Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2023-02 | Page d'accueil

23/03/2023

#LouveNoire #NetGalleyFrance !

"Jon émet un souffle de dépit que n'aurait pas renié la reine d'Angleterre. "

La Louve Noire est une tueuse ici engagée par la mafia russe pour exécuter Lola Moreno, la femme de Yuri Voronin, trésorier d’un clan mafieux qui opère dans la zone de Malaga. 
Lola, enceinte et diabétique, a vu son monde s'écrouler quand son mari a été assassiné chez eux. Elle fuit ,avec à ses trousses, la mafia russe mais aussi Antonia Scott (aux capacité mentales exacerbées) et son binôme, Jon Gutiérrez, un flic expérimenté. juan gomez-jurado
De retournements de situation en poursuites haletantes, le lecteur ne s'ennuie pas une minute dans ce roman qui tient le difficile pari du deuxième épisode d'une série qui avait placé déjà la barre haut avec La Reine Rouge.
Les personnages sont à multiples facettes et non monolithiques, et les événements mettant en scène la mafia russe sont, d'après la postface, inspirés de la réalité mais ce qu'affrontent les policiers de la Costa Del Sol "pourrait alimenter trois romans de faits réels qui, si je les avais repris dans ce livre, auraient été jugés invraisemblables", affirme l'auteur. Un bon gros roman que vous ne lâcherez pas .

 

Traduit de l'espagnol par  Judith Vernant, Fleuve Éditions 2013. juan gomez-jurado

 

 

20/03/2023

Indocile

"Que voulait-elle ? Elle voulait une vie honnête. Plus que ça. Elle voulait une vie bonne. On peut ne rien faire ou on peut mieux faire. "

  Samantha, dite Sam, est en périménopause , mais nous découvrirons au bout de deux cents pages que ce n'est qu'une des raisons qui explique son comportement  chaotique. Elle se sépare de son mari, achète une vielle bâtisse pleine de charmes et de travaux à faire, mais se trouve par- là même éloignée de sa fille, Ally, une adolescente qui se prépare à entrer à l'université.
  Trump vient d'être élu, le choc est rude et surtout Sam peine à trouver sa place dans une lignée de femmes dont elle est très (trop ? ) proche: sa mère , Lily , une octogénaire qui semble-t-il distend sa relation avec sa fille chérie , tandis qu'Ally coupe aussi les ponts avec Sam. dana spiotta
 Dana Spiotta peint ici de très beaux portraits de femmes, surprenants à plus d'un égard (elle ne fait pas l''économie de la violence qui emplit parfois son héroïne) et aussi le portrait  nuancé d'une société complexe , raciste, mais où un avenir semble néanmoins possible.

 

Traduit de l'anglais (E-U) par Yoann Gentric. Actes Sud 2023

 

 

16/03/2023

Les Merveilles...en poche

"Je suis née pour me marier et avoir des enfants, et cuisiner, et faire le ménage, et peut-être pour travailler à l’extérieur pendant que je ne travaille pas à l’intérieur ; mais ma vie a pris un autre chemin et j'y tiens. "

Maria, trop jeune maman, issue d'un milieu très modeste doit confier sa fille à sa famille et partir travailler à Madrid comme femme de ménage, voire comme nounou pour des enfants plus chanceux que Carmen. Nous sommes à la fin des années 60 et Maria va constater que le lien avec sa fille, déjà très ténu (elle accomplit mécaniquement les soins quand elle s'en occupe sporadiquement) va se déliter. Maria va peu à peu s'affranchir de ce que la société attendait d'elle et gagner en indépendance,  financière (même si ses revenus restent modestes),  intellectuelle et même sentimentale .elena medel
Quant à Alicia, que nous suivons dans les années 2000, elle a subi plusieurs traumatismes, dont un déclassement social. Elle a elle aussi coupé tout lien avec sa famille et analyse froidement ses relations avec les hommes. Nous avons ainsi droit à une description quasi clinique de relations sexuelles où les deux partenaires sont réduits à "quelqu'un", soulignant ainsi leur côté interchangeable.
Toutes deux évoluent dans Madrid, ville qui devient un personnage à part entière, et leurs parcours sont plus ou moins pénibles, car marqués par le fait qu’elles sont des femmes dans un espace public dédié aux hommes, mais aussi des travailleuses pauvres qui doivent emprunter des transports en commun mal commodes.
Ces deux récits d'émancipation à des époques différentes soulignent bien l'importance de l'argent dont le manque conditionne la destinée (pas d'études, des boulots précaires où l'on peut vous remplacer par encore plus pauvres que vous...) mais aussi une certaine forme de solidarité  (non idéalisée). Les relations familiales elles aussi sont peintes sans fard et même si les héroïnes semblent faire l'économie des sentiments, comme corsetées dans une armure protectrice, elles n'en demeurent pas moins attachantes. Un roman que j'ai dévoré d'une traite.

15/03/2023

#Lacarapaceduhomard #NetGalleyFrance !

"Il n'y avait rien à faire. La maternité vibrait sur une  fréquence qu'elle ne parvenait pas à capter. "

On retrouve dans ce roman cette métaphore de la carapace du homard déjà utilisée par Françoise Dolto pour évoquer la fragilité de l'adolescence et la nécessité de se construire une nouvelle carapace pour affronter le monde.
Ici, Ea, Siedsel et leur frère Niels sont adultes mais la fratrie est éclatée. Ea  vit à San Francisco tandis que Sidsel élève seule sa fille à Copenhague. Quant à Niels , il voyage beaucoup et squatte chez des amis la plupart du temps. caroline albertine minor
Tous trois semblent avoir été marqués par leurs parents assez atypiques  et dont l'influence les marque encore , même après leur décès. C'est d'ailleurs une visite chez une voyante, Beatrice, dite Bee, qui va profondément perturber Ea et l'inciter à reprendre contact avec son frère.
Il faut accepter d'être un peu perdu au début de la lecture de ce roman, en particulier dans un prologue où l'on finit par comprendre qu'ici même les morts continuent leur dialogue . Mais peu à peu, tout se met en place et l'on se laisse séduire par cette construction romanesque où le lecteur voit s'établir des relations dont les personnages ne sont pas forcément conscients. Il est beaucoup question de maternité, des différentes formes qu'elle peut prendre, des relations qu'on peut toujours réajuster , ou pas et les surprises sont nombreuses car l'autrice joue avec maestria des attentes du lecteur. On s'attache à ses personnages et j’avoue même qu'à la fin, j'ai été un peu déçue de les quitter . Un roman prenant , à la construction brillante.

Traduit du danois par Terje Sinding. Grasset 2023

14/03/2023

#Pourquilneige #NetGalleyFrance !

"Je dis que , à cet égard, écrire s'apparentait à peindre. Ce n'était que de cette façon qu'on pouvait revenir en arrière et changer le passé, afin de restituer les choses non telles qu'elles étaient, mais telles qu'on souhaitait qu'elles soient, ou plutôt telles qu'on les voyait. "

Une fille emmène sa mère dans un voyage au Japon, un pays que la mère ne connaît pas , pour recréer une intimité perdue. C'est l'automne et cette saison mélancolique semble particulièrement adaptée aux relations en demi-teintes entre les deux protagonistes. Pas d'animosité, non mais une absence de réelle communication, les souvenirs de l'une ne s'accordant pas avec ceux de l'autre, comme si elles étaient en perpétuel léger décalage.jessica au
Le fait que la langue maternelle de la mère soit le hongkongais et celle de la fille l'anglais contribue sans doute à creuser un fossé subtil entre elles.
C'est un roman tout en douceur et délicatesse qui se termine un peu abruptement, j’avoue que j'aurais apprécié de poursuivre le voyage avec ces deux femmes.

Traduit de l'anglais (Australie) par Claro.

Grasset 2023.

13/03/2023

La femme corneille

"Le chercheur John Marzluff pense que si les corneilles et les corbeaux vivent auprès des humains, avec "succès", au travers des siècles et des habitats (villes, campagnes, montagnes, déserts...) , c'est grâce à leur intelligence, leur capacité d'adaptation hors norme et nos points communs : longue vie, monogamie dominante, animaux diurnes, vie en groupe, reconnaissance individuelle..."

Grâce à un partie de Pokemon Go, Marie-Lan rencontre Frédéric Jiguet, professeur au Muséum national d'histoire naturelle et spécialiste des corvidés.  Il va l'inviter à venir baguer des corneilles et à partir de là, Marie-Lan va devenir férue de ces oiseaux noirs, qui n'ont pas toujours eu bonne presse mais qui s'avèrent extrêmement intelligents et passionnants , fabriquant des outils et transmettant des informations d'une génération à l'autre. camille royer,geoffrey le guilcher,corbeaux,corneilles
De manière vivante et didactique, les auteurs nous transmettent la passion des leurs protagonistes pour les corbeaux et corneilles , comparés à des aliens voulant communiquer avec nous et dont les luttes de territoires et les amours n'ont rien à envier à Games of Thrones !
Une excellent introduction, nourrie de références scientifiques, pour ceux qui veulent aller plus loin dans la découverte des corvidés. Un vibrant plaidoyer également pour lutter contre les massacres de ces oiseaux dans les campagnes.
Éditions Futuropolis 2023.

10/03/2023

Un honnête homme

"Il aurait tant voulu vivre un amour sans pourquoi. "

Flaubert ne nous offre pas un portrait flatteur de Charles Bovary, l'époux d'Emma. Sous la coupe de sa mère, peu doué ( il n'obtient pas le titre de médecin ), il ne parvient pas à offrir à son épouse la vie animée dont elle rêvait et la fait végéter , voire dépérir. isabelle flaten
Isabelle Flaten, au contraire entreprend de réhabiliter celui qu'elle présente comme Un Honnête Homme . Sensible, soucieux de ses patients, cet homme s'égare parfois dans les méandres de la psyché d'Emma en se référant aux diktats et croyances misogynes  de l'époque, mais revient vite au bon sens et à la tendresse dont il est coutumier. Il n'hésite pas à montrer son amour envers Berthe, sa fille qu'Emma tour à tour chérit ou repousse. Bref, c'est un homme dont le comportement détonne au XIX ème siècle mais qui pourrait très bien être notre contemporain. 
Avec un style malicieux et un récit tout en vivacité, Isabelle Flaten confirme ici tout le bien qu'on pensait d'elle et parvient même à faire apprécier un personnage que l'on rangeait plutôt du côté des benêts.

 

Éditions Anne Carrière 2023

09/03/2023

Atlantique Nord

"Parfois, on prétend regarder le paysage pour reprendre notre souffle ; parfois, on prétend reprendre notre souffle pour regarder le paysage. Camille est partisane des deux écoles, ses promenades ont ainsi des rythmes différents , qui dépendent de son énergie, de son niveau de contemplation. "

Premier roman d'une artiste française installée au Canada, Atlantique Nord se présente en quatre parties reliées entre elles par le flux de l'océan qui donne son titre au texte, mais aussi de manière plus discrète par les "grosses poules de mer" alias les lompes (ou lump) dont on exploite commercialement les œufs. 
Des expressions elles aussi se retrouvent d'un texte à l'autre comme par exemple "le creux de ta hanche" qui attire l'attention dans une liste que la première héroïne, Camille, dresse "des endroits qu'elle pourrait appeler un chez-soi" et qui se glisse, mine de rien, dans une autre partie.
De Terre-Neuve à la Bretagne, en passant par l’Écosse et l'Islande, une jeune femme, un petit garçon, un homme jeune et une adolescente nous sont donnés à voir et chacun d'eux exerce sur nous un profond charme, au sens profond du terme. romane bladou
En effet, l'écriture de Romane Bladou capte les sensations les plus infimes éprouvées par chacun d'eux et nous les offre avec une grande générosité. La typographie créative , ainsi que la couverture du roman contribuent à la magie de ce roman poétique, au plus près de la nature. Un grand coup de cœur.

 

Éditions La Peuplade 2023 255 pages.

 

08/03/2023

La félicité du loup ...en poche

Fausto, en instance de divorce, trouve un boulot de cuisinier dans un restaurant d'altitude au coeur du val d'Aoste. Là, il fait la connaissance de toute une galerie de personnages très variés qui , eux aussi, aiment la montagne et ne peuvent s'en passer.paolo cognettti
Les amateurs de récits haletants passeront leur chemins, mais celles et ceux qui apprécient les textes en demi-teintes, les chapitres courts, les descriptions par petites touches d'un monde en pleine évolution à cause du changement climatique, un monde où la nature, plantes, arbres , animaux s'adaptent, sans doute plus vite que nous , trouveront leur content dans ce texte lumineux. 

02/03/2023

Les Autres ne sont pas des gens comme nous

" Je veux être considérée comme potentiellement monstrueuse, comme possiblement perverse, au moins autant que n'importe quel valide. "

Ainsi parle Julie, jeune femme tétraplégique qui, depuis, son fauteuil observe le monde comme une La Bruyère contemporaine.
Si elle se montre volontiers corrosive envers ses non-semblables, elle ne s’épargne guère non plus : "Suite à un accouchement difficile, j'ai hérité d'un corps à euphémismes: différent, singulier, en situation de handicap, en position de non-réalisation des habitudes de vie d'une personne. Le truc sympa, quoi (oui, j'ai aussi hérité d'un cerveau à  antiphrases) ."41-qV4EJJHL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_ML2_.jpg
Les familiers de J. M. Erre retrouveront ici dans les différents textes écrits par Julie son amour des mots, sa volonté de pousser à l'extrême les travers de la société ainsi que des personnages (aux noms improbables) issus de ses précédents romans. Pas de quoi s'affoler pour ceux qui découvriraient cet auteur: vous ne serez pas exclus de la fête et cela vous donnera sans doute l'envie de découvrir les précédentes œuvres de l’auteur.
J.M. Erre célèbre ici, entre humour noir et amour de l'humanité malgré tout, les vertus et les défauts du récit : éviter de nous coltiner avec la réalité mais aussi accepter de se  la prendre en pleine face.
 Éditions Buchet-Chastel 2023, 200 pages piquetées de marque-pages.