Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2022, tout ira mieux ! Ou pas ? | Page d'accueil | Legoûtdesgarçons #NetGalleyFrance ! »

03/01/2022

Rose, de Botticelli à Christo

"Le bleu, l'or et le rose sont de même nature. " Yves Klein

Chair, rose poudré, cuisse de nymphe, incarnat, saumon, parme, vieux rose, bonbon ou fuchsia, le rose se décline en de multiples nuances pour mieux nous séduire. hayley edwards-dujardin
D’abord considéré "comme inférieur, subordonné au rouge tout-puissant dont il ne serait qu' une pâle déclinaison" , il ne sera cité comme couleur à part entière qu'en 1837. Ceci ne l’empêche pas pour autant  de devenir populaire dans la mode...masculine au XVII ème siècle comme le montre, entre autres,  ce portrait d'Henri IV en Mars de Jacob Bunel que l'autrice étudie pour mieux en souligner l'aspect politique car le rose ici modère "l'intensité du rouge", le rend "diplomate".

hayley edwards-dujardin


Ce n'est qu'au XX ème siècle que le rose deviendra une couleur genrée dans la société de consommation.
Ceci étant, Rose balaie surtout un vaste panorama artistique, scindé en deux parties : les Incontournables et Les Inattendus, analysant de manière didactique et fort plaisante 40 œuvres, sans négliger l’aspect historique, géographique voire anecdotique. On se cultive de manière agréable et on prend un bon shot de roses qui donnent la pêche. Un livre à dévorer et à feuilleter tour à tour (car l'iconographie est superbe !) de quoi commencer l'année du bon pied.
Un ouvrage qui donne envie de découvrir les autres tomes de la collection !
Un grand merci à Babelio et aux Éditions Chêne. 

hayley edwards-dujardin

Commentaires

Si les hommes s'habillaient encore en rose, peut-être seraient-ils plus pacifiques et légers ? Ce doit être un beau livre.

Écrit par : Aifelle | 03/01/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.