Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2017

Rêver

Une psychologue criminologue atteinte de narcolepsie cataplexie, voilà qui n'est pas courant. Abigaël , qui enquête sur la disparition d'enfants, porte dans sa chair les traces des chutes occasionnées par sa maladie. C'est aussi son corps qu'elle utilisera pour garder les traces d'événements dont elle aura validé la réalité, le médicament qu'elle utilise ayant tendance à brouiller la frontière entre rêve et réalité.franck thilliez
Jouant avec la chronologie (mais fournissant obligeamment à son lecteur, un axe chronologique au début de chaque chapitre), Franck Thilliez malmène son héroïne (et nos nerfs) avec son talent habituel. Il mêle avec virtuosité deux intrigues qui, prises indépendamment, auraient été plutôt classiques,  pour mieux nous perdre.
Le fait que l’action se déroule dans le Nord-Pas-de Calais, dans plusieurs lieux que je connais (j'ai même habité Rue Danel à Lille !) ajoute encore au plaisir de la lecture.

 

Merci à Julie et Noémie qui m'ont remise en selle avec ce roman addictif.

12/08/2011

Le syndrome E

Avec Le syndrome E Franck Thilliez réunit ses deux plus célèbres personnages: Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille et Sharko (ne pas confondre, please), un cabossé, genre baroudeur comme on les adore mais schizophrène à ses heures (on y réfléchit à deux fois là, non ?).franck thilliez,origine de la violence de masse
Deux personnages hantés par la noirceur et qui ne pouvaient que s'accorder pour démêler les fils de cette intrigue mettant aux prises un film malsain rendant aveugle, des cadavres aux crânes sciés façon oeuf coque et qui va les balader des années cinquante à nos jours du Caire au Canada.
Waouh, il y a longtemps qu'un livre n'avait eu sur moi un effet physique aussi puissant ! à croire que Thilliez aurait utilisé un procédé identique à celui du film évoqué pour provoquer ce sentiment de malaise prégnant mais jamais gratuit.
En effet, l'auteur se penche ici sur les origines de la violence de masse et ce qu'il en dit écrit est tout à fait troublant. Un roman efficace, premier volume d'un diptyque. Le deuxième est déjà sorti, il n'y a plus qu'à le dénicher à la médiathèque...d'autant que le syndrome E se clot par un suspense insoutenable...

Emprunté à la médiathèque. Fleuve noir 2010, 429 pages scotchantes.