Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ne plus jamais marcher seuls | Page d'accueil | Des orties et des hommes...en poche »

23/06/2020

Les poteaux étaient carrés

"Pendant quatre-vingt-dix minutes, nous avons été spectateurs du même événement, mais nous n'avons rien partagé."

C'est à un drame que nous convie Laurent Seyer dans ce court roman, véritable concentré d'émotions. Unité de temps: les quatre-vingt-dix minutes du match opposant  les Verts de Saint-Étienne au Bayern Munich à Glasgow en finale de la coupe d’Europe. Unité de lieu: le canapé de l'appartement où se côtoient les membres de la famille recomposée de Nicolas, fan de LASSE comme il l'appelle. Unité d'action: le match qui déterminera un avant et un après dans la vie de l'adolescent.laurent seyer
Quiconque a connu cette année 1976 se souvient de la ferveur qui soudainement s'était emparée des Français pour cette équipe des Verts, dont les membres étaient devenus des héros. Chacun, comme le rappelle l'auteur, avait son chouchou , chacun se souvient de ce match maudit où rien ne s'est passé comme prévu.
Lire Les poteaux étaient carrés c'est replonger dans cette période, mais c'est aussi découvrir un roman d'une extrême sensibilité, fluide et émouvant où un adolescent  porte un regard aigu sur un père qui n'en est pas vraiment un. Tout est suggéré de manière discrète mais efficace et les dernières pages du roman nous laissent un peu sonnés. Un grand coup de cœur.

 

Éditions Finitude 2018
 

Commentaires

J'aime l'auteur dans ses écrits courts, et je me suis régalée avec cette histoire de foot.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 23/06/2020

Est-ce qu'au moins l'auteur fait référence à l'hymne national interprété pour l'occasion devenu tube interplanétaire ? https://www.youtube.com/watch?v=YcxTXW2QR8Q

Écrit par : Autist Reading | 24/06/2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.