Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2006

Va y avoir du sport !

Si arpenter des kilomètres à pied au boulot, à la maison,pour faire les courses,  escalader une échelle pour aller à l'étage, porter des packs de lait, d'eau et les sacs de courses, si donc tout ça c'est du sport, alors je suis une grande sportive (Y a aussi le yoga mais ça c'est hors-catégorie et en plus c'est ma drogue alors ça compte pas !).  Vous aurez donc compris que comme le dit Anne Roumanoff" Le sport, je suis croyante mais pas pratiquante".9782070576494
Néanmoins , j'ai acheté Va y avoir du sport! , le troisième livre solidaire orchestré par L'Ecrit du Coeur et Gallimard. J'avoue que j'avais été plutôt décue par les deux précédents mais je persévère dans ma quête d'une nouvelle pas trop longue , qui serait susceptible d'intéresser mes élèves et qui me plairait à moi aussi. Trois critères pas faciles à remplir, surtout pour les deux premiers...
J'ai donc trouvé de beaux textes d'Eliette Abécassis, de Kébir M. Ammi , de Timothée de Fombelle et bien sûr de Susie Morgenstern (ma chouchou !).Un regret : qu'on ne nous donne aucune info sur les auteurs (romans ou nouvelles déjà publiés).
Mercredi, on attaque avec un texte intitulé "La fille qui courait sur la plafond"...J'espère que ce texte va les inspirer et ne pas leur courir sur le haricot !

01/08/2006

un peu de légéreté

connardConnard! Oui, je sais, ça surprend, mais si vous êtes attentif (je suis obligée d'écrire au masculin, même s'il n'y apparemment qu'un courageux( n'est-ce pas Ch'ti 31?!) à venir se perdre sur mon blog...et bien sûr, cette injure ne lui est pas destinée), si vous êtes attentif, donc, vous avez remarqué qu'il s'agit d'un titre de livre.
Nous sommes loin des titres poétiques de Françoise Sagan, qui sont ,si je ne m'abuse ,des citations empruntées à de grands auteurs classiques.
Avec Baise-moi , c'est le genre de bouquin qu'on espère ne pas avoir à réclamer à sa libraire préférée.
Quoique...Je me vois bien réclamer Morue (la suite de Connard) à une certaine libraire qui a cru que je me moquais d'elle quand je lui demandais un bouquin édité au "Sourire qui mord". Elle, ya pas de danger qu'elle entrouvre ses lèvres rouge sang pour sourire, elle a été livrée sans zygomatiques, mais avec un esprit tordu qui fait qu'elle range les livres de son rayon n'importe comment pour être sûre que quand elle n'est pas là, personne ne s'y retrouve. Voilà comment assurer son petit pouvoir de façon mesquine. Je m'égare.
La 4ème de couverture nous assure qu'Arièle Buteaux( dont on nous  précise, pour nous rassurer en nous donnant une caution culturelle, qu'elle bosse à France Musique) a inventé je cite"le roman-nouvelles". Alors là, je pouffe, je me gausse, je m'exaspère toute seule  !
Faut sortir un peu , rédacteur de 4 ème de couverture! N'as-tu pas lu les Ecrits fantômes de David Mitchell?  Un peu ardu à ton goût ? Bon alors, précipite-toi sur les livres de Vonne Van Der Meer: La maison  dans les dunes et Le bâteau du soir. Si tu ne pars pas en vacances parce que tu es puni pour tes mensonges écrits,
voilà de quoi te consoler.Une maison de location sur une île (ainsi que différents objets que l'on va retrouver d'un texte à l'autre) , tel est apparemment le seul point commun entre les différents locataires de cette demeure. L'auteure, avec beaucoup de sensibilité, nous peint les portraits de ses personnages et de leurs fêlures.La maison d'édition annonce  une suite; je me régale d'avance.
Et Connard! dans tout ça ? C'est souvent agaçant, les héroïnes , quand elles ont un homme, en voudraient un autre mais elles sont tiraillées par la culpabilité, alors elle savent pas sur quel pied danser...L'auteure analyse bien les sentiments de ses personnages et leurs petits recoins cracras , il ya quelques petits moments d'émotion (la visite chez les ex beaux-parents) mais les nouvelles se cassent la figure quand elles se lancent dans l'exercice risqué de la nouvelle à chute.
Et moi aussi car je n'ai plus d'inspiration pour terminer cette chronique; Un partout, la balle au centre !
PS: allez chez Clarabel pour avoir des critiques plus "fouillées" de Vonne Van der Meer !