Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Avec toutes mes sympathies...en poche | Page d'accueil | Je m'appelle Lucy Barton...en poche »

05/09/2019

Miss Islande

"- Tu n'as toujours pas avoué à ton poète que tu écris ?
Elle aurait aussi bien pu me demander: Est-il au courant que tu caches en toi une bête sauvage qui n'attend que d'être libérée ? Un écrivain est-il capable de comprendre un autre écrivain ? "

Elle aurait pu choisir de se présenter, comme  d'aucuns le lui conseille à l'élection de Miss Islande, ou plus simplement endosser, comme son amie Isey, le destin de mère de famille. Mais Hekkla, qui écrit avec une facilité déconcertante, veut accomplir son destin d'écrivain.
La voilà donc qui quitte son père et sa campagne pour aller de petit boulot en petit boulot à Reykjavik. Là elle retrouve son meilleur ami, Jon John, homosexuel qui , comme elle espère pouvoir déployer ses ailes  dans la capitale.audur ava olafsdottir
Mais en 1963, dans ce tout petit monde qu'est alors l’Islande, certes irrigué par la poésie, une femme écrivain et un jeune homme considéré de par son orientation sexuelle comme "...un criminel, un déviant, un malade [...] une infamie." vont avoir du mal à se frayer un chemin.
Par petites touches subtiles, sans jamais donner de leçons, Audur Ava Olafsdottir montre ce que l'on n’appelait pas encore le harcèlement sexuel, la condition des femmes qui n'avaient pas encore accès à la contraception, l'aliénation des mères de famille et la mise au banc des minorités sexuelles, mais aussi la bohème des apprentis poètes.
Ses héros sont lumineux, et si l'on connaît rarement les pensées de Hekkla, on les devine grâce aux lettres de son amie. Tous les personnages sont croqués à ravir et même si la décision finale de la jeune femme est frustrante, elle s'inscrit parfaitement dans la logique de l'époque. Un très grand bonheur de lecture et une héroïne qu'on n'oubliera pas de sitôt.
L'étagère des indispensables, bien sûr.

Magnifique traduction d'Eric Boury.  Zulma 2019, 268 pages et plein de marque-pages.

Cuné est enthousiaste : clic

 

Commentaires

Moi aussi j'ai adoré :)

Écrit par : cune | 05/09/2019

J'ai pris du retard avec elle, je vais m'efforcer de le rattraper. Peut-être la reverrai-je aux prochaines Boréales à Caen, je n'ai pas encore le programme.

Écrit par : Aifelle | 05/09/2019

Il va pouvoir aller rejoindre ma série de Zulma, alors ?

Écrit par : Kathel | 05/09/2019

Cuné , et ton billet est magnifique !
Aifelle, celui-ci est une splendeur.
Kathel, bien sûr !

Écrit par : cathulu | 05/09/2019

Une auteure dont les romans sont toujours aussi passionnants.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 05/09/2019

Suis ferrée par vos billets enthousiastes, à Cuné et toi ! :-)

Écrit par : Melanie B | 06/09/2019

Ah, Olafsdottir... Après Rosa Candida, je me suis dis qu'il fallait que je continue à la suivre de près... et je n'ai toujours rien lu depuis :(

Écrit par : Autist Reading | 07/09/2019

Bonjour Cathulu, tu es la deuxième à dire du bien de ce roman, je l'ai noté. Bonne journée.

Écrit par : dasola | 12/09/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.