Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le coeur sauvage | Page d'accueil | Les messieurs...en poche »

15/06/2017

Avec joie et docilité

"L'été est comme une plante sortant de terre. Il s'écoule à la fois avec la lenteur imperturbable de la germination et avec la rapidité  presque agressive de la pousse des tiges et des fruits au cœur de la belle saison."

Finlande, 2016. Ce pays a tiré les leçons des erreurs du passé et vit, coupé du monde. La population est divisée en trois catégories: les virilos, comprendre les hommes, les éloïs, femmes blondes soumises, élevées uniquement dans le but de satisfaire tous les désirs des virilos et les morlocks , femmes rebelles à qui la reproduction est interdite (elles sont stérilisées).johanna sinisalo,dystopie,finlande
Dans ce monde où le seul plaisir permis demeure le sexe, la consommation de piments est interdite, générant bien évidemment tout un trafic pour le plus grand bénéfice de nos héros, Vanna, une morlock travestie en éloï et son ami virilo, Jare.
Si ce dernier compte bien s'échapper de Finlande, Vanna, quant à elle cherche surtout à élucider la disparition de sa sœur.
Double intrigue donc et double point de vue sur les événements, le tout intercalé de documents officiels, expliquant la domestication des femmes, d'après des méthodes utilisées sur des animaux.
C'est la couverture de" Chez Gertrud "qui m'a donné envie de découvrir ce roman et , même si je ne suis pas férue de dystopie, cette analyse de la situation faite aux femmes a su me séduire par la manière dont elle est traitée. Bien évidement, on se dit que ce roman n'intéressera que les convaincu(e)s, mais une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal...


Avec joie et docilité, Johanna Simisalo, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, Actes Sud 2016.

 

Déniché à la médiathèque.

 

Commentaires

Tu ne lis pas souvent de SF, mais quand tu le fais, c'est du lourd ! :) J'avais abandonné ce roman quant à moi, le début en tout cas m'avait semblé hermétique. Ce n'est pas du facile à lire !

Écrit par : cuné | 15/06/2017

Les femmes sont sévèrement maltraitées dans les livres ces temps-ci me semble-t'il. Je ne suis prête à le lire que si elles zigouillent les virilos à la fin !!!

Écrit par : Aifelle | 15/06/2017

J'attends avec intérêt ta réponse aux deux premiers commentaires... Présenté tu le fais, ce roman me tente bien.

Écrit par : Melanie B | 15/06/2017

Cuné,bizarrement, rien ne m'a semblé hermétique et si j'ai lu ce roman, c'est bien parce qu’il s'agit de la condition faite aux femmes, qu'on traite de la même manière que des animaux. Un lien est établi avec la sélection d'animaux dociles un peu plus loin dans le texte. Et en plus, j'ai trouvé rigolo qu'il soit encore une fois mention de piments comme dans le roman des éditions Fromentin :).
Aifelle, te voilà bien radicale ! :)attention divulgâchage: tu peux le lire même si la fin n'est pas celle que tu espère, il y a un espoir.
Melanie, je ne l’aurais pas acheté mais en médiathèque, l'occasion a fait le larron :)

Écrit par : cathulu | 15/06/2017

La SF me rebute en général, mais ce que tu dis sur le point de vue de l'auteur me tente.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 16/06/2017

Alex, ici, on est très loin de la SF proprement dite.

Écrit par : cathulu | 16/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.