Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy...en poche | Page d'accueil | Délit de gosse »

14/01/2019

#Une éducation#NetGalleyFrance

"J'ai décidé d'expérimenter la normalité. Pendant dix-neuf ans, j'avais vécu selon la volonté de mon père. Maintenant, j'allais essayer autre chose."

 Comment une jeune fille, n'ayant jamais fréquenté l'école, dont la naissance n'a été déclarée que cinq ans plus tard (avec deux dates différentes !), ayant reçu une éducation à la maison incomplète et biaisée au sein d'une famille de Mormons dirigée par un fanatique religieux a-t-elle pu échapper au destin tout tracé qui l’attendait, à savoir: mère de famille nombreuse ?
C'est ce que nous raconte dans son autobiographie Tara Westover. Elle relate avec franchise les différentes étapes qui l'ont amenée à exploiter son haut potentiel intellectuel, elle qui était née au sein d'une famille où l’État et ses différentes incarnations représentaient le mal absolu.tara westover
Elle ne nous cache rien de la honte qui l'habitait, ni du sentiment d'imposture, voire de traitrise,  qu'elle ressentait dans les universités où elle a réussi à étudier, bravant à la fois les gouffres d'inculture et d'inadaptation sociale, en bonne fille de Mormon intégriste qu'elle était.
Elle prendra peu  peu conscience des graves problèmes psychologiques de son père (les mots de "Schizophrène" et de "troubles bipolaires " seront évoqués ), les comprendra, mais ne pourra se résoudre à admettre que la majorité des membres de sa famille soit dans le déni en ce qui concerne le caractère manipulateur et extrêmement violent de son frère Shawn. Pour sauver sa peau, au sens strict du terme, elle devra se résoudre à une solution extrême.
On frémit en lisant ce texte où un père ferrailleur , pour des raisons de gain de temps, expose  constamment ses enfants aux pires risques,au prétexte qu'il s'en remet à Dieu et à ses anges pour assurer leur sécurité. Pourtant, le portrait de qui pourrait être la caricature d'un tyran à la fois domestique et religieux est nuancé car l'auteure l'affirme  : "je croyais à l'époque -et une partie de moi y croira toujours-, que je devais faire miennes les paroles de mon père."
Un texte fort et courageux où Tara Westover nous montre acquérir une éducation est une bataille de chaque instant contre les idées fausses et les préjugés. On ne s'étonnera pas que l'auteure ait choisi de se spécialiser dans la manière dont l'Histoire est relatée.

Jean-Claude Lattès 2019.

tara westover

 

Commentaires

Un livre qui me paraît fort intéressant.

Écrit par : Aifelle | 14/01/2019

Déjà repéré en VO, voici donc la traduction... et tu confirmes : hop, noté !

Écrit par : Kathel | 14/01/2019

Une éducation particulière, à te lire.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 14/01/2019

Aifelle, et j'ai l'impression que l'auteure n'a pas tout dit...
Kathel, chic !
Ale, elle a eu beaucoup de chance et survivre et beaucoup de volonté pour échapper à tous les obstacles.

Écrit par : cathulu | 14/01/2019

Mon commentaire a filé? (en gros, comme kathel)

Écrit par : keisha | 15/01/2019

J'ai lu un texte d'elle dans la revue America parue à l'automne dernier et j'ai entendu parler de cet ouvrage à la radio récemment. Quelle histoire extraordinaire ! Dans une pure fiction, je me demande si on l'aurait trouvée crédible. Elle m'intéresse beaucoup en tout cas.

Écrit par : Melanie B | 17/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.