Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le dernier bain de Gustave Flaubert...en poche | Page d'accueil | L'anomalie...en poche »

27/05/2022

La résurrection de Joan Ashby...en poche

" Elle comprend qu'elle vivait comme cousue de l'intérieur depuis très longtemps et que les coutures commencent à craquer."

Pas de suspense,  tout est dans le titre : Joan Ashby finira par renaître. Mais au bout de quel processus, celle qui, très jeune avait écrit deux recueils de nouvelles, encensés par la critique et le public, s'est laissée éloigner de l'écriture par une vie de famille pas totalement choisie ?
Dans ce roman de 636 pages, non dénué de longueurs, mais totalement maîtrisé du point de vue de la structure et  un pur régal au niveau de l'écriture, Cherise Wolas  ne ménage pas son héroïne, multipliant à l'envi les obstacles sur sa route. Certains sont connus (charge mentale, manque de temps, d'espace à soi, nécessité de faire passer les besoins des autres avant les siens propres...) et communs à bien des femmes, mais d'autres sont spécifiquement liés au monde de la création. Joan Ashby  a beau regimber, a beau ruser pour se ménager un espace à la fois mental et physique à elle , une dernière catastrophe vient annihiler ses efforts à la fin de la première partie. Une catastrophe qui détruit à la fois son identité d 'écrivaine et de mère.cherise wolas
Car c'est bien d'identité qu'il s'agit ici, ainsi que des liens qui unissent les membres d'une famille atypique où certains sont si doués qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils entravent les autres. Avec une franchis décapante, une lucidité sans pareille , Joan Ashby décortique les relations mère-fils sans faux semblants ni bons sentiments.
Les deux dernières parties relatant la résurrection de l'écrivaine sont passionnantes, mais notre plaisir est quelque peu gâché par les coquilles et fautes d'orthographe récurrentes. Un grand coup de cœur néanmoins qu'il faut prendre le temps de savourer.

Delcourt 2019, traduit de l’anglais (E-U) par Carole Hanna

Commentaires

J'ai abandonné la lecture( grand format, ed Delcourt), très énervée, à cause des fautes, erreurs et coquilles.Je ne peux pas croire que le livre sorte en poche dans le même état...

Écrit par : anne humbert | 28/05/2022

Bonjou, Anne. Je ne l'ai pas lu en format "poche" mais comme vous, les "coquilles" m'avaient perturbé. Espérons qu'elles aient été ôtées.

Écrit par : cathulu | 30/05/2022

A une époque,les textes étaient relus attentivement avant la publication en format poche. J'espère que c'est toujours le cas aujourd'hui, car ce titre qui m'avait échappé me tente bien grâce à ton billet. Sinon, je pourrais aussi le lire en VO...

Écrit par : Melanie B | 31/05/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.