Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« #UnMariageAnglais #NetGalleyFrance | Page d'accueil | La légèreté...en poche »

08/05/2018

#L'Invitation #NetGalleyFrance

"En définitive, nous sommes les deux ventricules d'un même cœur empoisonné."

Pourquoi Martin Gilmour, à l'issue de la fête des 40 ans de son ami, le très aristocratique et charismatique Ben Fitzpatrick, est-il entendu dans un commissariat de police ? Qui est à l’hôpital ?
Alternant retours en arrière, entrevue au commissariat et cahier intime de Lucy, la si discrète épouse de Martin,  nous remontons ainsi jusqu'à la naissance de cette amitié improbable entre le boursier pauvre et introverti et le garçon plein d'assurance, voire de morgue, Ben.elizabeth day
Amitié trouble, entachée de manipulations et de secrets, entre deux hommes issus de milieux définitivement inconciliables. Un récit où les rebondissements s’enchaînent jusqu'à la dernière minute. Un roman vénéneux et captivant servi par une écriture qui scrute les tréfonds de l'âme et brosse des portraits acérés et nuancés de ses personnages.
Petit conseil : ne pas lire la 4ème de couverture qui en dit beaucoup trop.

Belfond 2018, traduit de l'anglais par Maxime Berrée.

Commentaires

Net Galley, c'est un truc sur liseuse ?

Écrit par : Aifelle | 08/05/2018

Aifelle, oui. Et la liseuse c'est bien pratique le soir pour les yeux fatigués :)

Écrit par : cathulu | 08/05/2018

Tu trouves la liseuse moins fatigante pour les yeux qu'un livre papier ? J'aurais parié le contraire ..

Écrit par : Aifelle | 08/05/2018

Aifelle, avec rétroéclairage et possibilité d’augmenter la taille de la police, un délice ! :)

Écrit par : cathulu | 08/05/2018

Allez, je prends le lot, celui-ci et le précédent !

Écrit par : Moustafette | 08/05/2018

Je l'ai noté mais il paraît que c'est assez lourd, sombre, voire une ambiance "poisseuse". On verra.

Écrit par : lewerentz | 10/05/2018

Mous, bravo !
Lewerentz, ça ne respire pas la joie de vivre, c'est sûr.

Écrit par : cathulu | 13/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.