Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : maggie o farrell

”Elles sont assises côte à côte au bord d'un gouffre.”

Vanessa Herman, écrivaine un peu sur la touche, professeur de  littérature créative à l'université, divorcée continuant à régenter la vie  de son ex- époux, n'arrive pas à faire face à la dépression de son fils unique de 20 ans, Justin.
Elle fait donc appel à son ancienne femme de ménage et nounou, Mary Trendo qui, pendant huit ans , a  travaillé pour elle.
Celle-ci , repartie vivre dans son pays d'origine, l'Ouganda, possède aussi un projet tournant autour de son fils  unique, Jamie et c'est en partie pour cela qu'elle accepte cette proposition .Mais les choses ne vont pas se dérouler comme le croyait Vanessa car son ancienne employée de maison a bien changé...41_Hjsu6FJL
Maggie Gee scrute avec jubilation les nouveaux rapports de forces qui se mettent en place. En alternance,le lecteur entend  la voix de Mary, (qui ne veut plus qu'on l'appelle  Ma bonne), voix de l'Afrique, voix d'un continent où "Nous sommes  morts depuis longtemps, alors soyons heureux!". Mary, une femme qui avait étudié à l'université et qui était devenue femme de ménage par nécessité, une  femme solide et qui sait faire face aux coups du destin. De l'autre, l'intello bobo, moins consciente de ses privilèges, parfois hystérique et qui prétend tout contrôler, mais peut-on contrôler les sentiments, peut-on contrôler la vie ?
Avec un  humour caustique, l'auteure brosse deux magnifiques portraits de femmes, chacune avec ses  qualités et ses défauts, et le lecteur  se régale des mal-entendus et des manières différentes  d'envisager les mêmes événements,  de la lutte pour le pouvoir, subtile et passionnante, pleine  de rebondissements.Un vrai  coup de coeur pour une écriture à la fois grave et pleine de peps !

Lire la suite

Un autre amour

"Certains soirs elle allait se coucher sans savoir qui elle serait en se levant le lendemain."

Un séjour à Rome en amoureux pour Connie et Matt Wilson. Pendant ce temps, leurs trois garçons sont gardés par la meilleure amie du couple, Mary. De cette escapade, Connie rentrera seule : son époux a décidé de rester en Italie.arton19016-4e85b.jpg
Commence alors une longue évolution de Connie qui n'accepte pas sans souffrance de voir remis en question sa vie de famille et un amour qui dure depuis ses quinze ans.
Sur un sujet des plus rebattus, Kate o'Riordan réussit un tour de force: contourner tous les clichés et tenir l'attention de son lecteur perpétuellement en éveil , ménageant des révélations jusqu'à la toute dernière minute.
Je dois avouer que même si j'aime beaucoup cette auteure, j'y allais en faisant un peu la grimace car le thème n'a rien de confortable (qui peut affirmer que son couple durera jusqu'à ce que la mort sépare les amoureux ? ) mais tant le style , très imagé, de Kate o' Riordan que sa peinture toute en finesse tant des rapports amoureux, familiaux (pas d'hypocrisie dans la manière de Connie de parler de ses trois garçons si différents) voire même amicaux (ah le portrait de Mary qui prie à toutes force Saint Antoine, le morigène avant de se tourner vers Saint Jude, peut être plus efficace !) ont su emporter ma totale adhésion et je freinais des quatre fers pour retarder au maximum de découvrir la fin...On sourit, on frémit, on s'identifie à l'une puis à l'autre et on retrouve ici tout le talent de cette auteure qui n'hésite pas à appuyer là où ça fait mal.

Un autre amour , Kate O'Riordan, traduit de l'anglais par Florence-lévy-Paolini, Editions Joëlle Losfeld 2010, 279 pages qui ne vous laisseront pas intact.

De Kate o'Riordan , j'avais aussi beaucoup aimé Le garçon dans la lune et Pierres de mémoire

Lire la suite

San Francisco

"C'est ma spécialité, les choses qui ne sont plus là."

Contrairement à ce que donne à penser le titre de ce roman de Catherine O'Flynn, l'action ne se déroule pas à San Francisco mais à Birmingham, ville où Franck présente les infos régionales sur une chaîne de télévision locale. Nettement moins exotique donc, pourtant le présentateur est très attaché à cette ville où son père, architecte autrefois renommé, a construit de nombreux bâtiments dans le style brutaliste .
Mais Birmingham, assoiffée de renouveau, fait abattre un à un ces immeubles tandis que Franck semble hanté par tout ceux qui disparaissent autour de lui : non seulement son vieil ami et prédécesseur, renversé sur une route de campagne par un chauffard, mais aussi celles de tous ces inconnus , morts en solitaire,  à qui il s'efforce de redonner une identité.31xQkHrl27L._SL500_AA300_.jpg
La vie de Franck n'est en rien clinquante: entre les visites à sa mère qui entretient une vision cynique de l'existence , les petitesses ridicules du milieu médiatique dans lequel il évolue, sans compter les chemins boueux de la campagne où il habite, il y aurait de quoi déprimer !
Hé bien non, Franck vaille que vaille, trace sa route, élucide les mystères et parvient, presque malgtré lui à tirer son épingle du jeu , ayant accepté au final que le changement fait partie de la vie et qu'on ne peut rien contre lui.
Une ambiance un peu triste et feutrée, mais un style précis, en demi-teintes, entre humour et désenchantement  qui confirme tout le bien que je pensais du premier roman de Catherine O'Flynn.

San Francisco (The News Where You Are), Catherine O'Flynn, traduit de l'anglais par Manuel Tricoteaux, Jacqueline Chambon 2011, 389 pages.

Lire la suite

”Personne ne sait ce que je ressens .(...)ça donne encore plus de saveur aux efforts que nous faisons pour être ensemb

Même si  Rosie a atteint ce qu'on peut raisonnablement  considérer comme étant le milieu de sa vie, elle n'a toujours pas  trouvé de  modus vivendi avec sa  tante Min qui l'a élevée dès sa naissance. En apparence du moins, car il va suffire que les deux femmes se retrouvent -  Min vieillit mal- pour que, sans que cela soit concerté, elles échangent  leur rôles. A Min qui vient d'atteindre soixante-dix ans et n'avait jusque là jamais  voyagé ou presque ,de vivre  son rêve américain . A Rosie, qui a posé ses bagages, de s'inquiéter pour sa  tante ,  tout en se ressourçant dans une maison isolée, berceau de sa famille,  bien au calme pour écrire  un livre de développement personnel destiné  aux  quinquagénaires...41JuMkBDLEL._SL500_AA240_.jpg
Truffé de personnages tour à tour émouvants et drôles  (ah la vengeance de la fiancée qu'on laisse  tomber pour une jeunette !), Best love Rosie confirme ici tout le bien que je pensais  déjà de Nuala o'Falain. Ses réflexions sur la  cinquantaine font mouche et l'apaisement des personnages principaux qui , chacune de manière  différente, parviennent à trouver un équilibre ,même fragile, même brinquebalant, donne le sourire aux lecteurs*ou lectrices. Seul petit pincement  au coeur, ce roman sera le dernier de Nuala o'Falain puisque l'auteure est décédée.
Donnez-moi un roman où le héros trouve sa demeure et où ,en plus, rôde un chien et je suis la plus heureuse des lectrices !

* ce livre  m'a été prêté par mon beau-frère, que je remercie au passage, et qui l'a beaucoup aimé aussi.

L'avis de Cuné qui le place en bonne position dans son classement  2008.

Celui de Kathel qui vous mènera  vers plein d'autres (dont celui de  Bellesahi !)

Nuala o' Falain . Best Love Rosie. Editions Sabine Wespieser.529 pages qui coulent  de manière fluide...

Lire la suite

Mes meilleures amies : séance de rattrapage

Imaginez un peu : votre pâtisserie a fait faillite, votre petit ami en a profité pour prendre la clé des champs et votre nouveau boy friend est juste un goujat ! Heureusement, votre meilleure amie depuis l'enfance se marie et vous allez pouvoir lui organiser une méga fête ! paul feig,feel good movie
Las , nouveau problème à l'horizon: vous découvrez que vous possédez une rivale qui tente de vous ravir le titre de meilleure amie et celui d'organisatrice de l'enterrement de vie de jeune fille. En plus cette ennemie en puissance est riche, sublime, juste parfaite ! Jetterez-vous l'éponge ?
La préparation d'un mariage, concentré de tensions , est ici utilisée, non pour régler des problèmes familiaux ,mais amicaux et donner l'occasion à une belle brochette d'actrices de montrer l'étendue de leur talent comique.
Kristen Wiig ,sur qui s'abat cette avalanche de calamités, a une énergie folle et, dans le rôle de la soeur du marié, Melissa McCarthy n'a rien à lui envier. La romance est assurée par un nounours craquant, Cris O' Dowd,  ange gardien de la route devant qui l'héroïne va se livrer à un hilarant festival de délits routiers  pour le forcer à réagir ! Attention, ces demoiselles ne font pas toujours dans la dentelle et c'est parfois un peu trash mais bon, le filles ont bien le droit aussi de se lâcher ! Un film bourré d'énergie que j'ai revu avec plaisir à plusieurs reprises ! à voir absolument en V O !

Lire la suite

”Heureuse ,aussi, que la vie ait ses côtés moches, sales, qui rendent la perfection plus supportable.”

Trente ans que Nell, oenologue accomplie, n'a pas mis les pieds en Irlande où vivent sa fille, Ali et sa petite fille, Grace. En femme indépendante et qui a réussi sa vie, Nell ,qui chérit pourtant les femmes de sa famille , les protège et les fait régulièrement venir en France  où elle s'est installée , entend bien néanmoins maintenir une distance entre elle et le reste du monde. Son vieil amoureux, Henri risque aussi d'en faire les frais, alors qu'il lui annonce qu'il va quitter son épouse, ce que Nell ne lui a jamais demandé de faire.
Un coup de fil nocturne va tout faire basculer et obliger notre héroïne  à affronter  un passé dont témoignent Les Pierres de  mémoire., ces pierres que sa propre mère ramassait à chaque moment important de sa vie.415PGroeJ+L._SL500_AA240_.jpg
Avec ce roman, je poursuis ma découverte de  l'oeuvre de  Kate O'Riordan, commencée  ici avec un énorme coup de  coeur et je ne suis pas  déçue. J'y ai retrouvé la finesse de l'analyse psychologique, ici  des relations qui unissent cette famille matrilinéaire, et une construction habile qui distille révélations et rebondissements. La tension dramatique  est soutenue et les personnages sont plein de facettes. Le style est à la fois charnel  et poétique, avec  de superbes descriptions  de la pluie irlandaise , ou plutôt des pluies, comme l'auteure s'attache à le préciser. Aussi attachant et chaleureux que le pub  où se déroule une grande partie de l'action.

Kate O ' Riordan, Pierres de mémoire, Editions Joëlle Losfeld.347 pages apaisantes.

 

 

Lire la suite

Du passé faisons table rase...

Quand un roman est hérissé de bouts de papier signalant un passage à citer ou recopier, c'est bon signe. Eh bien, Nos plus beaux souvenirsde Stewart O' Nan, certes un pavé de 667 pages en édition de poche, enest tout alourdi de ces rogatons de papier. Cuné en avait écrit le plusgrand bien ici et je la remercie car j'ai savouré chacune de ces pages.2757801929
Maisquel est le secret de Stewart O' Nan ? Comment fait-il pour entrer dansles pensées et l'âme de chacun des membres de cette famille qui vientaprès le décès du patriarche passer une dernière semaine dans lecottage qui sera ensuite vendu ?
Que l'on soit ado ou pré-ado,adulte nanti de frères et soeurs ou enfant unique, femme veuve oucélibataire âgée, chacun se retrouvera dans les différents personnageset les relations à la fois tendres et cruelles qui les  unissent.Les enfants ne se décident pas vraiment à grandir même s'ils sontdevenus à leur tour parents, mais ils apprendront à faire l'économie dupassé pour mieux aller vers l'avenir. Chacun s'efforce de préserver sonespace de liberté, le chien Rufus (je l'adore !), n'ayant certainementjamais eu autant de succès, le promener devant une occasion de fuirquand la tension est trop grande. En une semaine, sans grandssentiments à l'américaine comme certains films ou téléfilms nous yavaient habitués (berk !), sans véritables éclats de voix, tout estfeutré mais encore plus cruel,  la famille va devoir se réajusteret avancer.
Je sens que je vais lire d'autres livres de cet auteur d'autant que Cuné m'a de nouveau alléchée !

Lire la suite

Brisons là

Mardi matin, je le jure, j'étais d'humeur joyeuse et en plus c'étaitla réouverture de la médiathèque , c'est dire si ça commençait bien. Enplus, comme d'habitude, les bibliothécaires , même si c'était leurrentrée, étaient toujours aussi souriants et disponibles , ce qui estfort agréable.Je ne garantis pas que je leurressemblerai lundi 28 août quand je reprendrai le harnais...mais stop,j'ai décidé quand j'ai commencé ce blog de ne pas parler du boulot.
C'est donc avec un grand sourire que j'ai vu sur la colonne des nouveautés Coupe gorge de Carol O' Connell.
Cequ'il y a de bien avec un personnage récurrent, c'est qu'on retrouveses petites habitudes, on se le réapproprie comme on le fait avec unvieux pull bien aimé. Certes. Mais parfois, les vieux pulls ça gratteet même s'ils ne grattent pas , on finit par s'en lasser.9782265081956
Autant, j'ai de plaisir à retouver Kurt Wallander, le héros de
Henning Mankell,parce qu'il évolue (même si l'éditeur a eu la "bonne" idée de nousdonner la série dans le désordre), autant je trouve Kathy Mallorymonolithique. Sans doute ai-je trop lu de Carol O' Connell, et sonhéroïne qui imprime la crainte ou le respect ne me surprend plus. Jel'ai lâchement abandonnée à la page 58, je suis allée vérifier meshypothèses quant à la suite de l'histoire à la fin (que j'avais à peude choses près quasiment devinée, à force, on a l'habitude des"ficelles "de l'auteure) et basta.

Lire la suite

Un autre amour

"Certains soirs elle allait se coucher sans savoir qui elle serait en se levant le lendemain."

Un séjour à Rome en amoureux pour Connie et Matt Wilson. Pendant ce temps, leurs trois garçons sont gardés par la meilleure amie du couple, Mary. De cette escapade, Connie rentrera seule : son époux a décidé de rester en Italie.
Commence alors une longue évolution de Connie qui n'accepte pas sans souffrance de voir remis en question sa vie de famille et un amour qui dure depuis ses quinze ans.
Sur un sujet des plus rebattus, Kate o'Riordan réussit un tour de force: contourner tous les clichés et tenir l'attention de son lecteur perpétuellement en éveil , ménageant des révélations jusqu'à la toute dernière minute.
Je dois avouer que même si j'aime beaucoup cette auteure, j'y allais en faisant un peu la grimace car le thème n'a rien de confortable (qui peut affirmer que son couple durera jusqu'à ce que la mort sépare les amoureux ? ) mais tant le style , très imagé, de Kate o' Riordan que sa peinture toute en finesse tant des rapports amoureux, familiaux (pas d'hypocrisie dans la manière de Connie de parler de ses trois garçons si différents) voire même amicaux (ah le portrait de Mary qui prie à toutes force Saint Antoine, le morigène avant de se tourner vers Saint Jude, peut être plus efficace !) ont su emporter ma totale adhésion et je freinais des quatre fers pour retarder au maximum de découvrir la fin...On sourit, on frémit, on s'identifie à l'une puis à l'autre et on retrouve ici tout le talent de cette auteure qui n'hésite pas à appuyer là où ça fait mal.

Lire la suite

La double vie d'Anna Song

"Et moi j'ai bâti une chimère sur du sable..."

Récit d'une imposture, d'une falsifaction musicale( Anna Song , pianiste devenue culte après sa mort n'aurait jamais enregistré les disques ayant fait sa renommée), La double vie d'Anna Song est aussi le roman d'un amour fou voulant pacifier un passé douloureux.41QCZMKLd7L._SL500_AA300_.jpg
De coupures de presse en confession à multiples niveaux, le roman de Minh Tran Huy évite le côté sensationnaliste et privilégie les émotions . On avance au fil du texte, au fil des illusions et des révélations et l'on ne cesse de tourner le prisme de la "réalité" pour l'envisager sous un nouvel angle. Passionnant et prenant jusqu'à la dernière ligne.

La double vie d'Anna Song, Minh Tran Huy, Actes Sud, 2009.

Emprunté à la médiathèque.

 

 

Blog-o book

Lire la suite

Page : 1 2 3 4 5 6 7