Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2010

Tout pour le mieux

Parfois on a besoin de sucré, de coloré,  au diable l'austérité  ! Alors on choisit un roman au titre prometteur:  Tout pour le mieux, avec une quatrième de couverture alléchante (car évoquant le plaisir sensuel de toucher les livres, joli hameçon pour les lectrices compulsives...41caTWQKSEL._SL500_AA300_.jpg)
Las , au bout de quelques pages on trébuche page 10 sur " elle gisait déjà balbutiante dans un plaisir insensé.", on vérifie bien qu'il ne s'agit pas d'une farce quelconque , d'un complot ourdi par un émule d'Harlequin , on poursuit sa lecture et patatras, on tombe page 11 sur "Et à chaque fois , le miracle se reproduisait, la laissant pantelante de bonheur et de reconnaissance". On ne s'en remet pas -de jalousie probablement- et on passe son chemin.

Je vous épargnerai les facilités sur le titre.

Tout pour le mieux. Catherine Siguret, Robert Laffont 2010, 248 pages garanties pleines de colorants mais sans conservateurs.

ico_critique.jpg

 

09/07/2010

La Bar-Mitsva de Samuel

Titre à lire à distance des repas, je vous aurais prévenus.

"Elles étaient tellement vieilles que la seule jeunesse qu'on pouvait voir en elles, c'était en les imaginant en pouponnières à asticots".

Je croyais apprécier l'humour noir et l'ironie mordante mais La Bar-mitsva de Samuel vient de me démontrer que j'avais des limites.41RrA6oZBqL._SL500_AA300_.jpg
En effet, ce récit de la vie d'une jeune juif français exilé contre son gré au Canada entre une mère qui ne l'aime pas (mais a su l'enlever à son père , resté en France) et un beau-père des plus effacé ne m'a laissé aucun espace pour respirer.
C'est un univers d'une noirceur quasi absolue, où la violence est banalisée (en particulier celle faite aux femmes) très cru, avec un langage ordurier (les femmes ne sont que des c...et on les espère vicieuses dès le plus jeune âge), où les personnages ne semblent capables d'aucune empathie.
Quant à la vision du Canada, elle est au diapason de ce qui précéde. On me dira que c'est ici la vision outrée d'un adolescent torturé par ses hormones mais bon, désolée, je ne compatis ni ne ris une minute.

21/06/2010

Le ciel est partout

51rx4IvvwZL._SL500_AA300_.jpgHeathcliff et Cathy n'ont pas à se faire de soucis.

Lennie vient de perdre sa soeur. C'est triste. Lenny tombe amoureuse du nouveau beau gosse du lycée. C'est bien. Ou plutôt c'est "ouah chiwawa puissance trois".Lenny embrasse le fiancé de sa défunte soeur. C'est mal.
Bon, je me gausse mais si au début j'ai apprécié , en particulier les fac-similés des billets abandonnés un peu n'importe où par Lennie, j'ai trébuché sur une comparaison fatale: "...lesquels arrachent à leurs guitares des des accords si féroces qu'ils pourraient bien renverser un gouvernement à eux seuls."
A trop vouloir en faire Jandy Nelson, vieille routière du monde de l'écriture et du cinéma- que je soupçonne fort d'avoir déjà en tête la distribution idéale de l'adaptation de son oeuvre- rend son roman affecté et empesé. Rien n'y a fait , ni les références incessantes au hauts de Hurlevent, ni les personnages originaux qui gravitent autour de Lennie n'ont pu sauver ce roman de la malédiction de la PAL qui fond (même pas au soleil).

Je remercie Amanda pour le prêt, Cuné et Caro pour avoir joué les gentilles factrices !

Inutile de vous dire qu'elles ont a-do-ré !:) tout comme Karine et fashion.

Laure est mitigée (mais elle vous enverra chez d'autres qui ont beaucoup aimé!)

 

02/05/2010

Les fables pleines de symboles...

...ne sont vraiment pas ma tasse de thé ! Du coup j'ai abandonné : Le libraire de Sélimonte51IubwouV8L._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg et Il ne vous reste qu'une photo à prendre ...51nsVlAoRrL._SL500_AA300_.jpg

Quant à Rroû, ben non l'écriture un tantinet poussiéreuse de Maurice Genevoix n'aura pas su me garder éveillée...41xG1i7WdbL._SL500_AA300_.jpg