Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Célibataire longue durée...en poche | Page d'accueil | Le facteur émotif »

01/06/2017

Manger dans ta main

"La scarification comme butée identitaire. Et ce corps flottant,que l'on ne sent vivre qu'au moment de l'entaille. Elle les comprenait tant. Il fallait que ça saigne, à l'adolescence."

Autant Sandra, jeune psychologue, apparaît dure envers sa mère, autant elle se sent proche des adolescents dont elle s'occupe dans un atelier d'écriture, au sein d'un hôpital  parisien accueillant des jeunes atteints de troubles alimentaires. sophie carquain,anorexie,rapports mère  fille,rapports hommes animaux
Ses parents ont pris leur retraite dans leur Portugal natal et on sent d'emblée qu'ils sont marqués par un drame. Pour redonner le sourire à sa femme, le fantasque Daniel offre à Luisa une cochette, promise à une mort certaine, car rejetée par sa mère. D'abord réticente, Luisa va se prendre d'affection pour la jeune truie, Rose, qu'elle engraisse , tout en la traitant en animal de compagnie, tant elle lui apparait intelligente et drôle.
Alternant les chapitres portugais et français, le roman traite d'une relation mère fille perturbée, évoque le thème d'un deuil impossible à faire , celui de la relation à la nourriture, au corps adolescent ou non, mais interroge aussi notre relation à un animal souvent honni ,mais très proche de nous, le cochon.
On sent d'emblée que l'autrice, qui a coécrit en compagnie de la regrettée Maryse Vaillant des ouvrages de psychologie, sait de quoi elle parle, sans pour autant tomber dans l'écueil de la vulgarisation à tout crin. Le propos est nuancé, les personnages proches de nous et nous entrons autant en empathie avec les humains qu'avec l'animal.
Un roman attachant que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire et qui nourrit aussi la réflexion sur les thèmes évoqués.

Manger dans ta main, Sophie Carquain, Albin Michel 2017, 311 pages validées par Marie Desplechin.

,

Commentaires

J'ai toujours rêvé d'avoir un petit cochon de compagnie (et oui, je trouve cet animal trop mignon) ! Ce livre a l'air intéressant.

Écrit par : Céline | 01/06/2017

Une lecture qui propose une approche inédite. Je note.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 02/06/2017

Céline, attention, petit cochon deviendra grand...
Alex, une lecture dont j'espère une suite , non annoncée...

Écrit par : cathulu | 04/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.