Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2022-07 | Page d'accueil

17/08/2022

Ce matin là...en poche

"Clara se dit qu’elle voudrait trouver un lieu où poser ce qui la transperce. Pour s'asseoir et écouter le silence."

Ce Matin-Là, son véhicule ne veut pas démarrer. Le corps de Clara non plus ne lui obéit plus. Incapable de prévenir qui que ce soit , la jeune femme peine à regagner son appartement. Ce matin-là et beaucoup d'autres ensuite, elle ne pourra plus "en découdre avec la vie".
Récit d'un burn-out qui ne dira jamais son nom, le roman de Gaëlle Josse cerne au plus près et en un peu plus de deux cents pages ce corps qui lâche, qui regimbe et force Clara à reconnaître sa fragilité, sa vulnérabilité.gaëlle josse
Pourtant la "reverdie" s'amorcera progressivement, à partir d'un rien, un bouquet de tulipes qui tente la jeune femme , à partir d'une amitié fidèle par-delà les années.
Avec délicatesse, poésie même , Gaëlle Josse nous livre ici un livre précieux comme un talisman et qui atteint bien le but qu'elle s'était fixée en le rédigeant :
" J'ai voulu un livre qui soit comme une main posée sur l'épaule."

Un livre qui ne peut que filer sur l'étagère des indispensables.

16/08/2022

Après la pluie

" C'est vraiment bizarre quand on y réfléchit , tous ces Blancs de la classe moyenne qui viennent ici pour avoir moins d'intimité, de confort et d'avantages que chez eux, en quoi ce sont des vacances ? "

 Un village vacances  au bord d'un loch en Écosse . Manque de chance il ne cesse de pleuvoir et les vacances estivales virent à l'aigre pour les six familles qui occupent les chalets.617w6pc55oL._SX195_.jpg
Écossais, Anglais, personnes âgées, familles flanquées d'adolescents ou au contraire de jeunes enfants, jeune couple à l'orée de la vie, tous sont très différents mais partagent une sourde inimitié contre la famille d"'étrangers", dont ne sait quel pays d'Europe de l'Est (suppose-t-on) qui font , bruyamment, la fête la nuit.
Sarah Moss plonge alternativement au sein de chaque chalet, révélant les frustrations, les mensonges (à soi-même et autres) de chacun de ces microcosmes. Elle se penche également sur la nature environnante et ses animaux qui pâtissent eux aussi du climat. L'exaspération monte progressivement car ni la pluie, ni le bruit nocturne ne cessent...
Si j'ai retrouvé avec plaisir le regard aigu de Sarah Moss sur ses contemporains, (qui évoque en filigrane le Brexit et ses conséquences) , faute de réelle tension narrative, j'ai senti l'ennui poindre à plusieurs reprises.

Traduit de l'anglais par Laure Manceau.

Acte Sud 2022.

15/08/2022

Triple zéro

"Si ce boulot au centre d'appels m'avait appris une chose, c'est qu'on ne peut pas éviter l'urgence. Peu importe ce qu'on fait, l'urgence vous tombe dessus."

Afin de financer son séjour aux États-Unis où elle espère vivre de sa plume, une étudiante de dernière année à l'université de Sydney travaille huit heures par jour dans un centre d'appel d'urgence. là, elle est confrontée aussi bien à la violence humaine qu'aux désastres écologiques.madeleine watts
Insidieusement, son emploi affecte son comportement et elle laisse son corps être malmené par des hommes de passage. Elle ne retrouve l'harmonie qu'en nageant , même si elle sait que la mer comporte elle aussi bien des dangers.
Roman dominé par trois éléments: la terre, l'eau et le feu, Triple Zéro établit une équivalence entre le continent australien qui subit de plein fouet les conséquences dramatiques du réchauffement climatique et le corps de sa narratrice. Un roman singulier à l'écriture maîtrisée, parfois poétique. 

 

Brillamment traduit de l’anglais (Australie) par Brice Matthieussent.

 

Éditions rue de l'échiquier 2022.

299 pages.

 

13/08/2022

Mes nuits sauvages

"Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve des excuses."

C'est d'abord la couverture de ce récit de vie qui a attiré mon attention puis le thème lui-même : une femme choisit de vivre dans une maison minuscule (tiny house) en essayant d'être la plus connectée possible avec la nature.sylvie pérenne
Elle nous conte ainsi les différentes étapes de son cheminement tant intérieur que matériel , les énormes difficultés administratives mais surtout nous décrit ses nuits au sein de la nature, d'abord dans un hamac, puis dans sa tiny et le plaisir qu'elle ressent à profiter de la solitude, des sensations exacerbées par le relatif silence.

Un récit agréable à lire qui pourra sans doute inspirer des vocations.

Éditions Jouvence 2022.

12/08/2022

Je suis une île

"Il est étrange d'être aussi seule et pourtant immergée à ce point dans un instant empreint d'une telle beauté. Je me sens bien plus accomplie et connectée dans cette nature sauvage que je ne l'ai jamais été avec un autre être humain."

Quitter une vie urbaine confortable mais stressante pour s’installer en couple dans une île isolée des Hébrides écossaises , tel était le rêve de la narratrice. Mais d'emblée, sans expérience de l’élevage , en butte à l'hostilité des gens du cru dont la mentalité insulaire est particulièrement exacerbée, les difficultés tant matérielles que psychologiques font que la narratrice va se retrouver seule.
Seule face aux éléments, seule face à l'ostracisme dont elle est victime, seule face à une grande pauvreté.tamsin callidas
N'importe qui d'autre serait parti. Pas elle. Elle choisit de rester et ce durant quatorze années. Elle relève tous les défis , se baigne dans une eau glacée chaque matin, bonnet sur la tête en plein hiver, va s'expliquer avec celui qu'elle soupçonne d'être à l'origine des formes de violence dont elle a été victime directement ou indirectement, se forge une nouvelle mentalité, un nouveau corps : "On émerge de cette expérience avec des contours taillés autrement, on est transfiguré. Certains de ces changements sont les bienvenus, mais d'autres peuvent vous laisser en deuil de la personne que vous étiez avant, et que vous avez perdue". Un récit éprouvant.

Éditions Dalva 2022. Traduit de l'anglais (Royaune Uni) par Caroline Bouet.

 

11/08/2022

Evidemment Martha

"Je voulais lui dire que c'était la première fois que j'étais capable de décider comment réagir à un événement négatif, aussi insignifiant soit-il, au lieu de réagir avant d'avoir pris conscience. J'ai dit que je ne savais pas qu'on pouvait choisir quoi ressentir au lieu d'être submergée par une émotion extérieure. J'ai dit que c'était difficile à expliquer. Je ne me sentais pas différente, je me sentais moi-même. Comme si je m'étais trouvée."

Depuis l'âge de dix-sept ans, Marthe souffre de troubles psychiques et tente de s'en accommoder avec l'aide de traitements peu efficaces. Elle a maintenant trente-quatre ans, un premier mariage éphémère à son actif et un second qui se délite.
Les autres membres de sa famille (un père poète jamais édité, une mère sculptrice (qui vit aux crochets de sa sœur tout en la méprisant copieusement) une sœur quasi jumelle exténuée par ses grossesses successives) , ont chacun à leur manière tenté de "faire avec" l'attitude chaotique de Martha mais semblent eux aussi sur le point de lâcher prise.meg mason,maladie mentale
L'autrice a fait le choix de ne jamais nommer la maladie (qui sera enfin correctement diagnostiquée ), sans doute pour ne pas stigmatiser ou pour ne pas limiter le récit et cela me convient très bien car ce qui est davantage montré ici est la souffrance  de Martha et celle de tous ceux qui l'entourent.
La structure éclatée du roman, les allers retours dans le temps, l'analyse fine des rapports complexes liant Martha à sa famille et, en particulier, à son second mari en apparence trop patient, la révélation retardée de certaines réactions de la jeune femme contribuent à maintenir la tension tout au long du récit.
Un roman clivant  sans doute mais que j'ai dévoré et qui m'a serré le cœur.

Traduit de l'anglais par Anne Le Bot

Le Cherche Midi 2022, 399 pages qui peuvent dérouter et/ou profondément émouvoir.

 

10/08/2022

Reine rouge

"Le monde est gouverné par les médiocres, les égoïstes et les crétins. Particulièrement par ces derniers. Or le capitaine Parra semble être une intéressante combinaison des trois."

Un improbable duo (un flic gay, Jon Gutiérrez (plutôt fort, mais pas gros), une femme aux capacités intellectuelles hors-normes,  Antonia Scott, un crime atroce aux motivations peu claires, un style enlevé, un art du suspense parfaitement maîtrisé, voilà de quoi blanchir nos nuits tant ce roman est addictif.juan gomez -jurado
Les personnages sont bien croqués, j’avoue que le péché mignon de l'héroïne (collectionner les mots qui n'existent que dans une langue) me l'a rendue  sympathique), l'intrigue particulièrement tordue, tout ceci est très efficace  . Seul petit bémol: j'ai passé les pages trop descriptives et surtout trop gores . J'attends déjà avec impatience la suite.

Traduit de l'espagnol par Judith Vernant. Fleuve Noir 2022

09/08/2022

Deux femmes et un jardin

"Ou parce que je voulais, comme on dit, garder Mariette pour moi, et garder l'image que j'avais d'elle : libre, fantasque, ne recevant d'ordre de personne et acceptant d'en payer le prix."

De Mariette nous ne saurons pas grand chose. Quelqanne guglielmettiues indices nous laissent deviner une vie fruste, sans joie, au service des autres. Quand elle hérite de ce qu'elle qualifiera de "maison de poupée"-un logis passablement délabré au fin fond de la campagne, entouré d'un jardin qui a repris sa liberté, elle peine à y croire. Pourtant, elle s'y rend- une véritable expédition- et entreprend de s'approprier les lieux, tout en respectant la sauvagerie du jardin.
Petit à petit va également se nouer une relation avec une adolescente, en vacances dans le bourg voisin et qui va apprivoiser Mariette, sans pour autant percer son quasi mutisme. La relation s'étiolera au fil du temps mais restera marquante pour la jeune femme.
Un titre simple , à l'image de ce récit qui fait le choix de ne pas trop en dire, et c'est tant mieux, avec une autrice qui peint avec délicatesse autant les femmes que les plantes. Un grand coup de cœur.

Éditions Interférences.

L'avis d'Aifelle qui m'avait donné envie: clic.

08/08/2022

Suspendue

"Ma Belle, il n 'y a qu'un seul genre de femme qui cherche un mari...C'est celle qui n'en a jamais eu."

Une jeune étudiante,scientifique férue d’escalade d'arbres, a été blessée par des flèches et reste Suspendue, laissée pour morte dans l'un des parcs nationaux les plus populaires des États-Unis. Sera-t-elle découverte à temps ? carolyn jourdan
Avec ce roman je découvre la catégorie cosy crime mystery ( que je connaissais sans le savoir ), ces crimes feutrés, façon Agatha Christie ,pourrions-nous dire. Mais ici, pas de thé, ni de cottages, nous sommes dans le parc national des Smoky Mountains  et Miss Marple est remplacée par une infirmière du cru et son acolyte , un employé du Parc national qui connaît la faune et le terrain comme personne.
D'autres personnages, hauts en couleurs et bien campés ,complètent le tableau.
 Une atmosphère bon enfant,un suspense bien tenu et surtout un récit très bien documenté (on apprend plein d'informations concernant la faune, la flore et leur impact possible sur notre vie quotidienne) font de ce court roman un très bon livre de détente, sans que cela soit péjoratif, bien au contraire.

 

Éditions Diagonales 2022

05/08/2022

La panthère des neiges...en poche (et hors de ma Pal)

"On pouvait s'échiner à explorer le monde et passer à côté du vivant."

Quand Sylvain Tesson est invité par le photographe animalier Vincent Munier pour aller au Tibet , dans l'espoir de photographier la mythique panthère des neiges, l'arpenteur de la planète va devoir apprendre le calme et l'immobilité.
Cette expérience va ainsi lui faire réviser ses valeurs et le cheminement au sein de contrées va se doubler d'un cheminement intérieur vers l'apaisement : "Attendre était une prière. Quelque chose venait. Et si rien ne venait; c'était que nous n'avions pas su regarder. "sylvain tesson
Entrecoupé de réflexions sur la mort de sa mère et la séparation d'avec une femme , Sylvain tesson se montre ici plus vulnérable, moi fanfaron, et quand il se laisse aller à des interprétations erronées concernant le comportement des animaux animaux, laisse Vincent Munier rectifier ses erreurs sans broncher.
Un texte court mais marquant qui m'a donné envie de visionner le documentaire portant le même titre.