Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2023

Miettes moineau ribouldingue

"à quoi ça sert

un merle ?
à s’émouvoir d'un rien,

d'un soir qui tombe

sur un jardin

dans son chant modulé"

 

D'abord il y  a l'objet-livre. Un 24.2 x 0.7 x 32.1 cm qu'on ne peut pas louper  et qui sent bon le neuf. Le titre, ensuite, qui claque en rouge, avec son allitération en m et son facétieux ribouldingue , un mot familier et vieilli désignant une partie de plaisir une noce , qui s'avérera ici être le nom du chat qui clôture le livre et le plateau de jeu de ce jeu de l'oie sans oie mais avec un moineau , un ours qui sert à tout, un arrosoir pour faire la pluie, une ramassette  pour "rassembler ses pensées éparses quand on cesse sa rêverie et qu'on retourne dans le réel. "
Bienvenue dans le monde facétieux et poétique d'aNNE  herbauts qui  multiplie les techniques (crayon, collage, découpage, papier déchiré...) et qui avec quelques couleurs (du blanc, du noir, du rouge, du bleu) nous fait entrer dans un album qui peut dérouter, faire sourire, réfléchir et donne surtout à rêver. La formule "à quoi ça sert" rythme  la progression et, mine de rien , dynamite un univers où tout doit avoir une utilité.anne herbauts
Petits et grands  y trouveront leur content que ce soit par la lecture seule de cet album magnifique ou par le jeu.

 

 Un grand merci à Babelio et aux Éditions Esperluette pour cet album qui file sur l'étagère des indispensables.

 

Pour voir l'autrice au travail, c'est ici .

 

anne herbauts

 

 

 

06:00 Publié dans Jeunesse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anne herbauts

19/12/2023

Le danger de ne pas être folle

"La fiction est un voyage vers l'autre, et ce trajet est le plus fascinant que l'on puisse faire. "

En 288 pages, la romancière et journaliste Rosa Montero, forte de sa propre expérience et de sa formation en psychologie nous propose un voyage fascinant au cœur de la création littéraire.rosa montero
Elle dégage les lignes de force communes aux créateurs que d'aucuns qualifient de "fous" en s’appuyant sur de nombreuses références littéraires (gare aux liste de lectures qui vont s'allonger ! ) et scientifiques . C'est d'ailleurs de manière tout à fait incidente qu'elle découvrira elle-même que l’euphorie qu'elle éprouve quand elle est satisfaite de ce qu’elle a rédigé n'est pas ressentie par tous mais seulement par celles et ceux qu’elle nomme les "junkies de l’intensité".
 Par ailleurs, avec malice, Rosa Montero nous informe au détour d'une page que la fiction est elle aussi bien présente au cœur de ce qu'elle nous a présenté comme étant autobiographique. De quoi réaffirmer son goût de l'imaginaire... Un texte riche et enjoué qui file sur l'étagère des indispensables.

 Éditions Métailié 2023.

 Traduit de l'espagnol par Myriam Chirousse.

 

18/12/2023

Enfance: La Trilogie de Copenhague T1

"Istedgade est la rue de,mon enfance , son rythme battra toujours dans mon sang, sa vois résonnera toujours en moi et restera celle des temps lointains où nous nous sommes juré fidélité. La rue est toujours chaude et lumineuse, festive et palpitante, et elle m’enlace, comme si elle avait été inventée pour satisfaire tous mes besoins d’épanouissement. "

 

Un énième récit d'enfance pauvre et malheureuse ? Quasiment toutes les critiques concernant ce récit autobiographique de Tove Ditlevsen cite cette phrase : "L’enfance est longue et étroite comme un cercueil, on ne peut pas s’en échapper sans aide. " A plusieurs reprises d'ailleurs dans ce texte , l'enfance est associée si ce n'est à la mort, du moins à des champs lexicaux pour le moins négatifs. tove ditlevsen
Pour autant, ce qui transcende cette pauvreté, ce manque d'amour dont souffre la narratrice dans cette famille ouvrière danoise, est la certitude qu'elle doit écrire. Pour dépasser "la mélancolie grandissante" que Tove éprouve déjà . Pour exprimer ce qu'elle observe avec acuité  dans cette famille où la solitude est un luxe . Il lui faudra surmonter les moqueries, les scandales que provoquent les poèmes qu'elle rédige pour l’instant et le fait d'être une femme ne viendra pas améliorer sa situation... Un ton vif , une écriture tantôt sombre , tantôt lumineuse et une narratrice au caractère bien trempé font de ce récit une réussite.

J'attends déjà avec impatience le second volume qui paraîtra en mars.

 

Un texte de Rosa Montero m'a donné envie de découvrir cette autrice... J'en parlerai demain.

 

 Editions du Globe 2023, traduit du danois par Christine Berlioz et Laila Flink Thullesen

14/12/2023

La maison des Tocards ( Slow Horses)

"La moitié du futur est enfouie dans le passé. Telle était l'idée qui prévalait dans le Service. D'où l'examen obsessionnel d'un terrain déjà retourné plusieurs fois pour tente de comprendre l'Histoire avant qu'elle ne se répète. "

Avouons-le c'est grâce à la série Slow Horses que j'ai découvert ce roman à la fois caustique et so british sur les services secrets britanniques , ce qui , à la base, n'est pas vraiment ma tasse de thé.
Mais l'histoire de ces agents dont, pour des raisons budgétaires , on n'a pas voulu se débarrasser mais qui , ayant sacrément merdé, végètent dans La maison des Tocards , sous l'autorité d'un chef crasseux, répugnant dernier vestige de la Guerre Froide a su m'embarquer.mick herron
On croit d'abord entrer dans un roman gentillet mais la violence est bien présente et le romancier n’hésite pas à sacrifier certains personnages auxquels nous nous étions attachés. La société britannique et ses services secrets sont dépeints de manière cynique mais avec un détachement de bon aloi.  L'écriture est nerveuse et la série, si elle élague quelque peu l'intrigue,  rend néanmoins justice à l'humour de l'auteur.

 à lire et /ou à regarder absolument.

 

12/12/2023

L'irrésistible appel de la vengeance

"Ce que je sais, en revanche, c'est que l'amour  au temps d'internet est rapide et superficiel, autant dans les mécanismes que dans la prose: messages brefs, directs, clairs, transparents, pas de phrases complexes et surtout pas de ponctuation. Au mieux, un retour à la ligne.Imagine du Marcel Proust à l'envers et tu auras une idée assez précise de ce qui se passe à notre époque. "

  Rien ne va plus pour Amanda , quinquagénaire un peu trop portée sur le gin,  ni dans sa vie privée ni dans sa vie de romancière de polars , toujours pas adaptés sur Netflix, ce qui améliorerait singulièrement son niveau de vie. 
Faute de mieux, elle anime un atelier d'écriture de polar devant un public hétéroclite , tant par son origine sociale que par ses objectifs cachés ou non. Amanda leur assène des règles d'écriture et tandis que la rédaction commune d'un polar classique se met en place, d'autres intrigues évoluent  en dehors de l'atelier.rosa mogliasso,joseph incardona.
Double narration donc et avec de nombreux personnages mais Rosa Mogliasso ne perd jamais son lecteur en route  et le divertit de manière efficace et très plaisante.

 

Éditions Finitude 2023, traduit de l’italien par Joseph Incardona.
 

11/12/2023

Objectif zéro

"Il sait que, une fois sacrifiée, l'intimité ne pourra plus être reconquise[...]. "

Envie d'un bon gros roman addictif , intelligent et bien mené? Alors précipitez-vous sur Objectif Zéro. L'intrigue ? Le test d'une intelligence artificielle qui, pour assurer la sécurité des États-Unis, dispose de moyens insensés pour retrouver n'importe qui n'importe où . Grâce à votre démarche, vos habitudes, la possibilité de fouiner dans votre passé, de transformer n'importe quel objet en micro qui vous trahira? C'est ce qu'affirme en tout cas Fusion qui pour valider cette application de surveillance des citoyens doit avoir l'aval de la C.I. A et lance donc un Bêta test. Dix participants ,ayant accepté les règles du jeu, tentent donc de remporter la somme de trois millions s’ils échappent à l'équipe de Fusion, ses algorithmes, ses caméras de surveillance et ses drones. Celle qui paraît la moins bien placée pour gagner est une insignifiante bibliothécaire et pourtant c'est celle qui leur donne le plus de fil à retordre...anthony mccarten
Si la première partie du livre  m'a donné une furieuse envie de vite me glisser à nouveau dans le roman pour voir qui de David ou de Goliath allait l'emporter, la deuxième m'a nettement moins enthousiasmée, les enjeux étant totalement différents. Il n'en reste pas moins que ce roman évoque des thèmes  d'actualité cruciaux, sait ménager le suspense tout en brossant des portraits nuancés de ses personnages. Il file donc sur l'étagère des indispensables.

 

 Éditions Denoël 2023, 464 pages. Traduit de l’anglais par Frédéric Brumen.

26/10/2023

L'enterrement de Serge...en poche

Serge Blondeau aura enchaîné les échecs jusqu'au jour de son enterrement , auquel peu de gens assistent , et sera même inhumé avec retard, à cause d'une grève.
Sa veuve, sa mère, sa sœur, son beau-frère et leur fille, sans oublier une voisine et un ami du défunt, devront donc cohabiter dans un petit hôtel, en attendant que la situation se décante. Tensions, révélations seront au menu dans ce huis-clos involontaire.617zGl3UjdL._AC_UY218_.jpg
Les péripéties se succèdent jusqu'au dernier moment, mais j'ai lu ce roman avec moins de plaisir que les précédents car ces personnages manquent singulièrement de chair, sans compter que l'auteur use et abuse des rêves pour tenter de tromper le lecteur.

25/10/2023

Frénésies

" C'est pour les filles dont le trait d'eye-liner est mieux tracé que l'avenir. "

 Envie de vous plonger dans le quotidien d'une jeune femme qui frôle la marge, se gave de téléréalité,  d'informations en boucle, subit les nouvelles techniques de management, rêve de chirurgie esthétique, mais surtout écrit. Un poème dédié à la sororité , des poèmes en vers libres pour raconter la vie qui pulse,  la violence des mots , parfois. Les amours, mais pas que. Une plongée dans l'univers contemporain d'une certaine jeunesse, pleine de vie et d'énergie.stéphanie vovor

 

 Éditions Le Castor Astral que je remercie pour cet envoi et pour cette collection que j'adore.

 

Merci aussi à Babelio. stéphanie vovor

06:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : stéphanie vovor

16/10/2023

#Cellesquontue #NetGalleyFrance !

"Rien de plus facile que d'apprendre à détester les femmes. Les professeurs ne manquent pas. Il y a le père. L’État. Le système judiciaire Le marché. La culture. La propagande. Mais ce qui l'enseigne le mieux, d'après Bia, ma collègue du cabinet, c'est la pornographie. "

 L'Acre, l’État qui présente actuellement le plus fort taux de féminicides au Brésil, c'est là que se rend l'héroïne du roman, avocate envoyée par son cabinet pour documenter le cas d'une jeune indigène torturée, violée et assassinée dans des circonstances particulièrement atroces.
 Très vite, elle va se rendre compte de l'ampleur du phénomène de ces féminicides impunis et empiler dans un carnet les noms et les circonstances dans lesquelles ces femmes sont mortes. patricia melo
 Cette violence faites aux femmes fait écho à celles faites aux indigènes et à la forêt amazonienne, qui couvre une partie de ce territoire, le tout dans la plus grande indifférence.
Celles qu'on tue est un roman puissant qui nécessite des pauses dans sa lecture tant les  situations évoquées suscitent à la fois un sentiment de révolte et d'horreur. La grande force de Patricia Meo est tout à la fois de s'appuyer sur des faits documentés, mais aussi de créer du suspense et de susciter l'empathie avec la narratrice dont la mère a été elle aussi tuée par son époux. Une dimension hallucinatoire et onirique est apportée par le récit des prises d’ayahuasca par l'héroïne  qui s'initie aux rituels ancestraux des indigènes. Un roman à l'atmosphère étouffante , mais dont la lecture est nécessaire.

Éditions Buchet-Chastel 2023

 

 Traduit du portugais (brésil) par Élodie Dupau. patricia melo

12/10/2023

Monument National...en poche

" D'une pierre trois coups, elle devint mère, affirma sa position d'épouse entièrement dévouée à sa famille et à la paix dans le monde, et s'assura la matière d'un compte Instagram  bien nourri. "

Le monument national dont il est ici un question est un monstre sacré, acteur "rival et frère " d'Alain Delon depuis plus de quarante ans, mais il emprunte beaucoup aussi à un vieux rockeur nanti, au fil du temps,  de plusieurs épouses , dont la dernière beaucoup plus jeune que lui, et d'une progéniture dont les derniers représentants furent adoptés. julia deck
Peu à peu Serge Langlois, car c'est ainsi qu'il se nomme dans le roman de Julia Deck se voit considéré comme un objet, tant par ses conquêtes féminines que par le couple présidentiel qui veut lui rendre hommage. La situation va se dégrader rapidement, aidée en cela par le Covid mais aussi par l’introduction d'un personnage en apparence inoffensif dans ce microcosme  où règne l'apparence...
C'est à un joyeux jeu de massacre que nous convie Julia Deck et sa plume assassine nous régale de formules mettant à mal tous ces fantoches qui s'agitent sous nos yeux.  Un roman hautement jubilatoire.