Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2007

Affûtez vos dictionnaires !

Tel est le conseil du professeur Rollin (François de son prénom) dans Les grands mots du professeur Rollin.
Fondateur du Centre de Sauvetage des Mots en voie de Disparition (ne pas confondre avec le CECAMPI, Centre Européen de  Conservation et d'Assistance aux Mots Passablement Inutiles, vous le vexeriez!), où les mots sont conservés à la température idéale de 12 °C. Même si le personnel se limite à la personne de son fondateur, celui -ci comptait sur les auditeurs de France Culture et dorénavant sur les lecteurs de cet ouvrage car "Chaque fois que je vous exhorte à  sauver un mot menacé d'extinction , vous l'ajoutez,s'il n'y figurait pas , à votre vocabulaire, et vous le promouvez dans vos biotopes respectifs au prix d'efforts considérables".41E5lDXK3QL
En bon pédagogue, afin de faciliter la compréhension de termes parfois rébarbatifs, le  professeur Rollin nous fait profiter d'une saynète mettant en scène un couple récurrent: Simone et son époux,dont nous découvrirons au fur et à mesure les nombreux amis . ce couple charmant ,jusqu'aux deux tiers de l'ouvrage, a pour coutume ,afin de clore le débat ,de terminer par une formule rituelle "Embrasse-moi",formule qui comporte quelques variantes,dont celle-ci que j'ai testée pour vous : "Embrasse-moi, vieux hérisson !".*
Vous l'aurez compris,il ne s'agit pas  seulement de sauver des mots d'une manière scolaire mais de les mettre en  scène  avec verve  et d'en profiter pour s'amuser avec eux ! les mots deviennent vivants,ils essaient pour certains de  forcer le passage, l'auteur ne nous cache pas ses préférences ou ses rejets, bref on n'est pas  ici pour s'ennuyer car le style est coruscant (brillant,quoi !).
Mission accomplie, cher professeur, je vais sans barguigner** tester certaines formules auprès de mes élèves, et en particulier celle-ci : "Laissez-loi donc cheminer vers l'ataraxie***", ce qui aura au moins le mérite de leur couper le sifflet ou les  incitera à me dénoncer à l'administration sous prétexte que j'aurais pêté un câble...
99 mots à  savourer en attendant la sortie des Belles lettres du professeur Rollin (en octobre).

* L'Homme  et moi aimons les hérissons et n'hésitons d'ailleurs pas à leur faire traverser la route à l'occasion, l'homme ne s'est donc pas vexé et a obtempéré.

**barguigner : marchander, puis par extension,hésiter, mettre du temps à prendre une décision.

***ataraxie: tranquillité de  l'âme.

28/06/2007

"J'ai aperçu la duchesse dans le jardin. Elle a l'air tout à fait normale"

Dans la famille des extravagantes soeurs Mitford,* je demande la dernière en vie: Deborah Devonshire qui nous présente Les  humeurs d'une châtelaine.
Ces chroniques qui parlent de son enfance si  particulière , de sa vie, de ses rencontres,des emballages (on  se croirait dans un sketch de Desproges !) , de la chasse au renard (ou aux enfants), des animaux, des plantes, sont à déguster dans une solitude absolue si vous ne voulez pas passer pour une folle comme moi qui ai hoqueté de rire en dévorant ce  recueil ,hélas trop court .
Avec un humour délicieux, l'auteure nous fait partager sa vie  et ses pensées. Elle élève des poules, les nourrit en robe de soirée et les utilise ,vivantes, en décoration de table. Pendant la 2nde guerre mondiale,  devant quitter la petite île sur laquelle elle habitait, elle part avec chiens, chèvre et bagages,  pour l'Oxfordshire et nous raconte avec le plus grand naturel son épopée en bateau, train et taxi,concluant son Odyssée dans un jardin rempli de roses:"Au bout de deux heures,il n'y avait plus rien à tailler avant très longtemps. Tous les propriétaires de chèvres et de jardins me comprendront".510DxH3vuAL
La duchesse apprécie ceux qui  s'adressent à tous de la même manière,sans faire de distinction sociale, gageons qu'elle fait partie de ceux-là, car elle discute sans chichis avec tous les ouvriers qui restaurent le  Versailles anglais dont elle a hérité mais brocarde les consultants de tout poil.
Pour elle le luxe consiste en "un feu de cheminée, un quart d'hectare et une demi-vache"  et si quelques jours après la  publication d'un billet dont je vous laisse deviner le contenu , elle reçoit un scalpel anonyme par la poste , elle déclare: " avec lui le bonheur est dans la maison".
Saluons au passage la traduction et la  présentation  de Jean-Noël Liaut qui a su nous faire partager toute la sympathie que visiblement Deborah Devonshire lui a inspirée.
Je pourrais multiplier à l'envie les citations mais ce billet fait déjà offense à ma volonté affichée de briéveté, donc précipitez-vous sur ce livre et régalez-vous !

*Du coup, je viens de  commander ceci :515JKRKJ24L

21/05/2007

Ceci est une déclaration d'amour *

Qu'est-ce que l'homme ?  Pour répondre à cette question essentielle, Jean-Noël Blanc y va par quatre chemins et plus : les momies ( (récurrentes dans les  différentes chroniques composant ce petit bijou)( mais celles,  bien sûr, de Saint-Bonnet-le  château)),  les pâtes,les mots, les librairies, les chats, les chiens, les  vaches (dans mes bras Jean-Noël!), les jardins et les femmes.9782859207045
Si tous ceux-ci ont sa faveur, l'auteur voue néanmoins une haine féroce aux boulistes auxquels il réserve de savants supplices : "Qu'on le flagelle, qu'on l'ébouillante,qu'on le tenaille, qu'on lui inflige le knout, le chat à neuf queues,  les poucettes, la  poire d'angoisse, qu'on le pende enfin par le cou jusqu'à ce que mort s'en suive, puis qu'on lui plonge dans la panse un couteau de cuisine, et qu'on l'étripe et le dilacère avant de répandre aux quatre vents les restes de sa dépouille. Les corbeaux se  chargeront du nettoyage. ils accompliront une démarche de charognards:  rien ne sortira de la famille". Ecolo en plus ! Ce brin de cruauté verbale  est juste là  pour relever la grande tendresse et l'humour infatigable qui se dégagent de ce Jardin à moustaches et autres définitions de l'homme.
Nous y apprenons par exemple que le chat possède trois noms  et la manière, toute en délicatesse,  pour approcher le nom secret du chat..., qu'"écrire est une activité de jardinier amoureux" ou bien encore que "le métier de libraire consiste à fabriquer des rencontres amoureuses:  les libraires sont des tantes marieuses. Tous nos voeux aux époux".
Vous l'aurez compris, j'ai adoré ces chroniques savoureuses tout au long desquelles j'ai souri , pour le plus grand étonnement des "patients"  de la salle d'attente de l'ophtalmo où je n'ai pas vu le temps passer. Un seul regret : je suis restée sur ma faim la dernière page tournée... A quand un nouveau volume de ces délicieuses chroniques ?

*  Platonique, bien sûr ! 

03/05/2007

Epouse-moi ou je meurs !

"Si je racontais mes soucis à des  milliers de filles, ça remonterait le moral  de milliers de filles. Y a pas  une fondation où on raconte ses  problèmes ?  Vous pensez qu'ils  me donneraient  une bourse  ? "
Hé oui l' héroïne de Gail Parent a des problèmes car Sheila  Levine est morte et vit à  New-York.
Dès le  titre, parodiant celui d'une comédie  musicale consacrée à Jacques Brel, le ton est donné: l'autodérision , sport préféré des juifs new-yorkais, s'y déploie à  toutes berzingues.9782743616458
Pas le temps de souffler:Sheila  se moque de son poids, de sa naïveté,de son incapacité à trouver un mari;  mais  comme elle vit dans les années 70, elle  profite cependant de la révolution sexuelle,enchaînant les déceptions amoureuses et les orgasmes .
Finalement Sheila en vient à envisager le suicide,mais l'organisation minutieuse de l'événement tourne à la comédie .Vous ne pouvez pas  imaginer tous les  avantages qu'il  y a à  se suicider...
Sheila n'a pas suivi pour rien des  études de théâtre, elle cabotine à tour de  bras ,se ridiculise sans vergogne et on la suit, tout en pouffant, dans sa quête éperdue du bonheur (si possible conjugal).
Une cavalcade éperdue dans le  New-York des années 70. Un vrai bonheur de lecture qui fait passer Bridget Jones et ses clones pour de placides nunuches.

18/03/2007

.Pour lutter contre la grisaille

Le printemps est reparti,ça ne pétille plus sur les blogs, lectures sinistres ou presque..., rien de  bien enthousiasmant.
Alors pour lutter contre la grisaille (intérieur ou extérieure),que (re)lisez-vous ? Quels sont les  livres , mêmes pas classiques, que vous avez toujours à portée de la main pour en relire au moins quelques lignes ? 
Je compte sur vous pour alimenter cette nouvelle rubrique !Couv_lechappee_belle
Pour ma  part, je me déride en relisant L'échappée belle , d'Anna Gavalda, une épopée burlesque et pleine de fraîcheur où une fratrie se fait la belle pour échapper à un mariage empesé et renouer des liens distendus. C'est plein d'humour et très bien observé. Malheureusement ce texte n'était destiné qu'aux lecteurs d'un club de livres mais vous le trouverez peut être  dans les  vide-greniers, virtuels ou pas.9782873883140
J'adore aussi Le monde fou du jardinage, tout petit livre par la taille , mais bourré de dessins humoristiques anglais , pleins de  nonsense  et d'humour pince-sans-rire Vous ne regarderez plus vos plantes d ela même façon!

A vous !