Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2008

Dis-moi comment tu donnes , je te dirai qui tu es...

"Tout don engendre une dette, et toute dette doit être apurée." telle  est la conclusion de Gabrielle Rubin dans
Pourquoi on en veut aux gens qui nous font du bien.
La psychanalyste s'intéresse aux problèmes  qu'entraînent aussi bien les dons personnels, qu'ils soient matériels  ou  psychiques si le principe énoncé plus haut n'est pas respecté.51DJPC9Q1jL
S'appuyant aussi bien sur des cas cliniques que sur des personnages de la littérature , ce que j'ai particulièrement apprécié, Gabrielle Rubin décortique les mécanismes des dettes intarissables,  des dettes niées et des dettes négatives , illustrant ce dernier propos par l'exemple du tueur en série Guy Georges.
Son analyse du Voyage de M. Perrichon, pièce de  Labiche m'a  donné envie de découvrir cette oeuvre. Je suis néanmoins restée plus sceptique sur celle de Mars de Fritz Zorn (il est vrai que j'ai lu ce roman il y a plus de 20 ans et que le souvenir que j'en ai gardé a dû fortement s'altérer).
Le chapitre d'introduction et celui de conclusion m'ont semblé un peu répétitifs, l'écriture est classique et parfois un peu trop moralisatrice à mon goût. Ce texte se lit cependant sans déplaisir et avec intérêt.

10/01/2008

Parlez-vous la langue d ebois

Elle claque un peu partout...

"Agrégée de lettres, Martine Chosson a longtemps enseigné à l'étranger avant de s'apercevoir que cela n'avait aucun intérêt." Vous voilà prévenus  dès la 4 ème de couv': l'auteure n'utilise pas ce qu'elle analyse en détail dans Parlez-vous la langue de bois ? (petit traité de manipulation à l'usage des innocents).
La langue de bois késaco ? Dès la préface, l'auteure constate que si l'expression s'est imposée d'abord pour désigner un" langage figé de propagande politique", elle s'est imposée durablement dans la langue car son champ d'action s'est élargi...9782757803820
Martine Chosson , dans un style imagé, traque donc tous les indices nous permettant de la répérer dans notre vie quotidienne et si elle ne prétend pas se livrer  à une étude exhaustive, chacun ,après la lecture de cet ouvrage sera plus à même de repérer les flatteries, les euphémismes,les formules vides ou signalant exactement le contraire de ce que l'on prétend (dressons l'oreille quand nous entendrons des  "Honnêtement,"réllement", "véritablement"... employés à tour de bras), tous les "floutages de gueule"  et autres "valorisations du vide" que l'on veut nous imposer, pour nous vendre des objets ou des idées...
Une analyse fine et détaillée d'un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur et qu'un style très agréable et plein d'humour rend particulièrement savoureuse.

12/11/2007

Savoir acheter

"On nous cache tout, on nous dit rien..."

Marie-Paule Dousset a payé de sa personne , fouillant les poubelles à la recherche d'emballages, les  entreposant chez elle (bonjour les odeurs) pour mieux les  décrypter.
Hé bien, franchement, ça valait le coup.Les 600  pages de Savoir acheter sont bourrées d'infos qu'il nous faudra assimiler petit à petit avant de nous munir d'une loupe et de débusquer les subtilités contenues dans les étiquettes de  ce que nous achetons.9782081202221
J'ignorais totalement les nuances contenues dans les  appellations "Arôme naturel defraise", où l'on trouve ...de  la fraise, ce qui semble logique; "arôme naturel" (pas suivi du moy "fraise" où l'on trouve, tenez-vous bien des copeaux de bois aromatisés à la  fraise ou des fruits autres que la fraise mais résistants et aromatisés à la fraise;  "arôme de fraise" qui est un mélange des deux catégories précédentes et enfin "arôme" qui  est de l'arôme  synthétique de fraise (synonymes: saveur" "goût" indiqués sur l'étiquette.Pour s'y retrouver d'un coup  d'oeil  l'auteur a eu la bonne idée d'utiliser des pictogrammes sourinats ou dégo^tés (entr'autres).
De la même façon,les fêtes approchant, il  est bon de savoir que les seules véritables coquilles St Jacques transformées sont des pecten maximus si elles  viennent de l'Atlantique ou pecten jacobaeus si  elles proviennent de Méditerranée. Les autres sont des pétoncles... (ça sert d'avoir fait du latin , y compris pour traduire  les  étiquettes des produits de beauté !).
Seul défaut de ce livre:  son poids qui nous empêche d ele glisser dans une poche avant de partir faire nous courses.
A quand la consommation dans les  programmes scolaires  ?