31/10/2014

Bird Cloud...en poche

Quand on est occupée à asperger les plats d'huile d'olive et de sauces , toute inquiétude à propos du plan de travail crée une diversion inopportune."

 

Pendant une année  entière, la romancière Annie Proulx va batailler pour acquérir et faire mettre en conformité un terrain qui lui permettra de faire construire la maison de ses rêves dans un paysage grandiose du Wyoming. Il faudra encore deux ans  pour que la maison, dessinée par un architecte, sorte de terre et puisse être suffisamment habitable pour affronter les vents tempétueux et les congères de neige. Mais la vue sublime (représentée sur le bandeau de la couv' )en vaut largement la chandelle.
Bird Cloud, nom de la propriété d'Annie Proulx est le récit de cette construction. L'occasion pour l'auteure de Brokeback Mountain  non seulement de brosser un autoportrait bref et sans concessions, mais aussi de revenir tout aussi rapidement sur son enfance .annie proulx
Elle s'attarde beaucoup plus longuement sur la nature sauvage qui l'entoure, sur l'histoire du Wyoming et de ses habitants aux mœurs pour le moins rustiques.
 Les passages historiques m'ont rapidement lassée et , bien que friande de récit de constructions et/ou de rénovations (c'est grave docteur ? ), je suis restée quelque peu sur ma faim, Annie Proulx passant d'un sujet à l'autre sans transitions, de manière souvent déstabilisante. Néanmoins ce texte  m'a donné envie de renouer avec l'écriture de cette romancière dont j'avais beaucoup aimé Noeuds et dénouements.

30/10/2014

La femme d'en haut

"Les gens n'ont pas envie de s'inquiéter pour la Femme d'En Haut. Elle est fiable, organisée, sans histoires."

L'arrivée d'une jeune élève d'origine étrangère, Reza,  dans sa classe de primaire ,va bouleverser la vie bien rangée de Nora.claire messud,artfemme
Abordant bientôt les rives de la quarantaine, cette institutrice modèle prend en effet conscience au contact de la famille de Reza de tout ce à quoi elle a renoncé: ambition artistique, maternité, amour; en bref,  la vie et son intensité. Nora tombe pour ainsi dire amoureuse à titres divers de Sirena, la mère de l'enfant, une artiste en passe d'être mondialement reconnue, de son époux, Skandar et bien sûr de Reza, qu'elle va chérir. Renouant avec une pratique artistique aux côtés de Sirena , Nora se prend à espérer d'une autre vie.
Récit a posteriori dont la narratrice est Nora, cette Femme d'En Haut,"invisible durant des décennies" , le roman de Claire Messud scrute avec précision les moindres remous intérieurs de cette femme qui a soif de vivre et qu'anime une colère monstrueuse.Ce texte à la structure circulaire, qui peut se lire comme la réponse de Nora à la trahison inévitable et extrême, souffre de quelques longueurs, comme souvent chez Claire Messud ,mais j'ai néanmoins pris beaucoup de plaisir à entrer dans l'univers de Nora, femme frustrée, bridée ,mais jamais caricaturale.

La femme d'En Haut, Claire Messud, traduit de l’anglais (E-U) par France Camus-Pichon, Gallimard 2014, 373 pages.

 

29/10/2014

Les Augustins

"Il a dit: "Il se passe quoi ? ", j'ai dit: "Rien, laisse tomber la neige. Assieds-toi, je te fais mon chocolat."

Enquêtant sur un squat parisien, celui des Augustins,  revendiquant le droit au logement, Malika, jeune journaliste Web, va découvrir un microcosme attachant. Elle trouvera même des réponses à ses questions sur son histoire familiale.melisa godet
Les Augustins est une sorte de mix entre Ensemble c'est tout et  "Squat, mode d'emploi", didactique sans être pesant. C'est une gourmandise qui se lit d'une traite, un roman chaleureux , cousu de fil blanc  certes, mais qui possède une belle énergie, des personnages hauts en couleurs, cocasses (mention spécialise à Jacquotte, octogénaire entonnant des chansons libertines de Colette Renard) ou plus dramatiques.
Dans le monde des Augustins , les méchants sont punis, les gentils s'en sortent à peu près et la terre continue de tourner. Un roman qui fait du bien, une sucrerie qui ne devient jamais écœurante tant le rythme est plein d'allant. On regrettera juste au passage que cette rapidité ait laissé passé des expressions comme "j"ai les foins"  faute de frappe pour "j'ai les foies"? ,plus approprié vu le contexte. Pour autant, je ne boude pas mon plaisir, loin de là !

Un premier roman ayant obtenu le prix nouveau talent 2014.

Merci Cuné !

Les Augustins, Mélisa Godet, Lattès 2014.

28/10/2014

Du soleil en boîte

"Nous sommes des poupées russes passant notre temps à nous débarrasser de vielles versions de nous-mêmes."

christine leunens,dans la série j'achèrte un livre à cause d'un mot du titre....

Sous prétexte de jouer les nounous auprès de sa petite fille, Edith  troublera les vacances familiales de son fils et causera, bien involontairement, la mort de ce dernier.
Du soleil en boîte aurait pu être un roman sur la culpabilité, le remords ou la rancune féroce que vouerait une belle-fille à sa belle-mère. Il est en fait le récit d'un rapprochement progressif entre ces deux femmes qui vont devoir réapprendre à vivre après un deuil.
De nombreuses ellipses  temporelles caractérise ce texte qui se contente d'aligner quelques indices pour indiquer le passage des époques. On échappe ainsi aux situations obligées, au pathos inhérent à un tel point de départ. L'ensemble est intéressant et serait bien mené si quelques maladresses de traduction comme ces "bas mi-jambe d'Edith"ne venaient gêner notre lecture. Un roman qui permet aussi d'approcher une réalité Néo-zélandaise très différente de celle vue dans la série de Jane Campion, Top of The Lake.

Du soleil en boîte, Christine Leunens, Editions Philippe Rey 2014.

Le billet d'Antigone !

Celui de Keisha.

27/10/2014

La vie amoureuse de Nathaniel P.

"être dans une relation lui évitait d'avoir à draguer les filles, de supporter les longues et ennuyeuses conversations avec des petites qui lui plaisaient à peine dans l'espoir de coucher avec elles. Il était libre de s'adresser à des gens à qui il voulait vraiment parler."

Le charmant personnage qui s'exprime ainsi est Nate P., écrivain en devenir. Son premier roman est à paraître et il va enfin pouvoir se débarrasser des travaux littéraires alimentaires et devenir visible aux yeux de ceux qui comptent vraiment dans le microcosme littéraire new-yorkais.adelle waldman
Jusqu'à présent, il a enchaîné les échecs amoureux et vient d'entamer une relation avec Hannah, jeune trentenaire qui s'est fixé aussi comme objectif d'écrire un roman. Valse-hésitation, relation en pointillés, disputes, les plus infimes variations de ce qu'on peine à appeler vie amoureuse est disséqué du point de vue de Nate, personnage égocentrique, condescendant et renâclant à se remettre en question. D'où mon total manque d'empathie, largement compensé par le plaisir de l'humour vachard de ce roman qui brosse le portrait d'une génération se donnant bonne conscience à peu de frais. Quant au personnage masculin, il aurait juste été insupportable s'il avait été décrit par un homme !
On ne souhaite à aucune jeune femme de tomber amoureuse de Nathaniel P. ou d 'un de ses avatars.

Merci Cuné ! :)

 

26/10/2014

Sept femmes...en poche.

"Il s'agit de poser les mains sur le monde, afin de s'y tenir et de faire un sort  à cette irréalité qui menace à tout moment de nous engloutir et de nous dissoudre."

"Sept folles". "Allumées". "Insensées"."Imprudentes". qui osèrent écrire, à leur façon ,dans un monde littéraire dominé par les hommes. Obligées parfois de recourir à un pseudonyme masculin, ne connaissant souvent la reconnaissance de leur milieu que de manière posthume, elles ont souffert dans leur chair et dans leur âme pour assouvir cette nécessité : écrire. Elles ont pour nom Emily Brontë, Marina Tsvetaeva, Virginia Woolf, Colette, Sylvia Plath, Ingeborg Bachmann et Djuna Barnes.lydie salvayre
Dans une période sombre de sa vie, comme elle le précise dans la préface, Lydie Salvayre avait perdu le goût d'écrire mais, heureusement, pas de lire.Elle se replongea donc dans l’œuvre de ces femmes puissantes  , "Il me fallait de l'air, du vif. ces lectures me l'apportèrent."puis dans leur biographies, leurs lettres, leurs journaux intimes, s'appropria ce qu'elle avait auparavant dédaigné.
Les textes qu'elle consacre à chacune de ces femmes sont emplis de ferveur et d'émotion, de détails (que pour la plupart j'ignorais  )et qui nous les rendent encore plus présentes. L'avis d'une psychiatre de formation prend aussi d'autant plus de relief quand il s'agit de décrire les "traitements" infligés à Sylvia Plath par le corps médical de l'époque...
Seules m'étaient inconnues Ingeborg Bachmann et Marina Tsvetaeva et je dois avouer que je suis restée hermétique à leur écriture un peu trop lyrique à mon goût, au vu des citations proposées par L. Salvayre. il n'en reste pas moins que ce recueil est tout bruissant de marque-pages et qu'il m'a donné une furieuse envie de relire Brontë, Woolf, Barnes et Colette que je n'ai pas fréquentées depuis longtemps...

Le billet de Mior.

25/10/2014

Coquelicot et autres mots que j'aime

« Je suis une nomade empêchée. »

Les mots, elle les chante, elle les enchante pour les petits et pour les grands, mais c’est la première fois (merci, Philippe Delerm !) qu’elle nous les offre sous forme de livre. Un recueil savoureux où Anne Sylvestre , tout à la fois évoque , par petites touches, des souvenirs, des sentiments, des sensations mais aussi se montre malicieuse voire délicieusement critique quand elle personnifie et croque le portrait de « Baliverne et Billevesée », deux commères comme nous en connaissons tous !anne sylvestre
Les mots, elle en savoure les sonorités et les couleurs, voire les odeurs (cf « Frangipane ») dans des textes jubilatoires où l’on sent le plaisir de  les prononcer, de jouer avec eux, avec le rythme qu’elle leur imprime. Et les textes en prose de flirter avec la poésie…
Des textes qui célèbrent aussi la nécessité des petits mensonges, la lenteur des lectures et relectures de l’enfance, la chaleur de l’édredon, « cette caverne, ce terrier de marmotte pour survivre à la nuit. », la « doublure légère » des mots mal compris, détournés.
On sent l’âme à la fois légère et bien trempée de l’artiste qui a su tracer son chemin à l’écart des sentiers battus. 192 pages à déguster , bien au chaud, sous un édredon.

« En attendant la fin du monde et de nous, mentons mais avec délectation. »

Coquelicot et autres mots que j'aime, Anne Sylvestre, Points Seuil 2014.

24/10/2014

Dans la peau de Sheldon Horowitz ...en poche

"-Ne vieillis pas , lui recommande-t-il. Si Peter Pan apparaît, suis-le."

"Un sniper américain , sénile, de  quatre-vingt-deux ans serait poursuivi par des Nord-Coréens dans toute la Norvège après avoir fui une scène de crime. Avant ou après le meurtre."Ainsi Sigrid, policière norvégienne résume-t-elle un peu sommairement la situation. On pourrait préciser que Sheldon Horowitz est juif, qu'il vient de s'installer en Norvège chez sa petite-fille-sa seule famille restante-et que l'objectif de cette course-poursuite est de sauver la vie d'une petit garçon Serbe.
On ajoutera aussi que Sheldon ,qui entretient des liens bien particuliers avec son passé ,est fichtrement débrouillard, comme Huckleberry Finn un de ses modèles , que c'est un manipulateur né et qu'il est absolument craquant ! derek b miller
Tendresse (jamais niaise), humour mais aussi vrai suspense qui fait battre le coeur, tous les ingrédients d'un excellent roman et un épilogue qui d'abord m'a laissée un peu sur ma faim mais après réflexion est totalement en accord avec l'esprit du livre. Un premier roman qui crée vraiment un univers, avec des personnages  attachants et des références historiques qui lui donnent un arrière-plan très intéressant. De la belle ouvrage et un grand-père que l'on n'oubliera pas de sitôt ! à découvrir de toute urgence !

23/10/2014

Le blues du braqueur de banque...en poche

Quand on aime la saucisse rouge et qu'on respecte la loi, mieux vaut ne pas savoir comment l'une et l'autre sont élaborées."

Max, spin doctor du premier ministre danois, a assassiné son employeur. Peut être parce que ce dernier ne souhaitait plus être seulement une marionnette ...
C'est à un fameux challenge que va devoir s'atteler l'homme de l'ombre : se tirer d'une situation politique compliquée et rejeter la responsabilité du crime sur un autre. Tout irait pour le mieux, car Max est un petit génie,si une scoute un peu cruche ne venait jouer les mouches du coche .Max aura donc fort à faire en vue de la manipuler.41kxJM4CBNL._AA160_.jpg
Commencé comme un épisode de Columbo, nous connaissons déjà le coupable, le roman de Flemming Jensen va se révéler plus roué que prévu ,même si l'intrigue policière n'est qu'accessoire ici.
Le meurtre est en effet  le prétexte à une double manipulation: celle du lecteur qui ne découvrira qu'à la toute fin la signification du titre et celle de Signe, la scoute, à qui Max inflige une rhétorique iconoclaste et faussée. C'est donc à une joyeuse satire de la politique, parfois un tantinet trop bavarde , que nous invite Flemming Jensen , un auteur découvert grâce à cette couverture joliment mélancolique.

20/10/2014

Comme une bête

"Pim a fait son retour aux bêtes et il est temps de rebrousser chemin, de dégringoler la chaîne de la viande, de quitter l'étable pour retrouver la chambre froide, de reprendre sa place en bout de parcours."

Roman épique, quasi mythologique, Comme une bête nous propose un récit de formation: celui d'une jeune apprenti boucher, Pim.joy sormanjoy sorman
L'écriture s'y déploie, brassant des thèmes plus vastes que celui, terre à terre, à première vue, de la boucherie. Joy Sorman, transfigure le métier de boucher, nous propose une description hallucinante d'un abattoir (âmes sensibles s'abstenir)et interroge les liens qui unissent l'homme et l'animal.
Un roman entamé il y a un an, abandonné après la lecture de la scène de l'abattoir ,mais que j'ai finalement repris récemment quand j'ai appris que j'aurais en face de moi des adultes en reconversion dans le métier de boucher ! Une lecture revigorante pour qui n'est pas végétarien.165 pages charnelles,  piquetées de marque-pages.

 

Déjà sorti en poche.