Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2010

Un mariage en décembre

"Nier la réalité, apprenait-elle peu à peu, n'était pas seulement efficace , mais parfois primordial."

Un mariage ? Rien de tel pour générer stress et révélations en tous genres. Anita Shreve l'a bien compris et elle rassemble non pas deux familles mais une bande d'amis autour de mariés ayant décidé de célébrer leur union dans une auberge cosy des Berkshires.51etersmZIL._SL500_AA300_.jpg
  Tous faisaient partie de la même bande au lycée. La vie ne les a pas épargnés, et vingt ans plus tard, chacun a évolué de son côté, accentuant ou pas les défauts de l'adolescence . Bien évidemment ils sont unis par un secret dont seuls quelques- uns détiennent la clé.
A part quelques insipides pages de description de match de baseball, Un mariage en décembre est un roman bien équilibré et calibré qui ne déçoit pas sa lectrice et lui apporte une bonne dose d'émotions et de sentiments. On s'attache aux personnages et si on frôle parfois le pathos, Anita Shreve parvient toujours à redresser la barre.
Un roman anti prise de tête qui remplit son contrat : nous distraire. L'équivalent d'un bon téléfilm.

Un mariage en décembre, Anita Shreve, traduit de l'américain par Michèle Valencia, Pocket 2010, 409 pages confortables.

Ps: après la lecture de ce roman on ne laissera jamais son conjoint aller seul à une rencontre d'anciens élèves !

15/12/2008

"Delia :0, la mort :1."

Delia  est , de son  propre aveu une "plumitive commerciale",férue de mots, lectrice compulsive , qui  écrit des guides pratiques et répond aux questions des lecteurs d'un journal gratuit ,avec une verve souvent  féroce. Elle est aussi  extrêmement pragmatique, une  façon comme une autre  de lutter contre le désordre du  monde, un monde où une femme d'une quarantaine d'années,  mère de deux petites filles, atteinte d'un cancer, n'a plus que quelques semaines à  vivre.  Cette femme,  évidemment, c'est elle et Debra va se lancer résolument d'une part dans la  rédaction d' un Guide du bien mourir, d'autre part remplir ce qu"elle appelle "les pointillés de son passé".51de0vEeBWL._SL500_AA240_.jpg
Alternant trois périodes de la vie de Délia, ce roman se déroulant sous le chaud soleil australien, avait tout pour être une immonde "soupe"  larmoyante et déprimante. Il n'en est rien car Debra Adelaïde sait ménager suspense et péripéties tout en tenant les bons sentiments convenus à distance. Son héroïne est pleine d'énergie,de malice,mais elle est aussi aussi faillible,pleine  de culpablité, humaine donc, et sa démarche analytique de la mort ne nous vaut ni apitoiement sur elle même ni "gestion" à tout prix des sentiments. Cependant, il m'a fallu passer outre un épisode suscitant inutilement un haut-le coeur- ainsi qu'un autre totalement impossible  -et heureusement ! - en  France. Ces deux restrictions mises à part, Le guide du bien mourir est, paradoxalement, un roman qui  fait du bien...Apaisant.

Ps:  des maladresses de traduction nuisent  parfois à la fluidité du texte...

23/10/2008

"L'âme de Grace Paley dans le corps de Jennifer Lopez."

Oui, il est question de cancer,  de mal d'enfant,  de trahison, de transsexualité mais nous ne sommes pas , loin s'en faut dans une quelconque émission de télévision trash ! Amy Bloom dans son recueil de nouvelles  Mauvais  genre (qui  vient enfin de paraître en édition de poche) traite de tous ces  thèmes  avec une délicatesse extrême et chacun de  ses textes est une sorte de petit miracle  en équilibre entre  émotion et humour.
Placés  dans  des situations extrêmes, ses personnages  auraient  toutes les  excuses pour geindre en choeur et s'apitoyer sur leur sort  mais, sans posture  bravache, ils  relèvent la  tête et avancent .41E2LaaMvrL._SL500_AA240_.jpg
Amy Bloom prend  un  véritable  plaisir à bousculer les  tabous  et à aborder des thèmes difficiles mais ce n'est jamais dans un objectif voyeuriste ou sensationnaliste. On sent  qu'elle éprouve une réelle empathie à l'égard de ses personnages (serait-ce là  un effet de  sa  double  profession: psychanalyste et écrivain? ) et le  thème de  la résilience est  abordé avec  humour et sans pathos.
Pas de morbidité mais une réelle  tendresse qui  se donne à lire.
J'ajouterai , pour vaincre  vos dernières réticences, que  ce livre figure depuis  2003 en bonne place sur mon étagère de chevet et que,  contrairement à  beaucoup d'autres, il n'en a jamais bougé.

Pour le plaisir un extrait :  " J'ai des parents morts -l'idéal  à ce stade de la vie- deux soeurs que j'aime de loin , un jardin aussi proche que possible du paradis que je le souhaite et un groupe de lecture auquel j'appartiens depuis quatorze ans , qui  sert aussi de  hot-line en direct pour toute question relative à  la mastectomie et à la ménopause, comme d'association  de  soutien aux parents et amis des gays et lesbiens.(...)j'ai été agréablement surprise par la  maturité , qui m'offre  la possibilité de faire du yoga et du jardinage pour  stimuler  mon âme  et  mon organisme, et de  la  comptabilité pour payer mes  factures."

(180 pages)