Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2022

Le pays des phrases courtes

"Personne ne veut savoir comment tu vas, dit-il .Souviens-toi de ça. "

Pièce rapportée, l'héroïne et narratrice de ce roman l'est à plus d'un égard. Son compagnon a été embauché dans une école d'un type particulier , privilégiant les arts, dans une région rurale du Danemark. Enseignants et élèves forment une communauté, quasi une secte aux dire d'une autre pièce rapportée, et si cette appellation est formulée avec humour, il n'en reste pas moins que la narratrice se sent fortement décalée et peine à créer des liens d'amitié avec une population trop laconique à son goût. stine pilgaard
Expansive, peinant à obtenir son permis de conduire, jeune mère analysant avec acuité et humour les perturbations engendrées par cette naissance, nous la suivons dans ses tribulations, le tout ponctué par les lettres drolatiques et les réponses hautes en couleurs qu'elle fournit en tant qu'"oracle" dans le journal local, sorte de courrier du cœur, emploi que lui a procuré la directrice de son mari. L'écriture de chansons satiriques lui permet aussi de tenir le coup  dans cet univers si étrange à ses yeux.
Le point de vue décalé, fin et plein d'humour, l'écriture alerte et les personnages croqués à ravir font de cette lecture un pur délice. J'ai surligné à tour de bras et j'ai déjà hâte de voir traduit un autre roman de cette autrice .

 

Éditions Le Bruit du monde 2022.

 Traduit du danois par Catherine Renaud.

14/05/2022

L'octopus et moi

" C'est parce que les pieuvres voulaient dire quelque chose pour moi: quelque chose qui parle de sacrifice féminin, de persévérance, de la futilité de tout ça, quelque chose qui dit que nos corps peuvent rater , ou peuvent être forcés de rater, et que pourtant on continue comme on peut..."

 

Lucy , jeune femme australienne qui vit et travaille en Tasmanie, rencontre une nuit une pieuvre qui cherche à traverser une route pour rejoindre la mer et y pondre ses œufs. Rencontre improbable et violente qui  va mettre le corps de Lucy a rude épreuve (alors qu'il a déjà été mis à mal par le cancer ) et la forcer à reconsidérer tout à la  fois ce qui fait sa féminité et sa place dans la Nature.
Ce roman est tout à la fois l'occasion de découvrir un territoire sauvage, ses habitants (qui se définissent eux-mêmes en "bouseux" ou "hippies") , un territoire malmené par certains alors que d'autres essaient, parfois juste en paroles de le préserver.
Il est aussi question de la volonté de "ne pas seulement vivre de la nature  mais dans la nature, l'immersion.", ce qui ne va pas sans rudesse ni contradictions. Et c'est bien ce qui fait, en plus de l'écriture précise et poétique de ce premier roman, la richesse de ce texte.erin hortle
Lucy se cherche, tâtonne, commet des erreurs et n'assène jamais de vérités inébranlables. Son rapport au corps, tout comme ses sentiments, évolue et les passages consacrés à certains animaux proposent des  contrepoints originaux. L'humain n'est donc pas le seul ici à donner son point de vue.
roman où il est aussi question de conserves, de tricot, de pêche et de tout ce qui peut paraître banal, mais crée du lien. Un roman souvent sur le fil et qu'on ne peut lâcher qu'à regret.

Traduit de l’anglais (Australie) par Valentine Leÿs, Éditions Dalva 2021.

 

Lire la suite

13/05/2022

Combats et métamorphoses d'une femme...en poche

"Tout ton corps changeait. La tristesse disparaissait de toi. "

Édouard Louis en est bien conscient: il fait partie de ces écrivains qui écrivent toujours le même livre, mais en changeant de point de vue . Ici, ce n'est plus de son parcours ou de celui de son père dont il est ,mais de sa mère.
Un parcours qui semblait voué à l'échec, une femme écrasée par le manque de formation, les grossesses enchaînées, un mari peu accommodant , des enfants qui semblent suivre la même pente...edouard louis
Quant à Eddy (c'est à dire l'auteur) il ne se donne pas le beau rôle, allant jusqu’à mentir pour que sa mère ne lui fasse pas honte à l'école. Il suivra pourtant, impressionné et tendre, la lente métamorphose heureuse de cette femme.

12/05/2022

Fille...en poche

"La perte de chance, tu vois, c'est  d'être une fille."

Dans ce roman, à forte connotation autobiographique, l'autrice interroge les mots liés à la féminité, plus particulièrement dans son histoire personnelle.  Partout on été repris les mots de son père affirmant qu'il n'avait pas d’enfants car il n'avait que deux filles81LcpadM-cL._AC_UY218_.jpg
Il n'en reste pas moins que l'autrice rappelle qu'en Inde "Dire "c'est une fille avant la naissance est passible de trois ans de prison et de dix mille roupies d'amende: on n'a plus le doit de demander ou de pratiquer une échographie pour voir le sexe de l'enfant et avorter en conséquence car trop de filles disparaissent; à force de les étouffer dans l’œuf, il y a des villages entiers d'hommes célibataires."
La malédiction de naître fille, d'être considérée comme quantité négligeable, comme "une pisseuse", si elle a nettement régressé dans les pays développés, n'en demeure pas moins prégnante dans beaucoup d 'autres parties du monde.
Camille Laurens revient donc sur les moments clés de sa vie et en particulier sur la mort de son premier enfant, épisode d'une violence inouïe quand elle comprend les circonstances qui ont abouti à cette tragédie.
Mais le roman se conclut de manière optimiste avec la jeune fille de l'autrice qui rebat les cartes de la féminité avec une belle énergie.
Un roman constellé de marque-pages.

09/05/2022

Misogynie

"- Tu sais ce qui est au cœur de la misogynie ? Dans le fond ?
- Parce que je suis misogyne à présent ?
-ça consiste simplement à ne pas donner, avait-elle dit. Que ce soit croire que vous ne devriez pas nous accorder le droit de vote ou ne pas nous donner un coup de main pour la vaisselle- c'est tout crocheté au même wagon. "

Le vendredi 29 juillet , seul le beau temps annoncé était au rendez-vous. On sent d'emblée que la journée de Cathal, fonctionnaire à Dublin, ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices car à 14 h 27 "Déjà la journée semblait longue".
Ce pourrait être  juste un travail ennuyeux, mais un tas de petits indices vont nous mettre sur la voie : la sollicitude de ses collègues, ses chaussures non cirées et le récit a posteriori de sa rencontre et de sa relation avec Sabine, une franco-irlandaise rencontrée deux ans auparavant. claire keegan
Nous suivrons donc jusqu'au soir la chronique d'un fiasco amoureux annoncé , du point de vue d'un homme qui ne remet pas en question son manque de générosité et son attitude envers les femmes. Une mécanique implacable relatée avec brio dans cette nouvelle offerte à l'éditrice française de Claire Keegan pour les vingt ans de la maison d'édition.

45 pages . 8 euros.

 Traduit de l'anglais (Irlande) par Jacqueline Odin.

 

06/05/2022

Entendez les femmes rugir !

"Vous n’êtes pas seule responsable. La société vous a aidée. Les coupables, ce sont l’adulation et la sexualisation des jeunes femmes. Ce sont l’intérêt que l’on porte à la beauté et à l’apparence, la pression pour se conformer aux attentes des autres d’une manière qui ne touche absolument pas les hommes."

Le titre et le fait que ces nouvelles ont été adaptées sous forme de série (présentée comme étant "féministe") m'ont décidé à ouvrir ce recueil de Cecelia Ahern.cecelia ahern
Las, j'ai vite déchanté car le fantastique qui consiste principalement à prendre au pied de la lettre des expressions pour dénoncer la situation faite aux femmes devient vite mécanique et prévisible.
Le fait aussi que les héroïnes semblent interchangeables car toutes sont appelées "la femme" n'aide en rien.Rien d'original donc et ces textes ne font que reprendre des situations  rebattues et traitées avec beaucoup plus de vigueur dans d'autres textes. Je garde ainsi dans ma mémoire sélective une nouvelle (titre ? Auteur? ) décrivant le quotidien d'une mère de famille nombreuse, sorte de sainte femme, affrontant sans faillir , et seule, son quotidien et qu'une de ses filles surprenait  se glissant la nuit dans les bois pour hurler sa frustration et son énervement.

 

L'occasion de retrouver cependant Fabienne Vidallet en traductrice, un nom qui dira sans doute quelque choses aux blogueuses d'antan...

04/05/2022

#Unamour #NetGalleyFrance !

"De fait, elle est en train de franchir les étapes nécessaires. Constater une telle évolution-même ardue, même minime-lui procure une satisfaction intime, comme si les progrès du chien étaient aussi les siens, indirectement. "

 

Natalia, pour fuir un passé un peu trouble et entamer une carrière de traductrice littéraire, s'installe dans une bicoque déglinguée à la campagne. Mais une femme seule face à une petite communauté bien soudée ,voilà qui va bientôt générer des tensions.
Cela commence d'emblée par un propriétaire violent, intrusif, qui lui donne un chien. Un animal tout sauf bien traité ,avec lequel Natalia peine à instaurer une relation. Cela se poursuit avec Piter, un homme plus âgé qu'elle, bien intégré dans la population locale, en apparence amical mais qu'on pourrait  aussi ranger dans la catégorie "ces hommes qui veulent apprendre la vie aux femmes". Enfin arrive "l'Allemand" qui lui propose avec force précautions oratoires "un troc de marchandises" : "Je peux réparer les tuiles si en échange tu me laisses entrer en toi un moment, dit-il. "De l'influence des pluies torrentielles sur les relations sexuelles. sara mesa
A rebours de bien des romans de rénovation-installation à la campagne vantant les côtés champêtres et vivifiants de la situation, nous sommes ici en présence d'un personnage déroutant, qui affronte ses ambivalences, perçoit celles des autres et tente souvent , non pas d'affronter, mais d'esquiver les problèmes auxquels elle est régulièrement confrontée. On a parfois envie de la secouer cette héroïne qui se laisse malmener et analyse son comportement avec férocité. Le malaise grandit , la violence est de plus en plus présente le doute également. Quelle est la vision des événements qui prévaut ? Celle de Natalia ou celle des villageois ? La réponse sera donnée sur le fil. Un roman âpre et dérangeant.

 Grasset 2022, traduit de l'espagnol par Delphine Valentin.

03/05/2022

Rien ni personne

"Il avait toujours été en marge. Ou sur le fil du rasoir.

A la merci de ses excès. Et de ses emballements. "

Quand il apprend que la mère de son fils de deux ans va déménager à l'autre bout de la France, Dylan pète un câble. Et un câble, il en avait déjà pété un dans le bureau de la juge lors de son divorce. Ce qui lui avait valu d'être interné dans un hôpital psychiatrique. ludovic joce
Mais Dylan est porté par un amour fou, absolu,  pour son gamin et , il faut bien l'avouer , n'a pas l'habitude de penser aux conséquences de ses actes. S'enclenche alors une fugue chaotique qui ne pourra mener qu'à la tragédie...
Avec beaucoup de sensibilité et en 137 petites pages, Ludovic Joce parvient à nous émouvoir et à rendre palpable ce qui anime ces êtres trop tôt malmenés par l'existence. Des êtres qui ne maitrisent ni leurs mots, ni leurs émotions , mais ont-il eu vraiment la possibilité de faire autrement ? Un très bon contrepoint masculin au roman de Véronique Olmi, Bord de mer.

Éditions du Jasmin 2022.

 

L'avis enthousiaste d'Aifelle: clic

 

02/05/2022

La fin des hommes

" -Rappelez- leur qu'avoir un travail, c'est avoir un but. Même si on n'en veut pas, un travail est une raison de se lever le matin. C'est avoir un avenir auquel on ne croyait plus. "

christina sweeney-baird

 

Rédigé avant la pandémie de Covid 19, ce roman imagine une sorte de grippe , extrêmement mortelle et ne touchant que les hommes. Nous sommes en 2025, parti d’Écosse, le mal se répand d'abord au Royaume Uni, puis dans le monde entier. Mais, hormis quelques incursions dans certains pays étrangers, l'action sera centrée sur le Royaume Uni .
Le récit est pris en charge par plusieurs narratrices, ce qui permet de varier les points de vue (scientifique, historique, politique). Mais, il faut bien l'avouer, tout ceci reste assez superficiel et l'autrice privilégie bien plus l'aspect émotionnel qu'économique par exemple. Elle se débarrasse d'une pichenette désinvolte de certains problèmes, (faute de données , toute la situation en Afrique,  par exemple, ne peut être évoquée) même si elle souligne certains biais misogynes  de la société ante pandémie. En outre, un épisode de violence domestique, réglé façon humour noir,  par le Fléau a lieu en ...Russie. Aucun cas d'alcoolisme ou de violences faites aux femmes au Royaume -Uni ?
Bref, même si j'ai lu jusqu'au bout les 471 pages de ce roman, je n'ai pas été totalement convaincue par le traitement de l'intrigue.

Traduit de l'anglais par Juliane Nivelt. Gallmeister 2022.

 

27/04/2022

Ce genre de petites choses...en poche

"Etait-ce possible de continuer durant toutes les années, les décennies, durant une vie entière, sans avoir une seule fois le courage de s'opposer aux usages établis et pourtant se qualifier de chrétien, et se regarder en face dans le miroir ? "

Bill Furlong a quarante ans, une femme, cinq filles bien élevées, ce dont il se félicite, une vie de labeur (il est marchand de bois et de charbon), pas de dettes, mais il s'interroge sur son existence.claire keegan
En cette fin d'année 1985, à New Ross,des bruits courent sur le couvent où les sœurs du Bon Pasteur exploiteraient des mères célibataires et vendraient leurs enfants à de riches étrangers.
Mais il faudra que Bill, à l'occasion de livraisons, prenne  de visu conscience de la situation (qui aurait pu être celle de sa mère ) pour qu'enfin il envisage de se défaire du carcan des habitudes et de l'emprise de l'église catholique.
Sorte de conte de Noël, ce roman très court de 120 pages revient avec une extrême sensibilité sur ce scandale des sœurs Magdalen d’Irlande dont la dernière blanchisserie a été fermée en 1996.
Par petites touches, avec des détails choisis mais intenses, Claire Keegan nous dépeint un microcosme figé dans l'obéissance et l’hypocrisie ,où subsiste néanmoins un peu d’humanité. Un format court mais efficace.

 

Traduit de l’anglais (Irlande) par Jacqueline Odin.