Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« En sacrifice à Moloch...en poche | Page d'accueil | Les billes du Pachinko »

03/09/2018

La vraie vie

"La mort habitait chez nous. Et elle me scrutait  de ses yeux de verre. Son regard mordait ma nuque, se délectait de l 'odeur sucrée de mon petit frère."

Attention, bombe émotionnelle !
Dans un lotissement jouxté par le bois des Petits Pendus (tout un programme), vit une famille qui se donne l'apparence de la normalité: deux parents, deux enfants dont l'aînée, la narratrice, aime et protège son petit frère.adeline dieudonné
En effet,dès l'incipit, le ton est donné : "A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère, Gilles, celle de mes parents et celle des cadavres." C'est là que le père, tyran domestique, entrepose les trophées de chasse les plus divers, dont une hyène particulièrement effrayante. Cet animal deviendra ainsi la métaphore du mal qui, à la suite d'un choc traumatique, fera basculer Gilles dans un univers où les émotions auront disparu. Dès lors, la narratrice se donne une mission en apparence impossible:effacer cette vie qu'elle considère comme une mauvaise branche pour sauver son frère.
Nous la suivrons donc au fil de cinq années, où, avec une volonté farouche, elle va progressivement se donner les moyens de changer le présent. Dotée de grandes capacités scientifiques,  elle analyse lucidement la situation, d'un œil quasi clinique: sa mère est une amibe qui a pour seule fonction d'avoir peur de son mari . Quant au père , "Son goût pour l’anéantissement allait [l']obliger à[ se ]construire en silence, sur la pointe des pieds."
Adelien Dieudonné ne ménage pas nos nerfs, maîtrisant son récit d'une main ferme , tout en le dotant d'une écriture à la fois imagée et efficace. On tremble, on frémit, on a la gorge serrée devant cette héroïne qui se construit à la fois physiquement, psychologiquement et émotionnellement, refusant farouchement de devenir une victime.
Un premier roman que j'ai trimballé partout avec moi le temps de sa lecture, un objet compact dont la couverture rend parfaitement l'idée de huis-clos et de menace animale. Une réussite époustouflante. Et zou sur l'étagère des indispensables !


Commentaires

Pour un lundi bravo, ça démarre fort ..

Écrit par : Aifelle | 03/09/2018

Je pense qu'il aura le prix Fnac... A voir si mes prédictions à la Madame Irma se révèlent vraies...

Écrit par : Hélène | 03/09/2018

C'est un roman que je vois partout ... Il attire et fait peur en même temps ... Un peu dans la même veine que "Absolute Darling" de Gabriel Tallent.

Écrit par : Mimi21 | 03/09/2018

Aifelle, j'avais hâte de partager ce coup de cœur dévoré ce week-end ! :)
Hélène, croisons les doigts.Il vient déjà d’obtenir le prix Première Plume qui récompense un premier roman.
Mimi21,l'ambiance des deux romans est totalement différente. Pas de temps morts ici.

Écrit par : cathulu | 03/09/2018

Un coup de coeur de rentrée noté.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 04/09/2018

Un titre phare de cette rentrée que j'ai envie de découvrir.

Écrit par : Moka | 05/09/2018

Ce roman fait parler de lui. Sa couverture avait retenu mon attention... mais si en plus tu le places parmi les "indispensables", je pense que je ne devrais pas tarder à le dévorer à mon tour.

Écrit par : Autist Reading | 05/09/2018

J'avais un billet qui ne me donnait pas du tout envie de le lire, en revanche, le tien m'a fait changé d'avis. Je vais peut-être me décider ;-)

Écrit par : maggie | 08/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.