Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2017

La femme brouillon

"Le bébé siphonne notre tendresse. On s'adresse l 'un à l’autre comme deux vieux collègues exaspérés."

Entre bonheurs et inquiétudes, "Le père du bébé aurait fait une bien meilleure mère. Son instinct de sacrifice est plus développé, et c'est toujours lui qui fait les crêpes.", mais toujours avec beaucoup d'humour et d'énergie, la narratrice nous raconte les étapes obligées de sa grossesse, de l'annonce  à une conclusion qui évoque très joliment la transmission.amandine dhée
Celle qui se définit successivement ou simultanément comme "la gosse qui n'a pas les mots, l'ado blessée, la femme-lézard, la féministe, l'écrivaine et la demi-mère", une femme brouillon donc, dont on devine que le rapport à sa propre mère est plutôt douloureux, pose des mots très justes sur cette grossesse.
Si elle souligne l'attendrissement de certains devant son gros ventre, elle n'en oublie pas néanmoins que, bizarrement, ce dernier semble  devenir invisible dans les files d'attente ou les transports en commun...Avec lucidité, elle décrit ses propres contradictions de féministe et de mère en devenir, tiraillée entre le fait qu'on veuille la limiter à ce rôle et l'acceptation de ce rôle, trop normatif à son goût.
Ne perdant jamais son regard critique, dénichant la violence sous la guimauve, la narratrice s'en tire haut la main, ne reniant jamais son aspect  revendiqué de Femme brouillon, bien loin des mères parfaites qui nous sont imposées comme modèles. 
Un livre qui pose un regard décapant, drôle et intelligent sur la grossesse, voilà qui ne se refuse pas, quel que soit son âge !

Un grand coup de cœur, constellé de marque-pages !

La femme brouillon, Amandine Dhée, Éditions la Contre Allée 2017 , 86 pages enthousiasmantes !

D'Amandine Dhée: clic

 

14/02/2013

C'est jeudi, c'est citation ! ( Spéciale dédicace pour la saint Valentin)

XXII

" Je suis un loup-garou de film américain. je te préviens  chéri, cette nuit, je risque de changer un petit peu, des canines me viendront ainsi que des poils et j 'aurai comme une envie de t'égorger, mais n'aie pas peur, ce sera toujours moi, enferme-moi dans la salle de bain, mets le verrou et ne l'ouvre sous aucun prétexte, tu m'entends aucun prétexte, même si je pousse des cris à te retourner le ventre, promets-le moi. Demain matin tout ira bien. On boira une tasse de café chaud et on continuera la vie.
  Quoi faire de la colère ? "

Amandine Dhée, Et puis c'est bête d'être triste en maillot de bains

Editions de la Contre Allée, 2013

06:00 Publié dans Extraits | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : amandine dhée

11/02/2013

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain

"Seuls les propres seront sauvés."

 La forme courte et fragmentaire sied parfaitement à ce texte qui revient sur l'itinéraire d'une jeune femme ayant encore du mal à se dire auteure. Dès sa naissance," ...Elle est laide un peu sommaire", aurait dit sa grand-mère, Amandine Dhée constate que "...les mots manquent souvent pour dire ce qui pèse sur le ventre." Mais elle, elle les trouve et nous les llivre avec pudeur et sensibilité.
Si elle explore ses failles intimes , ce n'est jamais avec complaisance ou dolorisme mais avec un humour imparable, qu'elle exerce souvent à ses dépends, forgeant des néologismes qui ne heurtent jamais ni les yeux ni les oreilles. "La camoufle est impossible.", on sent parfaitement qu'Amandine Dhée aime lire ses textes en public !amandine dhée
La famille , "Chez nous, on aime les livres et on se méfie des institutions, [...] ça se boussole pas si mal", mais aussi l'aspect économique de l'écriture "Oui, j'en vis. J'en vis de pouvoir dire. Quelque part, une salle d'attente avec tous ces mots désirant être prononcés.", la maternité qui semble difficilement compatible avec la création, les maladresses en société : "Tenter de séduire et parvenir en une phrase à vexer l'ensemble du service.", mais aussi le décalage entre  les injonctions de la société et nos capacités, tels sont quelques-uns des thèmes qui sont ici envisagés avec  une tonailté très juste. C'est au bel itinéraire d'une chic fille que nous convie Amandine Dhée !

Merci à Libfly et aux Editions de la Contre Allée pour l'envoi !amandine dhée

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain, Amandine Dhée, Editions de la Contre Allée, 82 pages piquetées de marque-pages ! Un vrai coup de coeur !

Pour entendre l'auteure parler de son texte et ne lire plusieurs fragments c'est ici !

J'avais aussi beaucoup aimé Du bulgom et des hommes.

et ça nous apprendra à naître dans le Nord (reclic!)

Amandine Dhée sera au bateau Livres à Lille le 7 mars et au salon du Livre de Paris .

Ps: tiens, ça m'a donné envie de faire, pour de vrai, le concours de la plus moche tasse (bon on est plus mug, nous ! )au boulot !

Et un de plus pour le challenge de Lystig ! amandine dhée

07/05/2012

ça nous apprendra à vivre dans le nord

"Les livres, c'est un peu comme les chiens qu'on ne connaît pas, faut pas leur montrer qu'on a peur, après ils en profitent."

Au fil de rencontres dans des cafés, de discussions à bâtons rompus, les deux auteures tentent d'avancer dans leur commande d'écriture à quatre mains sur un quartier lillois, autrefois ouvrier, celui de Fives. Entrecoupé de témoignages d'habitants, ce work in progress plein d'humour nous livre, mine de rien plein d'infos sur le passé de ce Nord ouvrier et nous montre les repentirs, les hésitations, les appréhensions, voire les révoltes de nos écrivaines qui hésitent à trouver leur place , quelque part entre Lucien Suel et Marie-Paule Armand (auteure régionale, du terroir) !
Stimulant et plein d'entrain !amandine dhée,carole fives

Quelques citations au passage : "Quand t'es née dans le Nord, t'as forcément des ouvriers qui se raccrochent désespérément aux branches de ton arbre généalogique, un sandwich à l'omelette à la main."

"-Très important la dignité ouvrière . mais je t'avoue que ça me crée des angoisses. Dès que j'écris sur le passé, j'entends  les gros sabots des besogneux d'avant qui s'agitent dans mon dos. ça renifle, ça toussote, ça joue les humbles . Non, pas besoin de chaises, vous embêtez pas...mais je sais qu'ils partiront pas."

Editions la Contre-alée 2011, 85 pages à découvrir même si on n'est pas du Nord !

L'avis de Mirontaine