Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2008

Mes chers parents, je pars...

Par amour pour Mahalia, Sylvain a décidé de quitter ses parents. Il  a tout planifié, de la répartition des fêtes passées dans l'une ou l'autre famille au jour  qu'il compte  leur consacrer, car, il ne faut pas  s'y tromper : il aime sa famille.51VMTZGZGWL._SL500_AA240_.jpg
Tout planifié sauf...qu'il a douze ans , un petit frère qui l'aime beaucoup et un petit coeur d'ado-artichaut.
La lettre qu'il écrit à ses parents est hilarante de sérieux et d'organisation. Tout comme l'avertissement de l'éditeur d'ailleurs. Le  récit avance  à toute allure et l'on suit, le sourire aux lèvres  ce petit Roméo qui va devoir constater que Nous ne grandirons pas ensemble.
Un roman épistolaire  tout en finesse  et émotion d'Arnaud Cathrine.

A partir de 9 ans.

Un grand merci à Laure pour cette découverte.

 

07/10/2008

Femme en mouvement

Benoîte Groult est un électron libre plein d’humour et c’est pour cela qu’on l’aime, cette charmante vieille dame aux yeux pétillants.

Elle n’a jamais appartenu à un part politique, jamais fait partie d’un groupe féministe, on ne lui a même pas demandé de signer le fameux manifeste des « 143 salopes » , comprendre le manifeste où des femmes reconnaissaient publiquement avoir avorté à une époque où l ‘IVG était interdite, et pourtant elle était concernée !51Nf5HE9HkL._SL500_AA240_.jpg

Non, elle ne rentre pas dans le moule, ses romans font scandale auprès des vieux barbons machistes mais connaissent un succès formidable car les femmes se rectrouvent dans ce qu’elle écrit. Quand j’entends un ministre proposer de revenir aux couches lavables pour bébés, j’ai envie de le renvoyer à le lecture des Vaisseaux du cœur où Benoîte Groult fait une description proprement apocalyptique de la quantité de travail que représentait ces couches aujourd’hui « écologiquement correctes »..

Dans son autobiographie, Mon évasion, elle revient ,sous une forme éclatée (récits mais aussi entretiens avec Josyane Savigneau, où l’on sent que s’établit une réelle complicité entre les deux femmes) sur ce qui l’a amené à prendre conscience de sa réelle personnalité, de ses réels besoins, dans une société encore lourdement misogyne.

Jamais amère, elle revient à la fois sur ses mariages , ses combats (la lutte contre l’excision, le droit à mourir dans la dignité) et nous propose aussi un récit la montrant à la fois en grand-mère indigne et tendre. Elle ne se pose jamais en modèle, mais on a diablement envie de l'imiter,en espérant être comme elle à  son âge !

24/09/2008

Une rédaction désopilante !

"Rédaction  ; décrivez un animal de votre entourage". L'élève se gratte la tête , se  tortille sur sa chaise, commence par décrire le  hibou mais avoue bientôt: "Je ne sais pas  grand chose sur le hibou", il opte donc pour la vache  et là  c'est un festival d'humour involontaire dans ce petit livre des  éditions Motus qui reprend le  texte anomyme  écrit par un élève dans les années  50 , fautes d'orthographe comprises !

Ah! La vache, illustré par François Gauthier, en noir et blanc est un régal de non-sens , on sent  l'application de l'écolier qui aligne toutes ses connaissances pseudo scientifiques sur le  ruminant, probablement pour atteindre le nombre de lignes demandé, les maladresses d'expression en  devienent poétiques "Ses jambes descendent jusqu'à terre", ce qui m'a fait aussitôt penser au poème de  Jacques Roubaud.livre_16.gif
Déjà à  cette époque,  on se préoccupait de  ce qu'on n'appelait pas  encore l'écologie : "La vache a  l'odorat très développé , on peut la sentir de très loin.  C'est pour ça qu'il ya de l'air  pur à la campagne." Les dessins pleins d'humour et de tendresse  de François Gauthier s'accordent parfaitement à  ce non-sens désopilant qui débite des âneries avec un sérieux imperturbable et fait preuve d'une logique implacablement  folle : "La tête sert à faire pousser les  cornes et parce qu'il faut bien que la  bouche soye quelque  part" (sic). Enfin , la Nature est heureusement bien faite car la  vache "est équipée pour qu'on puisse  la traire."

Une lecture ponctuée d'éclats de rire, car d'une part ce  texte est en lui même un petit bijou d'humour et  d'autre part parce qu'il démontre  à l'envi  que le  niveau des élèves n'a pas  changé !

Un grand merci à Bellesahi pour cet envoi désopilant !

 

 

 

09/09/2008

Bande de vieilles taupes

"Vestiaire de rugby",ring de boxe ? Non , Cabine commune d'essayage dans une boutique de luxe.
Sous forme de dialogues enlevés, sans une ligne  de description, Delphine  Bertholon réussit le pari de croquer sur le vif, les clientes (ou clients) et le personnel  de ce magasin de vêtements féminins.41rbCTpsPmL._SL500_AA240_.jpg
De bizarres tribus s'y croisent  le temps d'un essayage:  "Celle-qui-veut-tout-pareil-que-la- voisine", les "Princesses", celles qui ont un problème avec leur corps : elles vont perdre  deux kilos, elles n'ont jamais mis  de 40  de leur vie... Elles mettent les nerfs des vendeuses à rude épreuve , vendeuses  qui prédisent  que "Bientôt les meurtres en boutique par des vendeurs excédés vont se  généraliser(...) Un mal nécessaire, quoi !".
Unité de temps, une  semaine,  unité de lieu, la cabine, ce cadre bien précis  donne toute leur force à ces mini-drames qui  se donnent à voir.
Beaucoup d'humour (et de patience) sont nécessaire au personnel du magasin pour faire face à ces clientes , telle celle-ci  qui affirme tout de  go:"-Le mohair ça grattouille l'angora  ça  peluche la soie  c'est fragile le cachemire ça  fait des bourres et le mérinos ça rétrécit.
- Vous êtes  sûre  que vous voulez de la laine?  "
.
Néanmoins  ces cabines  ont un avantage pour certaines:  "Je  ne viens pas pour acheter. mais voir  tous ces corps  défraîchis à  côté du mien, ça me remonte le moral ! Vos  cabines communes, c'est ma cure  de jouvence!". On peut quasiment  en dire autant du roman de  Delphine Bertholon  : on en sort le  sourire aux lèvres,  toute ragaillardie !

01/09/2008

Ah mais lis, mais lis vite !

Mélie, soixante-douze ans reçoit pour la première fois pour toutes les vacances sa petite-fille, Clara, clarinette, qui va entrer  en Cm2  à la  rentrée.  En même  temps, la  vieille dame apprend qu'elle a un souci de santé mais  décide  de ne pas approfondir pour l'instant et n'ouvre pas l'enveloppe contenant le résultat de ses analyses, bien décidée  à profiter de ses vacances au maximum...
Et les  vacances  seront effectivement inoubliables pour tout le petit monde heut en couleurs  qui  gravite autour de Mélie, mamie gentiment indigne mais pleine d'amour , non seulement pour sa lignée mais  aussi  pour un vieux bonhomme qui répare tout ce qu'elle  détraque sciemmnt  dans  sa maison...9782702139226-V.jpg
Ce livre sent  bon les  confitures de prunes, l'amour  sans mièvrerie sous toutes ses  formes , évoqué  avec beaucoup de délicatesse et avec tout l'humour et la  verve déjà rencontrés dans Allumer le chat*.

Barbara Constantine  aurait pu éviter quelques facilités (faire  parler des meubles ) mais bon, on lui  pardonne car A Mélie, sans mélo est un roman qui  donne le sourire, un roman où l'on prend le  temps d'observer les bambous pousser ou une araignée tisser sa toile,  de quoi prolonger joliment nos vacances !

* annoncé en poche.

27/08/2008

Litanie des anniversaires

IMG_2109.JPGJanvier. Tout le monde est plus ou moins enchifrené et barbouillé. On vous refile les cadeaux de Noël ratés :" Le Ch'ti  sans peine", le pull qui  gratte, la compil' des années 80.Vous répliquez en offrant une galette des rois à la place du gâteau à la crème et vous devenez fabophile. Les dentiste se frottent les mains.

Février. Trop court pour programmer un anniversaire. Vous devenez fan de Michèle Morgan et ne fêtez-comme elle- votre anniversaire que tous les 4 ans. Habile moyen de rajeunir.

Mars. Les giboulées vous chahutent. On vous offre pour les affronter les bottes en caoutchouc "Panthère". Très seyant pour aller au bureau.

Avril.On vous refile tous les chocolats de Pâques superflus. Vous les offrez à vos collègues. C'est devenu une tradition. Votre côte de popularité connaît un pic impressionnant.

Mai. Avec tous ces ponts qui s'enchaînent , personne n'est disponible. Vous rongez votre frein et emboutissez un platane qui ne vous avait rien demandé.

Juin. Fêtes des écoles, fête des pères, galas de danse à gogo, chants et concerts de flûtiaux. Vous vous offrez des boules Quiès .

Juillet. Vous partez en vacances et partagez votre gâteau avec les guêpes.

Août. Tout le monde est parti en vacances . Sauf vous. Les moustiques vous accordent allègrement cinq étoiles. Vous êtes flatté .

Septembre. La rentrée. Tout le monde fait la gueule. Vous encore plus que les autres. Vous écrivez au Président pour  demander une journée de congé supplémentaire. Poubelle.

Octobre. Les feuilles craquent. Vous aussi.

Novembre. Tout est sinistre. Chaque anniversaire vous rapproche du dernier. Stop.

Décembre. Vous êtes au fond de votre lit. ça vous apprendra à ne pas avoir utilisé le pull qui gratte et les  bottes de pluie.