Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La fourmi rouge | Page d'accueil | L'invention des corps »

30/11/2017

Même Dieu ne veut pas s'en mêler

"Le génocide, c'est quand l'humanité tire un trait sur vous
Quand sous vos yeux des amis, des connaissances, des épouses se transforment en tueurs,
Quand votre cœur saigne de n'avoir plus de voisins pou vous porter secours, alors que votre agonie dure des mois,
Quand votre humanité vous est déniée,
Quand on tue des enfants , tandis qu'on évacue des chiens,
Quand nul ne songe à votre désillusion le jour où vous découvrez qu'ils vous ont regardé vous faire découper à la machette."

Rescapée du génocide rwandais , telle est devenue  l'identité d'Annick Kayitesi-Jozan. Elle revient dans ce récit alternant les époques sur le massacre de sa famille et en particulier sur la mort de sa mère, assassinée sous ses yeux, sur la manière dont elle et sa sœur ont survécu et réussi à être évacuées en France.
Dans la première partie de ce récit, elle analyse de manière précise et fouillée sa relation à la mort de sa mère et l'impossibilité  pour elle de se délester du poids de ce décès, tant que le corps maternel n'aura pas trouvé de sépulture.annick kayitesi-jozan
J'avoue que les incessants allers-retours dans entre les différentes époques ont fini par me perdre un peu en route et que j'ai lu avec beaucoup de distance la suite du parcours de l'auteure. Un récit nécessaire mais qui aurait peut être gagné à être plus fluide dans sa narration.

Lu dans le cadre du grand prix des lectrices de Elle.

Commentaires

Cet incessant va et vient permet peut-être de faire des pauses dans le récit de l'horreur ?

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 01/12/2017

Alex, pas vraiment.

Écrit par : cathulu | 03/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.