Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tous les hommes désirent naturellement savoir...en poche | Page d'accueil | La mère morte »

06/01/2020

Elmet

"Le sol regorgeait d'histoires brisées qui tombaient en cascade, pourrissaient puis se reformaient dans les sous-bois de façon à mieux resurgir dans nos vies. on racontait que des hommes verts avec des visages en feuille d’arbre et des membres en bois noueux scrutaient depuis les fourrés."

L'histoire se passe de nos jours, mais elle est en fait intemporelle car elle s'inscrit dans une problématique qui dépasse les époques. Celle d'un petit groupe qui refuse d'être ostracisé , qui n'a que faire des règles en vigueur et entend bien vivre où il veut, dans le respect de la nature, sans trop s'occuper des autres. Mais "...le géant barbu qui vivait dans les bois avec son jeune fils et sa fille belliqueuse" vont devoir se rendre à l'évidence : même dans les bois du Yorkshire, les hobereaux, et à leur tête la figure emblématique de Mr Price, font leur loi et la police n'a pas à se mêler de leurs affaires.fiona mozley
 En effet, ce père refuse que son corps, dont il usait pour gagner sa vie lors de combats illégaux, soit soumis à Mr Price, conscient que celui-ci entend juste contrôler pour se sentir exister. Il est en effet beaucoup question du corps dans ce roman et en particulier de celui de la jeune fille, Cathy, qui rejetant l'idée de devenir une victime, déclenchera la tragédie qui était en route. Celui du plus jeune fils, Daniel, narrateur à la recherche de sa sœur, est également au cœur d'une problématique différente.
Il est enfin question de la force d'une communauté qui tente de s'unir pour faire face à l'injustice, le tout dans une région marquée par le chômage, mais aussi par la poésie. Un roman au final impressionnant, tout à la fois baigné de tendresse et de violence au sein d'une nature sauvage. Une prose magique à découvrir.

 

 Elmet de Fiona Mozley, traduit de l’anglais par Laetitia Devaux,  Éditions Joëlle Losfeld 2020, 237 pages qu'on n'oubliera pas de sitôt.

Commentaires

Très intrigant ton billet. Je vais jeter un oeil.

Écrit par : Aifelle | 06/01/2020

Un roman repéré grâce à
http://sansconnivence.blogspot.com/2020/01/elmet-de-fiona-mozley.html

Écrit par : keisha | 06/01/2020

OH mais c'est fort mystérieux, tout ça! Je suis curieuse,, du coup...

Écrit par : Karine | 07/01/2020

Voilà qui sort des sentiers battus : intéressant

Écrit par : Stephie | 07/01/2020

à toutes, même s'il y a quelques petits défauts, normal pour un premier roman, c'est original et puissant.

Écrit par : cathulu | 07/01/2020

Tu en dis peu mais suffisamment pour attiser ma curiosité.

Écrit par : Autist Reading | 08/01/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.