Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2021

Nowhere Girl

"Entre les Beatles  et moi, tout s'intensifia sans aucune limite à  la passion. Ils devinrent une obsession ."

L'entrée au collège ne se passe pas bien du  pour la jeune Magali qui développe une phobie scolaire , symbolisée par un balluchon, devenant de plus en plus énorme,  balluchon que doit porter l'adolescente sur le chemin de son calvaire.
Aidée par une famille aimante, une psy qui la reçoit régulièrement, l'adolescente va découvrir par hasard les Beatles et là c'est le début d'une passion dévorante. Passion qui va la conduire à lire , à argumenter avec passion pour défendre son groupe chéri face à un adorateur des Stones , bref à souler son entourage avec les 4 de Liverpool. magali le huche
 Mais dans la musique et l'univers pop, coloré, psychédélique des Beatles, elle trouve surtout du réconfort et petit à petit  la force de s'ouvrir aux autres et à l'art.
Un récit largement autobiographique où la dessinatrice  s'empare de l'univers graphique des Beatles au fil des pages, réinterprétant certaines pochettes célèbres. Il n'est pas pourtant nécessaire d'être fan de ces artistes pour apprécier ce roman graphique bourré de sensibilité, d'autodérision et de bienveillance.

 

Dargaud 2021

 

22/03/2021

#LAngedéchu #NetGalleyFrance

"Mais dans cette famille, tout le monde accuse tout le monde de quelque chose en secret."

La jeune Amanda, baby-sitter quasi improvisée, ne pensait pas que ce séjour au Portugal dans une villa proche de celle de la famille Temple  virerait au cauchemar. Pourtant les Temple semblent donner l'image de la famille parfaite, la mère qui a eu son heure de gloire à la télévision dans sa jeunesse, a tenu à rassembler ses trois enfants adultes et leur progéniture afin de rendre un dernier hommage au pater familias Max Temple, professeur de psychologie devenu célèbre par sa manière de discréditer les théories complotistes.chris brookmyre
Alternant les époques,  (2002, 20018) et les points de vue, Chris Brookmyre prend un malin plaisir à multiplier les révélations et à dévoiler les turpitudes de cette famille anglaise où certains se jouent la comédie du bonheur , tandis que d'autres souffrent et/ou se font manipuler de manière particulièrement perverse.
Commençant par le point de vue d'une méchante d'anthologie, dont on comprend fort bien le surnom (Poison Yvi), le roman ferre d'emblée son lecteur et ne le lâche plus. Un page turner d'une efficacité redoutable. Chris Brookmyre est à son meilleur !

Traduit de l'anglais par Céline Schwaller , Éditions Métailié 2021chris brookmyre

 

18/03/2021

Elle est le vent furieux

"On ne réalise pas, quand tout va bien, la rapidité avec laquelle ce qu'on croit immuable peut s'écrouler." Flore Vesco

Printemps silencieux, essai de Rachel Carson ,alertait déjà sur les dangers des pesticides . Ici, Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Marie Alhinho, Coline Pierré, Cindy Van Wilder et Flore Vesco se mettent à six pour s’adresser aux jeunes générations, mais pas que, pour envisager les différentes formes de la colère de Dame Nature face aux multiples agressions dont elle est victime.marie alhinho, coline pierré ,marie pavlenko, sophie adriansen,flore vesco,cindy van wilder
Les formes et les tonalités divergent, mais s’harmonisent par la structure du recueil et Flore Vesco n'hésite d'ailleurs pas à recycler le texte de ses compagnes d'écritures dans un centon* où se côtoient aussi bien Borges que Jules Renard ou le mode d'emploi du Minitel 2 modèle  Phillips.
Si j'ai apprécié la totalité des nouvelles, leur volonté de maintenir un peu d'espoir, fût-il aussi léger qu'un papillon...,  je chéris tout particulièrement le texte de Coline Pierré qui, par sa poésie, sa douceur et son écriture à la fois sensuelle et empathique a su m'enthousiasmer. Un recueil nécessaire.

 

Flammarion 2021.

 

* une œuvre littéraire ou musicale, constituée d'éléments repris à une ou plusieurs autres œuvres et réarrangés de manière à former un texte différent.

Antigone a aussi beaucoup aimé: clic

16/03/2021

#LHeureblanche #NetGalleyFrance

"Passer de la claustration à l'altérité."

Blanche, trente ans,  vit recluse, ne sortant que pour photographier non pas des humains mais la minéralité du paysage.
Son passé chilien va peu à peu la rattraper via des cartes postales anonymes et des sms de son ancienne gouvernante.catherine faye
Parallèlement, elle va faire la connaissance d'un autre exilé, Marcel, qui travaille au café du coin.
Acceptant enfin de renouer avec le pays de son enfance, Blanche pourra peut être se libérer de ce qui l'empêche trop souvent de dormir.
Ce n'est pas la lenteur de l'intrigue à se mettre en place qui m'a dérangée , mais le style trop lyrique à mon goût et quelques invraisemblances. Dommage car il y a une réelle sensibilité qui s'exprime dans ce roman.

Fayard 2021

15/03/2021

Le dernier bain de Gustave Flaubert

"Le style, cette puissance, ce couperet, cette déflagration. Le style qui recrée le monde à force de s'en emparer, de le réfléchir, d'en construire un double sublime."

C'est à un véritable tour de force, stylistique et romanesque que nous convie ici Régis Jauffret dans cette biographie romancée de l'auteur de Madame Bovary.
Flaubert prend donc son dernier bain, sera sans doute ensuite victime d'une crise d’épilepsie puis d'une attaque cérébrale.régis jauffret
Dans cet entre-deux, Jauffret imagine donc les hallucinations, les souvenirs, vrais ou faux, les apparitions de personnages de romans qui viennent demander des comptes (en particulier celle qui se montre la plus vindicative, Emma Bovary), des anecdotes peu reluisantes qui disent la vérité d'une époque et brossent un portrait, non pas en majesté, mais en déliquescence, du vieil auteur qui profitait autrefois, avec avidité et égoïsme ,des plaisirs de la vie.
Nous sommes donc emportés dans un maelstrom charriant aussi bien des considérations sur les mots, le style, les procès, la censure (dont furent à la fois victimes les deux écrivains), les amours, le tout dans un style puissant et gourmand de mots. On y trouvera aussi bien des mots contemporains de Flaubert que des mots du XXI siècle employés par l'auteur de Bouvard et Pécuchet car, Flaubert peut à la fois être mort et sur le point de mourir dans ce roman qui se joue de la temporalité avec maestria. Flaubert lui-même ne se penche-t-il pas , dans une fascinante mise en abîme sur sa postérité et sur le "saligaud de son espèce" qui "s’emparerait de celui qu il fut" ?
Car oui, en plus d'être brillant ce texte est bourré d'humour (noir, façon Jauffret, bien sûr). Un chutier (dont la taille de police est juste bonne à nous crever les yeux) complète le plaisir en nous offrant, non pas les scories, mais tout ce qui n'a pu trouver place dans ce roman magistral.

Merci à l'éditeur et à Babelio.régis jauffret

12/03/2021

La mère morte...en poche

"J'ai maintenant compris que mon chagrin était une maladie chronique, avec laquelle je dois apprendre à vivre.Il y a des périodes de rémission et des rechutes."

 En 2016, "J'ai perdu le 1er avril ma fille unique et le 20 juin, ma mère unique. Maman est un mot qui a disparu de ma vie. je ne le dirai plus et ne l'entendrai plus." Ainsi s'exprime l'une des filles de Benoîte Groult, qui s'autorise à prendre la plume avec franchise, sans dolorisme ni pathos.
Au fil des pages, elle relate la maladie d’Alzheimer dont souffrait sa mère, la dégradation tant mentale que physique auxquelles il a fallu se résigner et le déni dont faisait preuve la principale intéressée. ça pourrait être sordide, mais dans la famille Groult les journaux intimes avaient vocation à être lus dans la sphère familiale et le corps n'avait jamais été un sujet tabou entre Benoîte et ses filles.
Si la mort de la mère était prévisible, bien plus inattendue, injuste et ravageuse a été celle de la fille de Blandine qui laisse un veuf , une petite orpheline de 9 ans et une mère dont le désarroi est total. A quelques semaines de distance, il faudra néanmoins organiser le départ de Benoîte qui avait milité pour le droit de mourir dans la dignité, ce qui lui sera accordé.9782253077565-001-T.jpeg
Ce qui frappe dans l'écriture de Blandine de Caunes, c'est qu'elle ne se pose jamais en modèle et quoi qu'il en coûte assume une forme d’égoïsme nécessaire qui lui avait été enseigné par sa mère. Un récit profondément émouvant, qui m'a parfois mis les larmes aux yeux,  mais qui demeure lumineux et parfois éclairé par la malice de son auguste mère. Une écriture fluide et sensible qui fait que l'on dévore ce livre d'une seule traite

11/03/2021

Oh happy day...en poche

"...à son contact, des fissures s'élargissent dans la croûte épaisse de la réalité, et je respire mieux. Parce que sinon, la réalité est moche et glaciale. Comment s'en protéger ? En lisant des romans, tu crois ? "

Après avoir dévoré le premier volume écrit à quatre mains par Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat , j'hésitais beaucoup, mais l'occasion s'est présentée, alors j'ai commencé à lire les nouvelles aventures d'Adeline et Pierre-Marie et bien m'en a pris.anne-laure bondoux, jean-claude mourlevat
On renoue vite avec les situations des deux compères que la lâcheté de Pierre-Marie a séparés. Les courriels s’enchaînent, les rebondissements tout autant et même si certaines situations ou personnages sont un peu caricaturaux, je n'ai pu lâcher ce roman facile à lire (une chance en ce moment), dont les personnages sont pleins de vie et d'allant en dépit des difficultés. Quelques jolies réflexions émaillent ce texte qui vous fera passer un bon moment.

10/03/2021

les Fragiles

"Jérémiade s'était réveillée comme une héroïne  de série télé, ravie de fairesociété . Avec des choses à faire, des cheveux bien coiffés, un plan de carrière extraordinaire. même son legging en Lycra respire l'envie d'en découdre. Finies les migraines et la mélancolie poisseuse, finis les pied sur le linoléum, terminée la télécommande imprimée sur le cul à force de s'asseoir dessus. Elle marche d'un pas alerte et sûr."

Depuis cinq ans  une épidémie inattendue de suicides  sévit. Ceux qui sont désignés sous l'appellation de Fragiles  parce qu'ils n'affichent pas le bonheur obligatoire  et l'équilibre mental de rigueur sont regardés d'un mauvais œil, ostracisés et remisés, pour leur bien (est-ce si sûr ?) dans des établissements spécialisés dont il est très difficile de sortir.maud robaglia
 C'est donc le parcours de Jérémiade la bien  nommée que nous propose de suivre dans ce premier roman Maud Robaglia. Parcours qui a tout du calvaire mais qui , par un revirement inattendu ,verra la rédemption de ces Fragiles dont Jérémiade sera la figure emblématique. mais un tel revirement peut-il vraiment se faire dans l'intérêt de ceux dont la société ne peut s'accommoder ?
Noir, d'un humour très noir, allant au bout de sa démonstration, Les Fragiles est un roman  politique qui tend un miroir à peine déformant à notre société de la performance.

 

Éditions du masque 2021, 188 pages d'une autrice à suivre.

 

09/03/2021

Les six fonctions du langage

"Pendant des années , j'ai fait des efforts surhumains pour passer outre ces écarts de langage abjects. Je me disais "Le Français est une matière vivante, il faut t'habituer". Mais c'est au-dessus de mes forces, Bertrand. Je voudrais en finir."

Un étudiant en linguistique, qui, sur la seule foi du titre, ouvrirait cet objet littéraire qui emprunte aux codes du roman-photo pour mieux les détourner, risquerait d'être surpris.
Et pourtant, c'est bien du langage qu'il est question dans ce nouvel opus de l'impératrice du détournement, j'ai nommé Clémentine Mélois.
Avec humour, elle pointe nos tics de langage, nos jargons, nous apprend à draguer avec des mots rares et précieux, (mais attention toute faute de goût serait rédhibitoire !), le tout accompagné de photos tirées de romans photos sud américains des années 60. clémentine mélois
On y voit donc un bellâtre blond au visage inexpressif dupliqué tandis qu'il écoute une litanie de mauvaises nouvelles ou bien encore des scène improbables comme cette femme qui étrangle par une clé de bras un homme de petite taille pour le désarmer. Les femmes (et parfois les hommes ) sont maquillés à la truelle, les vêtements sont à l’avenant des attitudes et des mimiques: outranciers.

Hautement réjouissant ce roman-photo est une pure merveille !

08/03/2021

Survivre au sexisme ordinaire

"Les féministes ne sont jamais contentes, c'est même à ça qu'on nous reconnaît. A ça et à notre colère (de mochetés velues), nos luttes (de mal baisées hystériques), notre sororité de gouines féminazies)." Marie Sauvion

Venues d'horizon très divers, dix-huit personnalités féministes s'emparent de ces petites phrases que nous avons toutes au moins une fois entendues et qui mettent mal à l'aise. Au choix: "On ne peut plus prendre l'ascenseur avec une femme", "T'as tes règles ou quoi ? ", "C'est un truc de fille", j'en passe et des pires.eve cambreleng,alizée vincent,klaire fait grr,Élise thiébaut,lauren malka,marie kirschen,pauline harmange,ovidie,kiyémis,amandine dhée,fiona schmidt,camille et justine,mathilde larrère,valérie rey-robert,paul b. preciado,marie sauvion,rebecca amsellem,Élodie shanta
Elles nous rabaissent ces phrases, nous cantonnent dans des stéréotypes et y en a marre. Alors chacune des autrices, avec son style personnel, avec colère et/ou humour, de façon argumentée, les dissèque, voire nous propose de quoi riposter quand la sidération devant tant de bêtise crasse nous saisit.

Un pur régal à s'offrir pour 5 euros chez Librio. !