Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2010

Le journal d'Aurélie Laflamme

"...la dernière fois, j'étais normale. Presque."

Encore un simili journal d'ado ? Oui mais déjà la présentation est très soignée (façon carnet épais, bords arrondis et élastique argenté, très fifille donc) et en plus cet ado est vraiment craquante car totalement gaffeuse et un tantinet coincée au niveau des émotions. Le fait que ce roman se déroule au Québec donne un côté très exotique à l'affaire, ainsi les noms des personnages sont-ils aussi excentriques que ceux de la BD de Bretécher, Agrippine !51AmAR0qGOL._SL500_AA300_.jpg
L'univers scolaire du collège de filles (!) est très bien dépeint et si nous nous plaignons souvent que les enfants français soient stressés par l'école, apparemment ils ne sont pas les seuls !
Même si au début, j'étais un peu réticente, je me suis vite prise au jeu et j'ai trouvé mon compte dans cette lecture plaisante et divertissante.

Le journal d'Aurélie Laflamme, Michel Lafon 2010, 274 pages pétillantes.

06/11/2010

La mauvaise habitude d'être soi

"Il s'attribuait son quotidien pour en faire de la bouillie."

Un homme voit débarquer chez lui un inspecteur persuadé que l'occupant de cet appartement est décédé. Qui a raison , qui a tort ? Le narrateur , comme le lecteur, est d'abord fort de ses certitudes et tente de se raccrocher à des faits qui se font de plus en plus fluctuants sous la logique imparable du 41C1tPqL6TL._SL500_AA300_.jpgreprésentant de la loi. " Vous ne vous remettez jamais en cause, hein ? ", ce reproche ne pourra être fait au héros de la deuxième nouvelle qui est fatigué d'être lui,ou à celui qui choisit d'habiter dans un endroit, ô combien singulier, où "pour la première fois [il a] le sentiment d'être chez [lui]..."
Sentiment de singularité, identité pesante, perte de contrôle de son existence, inversion cyniquement réjouissante des valeurs, tels sont les thèmes qui courent tout au long de ces sept nouvelles qui échappent, ô miracle, aux pièges de la chute et de la mécanique bien rodée. Il s'en dégage d'abord un mal être bizarrement joyeux car à plonger dans l'absurde, à se frotter à la fausse logique, le lecteur ne peut qu'être séduit par ce réel à la fois si proche et si  délicieusement excentrique.Les deux dernières nouvelles ont une tonalité plus noire et plus tragique, puisqu'un personnage va même jusqu'à "s'expuls[er] de sa propre vie." et la paranoïa gagne du terrain sous une forme à la fois fantastique et faussement banale. Le malaise  envahit le lecteur et témoigne d'un monde où cohabitent principe de sécurité à tout crin et la violence contre les individus hors-normes.Un crescendo très efficace  .
Les illustrations de Quentin Faucompré se fondent totalement dans l'univers si particulier de Martin Page et en soulignent le non-sense .

Quel bonheur de commencer un recueil de nouvelles dont on sait dès les premiers mots qu'il va vous mettre le sourire aux lèvres ! On  a le coeur qui bat un peu en se demandant si le livre va tenir toutes ses promesses et ... oui !

 

 

 La mauvaise habitude d'être soi, Martin Page, Quentin Faucompré, Editions de l'olivier 2010, 145 pages enthousiasmantes ! Et zou, sur l'étagère des indispensables !

29/09/2010

La vie avant moi

"Avant moi, il n'y avait rien."Voilà, c'est péremptoire et définitif: le monde a commencé en même temps que Gaspard.41cPv8L6qSL._SL500_AA300_.jpg
Mais , pour ses sept ans, ses parents ont décidé de lui expliquer la vie, et donc de lui raconter leur rencontre. D'une manière passablement embrouillée, il faut bien l'admettre. Et comme les chiens ne font pas des chats , le petit garçon a une façon très personnelle et pleine d'humour d'interpréter les faits ...
Comment on fait les bébés ? Pas sûr que les lecteurs de ce roman illustré de manière fort gaie par Delphine Perret le sauront mais au moins ils auront appris qu' "Après moi, il y aura un petit bigleux qui bave et qui louche".

Un roman plein de verve qui ravira les enfants qui aiment déjà lire tout seuls.

La vie avant moi, Colas Gutman, Ecole des Loisirs, Collection  Mouche, 201038 pages à ,offrir en cadeau d'anniversaire, ou de non-anniversaire !

27/09/2010

Franchise postale

"J'ai admis le côté ludique de l'existence."

Fan de Pierre Richard depuis toujours,"...je n'ai jamais connu le monde sans toi. Tant mieux" Christophe Duthuron est aussi devenu son ami dans des circonstances... dignes d'un film ! Les deux compères ont ici pris la plume pour brosser un autoportrait par correspondance , l'acteur répondant à une quinzaine de lettres représentatives des courriers pour le moins incongrus envoyés par des gens aussi fêlés que sans gêne, l'invitant de manière impromptue à honorer de sa présence un anniversaire (le grand Gégé (comprendre Depardieu) n'étant pas disponible hélas, ou lui envoyant des scénarios aussi indigents que boursouflés de prétention.51H0Ntr8vIL._SL500_AA300_.jpg
Cela nous vaut aussi de savoureuses et hilarantes anecdotes de l'acteur qui se souvient ainsi qu'il a joué dans une mise en scène champêtre de Shakespeare avec,entre autres ,pour partenaire un âne et une grande comédienne économisant les piles de son sonotone, ingrédients qui ne pouvaient mener qu'au désastre ! Mais un désastre qui m'a fait me plier en deux , j'en pleurais tellement je riais !
Pierre Richard, tout lunaire qu'on le croit,  sait aussi se montrer rosse avec les fâcheux de tout poil, les irrespectueux qui croient qu'une vedette se doit d'être constamment disponible pour son public et il s'en explique avec une franchise (postale) qui l'honore.
Néanmoins, ce qui domine l'ensemble c'est cette volonté de prendre la vie avec enthousiasme , de préserver " Un appétit de vivre, un certain goût des premières fois, une capacité d'émerveillement." Un livre qui donne la pêche et l'envie de revoir tous nos classiques Pierrerichardiens !

Franchise postale, Pierre Richard, Christophe Duthuron, Le cherche midi 2010 , 259 pages pour battre en brèche la grisaille !

 

 

09/08/2010

Le livre de Joe

Un romancier revient dans la petite ville où il a grandi . Il n'y sera pas vraiment le bienvenu car les habitants de cette bourgade du Connecticut n'ont pas du tout apprécié de se voir ridiculiser dans ce roman à succès qui a valu gloire et richesse à son auteur.
Ce retour, qui s'apparente parfois à un exercice d'auto dépréciation car Joe a tout du loser déguisé en gagnant, lui permet également de revenir sur des événements du passé et de les envisager sous un autre angle.9782264045089R1.JPG
Roman prévisible, qui roule impeccablement sur des rails, alternant humour et émotion, Le livre de Joe était destiné bien évidemment à être adapté au cinéma, ce qui est actuellement le cas.
Il ne révolutionnera pas la littérature mais permet néanmoins de passer un bon moment quand on a besoin de confort. Et c'est déjà bien.

Le livre de Joe, Jonathan Tropper, traduit de l'américain par Nathalie Perronny, 10/18. Enfin lu ,gratuitement ,grâce aux promos estivales.

L'avis de Florinette ,que l'on espère revoir bientôt sur la toile !

08/07/2010

Si Eve Volver apparaît dans une histoire le coup partira avant la fin

"-T'es maboule toi !

-J'suis la boule de personne !"

Un pied dans la réalité, un pied dans l'imaginaire, Eve Volver , six ans, nous raconte  sa vie entre une grande soeur trop sérieuse, Victoria , et une petite, Loula, "capturée" juste après le séjour de maman à l'hôpital." C'est un moulin à paroles, et elle se fatigue elle-même à tant parler mais elle est diablement attachante cette Eve Volver même si on comprend parfois les réactions de son entourage...
Un énième récit à hauteur d'enfant ? Non, car Eve a une personnalité, une manière d'appréhender le monde qui se reflète dans le langage qu'elle emploie. Néologismes, calembours, syntaxe malmenée coulent de manière fluide et réinventent le monde.41SFuM01z6L._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg
Pas étonnant que sa famille soupire souvent et ne la comprenne pas toujours ! Le lecteur , lui, se régale car la tendresse, l'inventivité, la poésie et l'humour sont au rendez-vous.
Sans compter que, comme promis dans le titre, presque à la fin du récit, le roman bascule dans l'émotion pure sur un coup de tonnerre...
Glissez-vous avec bonheur dans l'univers d'Eve Volver sans plus attendre !

Si Eve Volver apparaît dans une histoire le coup partira avant la fin, Déborah Reverdy, L'école des Loisirs collection Médium, 238 pages  qui fourmillent d'inventivité.

Un avant-goût : "Je pensais qu'à force de pas ranger mes affaires, au bout d'un moment elles retrouveraient la bonne combinaison de départ, comme le Rubik's Cube, et que je n'aurais pas  à me casser la tête à remettre en ordre quoi que ce soit. Enfin j'y suis arrivée en conjuguant mes efforts au verbe vouloir. Après, comme j'avais les paupières qui s'enclumaient, j'ai rangé mon sac dans la soute pour bagages et je me suis assise au fond vers la fenêtre pour regarder le paysage se défiler."

Esmeraldae l'évoque ici.

Le blog de l'auteure.


05/07/2010

Le club des caméléons

"Mon copain Théodore était noir, mais je ne le savais pas."

Le club des caméléons est un drôle de livre , une galerie de portraits, où se côtoient, en vrac et entre autres, Isidore, André (probablement le seul homme au monde à être allergique au rouleau de papier peint qui se déroule, ce qui est ma foi fort gênant quand on travaille pour une entreprise de "plâtrerie-peinture-décoration"), Parrain, chacun dans leurs genres de drôles de loustics que l'auteur a fréquentés plus ou moins longuement dans sa jeunesse.978-2-84263-185-7.jpg
Le recueil s'ouvre sur un texte intitulé "Youki" et dès la première phrase, j'ai su que j'étais cuite ! Ce chien minuscule qui se prenait pour un molosse et qui "aboyait pour un oui pour un non, le plus souvent en plein milieu de la nuit, afin de nous signifier qu'on pouvait dormir tranquilles car le chien montait la garde, du fond de sa panière." m'a tout de suite fait glousser et ce n'était que le début !
En effet, Milan Dargent nous propose de magnifiques et souvent très drôles "exercices d'admiration" aussi hétéroclites que réussis consacrés à Jean-Paul (Belmondo)-un régal du début à la fin-, Eddy (Merckx), mais surtout Lou ( Reed) , celui qui chamboulera sa vie.
Un seul prénom féminin au milieu de ce monde presque cent pour cent masculin, une histoire d'amour finie avant que de commencer, racontée très pudiquement car on a beau avoir été membre fondateur du Club des caméléons , club qui prônait le désordre , crevait les pneus et versait des sucres dans les réservoirs d'essence , on n'en est pas  moins sensible...
Un livre tendre et drôle qui se lit très vite mais fait beaucoup de bien aux zygomatiques !

Le club des caméléons, Milan Dargent, Le dilettante 2009 , 159 pages qui donnent envie d'en lire plus !

Emprunté à la médiathèque.

04/06/2010

Série Z

"Numérote tes escarres, ça va saigner."

Féru de films de série Z, Félix Zac, adolescent attardé et néanmoins père de famille, commence beaucoup de scénarios, sans jamais les terminer.Un jour pourtant, notre anti-héros achève L'hospice de l'angoisse qui se déroule dans une maison de retraite où cabotinent à qui mieux mieux de vieux acteurs n'ayant jamais accédé à la gloire. Hélas, la réalité va rattraper la fiction et les cadavres du scénario vont tout à fait correspondre à ceux des pensionnaires de la Niche saint-Luc , là où Félix avait précisément situé l'action de son film ...
"Auteur en roue libre, lecteur rend ton livre !" ,prévient , sentencieux, M. hubert C. de knokke-le -Zoute, qui, mis en abîme supplémentaire ,lit le roman en même temps que nous, mais heureusement lui même finalement ne suivra pas ce conseil car auteur en roue libre , livre hors calibre !51ht3igy4dL._SL500_AA300_.jpg
Un récit où les péripéties se succèdent en cascade, où les dialogues sont plein de verdeur (les retraités ne possèdent peut être plus leur dentition d'origine mais ils ont cependant la dent dure et même perclus d'arthrose sont dotés d'une énergie à toute épreuve!), où les clins d'oeil aux vedettes de la série Z se faufilent en douce aux coins des rues, où les titres mémorables titillent notre mémoire,ne peut que séduire le lecteur, entraîné dans un tourbillon qui ne l'essouffle même pas !
Félix, homme un peu falot au départ, noyé qu'il est dans un gynécée dont la plus jeune représentante, à savoir sa fille Zoé n'est pas la moins intrépide , va nous réserver bien des surprises. Animateur de blog pour les fondus de nanars , il analyse les thématiques de ces séries Z avec un angle à chaque fois original et hilarant. Qui aurait cru que Max Pécas était "le cinéaste français qui a le mieux su exprimer le carpe diem antique "? ou que "L'hystérie funésienne *reflète l'angoisse métaphysique de l'homme confronté à la disparition de ses repères et à la naissance d'une nouvelle société dont il se sent exclu, et qu'il identifie donc à al barbarie. Tout mais 68  est là, dans les tics de l'adjudant Cruchot devant une jeunesse qui dit merde à l'uniforme en exhibant ses blanches fesses . CQFQ." ?
On sent que l'auteur connaît lui-même par coeur ces films et qu'il éprouve pour eux et leurs acteurs une grande tendresse, tendresse qu'il nous fait partager tout au long de ces pages pleines d'humour et d'énergie. Un livre qui donne une folle envie de regarder cet été quelques uns des titres  gratinés évoqués dans Série Z !

* De Funès et ses fameux gendarmes !

Série Z, J.M. Erre Buchet-Chastel 2010 , 364 pages.

Merci à Guillaume et à Katya de Babelio et aux éditions Buchet-Chastel.ico_critique.jpg

Keisha a beaucoup aimé !

Brize aussi !

Pickwick en rit encore !

13/04/2010

Le second roman

Ah, ils n'ont pas l'air de s'ennuyer les primo-écrivains en Allemagne ! Papiers louangeurs, tournée des librairies agrémentées de moult bouteilles de vin...Voilà de quoi perdre la tête !519wwuFM+EL._SL500_AA300_.jpg
Mais il faut vite songer à ce fichu cap du fameux Second roman et là les choses vont se corser pour Martin Grue. Sans compter que sa vie familiale ,entre une tante à héritage lunatique et une soeur soudainement enceinte ,est pour le moins agitée...
Réjouissante farce sur les affres de la création et les expériences des écrivains prêts à tout, Second roman possède le juste tempo et le bon nombre de pages pour que le lecteur passe un bon moment et s'esclaffe régulièrement .

Second roman, Markus Orths, traduit de l'allemand par Nicole Casanova, Liana Levi 2010 , 158 pages.

Merci Cuné !

08/03/2010

Drôles de femmes

Yolande Moreau, Sylvie Joly, Anémone, Amélie Nothomb, Florence Cestac, Michèle Bernier, Maria Pacôme, Tsilla Chelton, Dominique Lavanant  sont de Drôles de femmes rencontrées par Julie Birmant et croquées par Catherine Meurisse.Cela donne un album chaleureux où Julie Birmant se met en scène, donnant à voir l'admiration ou l'amour qu'elle éprouve pour ces femmes hors du commun. Chacune d'entre elles a dû prendre la vie à bras le corps, forcer son destin, lutter contre les préjugés, que ce soit Tsilla Chelton que son éducation ne destinait en rien à jouer Ionesco ou l'inoubliable Tatie Danielle, Anémone, rejetant le système du cinéma français ou Michèle Bernier qui a su imposer à la fois un physique atypique et une pièce , le fameux Démon de midi prenant à rebrousse-poil les discours convenus...51bugS7dIQL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA240_SH20_OU08_.jpg
Anecdotes hilarantes ou confidences se succèdent au fil des rencontres et même si on sent parfois que le courant n'est pas toujours passé avec la même intensité, il n'en reste pas moins que chaque portrait est à la fois respectueux et riche.

A lire et relire, y compris par les plus jeunes qui ne se rendent pas toujours compte du chemin parcouru par les femmes, y compris dans le monde de l'humour. C'est la journée de la femme, les filles, je prends le droit de faire ma féministe !:)

Un énorme merci à Cuné, qui d'autre pouvait dénicher une telle pépite ? !

Drôles de femmes, Julie Birmant, Catherine Meurisse , Editions Dargaud 2010