Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2017

Un loup pour l'homme #MRL17

"Antoine va et vient entre les blessés et sa femme, ici la mort qui rôde et là la vie à venir. C'est un étrange face à face, dans moins de trois mois il sera père. Il est juste avant, dans un grand vide qu'il ne sait comment habiter."

L'appel sous les drapeaux d’Antoine correspond à la découverte de la grossesse de sa jeune épousée. Nous sommes en 1960 et le jeune homme va devoir partir pour l'Algérie.
N'étant pas d'un tempérament guerrier, il a réussi, contre toute attente ,à obtenir une formation d’infirmier, ce qui ne lui épargnera pourtant pas le côté sauvage de cette mission de soin, alliant sauvetage et ramassage des morts sur le terrain des combats.brigitte giraud
Brigitte Giraud, par petites touches, brosse le portrait de jeunes gens un peu à la dérive dans ce qui ne prendra que beaucoup plus tard le nom de guerre. Elle dit le quotidien par des détails criants de vérité, la chaleur, le sable qui envahit tout, le manque d'informations des appelés, la détresse, les salauds et les héros et tous ceux qui oscillent entre les deux.
Les mots étrangers qu'on s'approprie peu à peu, les corps et leurs détresses sont aussi au cœur de ce roman qui nous fait partager les expériences de ces jeunes hommes dans un pays étranger où il sont supposés maintenir l'ordre.
J'ai lu avec beaucoup d'émotion ce roman qui m'a permis de partager un peu ce qu'ont vécu,de manière différente bien sûr, mes parents à la même époque. Un roman rare et puissant.

 

Merci à Antigone, à PriceMinister et à l’éditeur.

de la même autrice: clic, clic clic

03/09/2016

Nous serons des héros...en poche

Elle avait préféré insinuer que c'était moi qui avais besoin d'un père de substitution plutôt qu'elle d'un nouveau mari, cela était plus facile à entendre, plus noble et généreux."

Quelques années avant la fin de la dictature de Salazar, Olivio, huit ans, et sa mère fuient le Portugal et s'installent dans une banlieue lyonnaise. L'enfant n'apprendra que quelques temps plus tard le décès de son père.brigitte giraud
D'abord aidés par des compatriotes, le narrateur et sa mère vont bientôt emménager chez un autre exilé, Max, un pied-noir fraîchement divorcé, qui supporte très mal la séparation d'avec son jeune fils. La cohabitation s'instaure tant bien que mal, Olivio devenant un adolescent sensible  supportant mal le caractère hâbleur et souvent rude de Max.
Sur la seule foi du résumé, je n’aurais probablement pas donné sa chance à ce roman mais le seul nom de l'auteure a su me décider et j'ai bien fait car d'emblée j'ai été prise par l'émotion intense qui se dégage de ce texte.
L'exil, l'intégration, les sentiments mêlés , l'évolution de cet enfant mais aussi le portrait en creux d’une mère, à la fois volontaire et discrète, blessée mais digne, qui se forge discrètement une place dans la société française du début des années 70 et laisse sous le boisseau ses chagrins et sa détresse ont su m'émouvoir profondément.

24/08/2015

Nous serons des héros

"Elle avait préféré insinuer que c'était moi qui avais besoin d'un père de substitution plutôt qu'elle d'un nouveau mari, cela était plus facile à entendre, plus noble et généreux."

Quelques années avant la fin de la dictature de Salazar, Olivio, huit ans, et sa mère fuient le Portugal et s'installent dans une banlieue lyonnaise. L'enfant n'apprendra que quelques temps plus tard le décès de son père.brigitte giraud,exil,portugal
D'abord aidés par des compatriotes, le narrateur et sa mère vont bientôt emménager chez un autre exilé, Max, un pied-noir fraîchement divorcé, qui supporte très mal la séparation d'avec son jeune fils. La cohabitation s'instaure tant bien que mal, Olivio devenant un adolescent sensible  supportant mal le caractère hâbleur et souvent rude de Max.
Sur la seule foi du résumé, je n’aurais probablement pas donné sa chance à ce roman mais le seul nom de l'auteure a su me décider et j'ai bien fait car d'emblée j'ai été prise par l'émotion intense qui se dégage de ce texte.
L'exil, l'intégration, les sentiments mêlés , l'évolution de cet enfant mais aussi le portrait en creux d’une mère, à la fois volontaire et discrète, blessée mais digne, qui se forge discrètement une place dans la société française du début des années 70 et laisse sous le boisseau ses chagrins et sa détresse ont su m'émouvoir profondément.

Nous serons des héros, Brigitte Giraud, Stock 2015.

Laure a aimé aussi .brigitte giraud,exil,portugal

10/03/2015

Avoir un corps

"Ce qui me plaît, je crois, c'est l'inconnu, c'est que le corps nous guide là où on n'imagine pas aller."

"Le projet de ce livre est né des nombreux échanges et du travail réalisé avec la chorégraphe Bernadette Gaillard". Il a dû y avoir transmutation des univers tant ce texte qui explore le corps féminin de l'enfance à la plénitude de la féminité est plein de grâce et d'allant.Brigite Giraud, tout en nous narrant la vie de son héroïne la confronte aux joies mais aussi aux douleurs de l'existence et ceci avec une grande sensibilité mais toujours sans pathos.brigitte giraud
En la lisant, je ne pouvais m'empêcher de penser à un texte paru en 1975, Les mots pour le dire , de Marie Cardinal qui fut un véritable choc pour beaucoup de femmes à cette époque, quel que soit leur âge. Enfin les femmes avaient un corps, enfin on nous parlait des règles, de l'avortement, parfois crûment ,mais toujours avec une exigence de vérité.brigitte giraud

Si les projets sont totalement différents (le roman autobiographique de Marie Cardinal,  est très lié à la psychanalyse ), ils nous permettent de voir l'évolution des thèmes et les déplacements qui se sont opérés pour les femmes françaises : ce n'est plus l'enfant non désiré qui est problématique mais le désir d'enfant.
Deux tonalités très différentes mais deux grands textes. j'attends avec impatience un roman qui se penche avec autant de talent sur les quinquas...

ps: quoiqu'en dise la 4ème de couverture écrite par Josyane Savigneau, L'inédit de Marie Cardinal (qui vient de sortir en poche) est tout à fait dispensable.

Antigone et Clara m'avaient donné envie...

Sylire vient d'en parler.

Le billet du Petit carré jaune, celui de Mirontaine