Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2009

"Dans ma cabane, j'étais une princesse.Sur le goudron, je suis une souillon."

Mi Zazie, mi Fifi, Ninon la débrouillarde  fréquente l'école en pointillés,  mais c'est la reine des fromages de chèvres qu'elle vend  sur  les marchés en compagnie de son père. La vie n'est pas toujours facile quand on met en pratique ses principes et la campagne n'est pas toujours très confortable quand l'argent manque. La séparation des parents de Ninon ne va pas arranger les choses mais la petite fille saura faire plier la réalité devant ses rêves...
Un roman de plus sur l'enfance ? Que nenni ! Maud  Lethielleux a su trouver un vrai ton, pétri d'humour et d'amour pour ses personnages, doux rêveurs qui savent retrousser leurs manches pour donner de la réalité à leurs songes. Les soucis,les tracas ne sont pourtant pas occultés (ah cette dangereuse Madame Kaffe !) mais sublimés par la vision résolument optimiste de  Ninon, petit brin de femme courageuse et tendre qui avance dans la vie le sourire aux lèvres, portée par l'amour indéfectible qu'elle porte à son père.
Alors, vite, dites-lui oui car la tendresse et l'humour sont au rendez-vous !maquetteninon_(Small).jpg

Quelques  citations au passage pour vous donner envie de découvrir le petit monde de Ninon :

"Raymond *préfère dormir  avec mon père parce que c'est lui qui a le permis, et Raymond veut être prévenu si on s'en va en voiture."

*Raymond, c'est le  chien !

"(un cadeau, c'est quelque  chose de rare qu'on te  donne  comme ça  sans raison parce que tu le mérites sans le savoir)"

"Ce jour-là, je  narguerai mes cauchemars de nuit à coup de balai et à grande eau et basta."

"Le vrai bonheur, ça  n'a  rien à  voir avec une  robe cerise.Le vrai bonheur, , il se compte dans la  tête, il est invisible, il est dans l'instant du présent, c'est comme une conjugaison qu'on n' a rien compris, il ne se conjugue pas au futur imparfait, il est parfait d'ailleurs, il est toujours là où  on s'y attend pas, il faut juste ouvrir ses yeux."

 

Dis oui, Ninon.Maud Lethielleux. Stock.245 pages qui fleurent  bon le bonheur ! A paraître le 4 mars. L'AVIS DE MARIE

Le blog de l'auteure

 

L'avis de LilY


04/02/2009

Une enfance enchantée

"Je me pris d'amitié pour ces scorpions.C'étaient, somme toute, des animaux plaisants, sans prétention et qui avaient des moeurs charmantes.", ainsi parle le jeune Gerry Durell, 10 ans, qui est prêt à se lier d'amitié avec tout ce que la nature compte d'habitants à poils ou à plumes , chiens , pies, hiboux, albatros, insectes et autres reptiles qu'il observe avec passion dans la nature édénique de Corfou, mais aussi qu'il rapporte à la maison, occasionnant quelques catastrophes mémorables."-Cette maison est un enfer, je vous assure. il n'est pas un coin qui ne fourmille de bêtes malintentionnées prêtes à se jeter sur vous. Un geste aussi simple, aussi inoffensif que celui d'allumer une cigarette est plein de risques. D'abord, j'ai été attaqué par un scorpion, une bête hideuse qui a répandu du venin et des petits partout. Puis ma chambre a été saccagée par des pies. Maintenant il y a des serpents dans la baignoire et des bandes d'albatros volent autour de la maison avec des bruits pareils à ceux d'une tuyauterie défectueuse.41ze-mHs2CL._SL500_AA240_.jpg

-Larry, mon chéri, tu exagères, dit Mère souriant vaguement aux invités."

Voilà résumée en quelques lignes la tonalité de ce récit si délicieusement anglais, où une famille d'excentriques s'installe à Corfou pour fuir la grisaille britannique et ne cesse de déménager pour loger les invités trop nombreux du fils aîné ou au contraire fuir l'arrivée d'une parente envahissante ! Évidemment, sur place ils vont se lier d'amitié avec des personnages tout aussi pittoresques et sympathiques qu'eux, amis que le jeune Gerry va observer avec autant de zèle que ses insectes favoris. On ne sait quel animal ou quel humain préférer , tant ils nous font rire (attention livre à ne pas lire en public, sous peine de passer pour une folle dingue !) et jamais des bébés perce-oreilles n'auront été aussi attendrissants que présentés par Gerald Durrell : "Mais c'était une belle couvée de jeunes perce-oreilles, , tout petits, fragiles, comme sculptés dans l'ivoire.(...) C'était un spectacle qui réchauffait le coeur (...) Ma famille merveilleuse s'était dispersée à travers le jardin.Plus tard, je revis un des bébés. il était naturellement plus gros, plus brun et plus fort mais je le reconnus tout de suite.  Il était roulé en boule dans un labyrinthe de pétales de roses , en train de faire un somme, et, quand je le dérangeai,il leva ses pinces avec irritation. J'eusse aimé croire  que c'était un salut, un joyeux accueil, mais j'étais honnêtement  obligé d'admettre que  ce n'était que l'avertissement d'un perce-oreilles à un ennemi en puissance. Je l'excusai pourtant. Il était très jeune, après tout, la dernière fois que je l'avais vu." Autant de bonne volonté ne pouvait que me plaire et je suis tombée follement amoureuse de ce livre, l'emmenant partout avec moi, grappillant quelques lignes chaque fois que c'était possible, le cornant éhonteusement quasiment à chaque page, me régalant des descriptions sensuelles de la nature de Corfou et me réchauffant le coeur !

Un livre à conseiller aux dépressifs !

Ma famille et autres animaux. Gerald Durrell. Gallmeister qui pour une fois a troqué la sobriété de ses couvertures pour un orange pétant !

19/01/2009

"Il avait appris à ne jamais contrarier les grilles."

L'action se déroule à 8 kilomètres de Lille, les personnages parlent ch'ti,l'une des héroïnes, Gisèle, travaille à la Poste et le roman de Cypora Petitjean-Cerf s'intitule Le  film mais  bien sûr tout cela  n'a rien à voir avec Bienvenue chez les Ch'tis.31ZTBsZhGgL._SL500_AA240_.jpg
Ruth, professeure des écoles au bord de la déprime ,tant l'ennui la tenaille ,est au bord de trucider ses élèves (du moins en esprit ! ). Heureusement  elle devient amie  avec sa voisine Gisèle  et toutes deux décident de  participer au festival  du film documentaire de Marseille. Pour chaque femme  Racines sera l'occasion de revenir sur le  passé et de s'interroger sur son identité .Mais peu à peu c'est  tout leur entourage qui va aussi être bouleversé par la réalisation de ce film.
A lire ce résumé vous bâillez déjà prévoyant la prise de  tête et de doliprane. Vous auriez tort car il ya chez  les personnages de Cypora Petitjean-Cerf une énergie, une truculence,  une excentricité tranquillement assumée qui les  rend instantanément sympathiques et attachants.  On y croise (comme dans le corps  de Liane ) des femmes fortes qui ici tarabustent et infantilisent leurs maris tout en les chouchoutant,  des  mères de  famille hystériques, des  secrets de  famille, mais  aussi  des relations tendres et touchantes qui se nouent  de manière improbable, avec en fond sonore des chansons du latin lover Julio Iglesias...ça pleure, ça rit , ça s'embrasse mais ça ne verse jamais dans la guimauve et les  bons  sentiments.
Cypora Petitjean Cerf s'interroge sur les liens familiaux , l'identité sexuelle, religieuse et culturelle  et son roman nous réserve plein  de  surprises,  montrant la capacité que nous  avons à nous aveugler , mais aussi à rebondir , à ne pas laisser les situations se fossiliser.
Chaleureux comme les gens du Nord qui ont dans le coeur...vous connaissez la chanson !

Cypora Petitjean-Cerf, le film, stock.342 pages pétillantes !

Du même auteur, tous deux sortis  en poche : le musée de la sirène, le corps de Liane.

18/01/2009

Quand un lecteur rencontre...

Citations ou textes plus longs qui disent le bonheur de lire, de vaincre la solitude et de rencontrer l'autre à travers les livres, d'y trouver délices et réconfort, ou le sentiment de vivre plus fort," Le temps de lire comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre."affirme Daniel Pennac dans Comme un roman, voilà quelques uns des chapitres de ce délicieux  recueil, Les mots pour les amoureux des livres.

Un livre juste à la bonne taille pour être glissé partout, dans une poche , une besace, doté d'une mise en page et d'une typographie attrayantes et variées, où Virginia Woolf côtoie Christian Bobin, où Jules Renard rejoint Colette dans la bibliothèque. Une gourmandise pour lecteurs !51BtQLMo0zL._SL500_AA240_.jpg

Même si Sei Shônagon (v.966-v.1017) n'a évidemment pas connu les blogs, nul doute qu'elle les aurait appréciés, car dans ses Notes de chevet sous la rubrique Choses délicieuses, elle note :

"Découvrir un grand nombre de contes qu'on n'a pas encore lus.

Ou acquérir le deuxième volume d'un récit dont on a apprécié le premier volume."

et n'est-ce pas ce que nous faisons en notant fébrilement toutes ces références glanées au fil des blogs, allongeant ainsi nos LAL ?

les mots pour les amoureux des livres. Carré Philo Milan. 4.95 euros.

 

 

19/12/2008

"Personne ne sait ce que je ressens .(...)ça donne encore plus de saveur aux efforts que nous faisons pour être ensemble."

Même si  Rosie a atteint ce qu'on peut raisonnablement  considérer comme étant le milieu de sa vie, elle n'a toujours pas  trouvé de  modus vivendi avec sa  tante Min qui l'a élevée dès sa naissance. En apparence du moins, car il va suffire que les deux femmes se retrouvent -  Min vieillit mal- pour que, sans que cela soit concerté, elles échangent  leur rôles. A Min qui vient d'atteindre soixante-dix ans et n'avait jusque là jamais  voyagé ou presque ,de vivre  son rêve américain . A Rosie, qui a posé ses bagages, de s'inquiéter pour sa  tante ,  tout en se ressourçant dans une maison isolée, berceau de sa famille,  bien au calme pour écrire  un livre de développement personnel destiné  aux  quinquagénaires...41JuMkBDLEL._SL500_AA240_.jpg
Truffé de personnages tour à tour émouvants et drôles  (ah la vengeance de la fiancée qu'on laisse  tomber pour une jeunette !), Best love Rosie confirme ici tout le bien que je pensais  déjà de Nuala o'Falain. Ses réflexions sur la  cinquantaine font mouche et l'apaisement des personnages principaux qui , chacune de manière  différente, parviennent à trouver un équilibre ,même fragile, même brinquebalant, donne le sourire aux lecteurs*ou lectrices. Seul petit pincement  au coeur, ce roman sera le dernier de Nuala o'Falain puisque l'auteure est décédée.
Donnez-moi un roman où le héros trouve sa demeure et où ,en plus, rôde un chien et je suis la plus heureuse des lectrices !

* ce livre  m'a été prêté par mon beau-frère, que je remercie au passage, et qui l'a beaucoup aimé aussi.

L'avis de Cuné qui le place en bonne position dans son classement  2008.

Celui de Kathel qui vous mènera  vers plein d'autres (dont celui de  Bellesahi !)

Nuala o' Falain . Best Love Rosie. Editions Sabine Wespieser.529 pages qui coulent  de manière fluide...

10/11/2008

"...il n'y a rien de plus précieux que d'être l'ami d'un ami."

Il  est des livres qui tombent au bon moment : vous errez dans une  librairie, ne trouvant aucun des livres  figurant dans votre  carnet et soudain, vous ne voyez que lui. Une couverture joliment désuète, rose églantine, mettant en scène des tableaux gentiment décalés. Intrigué, vous lisez la  quatrième de couv' et aussitôt une question vous saute aux yeux : "Comment aider un enfant plongé dans le chagrin ? " suit la  promesse  d'un  roman fourre-tout comme vous les aimez . Vous feuilletez le livre en question et là, surprise, vous découvre  en images la recette du gâteau sans-peur et constatez avec amusement  que des  traces  de pattes de chien se sont glissées par-ci , qu'on aperçoit par là la queue du même canidé  et vous commencez  sérieusemnt à  douter de la classification du roman de Gila Lustiger Un bonheur  insoupçonnable.
Peu importe, vous glissez le livre sous votre bras et vous dirigez vers la caisse...618bvQbxXGL._SL500_AA240_.jpg
Bien vous en a pris  car ce  roman philosophique est un vrai bonheur. Un de ceux que l'on lit  le sourire aux lèvres et qu'on ouvre au hasard pour la plaisir  de retrouver une phrase ou une  illustration de  Emma Tissier.  De quoi s'agit-il ?   D'un homme plus tout jeune qui,  comme dans la chanson de Joe  Dassin, "les p'tits pains au chocolat" ne  se rend  pas compte que l'amour est tout près de lui, d'un homme  -le même- qui ne prend  pas le temps de regarder vraiment les enfants qui vivent  autour  de lui, d'une chienne qui  ne  se pose  pas de questions , sauf celle de l 'heure de son repas,  d'un livre  de questions justement, mais pas de réponses.  Il est aussi question  d'une grand-mère qui triche avec aplomb , enfin qui trichait , car elle est morte et Paul ne peut pas supporter d'être heureux sans  elle. On apprend  dans  ce  livre  que  "Les cailloux  ont  droit eux aussi à une  belle vue. que l'oncle Hubert vivait chez lui à l'étranger. Que les mères remarquent  toujours que quelque chose  cloche justement quand on est pressé  de sortir. Et qu'il ya des gens qui ne sont  pas faits pour comprendre l'écriture  fractionnaire."
Doté de  titres de chapitres hétéroclites, de notes en pagaille , défiant toute logique car "dans  ce roman, c'est le  coeur qui décide",Un bonheur insoupçonnable est un roman enjoué et hirsute dont on sort le  sourire aux lèvres qui soulève  mine de rien des problèmes auxquels sont  confrontés grands et petits. Réconfortant  !

Gila Lustiger. un bonheur insoupçonnable.Stock.190 pages.

25/10/2008

J'ai descendu dans mon jardin ...

Martine Camilleri et Angélique Villeneuve aiment les herbes des bords de chemins, les fleurs- sauvages ou pas- les racines qui évoluent gracieusement dans des bocaux transparents, les  vases, petits ou grands, improvisés avec deux trois bricoles qui traînent dans la cuisine, et arrangés avec une fausse nonchalance pleine de  poésie.51x2NkobmPL._SL500_AA240_.jpg
Elles s'avouent volontiers crâneuses mais attention "pas  besoin d'avoir la voiture rouge qui rase le sol ou le sac machintruc  avec des  logos qui  vous rentrent dans l'oeil." Non ! Elle  aiment dire : "Oh ça, c'est juste mon petit carpaccio à la primprenelle" Tu aimes le thé au géranium des  bois ?  J'en ai cueilli ce matin" Ramasser des asperges sauvages, ça me détend" et tout de suite on a envie de devenir leur copine .
En plus de savoir marier les saveurs et  les couleurs , Martine et Angélique nous régalent  de magnifiques  photos et de textes tout aussi savoureux car elle  jouent autant avec les mots qu'avec les orties ou les oeillets d'Inde.
Je ne pense pas tester toutes les recettes mais ouvrir Petits bouquets de  cuisine et le feuilleter quand le temps est à la bourrasque est déjà un vrai  bonheur !

Merci à Alma qui m'a signalé cet ouvrage !

(94 pages)

07/10/2008

Femme en mouvement

Benoîte Groult est un électron libre plein d’humour et c’est pour cela qu’on l’aime, cette charmante vieille dame aux yeux pétillants.

Elle n’a jamais appartenu à un part politique, jamais fait partie d’un groupe féministe, on ne lui a même pas demandé de signer le fameux manifeste des « 143 salopes » , comprendre le manifeste où des femmes reconnaissaient publiquement avoir avorté à une époque où l ‘IVG était interdite, et pourtant elle était concernée !51Nf5HE9HkL._SL500_AA240_.jpg

Non, elle ne rentre pas dans le moule, ses romans font scandale auprès des vieux barbons machistes mais connaissent un succès formidable car les femmes se rectrouvent dans ce qu’elle écrit. Quand j’entends un ministre proposer de revenir aux couches lavables pour bébés, j’ai envie de le renvoyer à le lecture des Vaisseaux du cœur où Benoîte Groult fait une description proprement apocalyptique de la quantité de travail que représentait ces couches aujourd’hui « écologiquement correctes »..

Dans son autobiographie, Mon évasion, elle revient ,sous une forme éclatée (récits mais aussi entretiens avec Josyane Savigneau, où l’on sent que s’établit une réelle complicité entre les deux femmes) sur ce qui l’a amené à prendre conscience de sa réelle personnalité, de ses réels besoins, dans une société encore lourdement misogyne.

Jamais amère, elle revient à la fois sur ses mariages , ses combats (la lutte contre l’excision, le droit à mourir dans la dignité) et nous propose aussi un récit la montrant à la fois en grand-mère indigne et tendre. Elle ne se pose jamais en modèle, mais on a diablement envie de l'imiter,en espérant être comme elle à  son âge !

16/09/2008

Immobilisme triomphant

Frank Horvat, a parcouru plus de  cent mille kilomètres pour photographier les arbres que l'on retrouve dans A hauteur d'arbres.
N'ayant au départ pas de passion pour ce sujet, comme il s'en explique dans une  très belle préface, il a rapidement  découvert que les "arbres ont pour [lui]une signification particulière.", et  a vécu cette expérience   "Comme si  l'arbre, à la fois passif et tout puissant, se servait de ma  recherche de photographe pour étendre ses ramifications  dans l'espace de notre imaginaire". Après le vent, les oiseaux et les  hommes qui font voyager les graines des arbres, un autre "parasite": le photographe !51ZV-o+xoLL._SL500_AA240_.jpg
Arbres des villes  qui se  jouent  des grilles, arbres des champs ou des forêts, tous attirent notre attention et sont accompagnés de textes poétiques ou philosophiques qui soulignent  la spécificité des arbres et celle des liens que l'homme entretient avec eux car "L'homme, comme l'arbre, est un être où des forces confuses viennent  se tenir debout." De quoi se ressourcer .

Un livre adopté immédiatement  et devenu un de mes livres de chevet.

Merci, Cath!

 

 

29/06/2008

Cupcakes and Co

Pas le temps de me balader sur les blogs car aujourd'hui nous fêtons les 20 ans de Fils  Aîné (en retard,  certes mais bon) ! Au menu il risque d'y avoir des productions kitschissimes extraites des ces livres:

Bon dimanche à tous !

410VXRrxpGL9782754008624