Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2012

J'habite dans la télévision

"ça n'a rien de plaisant, de glamour, ni de drôle. pour personne, ni pour moi. Mais quoi qu'il puisse en ressortir, quoi que ça puisse donner comme trace, je sais qu'il se passe quelque chose en moi, pour de vrai Quelque chose comme mon crâne qui se remplit tous les jours d'oiseaux morts qui n'y étaient nullement avant que ça commence. Quelque chose comme une forme de réalité imposée depuis longtemps à des millions de personnes. ça ne sert peut être à rien , mais je dois persévérer. ressentir mon cerveau qui devient disponible, neurone à neurone disponible, je sais que ça n'a pas de sens pour beaucoup et pour vous. C'est juste un témoignage éperdu comme tant d'autres, sans valur ni effet. Mais c'est un  petit bout de vie ébranlée par une phrase* en juillet 2004, qui a voulu comprendre comment on la mangeait"

* Ce que nous vendons à Coca Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible, phrase prononcée par Patrick Le Lay,PDG de TF1. Cette phrase sera le point de départ d'une expérience menée par la romancière Chloé Delaume. 22 mois durant , toute la journée, elle s'est soumise au flux de chloé delaumemessages publicitaires, de programmes de téléréalité, enregistrant ses mutations corporelles et celles de son cerveau. Ce pourrait être uniquement une tentative sociologique, voire scientifique, mais c'est surtout une expérience sur le langage comme le montre l'extrait ci-dessus.
Le vocabulaire, très précis, n'est pas toujours facile, les ruptures de tons sont fréquentes et le lecteur se perd parfois en chemin mais cela n'en reste pas moins un texte qui fait réagir et s'interroger , tant par le thème que par l'écriture. Un texte qui m'a donné envie de poursuivre ma découverte de cette auteure.chloé delaume

Merci Sébastien pour le prêt !