Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Madame rêve | Page d'accueil | Le bestiaire fantastique de Mme Freedman ... en poche »

24/07/2018

La vie effaçant toutes choses

"Je marche sous le joug d'une sacoche de dix kilos que j'appelle mon kit de survie, j'apprends que j'ai peur des baleines mortes et je ne sais pas qui je suis.Et je ne sais pas si je l'apprendrai ici.Mais je sens que si je me laisse porter par les fanfares de la Renaissance, par la tempête et les corps de baleines, j'accèderai à une part de moi que je ne me rappelle pas avoir jamais approchée."

Neuf femmes, d'âges,de milieux différents, mais toutes dans un moment de fragilité, fragilité qu'il leur faudra accepter, et surtout dans une volonté de se débarrasser de "l'échiquier social" qui leur a imparti un rôle -carcan. Signe de ce malaise à la fois psychique et physique, les cauchemars morbides (décrits de manière très réaliste) dont beaucoup d'entre elles souffrent.fanny chiarello
Fanny Chiarello scrute ici avec une attention sans faille les micro-fonctionnements de nos relations avec les autres, en soulignant la violence cachée: "Il y a violence à feindre de ne pas percevoir le spectre lumineux d'un être vivant, même si l'on feint pour le laisser croire qu'il dispose d'une forme d'intimité, là, entre sa valise et le couloir du TER, même si l'on feint pour le laisser détendre ses épaules sans témoin."
Elle décrit aussi avec une précision poétique les paysages dévastés des bords de voies de chemins de fer, les petites villes côtières, les chambres d'hôtels modestes, tous ces lieux que nous traversons sans leur accorder plus qu'un regard distrait, mais qui en disent long sur notre humanité.
Roman ou nouvelles ? L’éditeur ne tranche pas. Disons qu 'il s'agit de neuf récits qui s'interpénètrent par le biais de personnages récurrents, qu'ils soient principaux ou non, une SDF, Rita , étant un peu le fil rouge que l'on va retrouver dans chacun de ces textes, simple silhouette ou actrice à part entière, interagissant avec les autres héroïnes.
Autre lien : la musique, qu'elle intervienne par le biais d'orchestres, d'une artiste ou d'une station de radio dont certains animateurs ou animatrices joueront aussi un rôle au sein de ce dispositif narratif.
Certaines métaphores servent aussi de leitmotiv, comme autant de cailloux que l'auteure sème à l'attention du lecteur.
Un roman puissant, tant par la forme que par le fond .
L'écriture de Fanny Chiarello, précise, vive, donne chair à ces neuf femmes, parfois rugueuses, nous les rend attachantes, sensibles et presque sœurs. Un grand coup de cœur ! Et zou sur l’étagère des indispensables.

Commentaires

Il m'attend celui-ci, ton avis me conforte (je l'avais acheté suite à un avis lu sur Onlalu je crois).

Écrit par : cuné | 24/07/2018

Une auteure que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire ; ce titre-ci est tentant.

Écrit par : Aifelle | 24/07/2018

Cuné, je ne sais plus comment j'en suis venue à le lire... J'aime aussi beaucoup son blog. L'occasion de jeter un coup d’œil sur la région lilloise mais pas que.
Aifelle, déjà lu cette auteure mais pas chroniquée. Là j'ai vraiment eu un coup de cœur.

Écrit par : cathulu | 24/07/2018

Un livre qui a l'air de magnifiquement parler du quotidien. Zou, noté !

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 28/07/2018

Je n'ai toujours pas lu cette auteure. Je ne pense pas que je commencerai pas celui-là. Bises

Écrit par : Philisine Cave | 28/07/2018

Alex, bravo !

Philisine, tu as l'embarras du choix:) Bises

Écrit par : cathulu | 01/08/2018

Tu es très tentante avec ce titre. C'est exactement le genre de livre que j'ai envie de lire en ce moment. Et merci pour ta participation !! ;)

Écrit par : Antigone | 12/08/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.