Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2012

Autour du fauteuil

Attaquer un recueil de nouvelles par un texte où l'on nous fait le coup du rêve- même éveillé- en guise de chute, ne me paraît pas des plus judicieux mais bon, j'ai néanmoins continué la lecture d'Autour du fauteuil.
J'avais en effet envie de découvrir le monde de la coiffure par le biais d'un professionnel présenté comme, je cite ,"spécialiste de la coupe du rasoir et maître barbier."
Si l'on sent nettement l'amour du métier  , la volonté de reconnaissance du coiffeur, et ce dans plusieurs textes, on remarque également que, faute de faire un minimum de confiance au lecteur, ce dernier se trouve accablé par des explications narratives inutiles. 51gISNfZDNL._SL500_AA300_.jpg
Quelques fois, et c'est dommage, il aurait juste fallu passer un coup de  ciseaux pour amputer de quelques phrases une nouvelle pour que le miracle se produise.Hélas, si l'on passe souvent à un cheveu d'un texte intéressant, l'auteur s'égare dans trop de genres littéraires qu'il ne maîtrise pas et se contente d'un style bien trop plat. Dommage car j'aime apprendre  et découvrir des univers.

Merci, Sylvie !

28/08/2012

C'est qui Catherine Deneuve ?

"...mais je n'ai pas le goût des situations normales. Aussi , je n'échangerais pour rien au monde ma place de guerrier sioux  au pays des bisons fous..."

Ils ont" l'avis tranché facile" les élèves de Dominique Resch, ils manquent de références culturelles (voir le titre), prennent la vie à bras le corps,  et elle ne leur fait toujours de cadeaux la vie, en ont une vision très particulière et c'est ce qui fait tout leur charme. Ils ont aussi la chance d'avoir un prof qui aime les mots et qui sait le leur transmettre, vaille que vaille, avec beaucoup d'humour et de saveur. 41nDHF8KtAL._SL500_AA300_.jpg
On retrouve avec un plaisir jubilatoire les séquences croquées sur le vif d'un prof de lycée professionnel des quartiers Nord de Marseille qui arrivent juste à la fin de l'été pour nous dire que finalement la rentrée ça peut être formidable !

C'est qui Catherine Deneuve ?, Dominique Resch, Autrement 2012, 185 pages pleines d'énergie !

Du même auteur : ici.

...,

16/06/2012

La mauvaise habitude d'être soi...en poche

"Il s'attribuait son quotidien pour en faire de la bouillie."

Un homme voit débarquer chez lui un inspecteur persuadé que l'occupant de cet appartement est décédé. Qui a raison , qui a tort ? Le narrateur , comme le lecteur, est d'abord fort de ses certitudes et tente de se raccrocher à des faits qui se font de plus en plus fluctuants sous la logique imparable du représentant de la loi. " Vous ne vous remettez jamais en cause, hein ? ", ce reproche ne pourra être fait au héros de la deuxième nouvelle qui est fatigué d'être lui,ou à celui qui choisit d'habiter dans un endroit, ô combien singulier, où "pour la première fois [il a] le sentiment d'être chez [lui]..."martin page
Sentiment de singularité, identité pesante, perte de contrôle de son existence, inversion cyniquement réjouissante des valeurs, tels sont les thèmes qui courent tout au long de ces sept nouvelles qui échappent, ô miracle, aux pièges de la chute et de la mécanique bien rodée. Il s'en dégage d'abord un mal être bizarrement joyeux car à plonger dans l'absurde, à se frotter à la fausse logique, le lecteur ne peut qu'être séduit par ce réel à la fois si proche et si  délicieusement excentrique.Les deux dernières nouvelles ont une tonalité plus noire et plus tragique, puisqu'un personnage va même jusqu'à "s'expuls[er] de sa propre vie." et la paranoïa gagne du terrain sous une forme à la fois fantastique et faussement banale. Le malaise  envahit le lecteur et témoigne d'un monde où cohabitent principe de sécurité à tout crin et la violence contre les individus hors-normes.Un crescendo très efficace  .
Les illustrations de Quentin Faucompré se fondent totalement dans l'univers si particulier de Martin Page et en soulignent le non-sense .

Quel bonheur de commencer un recueil de nouvelles dont on sait dès les premiers mots qu'il va vous mettre le sourire aux lèvres ! On  a le coeur qui bat un peu en se demandant si le livre va tenir toutes ses promesses et ... oui !

09/06/2012

Que font les rennes après Noël...en poche

"Vous vous êtes trop longtemps oubliée."

Vous avez toujours rêvé d'avoir un animal mais le Père noël et ses rennes ont apporté une horrible poupée géante . Vous fantasmez à propos de la grossesse de votre mère et du film Rosemary's baby. Vous vous demandez à qui vous vous identifiez dans King Kong. Vous poursuivez une lente évolution et finissez par vous rendre compte que les rennes vivent dans un paysage bien moins féérique que prévu. Tout comme les autres animaux, du loup aux cochons, en passant par les rats de laboratoire dont viendront nous parler des dresseurs, des scientifiques ou des bouchers, entre autres. Et ce discours presque clinique s'intercalera entre chaque paragraphe de votre récit, mettant ainsi en parallèle éducation des enfants et exploitation des animaux.olivia rosenthal
Récit d'une émancipation, Que font les rennes après Noël ? réussit le pari de varier les discours, sans jamais identifier les locuteurs , sans que cela nuise à la fluidité ou à la compréhension du récit ,et en nous les donnant à entendre dans leur jus. Quant à la narratrice, elle joue des codes de l'autobiographie, le pronom "Vous" instaurant à la fois distance et proximité avec le lecteur. L'humour, parfois noir, est souvent présent. Quelques passages trash (que j'ai passés vite fait, âme sensible que je suis ) mais une vision très juste et passionnante pour tous ceux qui sont curieux du monde en général. Un roman original à la fois par la forme et par le fond, ce qui est ma foi fort rare, et qui se lit d'une traite.

15/05/2012

Moi, j'attends de voir passer un pingouin

"Moi, j'attends de voir passer un pingouin, cette phrase qui m'habite et semble dépourvue de sens est un mantra pour desserrer l'étau. Entendant ou lisant ces syllabes absurdes, les hommes épris de sérieux, les représentants de l'ordre et de la loi, leurs amis, leurs alliés, les rédacteurs en chef, les directeurs financiers, les responsables de tout acabit haussent les épaules et passent leur chemin.
Nous voici tranquilles."

geneviève brisac,révolution dit-elle


Une narratrice (serait-ce Nouk, une héroïne déjà rencontrée chez Genviève Brisac ?) non identifiée, qui "gagne sa vie en racontant des fariboles de petite ampleur", dans 13 petits textes nous livre des moments de sa vie. Une vie animée par une ribambelle d'animaux, par des dialogues avec son fils, Nelson, ou sa concierge, Céleste. Par des cours d'éducation populaire où elle exprime sa passion pour Rosa Luxembourg, cette révolutionnaire un peu trop oubliée.
Car c'est bien de révolte qu'il s'agit. Geneviève Brisac a choisi en effet d'illustrer ce thème, fondamental pour Pablo Picasso pour la collection Tabloïd de chez Alma éditeur.
Mais pas de révolte flamboyante. non,il faut comme elle l'indique dans son autoportrait  "Noter le passage du temps sur les êtres, observer une voile qui se gonfle, décrire les déceptions et les malentendus, la beauté des ciels et des amitiés, l'omniprésente bêtise , les injustices et les insoumissions Rendre réelle cette seconde vie cachée sous la vie officielle."
Il n'en reste pas moins que je suis restée un peu perplexe, accrochant ça et là quelques marque-page, séduite par le style lumineux et enjoué de Geneviève Brisac mais pas tout à fait rassasiée...

16/04/2012

Quand nous serons heureux

"Alors voilà, aujourd'hui, c'est toi qui entres dans ma vie, et je te préviens, pas de coup bas, je mise tout sur toi, t'as intérêt à assurer, t'entends ? "

C'est quand le bonheur ?, demandait il y a quelques années Cali. Les héros des nouvelles de Carole Fives  ont déjà compris qu'il était loin d' eux, le bonheur normatif vanté dans les magazines. Mais ils essaient tant bien que mal de le trouver, en déployant des stratégies balbutiantes  (tout annuler, même les annulations !, par exemple), vouées à l'échec ou à la souffrance.carole fives
Certains sont dans le déni, d'autres doivent affronter des discours dénués d'inhibition qu'ils subissent sans répondre directement, ce qui en accentue encore la cruauté mais aussi l'humour noir. Car de l'humour il y en a dans ces nouvelles, aussi bizarre que cela puisse paraître ! J'ai beaucoup souri en lisant ces textes qui pourraient être plombants mais dont j'ai aimé le côté désabusé/fataliste- mais- on -tient- le- coup- quand -même.
Certains personnages réapparaissent fugacement dans d'autres textes et un Vernissage permettra même de voir leur évolution au fil des paroles glanées, mettant ainsi une touche finale au monde créé par Carole Fives au fil de ses textes.
Quant aux dernières pages,sobrement intitulées Tes nouvelles, elles constituent une mise en abîme réjouissante où une amie "bien intentionnée" ne peut s'empêcher de critiquer le côté "si noir, si glauque" des "machins" que nous venons de lire, s'efforçant même de donner à l'auteure des conseils pour réussir comme "Lucia Espagnolita" ou Paulo Coehlo...Une manière particulièrement originale d'anticiper les reproches mais aussi de refuser les conseils (comme le personnage féminin de Tandis que vous ) et de se positionner loin des stratégies de certains auteurs...

Quand nous serons heureux, Carole Fives, Le passage 2010, 158 pages qui m'ont donné la pêche  !

Ps: j'ai eu la chance récemment d'entendre Carole Fives au Bateau-Livres à Lille. Elle nous a lu un poème inédit intitulé Cancer et c'est cette tonalité si particulière qui m'a donné envie de découvrir son univers ! Une  réussite !

Ce roman a reçu le Prix Technikart 2009, présidé par Alain Mabanckou.

L'avis , plus mitigé, de Clara.

 

08/03/2012

Réjouissez-vous !

véronique ovaldé

 Avec Réjouissez-vous !, titre  au format gigantesque sur fond rose schoking et évident clin d'oeil à l'opuscule phénomène de Stéphane Hessel, les éditions Albin Michel nous proposent le premier ouvrage d'une nouvelle collection thématique sur des sujets de notre quotidien (vaste programme).Une anthologie de citations accompagnée d'une carte blanche donnée à des écrivains de talent (je cite la quatrième de couv').
Ici, après une série de citations sur l'optimisme et la joie de vivre( sans grande originalité mais ça ne mange pas de pain et ça fait toujours plaisir) , c'est Véronique Ovaldé qui s'y colle avec une nouvelle offerte précédemment dans un magazine féminin et qui avait suscité la polémique sur la blogosphère car, comme le rappelle très discrétement la décidément prolixe quatrième de couv  : "en partenariat avec Renault en clin d'oeil au lancement de Nouvelle Tw*ngo" (sic). On se demande bien pourquoi ils n'ont pas fait appel, au hasard, à Dany Boon.
Etant de nature curieuse et n'ayant pu mettre la main sur le magazine en question, j'ai donc dû débourser 5 euros pour m'enquérir de l'objet du délit.
Verdict : non, Véronique Ovaldé ,qui fait pourtant preuve de beaucoup de créativité , n'a réussi à rédiger ici une apologie de la voiture précédemment citée (n'étant moi même pas sponsorisée j'ai pris le parti de ne pas citer in extenso le produit mis en cause).
Son héroïne, une sorte d'Amélie Poulain devenue gourou à l'échelle mondiale, l'a choisie rose et arrive à caser à l'intérieur de l'habitacle tout un bric à brac des plus sympathiques pour la transformer en "terrier", preuve que finalement si, l'auteure possède une imagination fertile. La marque doit être mentionnée deux ou trois fois et Ovaldé s'amuse même de la contrainte en évoquant en bas de page les solutions envisagées pour se tirer d'affaire. Les notes valent d'ailleurs à elles seules le détour et confèrent une dimension pleine d'humour à cette fable gaie, pleine d'allant et de clins d'yeux à des auteurs évoqués de manière allusive.
De quoi donner envie de relire le texte  ! Allez hop , je m'y colle !

Un produit hybride donc qui ne me satisfait pas totalement.

24/02/2012

Philosophie de la vie conjugale

"Adolphe se rappelle un proverbe anglais qui dit "N'ayez jamais de journal, de maîtresse, de maison de campagne ; il y a toujours des imbéciles qui se chargent d'en avoir pour vous..."

Tandis que Cuné a entrepris "tranquillement, en ne se pressant en rien" la lecture intégrale de la Comédie Humaine - et qu'elle s'y tient , la bougresse, et qu'elle se régale même !- je me suis contentée d'une toute petite tranche de Balzac , une nouvelle extraite des Nouvelles et contes, II.
N'était le prénom du personnage masculin, très désuet, ce petit couple, dont Balzac se régale à nous raconter les ajustements avec l'amour et la réalité ,pourrait être tout à fait contemporain par bien des aspects !balzac,couplesQui n'a dans son entourage une Caroline qui rêve toujours d'avoir ce que possède sa voisine et croit fermement que certaines ont atteint le bonheur qui semble toujours lui échapper à elle ? Elle semble mener son mari par le bout du nez, le manipulant à qui mieux mieux mais Adolphe est sans doute lui aussi bien roué à sa façon !
Ah Balzac ne la ménage pas sa Caroline ! Il se moque d'elle, mais avec une bonne humeur communicative ,un style alerte et enlevé, qui emportent l'adhésion ! La fin est un peu précipitée mais comme elle est censée nous expliquer "la felichitta du finale de tous les opéras, même de celui du mariage" , on s'en accommodera bien volontiers !

Un petit plaisir pour deux euros chez Folio !

25/11/2011

J'aime être gourmande

"Arrière les épices coup de cymbales, l'alcool grosse caisse , la sauce jazz ! Arrière la goinfrerie, la gloutonnerie et autre intempérances ! Cachez-vous de même régimes !"

Quel plaisir de retrouver la langue drue, charnelle, roborative de Colette !
D'entrée de jeu Guy Martin nous fait saliver en imaginant le menu qu'il aurait élaboré pour cette "gourmande de la vie." Gérard Bonal et Frédéric Maget nous précisent ensuite que les 13  textes ici rassemblés ont été sélectionnés parmi les articles que l'auteure des Claudine avait rédigé pour le magazine Marie-Claire, des textes où elle s'adresse en toute camaraderie aux lectrices  et ce dans une période troublée (les textes vont du 27  janvier 1939 au 24 mai 1940).colette,marie-claire,guy martin
Très éclectique, Colette nous livre la recette du café au lait de concierge, se régale (et nous avec elle) à énumérer les plats dont elle fait son ordinaire, parle "du haut de [ses] soixante ans" de l'amour et de sa durée, promettant , la coquine,  " certaines surprises dont nous ne devons rien laisser savoir, sinon qu'elles mettent parfois sur un visage et dans des regards de femme mûre, l'éclat triomphant  qui illumine les jeunes épouses..."
Les chats sont bien sûr au rendez-vous- un texte tout en délicatesse et émotion- mais Colette célèbre tout autant les quartiers de Paris qui sont autant de provinces, le courage des femmes qui ont remplacé un peu partout les hommes partis au front ou la nécessité de conserver un décor agréable, un peu de frivolité dans ces temps difficiles. Elle se penche également sur les enfants, célébrant leurs capacités remarquables, ce qui ne manque pas d'étonner quand on connaît la relation perturbée qu'elle entretint avec sa propre fille... C'est parfois inégal, le premier article qui donne sont titre au recueil est une pure merveille et donne aussitôt envie de se replonger, pour prolonger la dégustation, dans Colette gourmande (une très  jolie idée de cadeau) !colette,marie-claire,guy martin

J'aime être gourmande, L'Herne 2011, 96 pages. 9.50 euros, un peu chérot quand même...

04/07/2011

Avec mon meilleur souvenir

à cause d'un documentaire chopé par hasard à la télévision, à cause d'un livre dont je parlerai prochainement, j'ai mis la main sur ce recueil de texte où Françoise Sagan évoque des moments heureux, brosse le portrait sensible des gens qu'elle a aimés : Billie Holiday,  l'ogre Orson Welles qui la trimballait "comme un sac de vêtements à travers toutes les rues de Paris et les Champs Elysées" "sous prétexte qu'[elle] ne [se] fasse pas écraser", Sartre à qui elle écrivit une lettre d'amour/admiration.françoise sagan
  Sagan évoque aussi son addiction au jeu, à la vitesse,dans des pages qui nous montrent- si on en avait douté - son talent de styliste. Sans oublier une évocation teintée de mélancolie de Saint Tropez qui n'est pas sans rappeler une autre habitante de cette station: Colette.
Mais c'est à la littérature que l'auteure de Bonjour tristesse consacre ses plus belles pages car elle lui voue un amour"d'une grande supériorité sur l'amour tout court, l'amour humain."car, selon elle, "la littérature en revanche offre à notre mémoire des coups de foudre autrement fracassants, précis et définitifs."Et Sagan de nous décrire  avec un entousiasme intact sa rencontre avec  les quatre textes qui lui "restent toujours comme des tremplins , des boussoles"dans cette "existence aisément qualifiable d'agitée", existence où elle affirme ne rien avoir appris.
Ces quatre textes ? Les nourritures terrestres (Gide), L'homme révolté (Camus), Les Illuminations (Rimbaud) et Proust bien sûr, dont elle recommande de commencer la lecture par Albertine disparue.
Pour conclure quelques phrases d'un chapitre qui mériterait d'être cité en entier :

"Je découvris que le don d'écrire était un cadeau du sort, fait à très peu de gens, et que les pauvres nigauds qui voulaient en  faire une carrière ou un passe-temps n'étaient que misérables sacrilèges. Qu'écrire demande un talent précis et précieux et rare-vérité devenue inconvenante et presque incongrue de nos jours; au demeurant, grâce au doux mépris qu'elle éprouve pour ses faux prêtres ou ses usrpateurs, la littérature se venge toute seule: elle fait de ceux qui osent la toucher, même du bout des doigts, des infirmes impuissants et amers- et ne leur accorde rien- sinon parfois, par cruauté, un succès provisoire qui les ravage à vie." Des mots forts, définitifs et toujours d'actualité...

Avec mon meilleur souvenir, Françoise Sagan, Folio 2010 (1ère édition folio 1985)150 pages délicieuses .