Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2020

Rien n'est noir ...en poche

"Il n'a rien compris, il ne voit pas, Frida ne peint pas ses rêves, ni son inconscient, elle peint une nécessité intérieure. La vérité du désarroi. Et elle n'a pas besoin d'étiquette ni de définition."

Organisé en quatre grandes parties, chacune divisée en chapitres déclinant des nuances de bleu, de rouge, de jaune, avant que de s'assombrir, le texte de Claire Berest choisit de se pencher sur des moments forts de la vie de celle qui est certainement l'une des peintres les plus célèbres au monde: Frida Kahlo.claire berest, frida kahlo
Avec empathie, elle restitue la vie passionnée et tourmentée de celle qui fut très tôt marquée dans sa chair et que la douleur tourmenta quotidiennement. N'en faisant ni une victime, ni une femme soumise , elle brosse un portait à la hauteur de son modèle et nous livre ici une Frida pleine de vie, d'ardeurs et de flamboyance. Une femme libre et puissante
Un texte qui se joue des écueils de la biographie et qui se dévore d'une traite. Une réussite.

29/09/2020

Les gestes du jardin

"bordurer rabibocher
les mains réparent des bouts de terre
                                                     et de végétaux
sans autre outil que l'idée
qui redonne vie à ce qui s'étiole"

Sans ponctuation, sans majuscules, comme un fragment de discours entamé avant et qui se poursuivra plus tard, le texte d'Amandine Marembert raconte Les gestes du jardin. Car le jardin n'a pas de fin et se poursuit à travers les générations ,à travers les gestes transmis, à travers les plantes "de mes grands-parents, de mes parents, divisées pour renaître" mais aussi dans la cohabitation des âges de la vie:
"piochons ensemble
la petite fille que j'étais à huit ans
dans les rangs du jardin
ma petite fille de dix ans
et moi devenue mère"
Elle souligne les différences ténues entre l'enfance et le présent, s'attache aux sensations, aux gestes qui "s'additionnent sans jamais se retrancher", aux matières, aux plantes, aux "mots tus", à tout ce qui fait la structure, l’épaisseur indicible du jardin et qui est aussi souligné par les illustrations douces et poétiques de Valérie Linder.amandine marembert,valérie linder

Et le poème de se terminer sur une promesse: celles des graines mises en sachets par des petites mains pour le printemps prochain.

Un magnifique objet-livre qui file sur l'étagère des indispensables.

 

Une grand merci aux Éditions Esperluette qui font un travail formidable et à Babelio.

28/09/2020

Procédure Dublin

"Mais c'est leur vie, elles font ce qu'elles veulent et surtout ce qu'elles peuvent. Si nous étions à leur place, je me demande ce que nous ferions.
- Nous ne ferions pas mieux."

Divorcée, sexagénaire, retraitée, solitaire (les enfants ont pris leur envol à l'étranger), la narratrice de ce roman devient bénévole dans une association qui accueille les femmes à la rue , essentiellement des migrantes, perdues dans les limbes administratives de cette procédure Dublin qui oblige à demander l'asile dans le premier pays européen où elles sont entrées.juliette jourdan
Elle s'attache particulièrement au parcours d'une jeune femme africaine, Aminata, parcours erratique, douloureux mais dont la narratrice ne connaît que des bribes et s'en satisfait d’ailleurs car elle a bien conscience du gouffre qui sépare les deux femmes et ne prétend pas pouvoir comprendre Aminata.
Elle est en outre tout aussi lucide sur sa démarche, absolument pas militante : "une bonne action de dame patronnesse. A quoi bon se mentir ? ",ainsi que sur ses relations avec ses proches.
De facture assez classique, le roman brosse un portrait sans fard des manquements français, l'État ne s'occupant que de l'aspect judiciaire et répressif, et déléguant aux "assoces" l'aspect humain et matériel, le tout avec des moyen dérisoires. Sans bons sentiments, sans pathos, Juliette Jourdan, avec beaucoup d’humanité , ne prétend pas vouloir sauver le monde, mais son personnage, même laminé par la fatigue, éclaire avec chaleur une réalité trop souvent reléguée à la rubrique "faits-divers". Je craignais un peu l'utilisation du pronom "Tu" mais cela n'a en rien gêné ma lecture ni mon identification à des personnages, bénévoles  guettés par le burn-out, migrantes confrontées à une réalité violente,  que je n'oublierai pas de sitôt.
Un roman dont on parle trop peu et c'est vraiment dommage.

 

le Dilettante 2020

27/09/2020

Panne de secteur

Muriel Cerf disait qu'elle n'écrivait pas pour les lecteurs qui avaient besoin d'un dictionnaire pour lire  "Picsou magazine." Certes. Cette écrivaine tombée dans l'oubli possédait un vocabulaire riche, mais ses livres étaient tout sauf ampoulés.
C'est exactement le travers dans lequel est tombé Philippe B. Grimbert : il se regarde écrire et le lecteur se demande si c'est bien du français qu'il est en train de lire et non une très mauvaise traduction du moldave. A la fin de certaine phrases, j'avais besoin de me reformuler ce que j'avais lu pour pouvoir avancer dans ce récit qui avait pourtant été sélectionné comme "coup de cœur" dans une librairie où je n'avais jamais mis les pieds.
J'ai donc jeté l'éponge et abandonné ce père , tout sauf sympathique, qui entend décider de la vie d'abord scolaire puis amoureuse de sa fille pour que son avenir soit assuré.philippe b. grimbert,schtroumpf grognon le retour

 

24/09/2020

Les impatients...en poche

"Une voix enthousiaste généreuse en qualificatifs dit ce qu'on voit: une femme de tête, femme d'intérieur, femme d’affaires, femme de chiffres, femme d'avenir, femme de pouvoir, femme de terrain, femme de goût. C'est fou  tout ce qu’une femme doit être pour qu'on en parle, s'étonne à cinquante kilomètres la Reine Mère assistant à la pimodiffusion, c'est moi ou on n'avance pas ? "

A trente-deux ans, Reine entame sa deuxième vie. Après avoir suivi jusqu'à présent un parcours sans faute où,  passant par une école de commerce, elle a jeté son dévolu sur un de ses professeurs, devenu un compagnon  avisé mais vaguement ennuyeux, la jeune femme choisit de délaisser le salariat et de devenir entrepreneuse.maria pourchet
Qu'elle ait rencontré Marin, spécialiste des algues n'y est pas pour rien, mais le jeune homme ne sera pas de l'aventure: le voilà voguant vers l'Antarctique dans la cadre d'une mission professionnelle.
Pas grave, Reine qui vit à 200 pour cent, on découvrira vers la fin du roman pourquoi, aura à ses côtés son meilleur ami, Étienne. Issu de le la classe ouvrière, le trentenaire rêve de devenir calife à la place du calife, comprendre : remplacer le PDG increvable de sa boîte.
Le roman de 188 pages file à toute allure, comme ses personnages, décortiquant au passage avec acuité les rouages d'un monde qui se donne l’illusion d'être sans cesse en réinvention, mais qui reste néanmoins très codé.
Combinant avec tendresse et humour, la romance et la sociologie, Les Impatients est un roman à la fois drôle et caustique qui demande une seconde lecture afin de mieux le savourer.
La narration englobant avec le "on" ou le "vous" le lecteur, le prenant souvent à témoin, fonctionne parfaitement mais nous laisse un peu frustrés: on en reprendrait bien encore un peu (beaucoup).
Gallimard 2019

Et zou sur l'étagère des indispensables !

08/09/2020

#Jeparlecommejesuis #NetGalleyFrance

"Traverser ses mots, les comprendre et les entendre, c'est faire le portrait de la société française en ce début du 21 e siècle."

Le postulat de la linguistique cognitive est que "Nos mots, s'ils entreprennent de décrire le monde (ils sont référentiels) décrivent surtout la façon dont nous le percevons (la construction de la référence)."
Se basant sur un corpus de mots et d'expressions un peu parisianiste, elle le reconnaît ,mais pas que , la linguiste et enseignante Julie Neveux a donc dégagé plusieurs tendances et les analyse avec un style enlevé et réjouissant. On est bien loin ici des cours de linguistique que j'ai dû subir dans un autre siècle !
De la technologie qui montre que parfois nous nous prenons pour des machines ("Je suis en mode survie, laisse-moi mourir tranquille", aux bons sentiments quasi obligatoires, sans oublier les revendications féminines , notre rapport aux médias et à l’écologie, on sent que c'est avec délectation que l'autrice collecte et  décortique nos tics, métaphores et autres néologismes. julie neveux
Le propos est clair et d'un enthousiasme communicatif ! J’attends déjà avec impatience son prochain opus: il y aura de quoi faire avec ce "nouveau monde" dont on nous rabâche les oreilles ! julie neveux

 

Grasset 2020

01/09/2020

Un mariage américain ...en poche

"Nous ne sommes pas la version noire de la famille américaine idéale."

Le seul crime de Roy ? Avoir été un Noir au mauvais endroit , au mauvais moment, qui plus est dans un État sudiste des États-Unis. Condamné rapidement pour viol, alors que sa femme, Celestial, sait qu'il est innocent, le jeune homme voit basculer sa vie en un rien de temps.
Tout semblait pourtant leur sourire: Roy s'apprêtait à lancer son business tandis que sa jeune épouse commençait à se lancer dans une carrière artistique. Bien qu'appartenant à la classe moyenne américaine, Roy paraît voué à incarner le destin de l'homme noir : "Porté par six ou jugé par douze.", comprendre être dans un cercueil ou passer devant le tribunal.tayari jones
Tayari Jones choisit de ne pas s'attarder sur le procès, mais bien d'analyser en profondeur la relation qui va peu à peu se déliter entre ceux qui ne sont mariés que depuis dix-huit mois. Par le biais de leur correspondance, puis donnant tour à tour la parole aux différents protagonistes de cette histoire, elle scrute au plus profond les motifs de la distance qui s'établit entre eux. Sans manichéisme, sans parti pris, elle analyse ainsi l'évolution de cette relation et dénonce le racisme qui gangrène la société américaine.
Un roman puissant qui aurait pu néanmoins détailler un peu plus le revirement de la justice et s’épargner quelques lourdeurs concernant les pressentiments de certains personnages.
Attention, la quatrième de couverture en dit beaucoup trop.

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Karine Lalechère, Plon 2019, 415 pages prenantes

31/08/2020

les gratitudes...en poche

"Je chéris le tremblement de leurs voix. Cette fragilité. Cette douceur. Je chéris leurs mots travestis, approximatifs, égarés , et leurs silences."

Même s'il y a bien eu des signes avant coureurs, c'est venu d'un coup:  Michka la vieille dame chérie par Marie, ne peut plus rester seule. Les mots lui échappent de plus en plus et elle est tombée dans son salon.
Placée en Ehpad , la vieille dame reçoit régulièrement la visite de Marie,ainsi que celle d'un orthophoniste, Jérôme.9782253934288-001-T.jpeg
Leurs points de vue , ainsi que celui, biaisé de Michka, qui raconte de manière cauchemardesque des événements dont on ne sait s'ils sont réels ou rêvés, alternent pour brosser de manière sensible et tendre le portrait de cette femme qui s'éloigne de plus en plus de celle qu'elle a été.
Tourmentée par une gratitude qu'elle n'a pu exprimer, Michka sera aidée par ses deux amis pour mener à bien cette mission.
On ne peut qu'être séduit par la délicatesse dont fait preuve à son habitude Delphine de Vigan.
Seul bémol : la volonté de vouloir à tout prix terminer sur une note trop optimiste, ce qui gâche un peu le plaisir du lecteur.

30/08/2020

Bacchantes...en poche

e vin est devenu un investissement , soigneusement gardé ,dans d'anciens bunkers à Hong-Kong. Alors qu'un typhon menace, faisant grandir la tension dramatique, trois femmes réussissent à s'introduire dans ce lieu ultra sécurisé. Commence alors un face à face entre les braqueuses ultra chic retranchées à l'intérieur et les forces de police dirigée par Jackie Thran...418RokujgJL._AC_UY218_.jpg
En un peu plus d'une centaine de pages , Céline Minard revisite le film de braquage, en une version ultra sophistiquée, qui bouleverse les règles du genre. Ses héroïnes sont de contemporaines Bacchantes qui redonnent tout son sens au breuvage célébré par Bacchus. C'est élégant et mené de main de maître.

29/08/2020

#Lumièredétépuisvientlanuit #NetGalleyFrance

" Comment s'y prend-on pour faire ses adieux à une montagne, comment se défaire des touffes d'herbe, des brins de paille et des petits cailloux devant la maison ? "
Un village de quatre cents âmes perdu au milieu de la campagne islandaise. Ses habitants, parfois hauts en couleurs, travaillés par la solitude, l'usure des couples, le désir amoureux, l'envie de partir, la violence, la bienveillance, bref par tous les sentiments qui agitent un microcosme observé avec beaucoup de bienveillance par l'auteur. jón kalman stefánsson
La mort est souvent présente, parfois cruelle, parfois choisie, et irrigue constamment ce texte qui tient à la fois du conte et de la poésie.
Laissez-vous embarquer par cette lecture-fleuve qui fait aussi la part belle à la Nature.

Magnifique traduction de l'islandais d 'Eric Boury.jón kalman stefánsson

Grasset 2020