Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« #LaCampagne N'EstPasUnJardin #NetGalleyFrance | Page d'accueil | La chance de leur vie...en poche »

16/08/2019

Einstein, le sexe et moi...en poche

"Cette splendeur parlait de mon enfer minuscule et dérisoire d'enfant reclus dans sa différence et son mutisme. Mon petit enfer à moi, qui bien sûr n'était pas visible de l'extérieur. Et cette splendeur des poètes, cette splendeur sensuelle de la langue, était la seule chose possible pour continuer. Je n'ai jamais songé au suicide car il y a toujours eu la beauté."

 

Le 15 août 2012, Olivier Liron, bientôt 25 ans, autiste Asperger, normalien, participe à Questions pour un super champion. Il s'est entraîné, et si sa tactique est "d'essayer de sembler le plus gentil possible " afin que les autres candidats ne se méfient pas de lui, il est prêt à en découdre car son objectif est "de répondre plus vite qu'eux. Mieux qu'eux. Que je les tue. Que je les explose. Que je leur chie dans la gueule."olivier liron
Au fil du récit de cette journée d'enregistrement, par associations d'idées, se construit par petites touches le portrait de celui qui fut un enfant atypique, ayant 19 de moyenne mais cumulant les heures de colle,harcelé physiquement et moralement par ses camarades, dans l'indifférence générale de l'institution scolaire.
Le "gogol" est donc prêt à prendre sa revanche et tant pis pour Michel et Jean-Michel qui tenteront de se mettre sur son passage,  Olivier est farouchement déterminé à emporter la cagnotte.
Avec beaucoup d'humour, "De toute façon, j'aime la soupe, le houmous et la glace : je serai heureux quand je serai vieux", mais aussi de tendresse pour sa mère, qui a tout gommé de sa jeunesse espagnole pour mieux s'intégrer, pour sa grand-mère et son rapport si particulier aux langues (et aussi pour Julien Lepers dont il détecte la mélancolie), Olivier Liron avec une belle énergie, en 186 pages nous livre un roman foisonnant sur le droit à la différence.
J'ai laissé se décanter tout le battage médiatique organisé autour de ce roman et bien m'en a pris car j'ai ainsi pu profiter du suspense, de ses métaphores souvent hilarantes (que je vous laisse le plaisir de découvrir), de ses ruptures de ton, de son écriture, parfois crue et de son sens de l'observation.
J'ai dévoré d'une traite ce roman, puis j'y suis revenue plus calmement car, pour des raisons différentes, il a fait écho à différentes situations vécues  par mon plus jeune fils qui, lui non plus ne rentrait pas dans le moule de l'institution scolaire, au grand dam de certains profs.

Ps: je préfère nettement le sous titre: romance télévisuelle avec mésanges.

Le billet d'Autist Reading avec plein d'autres liens.

 

 

Commentaires

Bonjour
j'avais eu du mal avec son premier roman, mais celui-ci m'a touché, fait rire et plein d'autres choses encore

Écrit par : Yv | 16/08/2019

J'ai beaucoup aimé ce récit, notamment son témoignage sur l'école et sa violence normative. Certains passages m'ont un peu moins passionnée, mais j'ai beaucoup ri et ai été émue à de nombreuses reprises :-)

Écrit par : céline | 16/08/2019

Bonjour Yv, il me reste encore à découvrir son premier roman.
Céline, oui beaucoup de tonalités différentes.

Écrit par : cathulu | 16/08/2019

Un parcours intéressant, une revanche prise sur la vie qui n'est pas sans résonance avec celle de Paul, jeune grenoblois, champion actuel du jeu du midi sur TF1

Écrit par : Autist Reading | 16/08/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.