Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2022-08 | Page d'accueil

16/09/2022

Maman à moi

Ayant beaucoup de sympathie pour  Valérie Bonneton et pour les chiens en général, c'est sans aucune retenue que j'ai craqué pour ce nouvel opus de la collection" Bestial". valérie bonneton
Et j'ai bien fait car ce roman, sans prétention m'a fait passer un très bon moment, l'autrice ayant réussi à se glisser dans la peau (et les poils) de son chien Gaston, un adorable bichon maltais qui tombe fou amoureux d'elle dès qu'elle l'achète.
Gaston accompagne Valérie partout, sur les castings et/ou les tournages, pendant une période très sombre où l’actrice tourne peu, doit pourtant faire face aux factures et surtout à la leucémie de son fils.
Le père est aux abonnés absent et Gaston se rêve en "homme " de la maison pour défendre sa maîtresse. Mais l'horizon va heureusement se dégager et Valérie sera engagée pour la fameuse série "Fais pas ci, fais pas ça".
C'est à la fois drôle,  pudique et touchant, l'autrice ne nommant jamais ceux qui l'ont humiliée pendant sa période de vaches maigres, préférant célébrer les acteurs avec qui s'est nouée une véritable complicité ainsi que la solidarité dont a fait preuve sa voisine. Une photo montrant Valérie et son chien, tous deux hilares, permet aussi de réjouir le lecteur.

JC Lattès 2022.

15/09/2022

#aCollectionneusedemotsoubliés #NetGalleyFrance !

"...j'ai pris conscience que les termes les plus fréquemment employés pour nous définir étaient ceux qui décrivaient notre fonction par rapport à d'autres. Les mots les plus anodins eux-mêmes-jeune fille, épouse, mère- révélaient au monde si nous étions vierges ou non . "

 Dès son enfance, Esme grandit non pas au milieu des livres, mais au milieu des mots car son père participe à la première édition de ce qui deviendra l'Oxford English Dictionnary.
Commencé à la fin du XIX ème siècle, cet ouvrage est bien évidemment rédigé par des lexicographes masculins, même si quelques femmes y apportent leur contribution, et révèle une vision genrée , laissant de côté des mots qui concernent non seulement les femmes, mais aussi les classes modestes de la population.pip williams
 
Ces mots, laissés de côté, Esme va les collectionner , espérant leur redonner une légitimité.
Ce roman, qui avait tout pour me déplaire de prime abord (les romans historiques ne sont pas ma tasse de thé, encore moins quand ils se présentent sous la forme de pavés) a su emporter ma totale adhésion. Les personnages sont bien campés, l'arrière plan historique est présent juste ce qu'il faut avec des points de vue intéressants, les péripéties sont amenées avec à propos et on ne s'ennuie pas une seconde. Quant à la dernière partie, elle  propose un saut dans le temps et l'espace des plus enrichissants. Amoureux des mots et de l'histoire des femmes, précipitez-vous sur cette pépite !

PS: cerise sur le gâteau : l'autrice précise ce qui est réel ou de l'ordre de la fiction.

 Traduit de l’anglais par Odile Demange, Editions Fleuve 2022.pip williams

06/09/2022

Le goûter du lion

"Mais elle m'a fait comprendre qu'accepter la mort, c'était aussi accepter son désir de vivre, de vivre le plus longtemps possible. Cela  a été une véritable révélation pour moi. "

Shizuko, trente -trois ans, se rend sur l’île aux citrons dans un établissement où tout est fait pour adoucir la fin de vie des pensionnaires. Dans un environnement naturel à la beauté exceptionnelle, aidée par un petite chienne qui se prend d'affection pour elle, entourée par un personnel attentif , la jeune femme, dont l'affaiblissement est rendu de manière délicate, va pouvoir se préparer à mourir avec sérénité.ito ogawa
Sur un sujet éminemment périlleux, Ito Ogawa, dans un style fluide , à l'émotion contenue, parvient à nous donner envie de nous rendre sur cette île quand le moment sera venu.

Traduit du japonais par Déborah Pierret-Watanabe

05/09/2022

#Quandtuécouterascettechanson #NetGalleyFrance !

"Comment l'appeler son célèbre journal, que tous les écoliers ont lu et dont aucun adulte ne se souvient vraiment ? Est-ce un témoignage, un testament, une œuvre ? Celle d'une adolescente enfermée pour ne pas mourir, dont les mots ne tiennent pas en place. "

 Il est des lieux, parfois même vides, mais tellement chargés d'émotion qu'ils ne peuvent manquer de susciter le silence, l'angoisse, voire la fuite. Quand elle a choisi pour la série "Ma nuit au musée" de séjourner dans le lieu qui accueillit Anne Frank, ses parents, sa sœur et quatre autres personnes, Lola Lafon ne pouvait prévoir l'effet que produirait sur elle la chambre de l'adolescente: qu'elle deviendrait presque un lieu tabou.  Pourtant  l'autrice met souvent au cœur de ses romans des jeunes filles qui "se confrontent à l'espace qu'on leur autorise". Autre point commun: "Toutes , aussi, ont vu leurs propos réinterprétés , réécrits par des adultes." lola lafon
En effet quand le Journal est paru, après-guerre oblige, l'heure était à la réconciliation avec l'Allemagne et il fallait gommer les propos trop virulent d'Anne Frank à leur encontre. Cela alla même aux États-Unis, jusqu’à donner un tour joyeux à cette œuvre transformée en comédie musicale à succès !
 Le grand mérite de ce texte , d'une très grande sensibilité, est non seulement de souligner la volonté d'Anne Frank de rédiger un texte littéraire, mais encore de nous rendre pleinement vivante cette jeune fille trop souvent réduite à quelques clichés (dans tous les sens du terme).
Quand tu écouteras cette chanson prolonge la réflexion en creusant l'histoire familiale intime de l'autrice, via ses grands parents, mais élargit aussi le propos en redonnant vie à un très jeune homme croisé par Lola Lafon , victime du génocide perpétré par les Khmers Rouges.  Un texte dont la sincérité et l'émotion serrent le cœur.


 Stock 2022.lola lafon

02/09/2022

Chavirer...en poche

"...ce n'est pas ce à quoi on nous oblige qui nous détruit, mais ce à quoi nous consentons qui nous ébrèche; ces hontes minuscules, de consentir journellement à renforcer ce qu'on dénonce: j'achète des objets dont je n’ignore pas qu'ils sont fabriqués par des esclaves, je me rends en vacances dans une dictature aux belles plages ensoleillées. Je vais à l'anniversaire d'un harceleur qui me produit.Nous sommes traversés de ces hontes, un tourbillon qui , peu à peu, nous creuse et nous vide. N'avoir rien dit. Rien fait. Avoir dit oui parce qu'on ne savait pas dire non."

Très jeune, Cléo est victime d'un réseau de prétendus mécènes, la fondation Galatée, qui lui fait miroiter la possibilité d'une bourse pour devenir danseuse. Ayant échoué, elle devient alors rabatteuse pour ces prédateurs sexuels parfaitement organisés.
Près de quarante ans plus tard, le scandale éclate et Cléo, devenue danseuse, notamment pour "Champs Élysées", l'émission de variétés de Michel Drucker ,sent qu'elle va devoir affronter son passé.lola lafon
J'avoue je craignais de lire un énième livre sur le thème des abus sexuels sur mineurs mais la construction éclatée du roman, la finesse d’analyse de l'autrice ont emporté mes a priori et je me suis laissée emporter par ce roman qui dépeint aussi avec précision tout un univers méconnu: celui des danseurs des spectacles de variétés. Une belle réussite.

Le billet d'Aifelle qui m'avait donné envie : clic

 

01/09/2022

Les enfants sont rois...en poche

"Comment se faire des amis quand on ne partage rien de leur vie et qu'ils regardent la nôtre à travers un écran? On était seuls. On était à part. Admirés ou détestés; adulés ou insultés. "La rançon de la gloire", disait-elle. ..Mais ce n'est pas le pire. le pire, c'est que nulle part on n'était à l'abri. Nulle part hors de sa portée."

Avec Les enfants sont rois, Delphine de Vigan se penche sur un phénomène de société qui, comme souvent, nous vient des États-Unis, celui des chaînes YouTube, potentiellement très lucratives, mettant en scène des enfants et célébrant la société de consommation dans ce qu'elle a d'excessif et d'addictif.delphine de vigan
Que des milliers de personnes regardent des bambins en train de déballer des cadeaux, fournis par des marques, ou se lançant des défis plus idiots les uns que les autres peut laisser pantois, voire incrédules, mais tel est bien le cas.
Le risque avec un tel sujet est que l'autrice se pose en donneuse de leçons, voire néglige l'aspect romanesque de son texte. Il n'en est rien ici car Delphine de Vigan ne stigmatise jamais la mère de famille qui livre ainsi ses enfants en pâture, sans en mesurer les conséquences , à court ou à long terme, ne se rendant même pas compte qu'elle les met en danger et quand la petite Kim disparaît, la police entre alors en scène. Il s'agit ici de comprendre , non de juger, sans pour autant sombrer dans l'angélisme à tout crin.
Un roman haletant qui dénonce l'exploitation d'enfants que la loi n'est même pas capable, semble-t-il de protéger.