Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Davis Bowie n'est pas mort | Page d'accueil | Au pied de la lettre »

02/10/2017

Mon père, ma mère et Sheila

"Lorsque je suis témoin d'un élan de tendresse entre un père et son fils , je ne peux m’empêcher d'être surpris.Je marque un arrêt, ému de voir que cela se passe si naturellement."

D’abord ce qui frappe dans le roman d'Eric Romand, c'est la forme fragmentaire choisie. Des textes brefs, factuels, où le sous-texte en dit souvent plus que ce qui est énoncé. La peur, la honte ne seront clairement énoncés que bien plus tard dans le récit.eric romand
La forme ici mime le fonctionnement d'une famille dysfonctionnelle des années 70 (la mère a commis une mésalliance aux yeux de sa famille petite bourgeoise), où l' homosexualité du fils , qui se devine à travers son admiration pour l'idole d'alors, Sheila,  provoque "Le regard glacial de mon père et celui désespéré de ma mère" sans que des mots soient clairement posés sur ce que chacun devine. La mère n'arrive d'ailleurs même pas à prononcer sans se tromper le mot "Homosexuel".
C'est aussi tout une époque qui se donne à voir, les repas pantagruéliques de Noël en famille, où la mère s'inquiète de ne pas avoir assez à manger pour ses invités, ceux pris en regardant Danièle Gilbert et les chanteurs en playback qui font face aux aléas de l'émission.
On sourit, on est profondément ému quand au détour d'un texte se donne à voir la douleur d'une mère, ou celle d'un fils qui,suivant les conseils de sa thérapeute se prend dans ses  bras.
109 petites pages pour un roman puissant , tout en retenue et diablement émouvant.

Déniché à la médiathèque.

 Éditions Stock 2017

Commentaires

On sent que tu as été émue, en effet. Un titre qui ne m'aurait pas tenté.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 02/10/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.