Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Petits vices et gros défauts | Page d'accueil | #Deuxpetitesbourgeoises #NetGalleyFrance »

17/05/2021

L'octopus et moi

 " C'est parce que les pieuvres voulaient dire quelque chose pour moi: quelque chose qui parle de sacrifice féminin, de persévérance, de la futilité de tout ça, quelque chose qui dit que nos corps peuvent rater , ou peuvent être forcés de rater, et que pourtant on continue comme on peut..."

 

Lucy , jeune femme australienne qui vit et travaille en Tasmanie, rencontre une nuit une pieuvre qui cherche à traverser une route pour rejoindre la mer et y pondre ses œufs. Rencontre improbable et violente qui  va mettre le corps de Lucy a rude épreuve (alors qu'il a déjà été mis à mal par le cancer ) et la forcer à reconsidérer tout à la  fois ce qui fait sa féminité et sa place dans la Nature.erin hortle
Ce roman est tout à la fois l'occasion de découvrir un territoire sauvage, ses habitants (qui se définissent eux-mêmes en "bouseux" ou "hippies") , un territoire malmené par certains alors que d'autres essaient, parfois juste en paroles de le préserver.
Il est aussi question de la volonté de "ne pas seulement vivre de la nature  mais dans la nature, l'immersion.", ce qui ne va pas sans rudesse ni contradictions. Et c'est bien ce qui fait, en plus de l'écriture précise et poétique de ce premier roman, la richesse de ce texte.
Lucy se cherche, tâtonne, commet des erreurs et n'assène jamais de vérités inébranlables. Son rapport au corps, tout comme ses sentiments, évolue et les passages consacrés à certains animaux proposent des  contrepoints originaux. L'humain n'est donc pas le seul ici à donner son point de vue.
roman où il est aussi question de conserves, de tricot, de pêche et de tout ce qui peut paraître banal, mais crée du lien. Un roman souvent sur le fil et qu'on ne peut lâcher qu'à regret.

Traduit de l’anglais (Australie) par Valentine Leÿs, Éditions Dalva 2021.

Commentaires

Je n'en ai pas du tout entendu parler, je note.

Écrit par : Aifelle | 17/05/2021

Le point de vue des animaux parait intéressant.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 17/05/2021

0 toutes: une nouvelle maison d'édition qui fait des choix intéressants !

Écrit par : cathulu | 17/05/2021

Dépaysant tout ça ! Et tu es la première à m'en parler.

Écrit par : Moka | 17/05/2021

Moka, je ne devrais pas être la dernière !:)

Écrit par : cathulu | 19/05/2021

je vais de blog en blog et je fais de belles rencontres doncici j'y suis bien et je reviendrai la presentation de livres des lectrices qui auraient pu être des Libraires de choix merci

vous donnez vraiment envie et ma listede livres à lire va s'allonger grâce à vous

Écrit par : mamiecat37 | 02/06/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.