'soucis!

Philippe  Delerm avec Ma grand-mère avait les mêmes est allé à la chasse aux phrases touts faites, celles qui ponctuent nos conversations et sont "faussement anodines".
Il le  décortique sans vergogne,  débusquant l'implicite, traquant les sous-entendus où parfois affleure l'agressivité...31FslS2ikdL._SL500_AA240_.jpg
On retrouve ici la gourmandise  de Delerm, sa tendresse aussi , mais parfois, on le remarque davantage dans ce recueil, sa  lucidité quant aux rapports humains, cette sorte de bras de fer qui  s'engage parfois mine de rien, avec le  boucher du marché quand il pèse en en mettant un peu trop, par exemple... Une dimension sociale pointe aussi le bout du nez quand  avec l'expression "Faut arrêter", il conclut :  "Les  décroissants ont du pain sur la planche. Car tous les  passagers de seconde et première classe ont gentiment composté leur billet,  le  convoi est en route,  un TGV qui va de plus en plus vite,  emportant tous ces voyageurs qui voudraient arrêter."
Delerm n'est pas  seulement celui qui  a  ouvert la voie  d'un épicurisme  du quotidien, de la vie ordinaire. La vie, il la  brosse dans toutes ses dimensions. Y a pas d' soucis ! Chacun retrouvera avec plaisir des  phrases qu'il entend ou utilise et promis-juré, on y réféchira  à deux fois avant de les prononcer car nous ne pourrons plus prétendre  être aussi candides... (94 pages, 11 euros)

20/09/2008

Petit éloge des éloges

Enfin ! Trois petits éloges qui valent le détour alors que leurs petits frères, arguant de jolies couvertures et de l'attrait irrépressible que suscite chez moi le mot "éloge"  ne m'avaient apporté que  déceptions !

Commençons par Didier Daninckx qui nous rappelle dans sa préface que la littérature a souvent eu comme  point de départ des faits-divers, que5163r6rERNL._SL500_AA240_.jpg les romanciers s'en prévalent ou pas. Pour lui "Le fait divers est le premier monument érigé à la mémoire des victimes, même si ce n'est qu'un pauvre monument  de papier noirci." Cinq nouvelles ayant comme point de  départ des faits-divers plus ou moins récents vont nous permettre de (re)découvrir par ce biais des morceaux de la grande ou de la petite Histoire. J'ai particulièrement apprécié celle évoquant, tout en retenue, un adjudant de sinistre mémoire, tueur en série, récit qui se termine par une pirouette jubilatoire...
Poursuivons avec Natalie Kuperman qui  avec un titre un peu provocateur,Petit éloge de la haine, confirme ici tout le bien que je pensais d'elle à la lecture de  J'ai renvoyé Martha.41RxWTUO+1L._SL500_AA240_.jpg
Monde de l'entreprise ou d el'enfance, rapports de couples ou d'amis, tout  passe  joyeusement à la moulinette et une "Mini petite souris"  faisant irruption de manière innocente dans un appartememt va  déclencher une réaction en chaîne  tout à fait réjouissante pour le lecteur.  Mais je m'en voudrais  de gâcher votre plaisir en en disant plus.  Juste une citation au passage :  "Un espace inoccupé accueille des possibilités déstabilisantes, c'est contre  cela que l'on travaille, que l'on agit  , que l'on pense."

51O9070bpTL._SL500_AA240_.jpgBilan plus mitigé pour Elisabeth Barillé et son  Petit éloge du sensible, la première partie de ses textes m'a  fait retrouver le plaisir éprouvé à la lecture de  Singes (pas de billet), la seconde plus autobiographique m'a  évoqué plutôt l'univers de Corps de jeune fille que j'avais moins aimé. De jolis moments cependant.

15/09/2008

"les nouvelles , c'est comme les empanadas...

En tronquant le vers de Joachim  Dubellay qui donne son titre au recueil, Georges Flipo donne le ton. Il n'est pas forcément heureux Ulysse  et il n'a pas  forcément fait un beau voyage.Dans ces quatorze nouvelles aux tonalités  très différentes, l'auteur, plus que des pays ou des paysages, explore l'âme humaine, ses petitesses, ses noirceurs encore exacerbées par l'éloignement du pays natal. Comme si loin de chez soi, nos plus viles passions ou nos mensonges  se donnaient  libre-cours... Certains voyageurs  se dépasseront pourtant en choisissant d'aller jusqu'au sacrifice pour connaître la  rédemption...Mais tout n'est pas noir pour autant et de jolies bulles de nostalgie ou de tendresse viennent  réconforter le lecteur embarqué dans un périple qui nous conduit  en Amérique Latine, en Asie, à Venise ou bien plus près de chez nous...41ETs5Pg60L._SL500_AA240_.jpg
On se dit que Georges Flipo possède le don , comme un de ses héros de susciter (et d'exploiter? ) les confidences, (comment autrement se glisser dans la peau de  sept femmes quadragénaires? ), mais comme il a beaucoup de talent, il  lui sera beaucoup pardonné...
Heureux Qui comme Ulysse , et beaucoup d'autres déjà, a lu, ce recueil .

Pour écouter une nouvelle, toute en sensibilité et en émotion, lue par Cuné, c'est ici !

 

Le  blog  de l'auteur.

L'avis de Cuné

Celui  de Laure

Papillon

Fashion

Amanda

Kathel

 

 

N'hésitez pas  à vous signaler pour que je mette votre article en lien !

18/08/2008

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil

A la suite de Georges Flipo , glissons-nous dans le monde de la grande entreprise (qu'elle soit de  pub, d'assurance ou de ce que vous voudrez), jusqu'à L 'étage de Dieu,dans une pièce obstinément close, un peu à la manière de celle de Barbe-Bleue, où un patron olympien régénère sa puissance...
Patrons à l'égo démesuré, carrières fulgurantes qui  peuvent très vite s'effondrer, sur un claquement de doigts, une chiquenaude, ad nutum, comme se plaît à le répéter un Président manipulateur à la petite semaine, qui  répète à l'envi depuis  10  ans cette formule latine  signifiant "d'un mouvement de tête ! Le Conseil d'Administration peut révoquer le  Président  d'un simple mouvement  de tête. En clair: à son gré, sans motif, sans justification." couverture_encadree_jipeg_228_h
Patrons pour qui le merci est compris dans le salaire  versé à leurs employés, qui pressurent les stagiaires sauf  si ceux-ci sont les rejetons de gros clients de l'Entreprise.
Quant aux employés, ils ne valent  pas mieux: le cerveau formaté par de grandes  écoles , ils mènent la vie dure à ceux qui ne sont pas sortis du sérail et n'utilisent pas le  bon code vestimentaire  ou le  bon jargon. Ils  ont l'échine souple  et adoptent  sans hésiter les goûts culturels susceptibles de plaire à leur chef. Certains tentent de se venger, vengeances mesquines  ou spectaculaires, habiles ou pataudes. Je remarque au passage que les personnages féminins tirent leur épingle du jeu avec plus de panache que leurs homologues masculins...
Vous l'aurez compris ces "Douze nouvelles à la gloire de la libre entreprise" sont aussi grinçantes et cyniques qu'une comédie  de Jean Yanne des années 70. De coups de griffes" il n'y avait jamais eu de jolies filles au département comptable, la directrice administrative y veillait et montrait d'ailleurs le bon exemple." en réflexions lucides sur les relations humaines "J'ai alors compris que j'étais l'autre des  autres: ils ne m'avaient rien expliqué du tout.
Bouteiller percevait très bien la situation. Ensemble, nous avons passé  un long moment  , peut être  trois ou quatre secondes, à méditer sur la méchanceté de l'homme et sur la férocité du jeune diplômé [...]Non  ce n'était pas pour moi qu'il le disait, c'était pour lui. Avoir embauché un chef de produit
qui ne soit pas amateur  de peinture,  c'était une  faute professionnelle". Le  texte file, sans acrimonie ni aigreur, chacun  reconnaît au  passage un collègue où un  chefaillon...  Quelques bouffées de tendresse néanmoins dans  ce recueil très équilibré où chaque texte m'a donné son content de plaisir. Un petit bonheur à s'offrir sans faute!
Prix littéraire 2006 "A  la découverte d'un écrivain du  Nord-Pas- de-Calais".

Le site de  l'auteur

L'avis de Cuné