Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2020

Je suis le genre de fille...en poche

"On en était à "investir". Le mot me coule des mains, c'est une suée, c'est impropre, j'en conclus que c'est sale."

Scandés par l'anaphore qui donne son titre au roman, les chapitres brossent le portrait impressionniste, drôle, souvent, agaçant parfois d'une femme divorcée, qui travaille et dont la fille est adolescente.
Trop accommodante, pour les uns, trop passive pour les autres,  elle n'a pas une bonne image d'elle-même et peine à correspondre aux diktats de la société.product_9782072829222_195x320.jpg
Elle rejoue la nuit les dialogues qu'elle aurait pu tenir "mais [son]imagination de perdante les fait tourner à [son] désavantage." Elle nous ressemble souvent et cet exercice de quasi autoflagellation pourrait tourner à vide si les derniers chapitres ne jetaient une ombre émouvante sur l'ensemble. Un roman qui me réconcilie avec l’œuvre de Nathalie Kuperman.

09/03/2020

Une vie et des poussières

"Certains pensent qu'on a toujours été vieux et enquiquinants . Ils ne se doutent pas de la richesse de nos vies. On est devenus  encombrants. On oblige les gens à ralentir, à répéter, et on les enferme dans le présent."

Placée dans un Ehpad confortable par ses enfants, épaulée par une aide-soignante jeune et pleine de vie, Mathilde tient son journal pendant quelques mois.valérie clo
Même si son enfance d'enfant cachée pendant la guerre a été douloureuse, Mathilde, grâce à son mari, a choisi le parti de la vie et a su avancer , faire carrière dans le journalisme, ce que lui reproche encore maintenant sa fille.
Lucide, mais jamais amère, Mathilde revient sur son existence, mais brosse aussi le portrait des pensionnaires et de certains membres du personnel de cet établissement où "on ne peut pas trop prévoir."
C'est tendre et émouvant mais cela manque un peu d'aspérités.
Buchet-Chastel 2020

De la même autrice: clic

07/03/2020

L'aube sera grandiose...en poche

Quand Titania, écrivaine, embarque sans prévenir sa fille de seize ans, Nine, vers une destination inconnue, une cabane cachée au bord d'un lac, cette dernière regimbe. Sans réseau, comment supporter ce huis-clos avec sa mère ?anne-laure bondoux
Ce que Nine ignore c'est que Titania rejoue avec elle une scène qu'elle-même a vécue quand sa propre mère, Rose-Aimée ,lui a dévoilé un secret familial. Dorénavant, c'est à Titania de passer le relais et de narrer à sa propre fille une histoire familiale pleine d'amour et de cahots.
Récit d'une nuit blanche, L'aube sera grandiose est un roman fluide qui nous tient en haleine, une magnifique histoire de transmission, une magnifique histoire d'amour entre des mères atypiques et leurs enfants. L'occasion aussi de se replonger, pour qui les ont connues, dans les années 70, là où tout était plus lent, là où l'ennui n'était pas sauvagement combattu à l'aide d'écrans. Un grand coup de cœur pour terminer l'année.

05/03/2020

#RichesseOblige#NetGalley

"Il suffisait d'avoir lu Balzac, Zola ou Maupassant pour ressentir dans sa chair que ce début de XXIe siècle prenait des airs de XIX e."

Découvrant par hasard qu'elle est apparentée à une riche famille d'industriels, Blanche mère célibataire et , suite à un accident "coléoptère boiteux", va mener l'enquête et ainsi croiser le destin d'un de ses ancêtre, Auguste qui ,comme elle, faisait un peu tache dans la lignée.hannelore cayre
En effet, ce jeune idéaliste avait reconnu comme sien l'enfant de celui qui avait été acheté pour le remplacer au service militaire (d'une durée de 9 ans!) et était mort à la guerre de 1870.
Grâce à ses amis hauts en couleurs et aux technologies modernes, Blanche va en quelques clics élaguer les branches de cet arbre généalogique de cette famille sans scrupules, où le seul langage qui se parle est l'argent.
Avec le talent et l'humour qu'on lui connaît, Hannelore Cayre alterne les périodes historique ,sans jamais perdre son lecteur en route, pour mieux lui signaler les similitudes sociales existant entre le XIX et le XXI e siècles.
Roman engagé, brassant des thèmes éclectiques (économiques, artistiques, féministes, écologiques...), Richesse oblige est un fabuleux pied de nez au dieu Argent , pied de nez dont on adorerait qu'il devienne réalité.
Un roman enthousiasmant qui file illico sur l'étagère des indispensables !hannelore cayre

Éditions Metailié 2020

De la même autrice: clic

 

Cuné adore: clic !

Ai felle est aussi enthousiaste ! : clic

 

29/02/2020

Les recettes de la vie...en poche

"Je veux ta colère, tes reproches, tes insultes, tes coups. Tout, sauf ton silence immobile et cette putain de chape de plomb qui recouvre tes émotions depuis que maman est partie.Je n'en peux plus de tes habits de deuil, de ta rectitude de moine soldat qui dort près de son fourneau. Je ne veux plus de ta sollicitude de père courage, de ta transmission sans émotion, de nos rites qui pédalent dans le vide."

Au lendemain de ce qu'on n’appelle pas encore la guerre d’Algérie, Monsieur Henri, flanqué du fidèle Lucien,  a fait du Relais fleuri un restaurant d'habitués. Là, il mène une vie toute entière consacrée à sa femme, à son fils Julien et, bien sûr, à sa cuisine.jacky durand
Mais, toujours il refusera que son fils devienne à son tour cuisinier.
Quand le roman commence, Henri est plongé dans le coma et Julien veut à toutes forces retrouver le cahier de recettes de son père, ce qui le replongera dans le passé et lui fera découvrir les secrets de son taiseux de père.
Je connaissais Jacky Durand par ses chroniques culinaires, je découvre ici son deuxième roman et c'est un pur régal. Tendresse, gouaille, et bien sûr, évocations de plats qui font saliver, sont au menu de ce très joli roman de filiation empêchée entre un père et son fils.

28/02/2020

Principe de suspension...en poche

"Il sait ce que signifie le mot "faible": la conscience de ses propres fragilités. Il sait que lutter contre les autres est plus facile que lutter contre soi-même. Qu'il faut, parfois, faire preuve d'indulgence."

vanessa bamberger

Thomas a racheté une PME de la filière plastique et se bat pour défendre l'industrie dans sa région du Grand Ouest.  En butte aux trahisons intimes et professionnelles, son corps lâche prise.
 Alors que Thomas est plongé dans le coma, sa femme, Olivia, va peu à peu sortir de sa passivité et envisager d'une nouvelle manière leurs relations quelques peu sacrifiées par les nécessités du travail trop prenant de son époux.
Egrainant les définitions des mots "principe" et "suspension", les chapitres de ce roman remontent le temps afin de démonter les rouages de ce qui a amené au burn out.
Si la description de la vie d'une PME , bien trop rare en littérature, est intéressante, elle manque singulièrement de souffle. On sent la volonté de trop bien faire, de délivrer toutes les informations dont s'est nourrie l'autrice afin de rendre justice à ces patrons de PME, trop souvent oubliés. cela au détriment de la littérature.
J’avoue aussi avoir été passablement agacée par le personnages d'Olivia, singulièrement détachée de la réalité. Bilan en demi-teintes donc.

De la même autrice: clic.

26/02/2020

Sous le compost...en poche

"A propos de cholestérol, la femme de Denis débarqua vers 19 h 30, cheveux violets, bouclettes grillées."

Franck, père au foyer, chérit ses trois petites filles, fait un peu de vélo avec des gars du cru, mais s'occupe surtout de son potager , tandis que sa femme, vétérinaire, sillonne la campagne et s'active des heures durant.
Cette belle harmonie est rompue quand Franck reçoit une lettre anonyme l'informant des infidélités de son épouse.
Loin de surréagir, Franck décide juste de se lancer à son tour sur le chemin de l'adultère , même s'il se rend bien compte que "...c'était une erreur de jouer la surenchère plutôt que la conciliation."nicolas maleski,schtroumpf grognon le retour
Et il commence par l'épouse de celui qui couche avec sa femme. Séduction à la hussarde d'abord, comprendre à la limite du viol (avec une description hilarante du membre du narrateur reprenant des clichés éculés, ce que l'on retrouvera d'ailleurs à plusieurs reprises dans le roman), puis plus policée ensuite.
Au bout de 200 pages, sentant que son récit s'essouffle, apparaissent de nouveaux personnages qui viennent révéler un autre aspect de ce velléitaire de Franck; c'est un écrivain raté. L'aspect roman noir , juste suggéré auparavant, va brièvement se développer avec une victime désignée d'office : la séductrice qui vient affoler tous les mâles du village.
Beaucoup de clichés donc, et la description acide de cette vie villageoise tourne vite court. Décevant.

 

13/02/2020

La daronne... en poche

"Nous étions entre nous, appartenant au grand flou dhannelore cayrees classes moyennes étranglées par ses vieux. C'était rassurant."

A part une brève parenthèse de bonheur marital, on ne peut pas dire que la vie de notre narratrice ait été marquée par la joie de vivre. Lasse d'être employée au noir par l’État comme interprète judiciaire, de n'avoir ni sécu ni retraite en vue, lasse d'avoir bossé pour  payer les études de ses filles, puis maintenant pour l'EPHAD de sa mère, elle saisit l'opportunité de se glisser dans un monde qu'elle connaît bien pour le suivre via des écoutes téléphoniques : celui du trafic de drogue.
Et là, elle revit, jonglant avec la langue qu'elle connaît depuis l'enfance, "la langue d'avant Babel qui réunit tous les hommes", à savoir l'argent. Elle endosse avec jubilation l'identité de La daronne, délicieusement amorale, fustigeant notre société et ses hypocrisies. Usant d'une langue tour à tour soutenue puis argotique, "elle, au contraire, avait l’œil émerillonné de celles qui aiment le biff", Hannelore Cayre se régale visiblement à ponctuer son récit de remarques vachardes et délicieuses à nos yeux de lecteurs: "Je me suis très mal conduite avec lui, mais il faut dire que son honnêteté à toute épreuve en faisait un sacré boulet."
Enfin, une héroïne en colère, amorale et qui ne trouve pas son salut dans l'amooouuuur, voilà qui fait bien fou ! (Plein de femmes fortes d'ailleurs dans ce roman , chacune dans leur genre !).

10/02/2020

Les évadées

"La tête dans le guidon, freins réglés au plus sensible, le regard des autres en guise d'itinéraire, nous regardons passer ces libertés chéries brimées, ces langages uniformisés, ces sexualités trianglerosées, ces têtes tranchées, loyers seins et fesses refaits sur panneaux outranciers, ces barbes emmêlées aux barbelés ,ces familles épiées jusqu'aux bébés."

Née sous X, Modeste Nacarat Mercurier affiche un format XXL et un poster de Clint Eastwood dans sa chambre d'ado, alors que c'est l'actrice Sondra Locke, frêle brindille blonde (et compagne d'alors du "justicier d'opérette") qui l'attire.alexandra fritz
Mais c'est finalement la délicate Anicée, ravissante métisse et compagne de chambre qui va affoler son cœur. Séparées, se retrouvant après des parcours éprouvants  (mais racontés de manière à la fois hilarante et tragique par Modeste, la narratrice), les deux jeunes femmes vont partir s'installer à la campagne et là, fonder une troupe mi- féline mi- féminine ,car Modeste a découvert dans sa jeunesse le pouvoir  réparateur et libérateur des mots mis en scène.
Placés sous le patronage de Virginie Despentes , Les Évadées est un roman joyeusement féministe, anarchiste qui met à mal le système patriarcal et les bons sentiments. Si le récit manque parfois de fluidité, les diatribes enflammées de Modeste dynamitent avec verve et humour tous les obstacles qui se mettent sur le chemin de nos rebelles.
Modeste brasse les mots, joue avec eux, s'enivre d'énumérations et d'inventions langagières  qui perdent parfois le lecteur en route, mais lui donnent aussi l'occasion de relire et d'apprécier encore plus ces
logorrhées énergiques et libératrices. Un grand coup de cœur !

Grasset 2020 , 248 pages , Collection Le Courage, une collection qui déçoit rarement !

08/02/2020

Au grand lavoir...en poche

Alors j'irai au grand lavoir là-bas, où la mémoire se récure contre le granit rugueux, où la langue se rince au torrent qui mousse comme un savon d'encre, où la fiction fait Javel. Je regarderai l'eau crasseuse s'écouler dans une grande synovie de mots et je laisserai sécher les éclaboussures au soleil de leur consolation. Grande lessive.

Il a assassiné la mère de celle qu'il voit un jour à la télé, par hasard.
L'étudiante d'alors est devenue  une écrivaine qui va venir pour une signature à Nogent-le-Rotrou Rotrou.
L'assassin a changé d'identité, a été réinséré. Il travaille aux espaces verts de cette commune et mène une vie routinière, totalement perturbée par cette nouvelle. Tous les stratagèmes mis en place vont montrer leurs faiblesses même si, paradoxalement, un point commun unit en pointillés ces deux personnages antagonistes: les plantes.sophie daul
Utilisant un montage en parallèle qui alterne les points de vue, Sophie Daul met ici en scène un parcours à la fois imaginaire même si inspiré de sa propre histoire. Elle a en effet découvert le corps de sa mère assassinée. Face à un tel drame comment réagir ? Vengeance ? Pardon ? Dans une mise en scène troublante où se dit aussi un corps figé à l'instar de celui de la mère dans une taille 34, Sophie Daul définit ici une troisième voie.
A dire vrai, je craignais la lecture de ce texte qui aurait pu être lacrymal, usant de grosses ficelles, mais l'autrice est à la fois cérébrale et sensible et j'ai dévoré ce roman d'une traite.