Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2015

Jackie

"Je suis une grande blonde qui joue du tuba et mon mec est un acteur de théâtre spécialisé dans Shakespeare avec la prononciation de l'époque, s'il vous plait.ça redore mon blason.

En 94 petites pages, Kelly,trentenaire enjouée, réussit le pari de croquer tout à la fois sa vie de joueuse de tuba dans un orchestre symphonique, de mère et d’épouse, le tout avec un humour qui n'hésite pas à mette les pieds dans le plat...kelly dowland,journal
Mais, parfois, Kelly a "les zygomatiques qui grincent", parce que son père  est probablement atteint du grand A(lzheimer) et surtout parce qu'elle tient son journal pour comprendre pourquoi c'est si compliqué pour sa grand'ma chérie (101 ans) de mourir. Mais heureusement, il y a les collègues musiciens, les amies et même une éditrice française à qui elle demande: "Vous portez toujours vos tétons comme des bijoux ?", voilà ce que c'est que de porter un tailleurs Saint Laurent sans rien en dessous...La vie, la mort, les cheveux blancs, les copines et leurs amours, on se régale de tout ce quotidien dont Kelly fait son miel !
On sourit, on est ému, on deviebt très vite familier de cet univers et on voudrait une seule chose que Kelly Dowland (qui écrit directement  en français !) nous donne bientôt de ses nouvelles dans un nouveau texte !

Une pépite à découvrir de toute urgence !

Jackie, Kelly Dowland, S(abine) W(espieser) poche. 7 euros.

Le billet d'Eimelle.

04:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : kelly dowland, journal

02/07/2015

Devance tous les adieux

"La patience, c'est l'angoisse qui sait enfin respirer."

"Trente ans après les faits, un fils raconte le suicide de son père". Une phrase laconique et factuelle qui risque de faire fuir si l'on en reste là. Mais ce serait dommage, vraiment dommage de laisser de côté ce texte, sorti directement en poche dans la collection "Points vivre", tant il est lumineux et apaisant.
Déniché par hasard sur une étagère de ma librairie , c'est la préface, rédigée par Christian Bobin, qui m'a décidée à l'emporter. L'auteur de L'épuisement parle d'écriture à la hache et c'est vrai qu'Ivy Edelstein va à l'essentiel mais son épure est poétique et tout sauf violente.ivy edelstein
Par petites touches, se compose le portrait d'un homme fragilisé, aimant  et aimé par son fils : "Parfois, je m'installais près de lui comme on s'assoit près d'une cheminée pour entendre ces craquements du bois dans le feu qui nous disent de ne pas nous inquiéter."
Émaillé de réflexions qu'il faut laisser le temps d'infuser en soi, "Ce petit livre est [son] recueil", c'est aussi une magnifique lettre d'amour à un père disparu.

01/07/2015

Ceux du Nord-Ouest

""On ne s'intéresse pas aux arbres, Leah, proclama-t-il. Toi, tu as le luxe de le faire. Nous, on n'a pas le temps.""

Le Nord-Ouest de Londres, "un coin un peu minable dont vous n'avez probablement jamais entendu parler, et qui s'appelle Willesden, mais je vous préviens, vous auriez tort d'en dire du mal en fait, parce qu'en fait c'est un quartier très intéressant, très diversifié". Seigneur quel mot."
Diversifié, oui autant par l'origine sociale que raciale des ses habitants. Les quatre protagonistes principaux, Leah, Keisha (qui s'est rebaptisée Natalie), Felix et Nathan, se connaissent plus ou moins selon les cas depuis l'enfance, mais ont emprunté des chemins très différents. à quoi cela est-il dû ? Sont-ils vraiment entrés dans l'âge adulte ? Celles ou ceux qui semblent le mieux s'en être sortis sont-ils pour autant heureux ? Voici quelques unes des nombreuses interrogations auxquelles répond ce roman de Zadie Smith.zadie smith
Pas de linéarité dans ce texte à la construction très travaillée, se jouant de la chronologie et des formes littéraires. Entre des récits plutôt longs s'intercalent ainsi des fragments plus courts, bribes de conversations, souvenirs, que le lecteur ne peine pourtant pas à resituer.L'auteure, sans pour autant nuire à l'intérêt de son récit annonce aussi d’emblée le destin tragique d'un des ses personnages, mais parvient néanmoins à maintenir le suspense jusqu'au bout, un véritable tour de force.
En dépit de coquilles pénibles "fétus" à la place de fœtus" par exemple, j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce roman dont je me réjouissais de retrouver ces personnages si vivants ,attachants et complexes. Une œuvre qui fait réfléchir aussi sur les différences existant entre la Grande -Bretagne et la France en ce qui concerne le racisme et les opportunités offertes aux personnes d'origine étrangère. Un coup de cœur !

30/06/2015

Bilan de juin

Juin est pour moi un mois hybride, où, si la fatigue s'accumule,  les vacances pointent le bout du nez...
Un seul coup de cœur cinématographique, vraiment pas prévu: Les combattants.
Une jeune femme éduquée, provenant d'un milieu  relativement aisé, s'entraîne pour entrer dans un bataillon de l'armée réputé pour sa dureté car elle veut apprendre à survivre. Sa logique est implacable, sa volonté aussi.309669.jpg
Elle entraîne dans son sillage un  garçon , plus motivé par la sportive que par l'armée dans un stage préparatoire où"la grande gueule", (sic) de la belle et ses diplômes lui nuiront plus qu'autre chose. Il est vrai que le langage formaté de l'armée, elle le pousse dans ses retranchements ! Une échappée non prévue dans la forêt sera une vraie occasion de se découvrir...
Un film qui opère de sacrés virages, nous entraîne sur des chemins de traverse, avec des acteurs formidables et quelques notes d'humour, noir forcément: il faut voir l'héroïne offrir un cadeau pas banal pour s'excuser à la mère de son copain !

La bande annonce: clic !

Par contre, j'ai tenu un quart d'heure maxi pour Un été à Osage County, Meryl Streep et Julia Roberts n'ayant pas réussi à me convaincre de suivre ce film formaté et outré.

Un peu déçue aussi par La propriété (vue, un peu partout sur les blogs), dont l'intrigue m'a paru un peu inutilement alambiquée même si le personnage de la vieille dame juive qui revient à Varsovie est très touchant.51gemHvsgGL._AA160_.jpg

à sa décharge aussi, je lis beaucoup sur ce thème en ce moment et sans doute m'attendais-je un peu à autre chose.

 

 

 

 

Très touchée, comme la totalité des auteurs de billets sur la blogo et ailleurs, par Ce n'est pas toi que j'attendais, roman graphique et autobiographique sur la naissance d'une petite fille atteinte de trisomie 21. L'évolution des sentiments du père-narrateur et auteur (doute, colère, difficultés à s'investir affectivement puis amour) est très bien rendue, sans pathos et sans angélisme (il ne nous cache pas ses souhaits les plus noirs mais n'embellit pas pour autant la situation).51vY46G62rL._AA160_.jpg
La comparaison entre la situation des ces enfants au Brésil, pays dont est originaire l'épouse de l'auteur, permet aussi un autre éclairage. Quant aux photos qui concluent l'ouvrage, elles sont tout simplement craquantes ! Un grand coup de cœur !

 

 

 

 

Coup de cœur aussi pour cette histoire d'amour au temps du Sida, Pilules bleues. Elle et son fils sont séropositifs et prennent un traitement pour tenir à distance le virus. il est dessinateur de BD et raconte leur histoire d'amour, pleine de notations justes et avec un bilan treize ans plus tard, façon interview dessinées avec les principaux protagonistes , plus une ! Un texte qui résonne d'autant plus que jesuis en plein dans la lecture de Fairyland, un poète homosexuel et sa fille à San Francisco dans les années 70 (et au delà, j'en suis aux années 80 avec l'arrivée du Sida, alors considéré comme le cancer des homosexuels exclusivement).41MZipCZrmL._AA160_.jpg

BD dénichées à la médiathèque.

 

29/06/2015

Comment je me suis débarrassé de ma mère

"Non seulement ma mère est moche et bête.Mais, en plus, elle est pauvre."

Mère intrusive et manipulatrice (les réseaux sociaux n'ont plus de secrets pour elle), mère prête à tout pour que sa fille remporte une compétition sportive, mère qui ne respecte plus les frontières entre son intimité et celle de son fils et "pète les plombs"; mais aussi mères qui subissent la cruauté de leurs enfants parce qu'ils ont honte d’elle ou veulent juste la faire souffrir, c'est tous les jours la fête des mères dans le recueil de nouvelles de Gilles Abier !gilles abier
Le titre est à prendre au sens propre du terme et la manière de se débarrasser de sa génitrice est souvent violente ! Il est vrai que la plupart d'entre elles l'ont bien cherché mais la dernière nouvelle , De concert, qui réunit les principaux protagonistes à la fin du concert d'un groupe mentionné dans chaque texte, remet les choses en perspective et oriente cette catharsis vers une fin à la fois plus ambiguë et plus inquiétante.
Des textes crus,dérangeants, qui expriment toute la violence de l'adolescence, ses excès et sa fougue. Un auteur dont je vais poursuivre la découverte !

Comment je me suis débarrassé de ma mère, Gilles Abier, Actes Sud junior 2015.

L'avis de Jérôme, le tentateur, clic.

27/06/2015

Les évaporés...en poche

"Les soupçons, c'est une chose, c'est comme les probabilités, mais les images, la certitude, la vérité. Comment font les gens pour vivre avec la vérité ? "

Dans un Japon qui peine à se remettre de la catastrophe de Fukushima, vont se croiser trois trajectoires: celle d'un homme qui disparaît, s'évapore comme on dit dans ce pays, où ce phénomène est courant et n'entraîne aucune recherche par les autorités; celle de sa fille, depuis longtemps installée aux États-Unis qui engage son ex -petit ami détective privé et surtout poète et romancier, Richard B. pour rechercher son père; celle, enfin d'un adolescent qui tente de survivre dans les rues.thomas b. reverdy
Dans un pays gangrené par les yakusas (la mafia locale), ces personnages se confrontent avec une douce mélancolie à la perte et cherchent des moyens pour se réinventer.
Avec poésie et délicatesse, Thomas Reverdy nous brosse le portrait de la face cachée d'un pays qui nous paraît encore très étrange, surtout en ce qui concerne l'identité (une simple carte de visite permet d"en attester). Mais ce que j'ai aimé par dessus tout, c'est l'idée formidable d'imaginer le retour au pays de Yukiko, accompagnée de celui qui fut son petit ami, le romancier Richard B(rautigan). Les lecteurs qui avaient eu un coup de cœur pour cet auteur  atypique et hautement addictif lors de la première parution de ses écrits en France, peuvent ainsi le retrouver . Un très joli voyage au Japon que je vous recommande chaleureusement.

25/06/2015

Le non de Klara

"Haine. je crois pouvoir avancer ce mot, le poids de ce mot. Si j'avais réfléchi au vocable haine, pour moi, la manifestation en aurait été passionnée, excessive, fracassante, convulsive, un sentiment qui se voit. Au lieu de quoi, sa voix raconte posément des choses brûlantes qui se refroidissent en sortant d'elle. Elle parvient, je ne sais comment, à exprimer sa haine froidement. presque légèrement. En permanence, il y a cette dichotomie entre ce qu'elle dit d'abominable et la façon dont elle le formule."

 Aparté :Clara Dupont-Monod est une chroniqueuse dangereuse. Elle parvient, tout en révélant la fin du roman, à me donner envie de lire un texte dont j'ai beaucoup entendu parler , sans jamais me décider. Et je l'en remercie !

Klara, juive allemande, a survécu à Auschwitz et, après un périple à travers l'Europe ,rentre en France en juillet 1945.soazig aaron
Elle est accueillie par Angélika, sa belle-sœur et amie, qui commence alors un journal afin de mieux comprendre l'attitude de la survivante . Cette dernière refuse en effet  de voir sa fille de trois ans et peine à se réadapter à la vie quotidienne. Par bribes parfois, par de courts récits souvent, s’élabore le récit poignant mais d'une dignité absolue d'une femme qui analyse cliniquement son attitude pendant et après le camp.
Le non de Klara est un roman d'une sourde violence et un récit très éclairant sur la société française de l'après-guerre vis à vis des survivants des camps. De maladresses en aveux troublants, Soazig Aaron peint de manière non manichéiste des Français ordinaires qui ne prennent pas la véritable mesure de ce que les déportés ont enduré. J
'ai lu quelque part que, aussi surprenant que cela paraisse,  la majorité des Allemands , dans les années 60, ignoraient la réalité des camps. Un fait qui permet de mieux comprendre les attitudes dépeintes dans ce texte.

Un roman déniché à la médiathèque. à lire absolument, si ce n'est déjà fait.

 

 

23/06/2015

Sucré, salé, poivré

"Les vipères font de très bonnes mères."

Paru en Grande Bretagne en 1985, sorti pour la première fois en France en 1993, Sucré salé, poivré fait partie  depuis cette date de mes romans chouchous de Mary Wesley .mary wesley
Hébé, mère célibataire, un sacré défi à l'époque, choisit d'assurer sa subsistance de manière originale et audacieuse, faisant fi des convenances . De quelle manière ? Je vous laisse le plaisir de le découvrir dans ce roman  délicieusement amoral !
Un pur délice british qui envoie valser avec jubilation les codes de la bonne société !

Les éditions Héloïse d'Ormesson font œuvre de salubrité publique en rééditant ce roman !

22/06/2015

Je, d'un accident ou d'amour

"Elle me soleil et m'étoiles, je me des astres à venir."

On pense d'abord aux contraintes de l'Oulipo devant ce texte privé de verbes. Puis, on se laisse emporter par cette histoire d'amour qui chamboule la vie et le Verbe du narrateur quand il rencontre Adèle.
L'absence de phrases "classiques" s'oublie très vite et l'on est au plus près des sensations, du ressenti de nos deux amoureux.loïc demey
Rencontre, concrétisation, obstacles, les figures imposées de la romance s’enchaînent et gagnent ici en fraîcheur, en poésie et en humour.  la forme et le fond se répondent de la manière la plus harmonieuse et originale.
Un grand coup de cœur pour un opuscule de 44 pages que l'on n'oubliera pas de sitôt !

Je, d'un accident ou d'amour, Loïc Demey, Cheyne éditeur 2014.

Merci à Clara pour cette découverte !

21/06/2015

Comme un avion

 1981 , je ne dois qu'à l'épaisseur des murs de la résidence universitaire ou plutôt à l'absence quasi continue de mes voisins, d' écouter en boucle la chanson de Charlélie Couture "Comme un avion sans ailes" en toute impunité.
2015, le titre (amputé), l'acteur et réalisateur , Bruno Podalydès, Agnès Jaoui , Sandrine Kiberlain, et Vimala Pons (tous excellents), autant d'arguments qui me disposaient à apprécier le si vanté par la critique Comme un avion.index.jpg
Las, le rythme languissant, le personnage central qui part ,suréquipé, faire sa balade en kayak, Le manuel des castors juniors comme livre de survie et Vol de nuit comme réminiscence de sa passion précédente (l'aérospatiale), coiffé d'un chapeau à la Indiana Jones, mais se révèle incapable de se tirer d’affaire dès qu'un obstacle surgit ,n'ont pas su me séduire.
Les rires étaient rares dans la salle et ce quinquagénaire, qui, comme le  remarque Agnès Jaoui, sublime, aime se laisser porter, m'a plutôt agacée.  Il se trouve un petit paradis et se contente de profiter des plaisirs qui s'offrent à lui, se délestant peu à peu des gadgets et de la "panoplie" dont il semble féru. Le voyage (quasi) immobile s'est donc révélé plutôt décevant.
En fait, je rêve d'un film ou ce serait une femme qui partirait ainsi à l'aventure, en toute sérénité,sans mettre son intégrité physique en péril et sans être jugée...

La bande annonce: clic.